Aides création entreprise

Les créateurs ou repreneurs d'entreprise peuvent bénéficier de différentes aides (financières, fiscales, matérielles) de la part de l'Etat et d'établissements privés. Ces aides sont octroyées en fonction de votre projet et de votre situation (demandeurs d'emploi, ...).

Aides et financement de l’Etat (public)

Aides et financement privées

  • NACRE : prêt sans intérêt

  • ARE

  • CAPE (Contrat d'appui au projet d'entreprise)

  • Subventions d’investissement

  • Concours création d’entreprise (concours national d'aide à la création d'entreprises innovantes, concours national créatest de la création d'entreprise, concours talent, prix de l'entrepreneur social de l'année, …)

  • ACCRE (Aide aux Chômeurs Créateurs Repreneurs d’Entreprise)

  • ARCE (Aide à la Reprise ou Création d’Entreprise)

  • Prime d'aménagement du territoire

  • Microcrédit

  • Prêt bancaire

  • Financement participatif (crowdfunding)

  • Prêt solidaire

  • Love money

  • Capital-risqueurs (Business angels, société de capital-risque, …)

  • Crédit-bail

  • Introduction en bourse (IPO)

 

Pôle emploi octroie des aides sociales :

  • ACCRE : exonère partiellement le bénéficiaire de ses cotisations sociales de dirigeant uniquement pour la 1ère année d'activité.

  • ARCE : permet au bénéficiaire de conserver ses allocations ou de les toucher sous forme de capital.

NACRE (Nouvel Accompagnement pour la Création ou la Reprise d'Entreprise) : l’Etat aide les entrepreneurs à finaliser leur projet ou en leur accordant un prêt sans intérêt qui peut aller jusqu’à 8 000 euros.

Concours création d’entreprise : concours national d'aide à la création d'entreprises innovantes, concours national créatest de la création d'entreprise, concours talent, prix de l'entrepreneur social de l'année, …

Capital-risque :

  • les capital-risqueurs, le plus souvent des sociétés de capital-risque,

  • les business angels, des personnes physiques.

Le capital-risque permet aux entrepreneurs d’obtenir des fonds propres de la part d’investisseurs. Cela leur permet également d’être accompagné stratégiquement dans leur projet en plus d’obtenir une aide financière importante.

Prêt d’honneur : un prêt généralement à taux 0 octroyé à la personne pour démarrer son activité et apporter une crédibilité afin d’obtenir un prêt bancaire pour l’entreprise.
Acteurs : Réseau Entreprendre, Initiatives France

Subventions d'investissement : des fonds versés à titre définitif, généralement par des collectivités locales et qui ne sont pas destinés à être remboursés si l’entreprise respecte les conditions d’attribution.

Prêt bancaires : un prêt octroyé par les banques ou un organisme de crédit à la consommation. L’entreprise doit posséder un minimum de garanties (minimum d’apports, business plan solide, prêt d’honneur, …).

Prêt solidaire : s’adresse aux personnes qui ne peuvent pas obtenir de prêt bancaire, généralement de petites sommes.
Acteurs : Adie, France Active, Crédit Coopératif

Crowdfunding (financement participatif) : un grand nombre de personnes investissent des sommes diverses pour soutenir un projet. Ce financement peut prendre différentes formes : prêt, don, investissement participatif (contre des parts dans l’entreprise), prêt contre récompense (produit final, cadeau personnalisé).
Acteurs : 1001PACT, Anaxago, Clubfunding, ...

Crédit-bail : permet à l’entreprise d’acquérir des biens sans utiliser ses fonds propres. La banque ou l’établissement qui octroie le crédit-bail est propriétaire du bien jusqu’à la fin du bail sauf si l’entreprise le rachète avant son terme.

Derniers articles
  • L’INSEE estime que l’ACCRE a eu un impact minime dans la survie des entreprises créées entre 1994 et 2006. D’après l’INSEE, créer une entreprise avec des fonds propres élevés et opter pour une société plutôt qu’une entreprise individuelle auraient à contrario un impact plus fort dans la survie de ces entreprises au bout de 5 ans.

