Financement création entreprise

Besoin de financement pour votre création d'entreprise ? Envie de connaître toutes les aides financières, publiques ou non, dont vous pouvez bénéficier afin de créer votre entreprise ? De l'emprunt bancaire au financement personnel, en passant par les business angels, retrouvez tout les types de financement pour la création d'entreprise, afin de poser des bases saines pour votre projet.

Besoin de financement pour votre création d'entreprise ? Envie de connaître toutes les aides financières, publiques ou non, dont vous pouvez bénéficier afin de créer votre entreprise ? De l'emprunt bancaire au financement personnel, en passant par les business angels, retrouvez tout les types de financement pour la création d'entreprise, afin de poser des bases saines pour votre projet.

Derniers articles

  • Une entreprise, comme toute organisation, connaît de nombreuses phases de sa conception à son déclin. Ce grand cycle de la vie est cadencé par des étapes incontournables et facilement identifiables dans lequel, pour chacune d'entre elles, va se poser pour l'entrepreneur, la question du financement de ses projets. Parmi les multiples possibilités de financement qui s'ouvrent à lui, une d'entre elles revient très largement en première ligne et plus particulièrement chez les stars-up : La levée de fonds.
  • Qui n'a jamais promis de s'engager à faire quelque chose sans condition préalable ? Personne.   Et bien sachez que la réalisation d'un contrat peut être conservée à la réalisation de quelque chose, tout comme vos promesses : c'est ce que l'on appelle « une condition suspensive ».  
  • En cette période d'austérité et de marasme économique, que vous soyez créateur ou repreneur d'entreprise, d'une TPE ou PME, trouver un partenaire financier capable de vous épauler, n'est pas chose aisée. Toutefois, qu'il s'agisse de crédit bancaire classique, de capital risque ou autre prêt d'honneur, des solutions existent. Afin de vous aider dans votre projet, nous proposons un aperçu des différents partenaires financiers existants.
  • La création d’une micro-crèche nécessite un apport financier important pour couvrir les dépenses (locaux, personnel, travaux de mise aux normes,...). Une micro-crèche accueille jusqu’à 10 enfants dans des locaux adaptés. Plus elle est vaste, plus les charges augmentent. En fonction de son statut, la micro-crèche bénéficie d’aides à la création : la caisse d’allocations familiales et les collectivités locales pour une association, l’ARCE et le maintien des allocations chômages pour une entreprise. Elle est aussi financée par l’apport personnel du créateur, les clients, la banque. Un business plan est créé afin de mesurer le projet et le présenter aux organismes et banques.
  • La licence restaurant s’adresse aux restaurateurs qui souhaitent vendre des boissons alcoolisées à consommer sur place mais seulement durant les repas ou accessoirement aux repas. La licence restaurant, contrairement à la petite licence restaurant, permet de vendre sur place tous les types d’alcool autorisés par la loi.
  • Le plan de financement prévisionnel est un document de gestion, sous forme de tableau, permettant d’estimer les moyens et les besoins d’un projet, et d’en confirmer la viabilité et la rentabilité. Indispensable à la bonne marche de votre projet, il mesure les besoins (ce que l’entreprise doit financer) et les ressources (les moyens à disposition) d’une entreprise au début de son activité ainsi que sur les exercices à venir. Le plan de financement se divise en deux parties : un plan de financement initial (pour évaluer la situation au moment de la création), ainsi qu’un plan de financement sur les exercices budgétisés, en général sur trois années.
  • L’Association au Droit à l’Initiative Economique (Adie) est un réseau d’aide financière et d’accompagnement à la création d’entreprise. L’association aide les entrepreneurs exclus du système bancaire classique via des micro franchises solidaires « clé en main ». Cela fonctionne comme une franchise et permet à l’entrepreneur de démarrer une activité nécessitant peu de moyens financiers. Facile à lancer et à développer se sont souvent des concepts de service à la personne.
