Auto entrepreneur multiservice : Les étapes à suivre pour réussir

L'article en brefLancer une activité d'auto-entrepreneur multiservices, souvent appelée "homme à tout faire", implique une série de démarches relativement simples mais essentielles pour démarrer sur de bonnes bases. De la définition du projet à l'étude des différentes prestations réalisables sans qualification professionnelle, telles que le jardinage ou le petit bricolage, chaque étape mérite une attention particulière. Pour ceux cherchant une activité complémentaire ou principale, ce statut offre une flexibilité notable, avec des avantages fiscaux significatifs grâce au régime de la micro-entreprise.

Pour se conformer aux règles et optimiser son activité, l'auto-entrepreneur multiservices doit se familiariser avec les obligations légales et les couvertures d'assurance recommandées. Le choix des activités, encadré par les limitations du statut d'organisme de Services À la Personne (SAP), influence directement les possibilités de prestations et les avantages fiscaux applicables. En complément, la gestion de la visibilité et de l'acquisition de clientèle est cruciale, exploitant des méthodes allant du marketing digital au bouche-à-oreille, pour assurer le succès et la croissance de l'entreprise multiservices.
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDécouvrir
Image
guillaume-delemarle-expert-comptable
Article rédigé et certifié par Guillaume DELEMARLE
 
Expert-comptable avec plus de 9 ans d'expérience. Spécialisé dans l'accompagnement des TPE et créateurs d'entreprise.
Temps de lecture : 8minDernière mise à jour : 18/04/2024
Image
Auto entrepreneur multiservice Les étapes à suivre pour réussir

L’activité de multiservice attire de nombreuses personnes qui souhaitent s’installer en auto-entreprise. Elle consiste à effectuer des petits travaux de jardinage ou de bricolage chez des particuliers. Depuis l’étude de ce projet jusqu’à sa création, découvrez quelles sont les étapes à suivre pour devenir auto-entrepreneur multiservices.

Un auto-entrepreneurs multiservices, c'est quoi ?

Un entrepreneur multiservice, souvent appelé “homme toutes mains” ou “homme à tout faire”, propose de réaliser pour ses clients de petits travaux du quotidien. Polyvalent et bon bricoleur, il réalise des tâches variées dans les domaines de l’entretien de la maison et du jardin.

Comment être auto-entrepreneur multiservice ?

La première étape pour devenir auto-entrepreneur multiservice est de réfléchir à son projet, étudier les avantages et les inconvénients de cette activité, bien se renseigner sur ce que peut faire et ne pas faire un entrepreneur multiservice, à envisager son emploi du temps et sa disponibilité, s’il s’agit d’une activité complémentaire. 

Ce que peut faire un homme toute main, ou auto-entrepreneur multiservice

Un auto-entrepreneur multiservices peut réaliser des petits travaux de bricolage et de jardinage chez les particuliers, lorsque ceux-ci n'ont pas le temps ou ne savent pas les réaliser. Ils peuvent faire appel à lui plutôt qu’à un artisan spécialisé, souvent moins disponible pour de petits bricolages.

Un homme toutes mains pourra effectuer toute sorte de choses dans différents domaines, allant du jardinage au bricolage : 

  • Tondre la pelouse 

  • Débroussailler

  • Tailler les arbustes et les haies 

  • Ramasser les feuilles mortes 

  • Fixer des tringles et poser des rideaux

  • Accrocher un lustre

  • Changer une ampoule

Ce que ne peut pas faire un homme toute main ou auto-entrepreneur multiservice

Un auto-entrepreneur multiservice ne peut pas réaliser des travaux en bâtiment qui demandent une qualification professionnelle. Il s’agit par exemple des travaux de gros œuvre (les travaux qui touchent à la structure même du bâtiment), et du second œuvre (plomberie, électricité, pose de carrelage, maçonnerie, plâtrerie...).

Les avantages à être auto-entrepreneur multiservice

Travailler en tant qu’auto-entrepreneur multiservices présente de nombreux avantages. La création de l’auto-entreprise est facile et rapide, la gestion de sa comptabilité est très souple, les cotisations sont adaptées et le régime de la micro-entreprise permet une exonération de la TVA.

Cette activité peut être exercée à temps plein ou bien à temps partiel et procurer un revenu complémentaire, plus ou moins important en fonction du temps et de la disponibilité qui lui sont consacrés. En effet, le statut d'auto-entrepreneur étant cumulable avec d’autres activités professionnelles, l’activité peut être lancée sans quitter son premier emploi. Les petits travaux sont en général faciles à réaliser avec un minimum de connaissances en bricolage, et il est possible de proposer des services diversifiés.