  • L'AFPA (Association nationale pour la Formation Professionnelle des Adultes) dispense des formations aux salariés et aux demandeurs d'emploi. Pour les personnes qui souhaitent entreprendre, l'AFPA propose une formation création d'entreprise qui va permettre aux personnes intéressées d'acquérir les compétences nécessaires pour mener à bien leur projet et des connaissance du secteur dans lequel elles veulent exercer. Après la formation ces personnes recevront une attestation de formation et pourront par la suite bénéficier d'aides de la part de l'Etat.

  • Douce France, dis-moi donc où il fait bon entreprendre ?
    Nos villes se plient en quatre pour accueillir les chefs d’entreprise dynamiques et avisés que nous sommes.
    Petit tour de France des villes les plus « business friendly ».

  • Les micro-crédits professionnels ont été mis en place pour aider au financement de projets de création ou de développement d’entreprises. Le montant des financements octroyés ne dépasse généralement pas les 10 000 euros.

  • Les prêts numériques sont des crédits bénéficiant d'une aide de l'État et destinés à financer l'achat d'immobilisations permettant de profiter des technologies du numérique en vue de favoriser la prospérité d'une entreprise. Ils ont notamment pour but de favoriser ces investissements qui ne représentent que 15 % des investissements des sociétés en France, ce qui ne représente que la moitié des investissements de ce type réalisés aux États-Unis.

  • Vous avez un projet et souhaitez vous lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat ? Les concours peuvent être un tremplin financier mais aussi une mine de renseignements pour les apprentis entrepreneurs. Tour d’horizon des concours dédiés à la création d’entreprise qui ont lieu en mai et juin 2014.

  • Les business angels ont le vent en poupe ! Les réseaux se multiplient, sur le web ou dans les régions. La médiatisation des plateformes de financement participatif a permis de mettre en lumière ces « investisseurs providentiels » prêts à placer leur capital dans les entreprises à fort potentiel.

  • Peut-on créer une entreprise sans apport ? Juridiquement, la réponse est oui, à condition de ne pas confondre « apport » et « investissements ».

  • Les aléas de l'économie inquiètent nos entrepreneurs. Quand on ne sait pas de quoi demain sera fait, créer une entreprise ou envisager son développement semble périlleux.
    Qu'en pensent les banques ?

  • Votre entreprise est-elle jeune et innovante ?

  • La pratique du coaching nous vient tout droit des États-Unis. Nos compatriotes n’ont pas attendu pour adopter ces méthodes centrées sur l’épanouissement personnel et la réalisation de soi. Des coachs de vie, des coachs sportifs… Il y en a pour tous les goûts et tous les besoins de la vie quotidienne. Qu’en est-il de nos entrepreneurs ?

  • Vous voulez être sûr que vos produits plairont. Vous avez réalisé une étude de marché mais avez encore quelques doutes sur votre offre. Pourquoi ne pas chercher les réponses en ligne ? Les outils comme Askall vous rapprochent de votre cible tout en vous livrant des informations en or.

  • Fin 2013, un plan nommé « entrepreneurs des quartiers » a été présenté en conseil des ministres par François Lamy et Fleur Pellerin. Ce plan s’inscrit dans le prolongement des projets du gouvernement en faveur de la ville et de la cohésion urbaine. Il répond aux problèmes récurrents ressentis dans les quartiers. Comment se matérialise ce projet? Est-ce la seule solution attendue ?

  • La jeunesse d’aujourd’hui n’est plus ce qu’elle était. Au lieu de penser à faire la fête comme tout bon étudiant qui se respecte, certains portent des projets de création d’entreprise plus qu’ambitieux. Le gouvernement a enfin flairé le vivier phénoménal pour l’innovation et l’entrepreneuriat des jeunes, qui fait cruellement défaut dans notre douce France. D’où la naissance d’un statut d’entrepreneur réservé aux étudiants. C’est qu’ils ont du talent nos petits jeunes, même s’ils ne savent plus s’amuser.