  • Les fonds communs de placement dans l’innovation (ou FCPI)  investissent une part importante de leurs actifs dans des sociétés innovantes. Les personnes qui souscrivent au capital de ceux-ci peuvent bénéficier d’un certain nombre d’avantages fiscaux : réductions d’impôt, exonération d’ISF…
  • La love money (l’argent de l’amour !) désigne initialement une somme d’argent que les entrepreneurs sollicitent auprès de leurs amis/familles pour créer leur entreprise. Le concept de love money s’étend désormais aux plateformes de crowdfunding (appelées aussi plateformes de financement participatif) où tout un chacun peut soumettre son projet en vue d’obtenir le soutien financier des internautes, qu’ils soient particuliers ou entreprises, sous forme de dons, de prêts ou d’investissements au capital. La love money désigne en fait toute forme de financement qui ne provient pas d’un établissement de crédit, réseau ou organisme de financement reconnu. La love money est plutôt considérée comme un coup de pouce au démarrage d’une entreprise ; effet de levier pour accéder au crédit bancaire ou au financement des business angels, qui exigent toujours un apport personnel au projet. C’est à vous d’arbitrer entre une recherche de financement via la love money, les plateformes de crowdfunding, banques ou les réseaux de business angels, en sachant que vous pouvez cumuler les interlocuteurs.
  • Créer ou reprendre une entreprise sans apport est possible dans la mesure où vous pouvez emprunter ou faire entrer des investisseurs dans le capital de votre société. Afin de trouver l'argent nécessaire au lancement de votre projet, il faudra convaincre le prêteur ou l'investisseur de la viabilité de votre projet. L'idée est de leur prouver que votre société va générer des bénéfices et pourra donc rembourser son emprunt ou permettre aux investisseurs d'avoir un retour sur investissement. Pour réussir à les convaincre, deux étapes à suivre : faire une bonne étude de marché, et réaliser un business plan solide. Les créateurs d'entreprises bénéficient d'aides multiples : prêt à taux 0, subventions nationales et européennes, ou encore réductions et crédits d’impôts.
  • Le business plan est un document stratégique pour le lancement d'un activité, et il est à ce titre demandé par la plupart des banques pour l'octroi d'un prêt. Il doit être soigneusement préparé et correctement présenté pour déclencher la confiance et le soutien de la banque.
  • En affaires, l'argent c'est le nerf de la guerre. Tous les entrepreneurs avertis ou en puissance le savent. Dès lors, obtenir un prêt bancaire est un des facteurs clés de la réussite d'un projet. Mais comment constituer un dossier de demande de prêt en bonne et due forme ? Deux pans sont essentiels : un présentant l'entrepreneur, et l'autre le projet en lui-même. Nos conseils.
  • Se lancer dans un projet de création d’une entreprise engendre des coûts direct élevés et peut parfois freiner certains entrepreneurs. Afin de réduire les dépenses budgétaires, il est important d’établir un plan financier et un budget à respecter. Il faut savoir faire preuve d’audace et ne pas hésiter à négocier les dépenses fixes notamment avec la banque, le bailleur ou même les fournisseurs et analyser les aides financières disponibles.
  • Une personne qui a un projet de création d'entreprise, qui a élaboré un business plan sérieux, qui a fait valider son projet par un expert-comptable et qui peut par conséquent démontrer que son projet a toutes les chances de réussir peut bénéficier d'un financement participatif autrement appelé crowdfunding. Il s'agit de financements accordés par des personnes physiques qui versent chacune une somme pouvant varier entre 200 et 2000 € sous forme de don, de prêt ou de participation en capital, ce qui permet à l'entrepreneur de collecter un montant pouvant atteindre quelques dizaines de milliers d'euros. Cette opération peut notamment lui permettre d'attendre l'intervention d'une société de capital-risque.
  • Vous souhaitez exercer une activité professionnelle indépendante en créant votre entreprise, mais vous ne possédez pas les fonds nécessaires à la constitution d'un apport personnel. Ceci ne vous empêchera pas de créer votre petite structure, mais vous devez choisir une activité qui ne nécessitera pas d'immobilisations de fonds ou d'achat de stock et dans laquelle vos frais fixes seront aussi faibles que possible.
  • Devenir entrepreneur est le rêve de nombreuses personnes désireuses de lancer leur propre activité ; cependant, le manque de financements est un frein important pour nombre d’entre elles. Légalement, il est possible de créer une entreprise sans apport, comme dans le cas d’une entreprise individuelle. Cependant, pour que celle-ci soit viable, il faudra rapidement trouver des financements pour couvrir les premières dépenses et pertes et gagner en crédibilité.