Les qualités requises pour être entrepreneur multiservice 

La première qualité requise pour être entrepreneur multiservice est d’être polyvalent. Connaître les techniques de base du bricolage est indispensable dans les domaines les plus variés, tels que la plomberie, l'électricité, les petites réparations diverses. Il faut aussi avoir des connaissances de base en jardinage (taille des arbustes, tonte de la pelouse, plantations de fleurs…).

De la minutie, de la patience, un talent certain pour les travaux manuels sont indispensables, de même qu’avoir un bon contact relationnel et une faculté d’adaptation, afin de répondre au mieux aux demandes des clients. Une bonne condition physique est le plus souvent requise pour pouvoir effectuer ces petits travaux de toutes sortes.

 

Quel est le statut le mieux adapté pour une entreprise multiservice ?

Le statut le mieux adapté à la création d’une entreprise multiservice est certainement le statut d’auto-entrepreneur

Avec la loi Pacte en 2019, créer son auto-entreprise est devenu très simple et il n’est plus obligatoire d’effectuer un SPI (Stage de Préparation à l’Installation) : 

  • Toutes les démarches de création se font soit en ligne

  • Les démarches pour créer l'auto-entreprise sont simples et rapides

  • Le régime de la micro-entreprise est très souple

  • La gestion de la comptabilité est allégée

  • Il n’y a aucune cotisation à payer en cas de chiffre d'affaires nul (les cotisations étant calculées en fonction d’un pourcentage du chiffre d'affaires)

  • Un plafond annuel du chiffre d'affaires est fixé à 72 600 € par an, ce qui fait un CA mensuel de 6 050 €.

  • Il est possible sous certaines conditions : 

    • De cumuler auto-entreprise et activité salariée

    • D’avoir un revenu complémentaire tout en conservant son emploi

    • De cumuler le chômage avec le statut d'auto-entrepreneur

Les démarches pour créer d'une auto-entreprise multiservice :

Les démarches pour créer son entreprise multiservice sont relativement simples : il faut effectuer la déclaration de l’entreprise au CFE (Centre de Formalités des Entreprises), afin d’obtenir un numéro SIRET et un extrait Kbis. 

Pour éviter de se tromper, réduire le plus possible le montant des charges fiscales et sociales et pour éviter que le dossier ne soit rejeté par le CFE, il est recommandé de se faire accompagner dans ses démarches administratives

Une entreprise multiservice étant une activité de prestation de service artisanale, elle doit être immatriculée auprès du CFE de la chambre des métiers et de l'artisanat (CMA) afin d'être inscrite au répertoire des métiers (RM).

Un dossier complet est donc à envoyer au CFE avec :

  • Le formulaire CERFA rempli

  • Un justificatif de domicile

  • Une copie de la pièce d’identité

  • Une déclaration sur l'honneur de non-condamnation

Au bout de quelques semaines, un numéro SIRET est envoyé ainsi qu’un extrait Kbis d’auto-entrepreneur multiservice.

Se déclarer en tant qu’organisme de Services À la Personne (SAP)

Une fois l’auto-entreprise créée, il est possible d’effectuer une inscription en tant qu'organisme de Services à la Personne (SAP). Être déclaré organisme SAP permet, sous certaines conditions, de faire bénéficier à ses clients de certains avantages fiscaux. L’agrément d’organisme de services offre en effet la possibilité de faire bénéficier à ses clients d’une réduction ou un crédit d'impôts de 50 % du prix du service (limité à 250 € par an pour les petits travaux de bricolage, et à 2500 € par an pour les travaux de jardinage courants). L'inscription en SAP est donc pour l'auto-entrepreneur un plus indéniable à faire valoir auprès de ses clients. Ceux-ci peuvent payer en chèque emploi services universel (CESU). Dans ce cas, toutefois, l'entrepreneur doit s'être auparavant affilié au CRCESU (Centre de Remboursement du Chèque Emploi Service Universel).

Pour pouvoir être déclaré comme organisme de services à la personne, quelques conditions sont à remplir, il faut :

  • Exercer uniquement des activités incluses dans la liste des activités de SAP. Au nombre de 26, ces activités sont définies par l'article D.7231-1 du code du travail.

  • Travailler uniquement avec des particuliers à leur domicile. Il est possible cependant de travailler en tant qu'entrepreneur multiservice pour des professionnels, auquel cas, il sera impossible de se déclarer comme organisme SAP.