  • A l’heure où tout se passe sur Internet, il n’y rien d’étonnant à trouver une offre impressionnante de crédit professionnel en ligne. Toucher à la sacrosainte relation bancaire en la dématérialisant est un pari osé mais déjà gagnant (tout comme les assurances de véhicules par ailleurs). Alors, en est-ce fini de nos chers conseillers bancaires et des rendez-vous (parfois infructueux) en agence ? Pas si sûr.

  • Vous pouvez cumuler chômage et création d'entreprise, que vous soyez en régime de la micro entreprise ou en société. Vous pouvez, soit continuer de recevoir vos allocations chômage tout en percevant des revenus de votre société ou bien recevoir 45% de vos allocations restantes afin de financer votre projet. L'ARE, l'ARCE et l'ACCRE sont les dispositifs impliqués dans le cadre de cette aide aux chômeurs entrepreneurs. Toutefois, il existe un cas particulier, celui des auto-entrepreneurs et des micro-entrepreneurs que nous aborderons par la suite.

  • Il existe des exonérations de charges sociales pour favoriser la création d’entreprises et aider les créateurs dans leurs premiers mois d’activité. Parmi les exonérations les plus connues, on citera l’ACCRE. Mais qu’en est-il des exonérations de charges sociales pour les salariés qui souhaitent créer ou reprendre une entreprise ?

    En effet, il n’est pas rare de rencontrer des créateurs qui souhaitent, dans un premier temps au moins, cumuler leur emploi salarié tout en créant ou en reprenant une entreprise.
    Cet article pour donnera des détails sur l’exonération de charges sociales pour les salariés créateurs ou repreneurs.

  • Il existe un certain nombre d’exonérations de charges sociales pour les créateurs d’entreprises.
    Mais les connaissez-vous ? Avez-vous toutes les clés pour pouvoir bénéficier de ces exonérations ? Cet article vous aidera à mieux cerner ces exonérations et plus particulièrement l’exonération ACCRE et vous éclairera sur les démarches à effectuer pour pouvoir en bénéficier.

  • Ouvrir une JEI (16/12/2013)

    Le statut de jeune entreprise innovante (JEI) qui ouvre droit à de nombreux avantages fiscaux ne peut être demandé que par des entreprises créées depuis moins de huit ans qui respectent des règles précises et ce avant même qu’elles ne démontrent leur innovation.

  • Vous avez l'impression qu'il n'y en a que pour les jeunes ? Et bien c'est encore le cas !! le régime JEI bénéficie aux entreprises à la fois jeunes et innovantes. Mais quel est l'intérêt de ce statut de jeune entreprise innovante ? L-expert-comptable.com répond à vos interrogations.

  • Vous êtes demandeur d'emploi ? Vous avez l'envie de créer ou reprendre une entreprise ?
    L'ACCRE peut vous aider à sauter le pas grâce à une exonération de charges durant une année complète.

  • L’Etat pour soutenir la création d’entreprises en France accorde, sous réserve de certaines conditions, une aide à la création et à la reprise d'une entreprise (ACCRE). Cette aide qui consiste en une exonération du paiement de charges sociales pendant une année sur les rémunérations versées au demandeur. L’ACCRE n’est pas accordée de droit mais nécessite l’établissement d’une demande. Celle-ci s’effectue via un formulaire N° 13584*02. Le cabinet L-Expert-comptable.com se propose de vous guider dans le remplissage du formulaire ACCRE.

  • La demande d'ACCRE (17/12/2013)

    Si l’Aide aux Chômeurs Créateurs et Repreneurs d’Entreprises (ACCRE) est un concept largement développé sur le web, les moyens pour obtenir cette aide sont beaucoup moins abordés. Comment en faire la demande ? Dans quels délais ? Et à qui ? Sont des questions souvent posées, et auxquelles L-expert-comptable.com répond.

