La création d'entreprise

Vous souhaitez créer votre entreprise en France mais vous ne savez pas par quoi commencer. Quelles sont les formalités administratives et juridiques à accomplir ? Quel statut juridique choisir ? Est-ce possible de bénéficier d’aides étatiques à la création d’entreprise ?

Autant de questions que se posent tous les entrepreneurs et futurs indépendants. Au travers de cet article nous souhaitons vous apporter des réponses.

Le marché de l’entrepreuneuriat en France

Les créations d’entreprises en plein essor

Le marché de l’entreprenariat en France est particulièrement porteur puisque chaque année, le nombre de créations d’entreprises est en augmentation. Le nombre de nouveaux entrepreneurs est en hausse et ce depuis des années, et il a atteint son plus haut niveau en 2019. En effet une étude réalisée en janvier 2020, menée par l’INSEE, expose le marché de l’entreprenariat comme en pleine croissance. La France est un pays favorable et propice à la création d’entreprise.

Cela s’explique notamment par la mise en place du statut d’auto-entrepreneur en 2009, aujourd’hui appelé régime de la micro-entreprise. Ce régime a été instauré pour faciliter l’accès à l’entreprenariat. En effet, les démarches de création sont plus légères que celles requises pour une société. De plus, la comptabilité se résume à la tenue d’un livret des dépenses et des recettes, ce qui facilite grandement les obligations du micro-entrepreneur. Il n’y a pas à fournir de bilan ni de compte de résultat en fin d’exercice. C’est pourquoi, sur l’ensemble des créations d’entreprises, c’est le régime de la micro-entreprise qui est le plus souvent adopté par les entrepreneurs.

Toutefois, comme il existe des seuils de chiffre d’affaires à ne pas dépasser, ce régime est souvent utilisé dans un premier temps par les entrepreneurs, puis ils basculent vers un statut de société lorsque leur activité se développe.

Le secteur d’activité le plus porteur en France et générant le plus de créations est celui des “activités spécialisées, scientifiques, techniques et de soutien aux entreprises” selon l’INSEE. Juste derrière, on retrouve celui “des autres services aux ménages”. Au contraire, les “activités financières et d’assurance, immobilières, industrie, hébergement et restauration” sont selon l’INSEE les secteurs les moins dynamiques d’un point de vue des créations d’entreprise.

Concernant les sociétés, plus de 60% des créations sont des Sociétés par Actions Simplifiées (SAS), avec une prédominance pour les SAS à associé unique.

La région en France concentrant le plus de créations est l’Ile-de-France, suivie ensuite par les Pays de la Loire et les Hauts-de-France. Toutefois comme le souligne l’INSEE, la hausse est globale. Dans chaque région de France, le marché de l'entrepreneuriat se développe, plus ou moins rapidement mais il est en progression constante.

La reprise après la crise sanitaire

La crise sanitaire du COVID-19 a bien entendu impacté le marché de l’entrepreunariat en France. Dès mars 2020, il y a eu une forte baisse des créations d’entreprise et ce dans tous les secteurs confondus. Le ralentissement économique dû au confinement a touché toute la France et les projets de créations d’entreprises ont été mis en suspens ou reportés. Les secteurs les plus touchés concernant l'entreprenariat sont ceux de l’hébergement et la restauration, les services aux ménages et les activités immobilières, d’après une étude menée par l’INSEE.

Le constat fait par l’INSEE pour le mois d’avril 2020 est sensiblement identique, le nombre d’entreprises nouvellement créées a chuté. Les secteurs d’activité les plus impactés sont toujours les mêmes.

Cependant, une reprise a été amorcée dès le mois de mai 2020 ce qui est plutôt rassurant. En effet, après deux mois pendant lesquels l’activité économique a fortement été ralentie, les créations d’entreprise ont repris. Au cours du mois de juin 2020, le marché de l’entrepreunariat en France a évolué dans un sens plus que favorable puisqu’il a retrouvé le rythme de croissance qui était le sien avant le confinement de la population en France.

Ce retour à la normal a été impulsé et l’est encore par les pouvoirs publics qui souhaitent encourager les entrepreneurs. L’objectif est que la crise ne les pénalise pas et que les projets de création puissent tous avoir lieu. Car en effet, la France mise sur ses entrepreneurs dans son schéma de croissance économique, comme en témoignent les nombreux dispositifs incitatifs mis en place, que nous abordons plus bas dans cet article.