  • Les prestations pour les petits travaux de bricolage doivent être occasionnelles et basiques.

  • Ces travaux ne doivent pas nécessiter une qualification professionnelle.

  • L’intervention pour ces prestations ne doit pas dépasser deux heures.

  • Les services pour les travaux de jardinage ne doivent consister qu'en petits travaux d'entretien courants.

Pour demander l'agrément de SAP, il suffit d'envoyer un courrier recommandé avec accusé de réception à l'unité départementale de la DDET (la Direction Départementale de l'Emploi, du Travail et des Solidarités), une déclaration accompagnée de justificatifs précisant la raison sociale de l'entreprise et les services à la personne proposés. Il est possible de faire cette demande sur l'extranet NOVA.

Une fois inscrit en tant qu'organisme de service à la personne, l'auto-entrepreneur doit respecter certaines obligations :

  • La transmission d’une attestation fiscale annuelle à ses clients. 

  • Le logo “services à la personne” doit figurer sur les documents de l'entreprise (factures, publicités, devis…)

  • Créer un compte sur l'extranet  NOVA, qui permet aux organismes de services d'aide à la personne d'être référencé dans l'annuaire des organismes agréés, qui peut être consulté par les personnes en recherche d’un service à domicile.

 

Devenir auto-entrepreneur multiservice et exercer d'autres métiers 

Le statut d'auto-entrepreneur permet de cumuler plusieurs activités professionnelles. Plusieurs configurations sont possibles en plus de l’activité d'homme toute main :

  • Exercer un métier en tant que salarié 

  • Exercer deux activités complémentaires

  • Exercer deux activités distinctes

Il faut alors définir la nature de chaque activité et déterminer celle qui génère le chiffre d’affaires le plus important pour la définir comme activité principale.

 

Les réglementations pour être entrepreneur multiservice 

La formation

Aucun diplôme n'est nécessaire pour exercer en tant qu'auto-entrepreneur multiservice. Les petits travaux de bricolage ou de jardinage ne requièrent aucune formation spécifique, à part être un bon bricoleur. Cependant tous les travaux ne sont pas autorisés dans le cadre de l'auto-entreprise multiservice.

Les assurances pour être prestataire multiservice

En tant qu'auto-entrepreneur, aucune assurance professionnelle n’est obligatoire, cependant, il est fortement recommandé de souscrire à certaines garanties. En effet, l'activité d'homme à tout faire” comporte certains risques, aussi bien pour lui que pour ses clients. En fonction de la nature de l'activité qu'il exerce, le prestataire doit souscrire une assurance entrepreneur multiservice. Les assurances recommandées sont :

  • Une Rc Pro :

Une assurance responsabilité civile professionnelle (Rc pro) est recommandée si le professionnel propose des prestations de services à la personne qui consistent en de petits travaux occasionnels, ne dépassant pas deux heures d’intervention, et qui ne demandent pas de qualifications spécifiques. Cette assurance n'est pas obligatoire, mais vivement recommandée pour se prémunir de tout risque pouvant se produire dans le cadre des services à la personne. 

  • Une garantie décennale : Si l’entrepreneur propose des prestations artisanales touchant le secteur de la construction, il doit souscrire une assurance décennale qui couvre les dégâts éventuels qui pourraient rendre l'habitation inhabitable (défaut d'étanchéité des toitures, problème d'humidité des sols, rupture de canalisations, etc.). 

  • Une mutuelle de santé : pour la prise en charge en cas d’accident voire d’hospitalisation suite à un éventuel accident.

  • Une assurance prévoyance santé : elle permet d'assurer une indemnité en cas d’invalidité temporaire ou permanente suite à un accident.

Pour trouver l'assurance la mieux adaptée à son activité et l’offre la plus intéressante, l'auto-entrepreneur peut avoir recours à un courtier ou à un comparateur en ligne.

Quelles activités peuvent être légalement exercées par le prestataire multiservice ?

Un micro-entrepreneur multiservice ne peut pas tout faire, les activités autorisées sont précisées dans le cadre du SAP. Ces travaux consistent en de petits bricolages occasionnels qui ne nécessitent pas de qualification particulière et pouvant être réalisées en moins de deux heures (remplacement d’une ampoule, montage d'un meuble en kit, remplacement d'un joint, etc.)

  • Les activités de gros œuvre en bâtiment, de second œuvre et de finitions sont obligatoirement réservées aux professionnels du bâtiment ayant un diplôme ou 3  ans d'expérience dans la profession en tant que salarié.