  • Le Président Sarkozy voulait d’un pays de propriétaire. Effectivement, sur ce point, la France était (et est toujours) un peu en retard par rapport à d’autres pays comme les Etats Unis ou l’Allemagne. Afin de tendre vers ce but, il a instauré un crédit d’impôt sur les intérêts des emprunts souscrits afin d’acquérir sa résidence principale. Si ce dispositif a été supprimé depuis, il produit encore des effets aujourd’hui et pourra avoir un impact sur l’impôt sur le revenu 2014.
  • Le plan de financement fait partie des tableaux principaux qui constituent le prévisionnel financier. Pour passer haut la main les analyses bancaires, quelques règles s’imposent.
  • Il existe des associations de toutes tailles et pour toutes finalités. Des grosses structures comprenant des emplois salariés aux petites associations plus amateurs, de nombreuses procédures restent à remplir de la même façon. Il en va ainsi du procès verbal d’association qui a pour but de rendre compte de la bonne tenue des réunions et de la consultation régulière des membres et du bureau.
  • Un prêt, quelle que soit sa forme, est un contrat qui lie un emprunteur et un prêteur pour une certaine durée et à des conditions définies et expressément acceptées par les deux parties. Qu’il s’agisse d’un prêt à usage, à la consommation, immobilier ou sous toute autre forme, le contrat de prêt comporte les droits et obligations du prêteur comme de l’emprunteur.
  • Créer une entreprise individuelle génère des coûts obligatoires liés à l'immatriculation, et des coûts facultatifs comme le recours aux services d'un expert-comptable. Néanmoins, l'aide d'un expert comptable sera très bénéfique pour vous puisque celui-ci vous aidera à réaliser un business plan solide, qui, rappelons le, est l'élément principal d'un dossier de demande de crédit bancaire. L'entreprise individuelle est un statut juridique simplifié en terme de formalités administratives, et en terme de coûts.
  • Lorsqu’une personne veut s’installer à titre professionnel, elle a le choix entre plusieurs formes juridiques. Elle peut notamment décider d’exercer sous la forme d’une entreprise individuelle. Il n’y a alors pas de différence entre des dettes personnelles et des dettes professionnelles.
  • Le plan de financement fait partie des tableaux qui constituent les prévisions financières d’une entreprise. Il liste, d’un côté les investissements nécessaires pour lancer l’activité et de l’autre, les ressources mobilisées pour financer ces besoins. Il évalue le coût total d’un projet de création d’entreprise. Il s’apparente à un tableau à deux colonnes : les besoins (appelés « emplois ») et les ressources. Ce plan définit la stratégie de financement de l’entreprise et ses données auront des répercussions sur les autres tableaux prévisionnels. La création d’entreprise nécessite de réaliser un plan de financement initial et un plan de financement sur trois ans.Vous voulez en savoir plus sur le plan de financement? Le plan de financement évalue le coût total d'un projet de création d'entreprise. Quel est son rôle? Comment faire un plan de financement?
  • Vous cherchez des investisseurs pour votre entreprise, les fonds d’investissement peuvent vous aider.
  • Vous êtes gérant, membre d’une association ? Vous vous interrogez peut-être sur la possibilité pour votre association de recevoir des subventions. Nos conseils pour obtenir des subventions pour votre association.
  • Le capital-risque est une notion parfois floue, que l’on ne différencie pas forcément de celle de capital-amorçage, capital-développement… Le point sur la notion de capital-risque, ainsi que sur les différents organismes qui le pratiquent.
  • Les sociétés de capital-risque sont à différencier des investisseurs privés (personnes physiques) du type business angels, ou bien des fonds dits de capital risque, qui ne sont pas des personnes morales mais qui sont gérés par des professionnels. Les fonds sont souvent en partenariat avec des entités publiques ainsi que des banques (ou entreprises) et permettent ainsi à des particuliers d'investir dans des petites entreprises ou start-ups à caractère innovant.
  • La peur de l’échec et de la saisie des biens personnels constitue très souvent un frein pour l’entrepreneur dans sa démarche de création d’entreprise. Cependant, il est important de savoir qu’il n’est plus indispensable de créer une société de type SARL, SAS, SA pour protéger son patrimoine personnel. La protection du patrimoine personnel d'un chef d'entreprise, est assurée par un certain nombre de dispositions légales permettant de dissocier patrimoine personnel et professionnel.
  • L-Expert-comptable.com vous propose l'outil idéal pour simuler un placement.