  • Grâce à la création de votre auto-entreprise, vous avez pu tester votre projet entrepreneurial en toute simplicité. Désormais, votre affaire ne cesse de se développer et vous souhaiteriez exercer votre activité sous la forme d’une société afin de bénéficier, notamment, du régime d’imposition des sociétés. Cependant, lors de la création de votre auto-entreprise vous avez bénéficié de l’Aide aux Chômeurs Créateurs ou Repreneurs d’Entreprise et vous vous interrogez sur la possibilité de continuer à percevoir ou de recevoir une nouvelle fois l’ACCRE à l’occasion du passage en société. Le cabinet L-Expert-Comptable.com vous propose un éclairage rapide sur la question du bénéfice de l’ACCRE et du passage d’une auto-entreprise en société selon votre situation.

  • Dispositif destiné à encourager les initiatives entrepreneuriales, l’ACCRE connaît un réel succès auprès des créateurs et repreneurs d’entreprises. Ainsi en 2009, près d’un quart des créations ou reprises d’entreprises ont été appuyées par ce dispositif qui offre une exonération, pendant un an et dans la limite de 120 % du SMIC, de charges sociales (maladie, maternité, invalidité, décès, allocations familiales et vieillesse).

  • C’est décidé, vous allez lancer votre entreprise. A trente ans vous n’avez vécu qu’à Paris alors tout naturellement votre entreprise sera basée en Ile-de-France. C’est plutôt pour vous un avantage puisque cette région présente de nombreux atouts pour les jeunes créateurs d’entreprises.

  • Le statut de jeunes entreprises innovantes (ou JEI) favorise la recherche en permettant aux entreprises ayant des dépenses de recherche et développement élevées de bénéficier d'une exonération de charges sociales et d'imposition sur les bénéfices.
    Toutefois une disposition contenue dans le projet de loi de finances pour 2011 risque de rendre ce régime beaucoup moins attractif.

  • Vous êtes au chômage et vous avez un projet de création ou de reprise d'entreprise ? Vous souhaitez savoir si vous pouvez bénéficier de l'ACCRE ? L-Expert-Comptable.com vous répond !

  • L'ACCRE c'est quoi ? (16/12/2013)

    Lors d'un projet de création d'entreprise, plusieurs aides sont envisageables. Concernant les demandeurs d'emploi, ces derniers peuvent, sous certaines conditions recourir à l'Aide aux Chômeurs Créant ou Reprenant une Entreprise (ACCRE). Quelles sont les conditions pour obtenir l'ACCRE ? Quels sont les bénéfices de cette aide ? Quelles formalités sont à réaliser pour en faire la demande ? L'Expert-comptable.com vous répond.

  • Le NACRE (16/12/2013)

    Le NACRE (Nouvel Accompagnement pour la Création et la Reprise d'Entreprise), entré en vigueur depuis le 1er janvier 2009, est un dispositif d'aide à la création d'entreprise bénéficiant aux demandeurs d'emplois et aux bénéficiaires de minima sociaux.
    L'aide est caractérisée par un accompagnement (conseil) dans le démarrage du projet et pendant les 3 premières années.

  • Le statut de JEI se révèle très intéressant pour les entreprises tant il permet de bénéficier d'avantages fiscaux d'une grande puissance (exonération d'imposition sur les bénéfices ou d'impôts locaux..) Toutefois, il est subordonné à une condition très restrictive: il faut engager au moins 15% de dépenses dans la recherche et développement. Le présent article vient vous expliquer quelles sont ces dépenses.

  • Toutes les entreprises aimeraient devenir JEI, du fait des avantages fiscaux liés au statut. Toutefois, elles doivent remplir certaines conditions que cet article vous propose de découvrir.

  • L’Aide aux Chômeurs Créant ou Reprenant une Entreprise (ACCRE) fournit des avantages importants à ses bénéficiaires tels qu’une exonération de charges sociales pendant un an. Qui peut y prétendre ? En quoi l’ACCRE consiste elle exactement ?

Besoin d'un expert comptable ?
Nous le trouvons pour vous ! C'est rapide et gratuit !
  • Votre entreprise est-elle déjà créée ?
  • Avez-vous déjà des salariés ?
  • Quel est votre secteur d'activité ?
  • Votre nom :
  • Votre téléphone :
  • test

En partenariat avec trouver-mon-comptable.com