  • Les activités de déménagement, de débarras et d'enlèvements de matériel sont exclues des activités possibles pour un prestataire multiservice.

  • Pour les prestations de jardinage, les travaux relevant de la conception paysagère, de la vente de plantes, de matériel, d’élagage ou de terrassement sont également exclus.

Durée des prestations et tarifs horaires 

Légalement, le temps d’une intervention sur une prestation multiservice ne peut excéder deux heures. Cette limite de temps s’applique exclusivement aux prestations de services à la personne (SAP). C’est seulement dans ce cas précis que la prestation de services ne peut dépasser deux heures. Toutefois, en dehors du cadre d'une activité déclarée services à la personne, il est possible de dépasser cette limite horaire pour ses prestations. La rémunération d’un prestataire multiservice peut varier de 15 à 50 € de l'heure. Pour choisir ses tarifs, il peut fixer un taux horaire ou un tarif journalier moyen. Le taux horaire correspond au prix facturé pour une heure de service. Le tarif journalier moyen (TJM) correspond au tarif facturé pour une journée de travail.

 

Les cotisations et charges de l’auto-entrepreneur multiservice

Un micro-entrepreneur multiservice a différentes charges à payer : 

  • Impôts sur le revenu

  • Cotisations sociales

  • Cotisations diverses (la cotisation foncière des entreprises notamment)

Les cotisations sociales

Le taux des cotisations sociales concernant l'auto-entreprise multiservice correspond à 22 % du montant du chiffre d'affaires (pour 2022). Celui-ci est à déclarer chaque mois ou chaque trimestre à l'URSSAF (Union de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et d'allocations familiales), les cotisations sont payées en même temps. 

ll est possible de demander l’ACRE (Aide à la Création ou à la Reprise d’une Entreprise). Si celle-ci est accordée, le taux des cotisations sociales est exonéré de 50 %, les charges ne correspondent plus qu'à 11 % du chiffre d’affaires au lieu de 22 %. Bénéficier de l’ACRE est valable pour une durée de 12 mois maximum.

Cotisations diverses

  • La CFP (Contribution à la Formation Professionnelle), correspond à 0,3 % du chiffre d’affaires. Cette cotisation permet  au micro-entrepreneur de bénéficier des droits à la formation grâce à son compte CPF (Compte Personnel de Formation).

  • La TFCC (Taxe pour Frais de Chambre Consulaire), elle est redevable dès la deuxième année d’activité et correspond à 0,48 % du chiffre d'affaires. Il s'agit d’une taxe ajoutée à la cotisation foncière des entreprises permettant de financer les Chambres de Métiers et de l'Artisanat (CMA) et les Chambres du Commerce et d'Industrie (CCI).

Les impôts 

Le paiement des impôts sur le revenu est possible de deux façons :

  • L'imposition par défaut au prélèvement à la source : avec ce mode d'imposition, c'est la moitié du chiffre d'affaires qui est considéré comme revenu imposable. Le montant global de l'impôt est calculé ensuite en fonction du barème progressif sur l'ensemble des revenus.

  • L’option pour le versement fiscal libératoire : le montant de l'impôt est payé en même temps que les cotisations sociales, lors des déclarations mensuelles ou trimestrielles à l'URSSAF.

La CFE (Cotisation Foncière des Entreprises) : c'est un impôt communal que doivent payer toutes les entreprises. Le prestataire multiservice n’ayant pas de local professionnel (puisqu’exerçant au domicile de sa clientèle), la CFE est calculée sur une base minimale votée par la commune. La CFE n'est redevable de cette cotisation qu'à partir de la deuxième année suivant la création de la micro-entreprise. Son montant peut aller de 200 à 600 € par an.

 

Faire connaître son entreprise multiservice

La dernière étape pour lancer son entreprise multiservice est de la faire connaître et établir sa clientèle.

Il existe pour cela de nombreux moyens :

  •  Se présenter directement aux clients, se déplacer et faire du porte-à-porte, envoyer des mails, ou encore utiliser les réseaux sociaux.

  • Distribuer des flyers détaillant les services proposés, le flyer peut proposer une offre de démarrage attrayante, avec une réduction par exemple. Attention cependant, car la distribution de flyers dans des lieux privés tels les supermarchés et événements est soumise à autorisation. Leur distribution est interdite au niveau des feux et des voies de circulation.

  • Faire de la publicité dans la presse, dans les journaux et les magazines locaux.

  • Le bouche-à-oreille est très efficace et ne tarde pas à faire son effet.

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.