Bilan comptable

Le bilan comptable est un tableau présenté dans les comptes annuels de l’entreprise. Il montre son patrimoine à un instant donné, c’est-à-dire ce qu’elle possède et ce qu’elle doit. Il se décompose en deux colonnes, l’actif et le passif, et se lit de haut en bas. Les éléments de l’actif montrent ce que l’entreprise possède et sont classés du plus stable ou plus liquide (amortissements, stocks, créances...). Les éléments du passif montrent les dettes de l’entreprise et sont classés par échéance, des dettes à long terme aux dettes à court terme (capital social, dettes fournisseur, dettes bancaires...). Le capital social est effectivement une dette pour l’entreprise puisqu’il appartient aux associés. Le bilan comptable sert à valider la santé financière de l’entreprise, mais il existe d’autres bilans, comme le bilan fonctionnel ou le bilan financier qui mettent en exergue d’autres éléments.

Le bilan comptable : définition

Le bilan comptable est un tableau qui permet à son lecteur de visualiser la situation du patrimoine d’une entreprise à un instant donné, c’est-à-dire ce qu’elle possède et ce qu’elle doit. En général, le bilan comptable est réalisé pour la clôture des comptes de l’entreprise ou lors d’une situation intermédiaire.

Le bilan comptable d’une entreprise

Le bilan comptable est un tableau indispensable à la gestion de l’entreprise. Il fait d’ailleurs partie des éléments obligatoirement présentés dans les comptes annuels (liasse fiscale), tout comme le compte de résultat, les annexes...

Le compte de résultat et le bilan comptable d’une entreprise

Quand le bilan comptable montre le patrimoine de l’entreprise, le compte de résultat quant à lui montre son modèle économique : ses différentes charges et son chiffre d’affaires. Bilan comptable et compte de résultat se complètent dans la présentation des comptes annuels.

Structure détaillée du bilan comptable

Le bilan comptable comporte deux colonnes : l’actif (à gauche) et le passif (à droite).

L’actif du bilan comptable

L’actif du bilan comptable répertorie ce que possède l’entreprise, les éléments de son patrimoine : ses biens immobilisés, mais aussi ses créances envers des tiers. Les éléments de l’actif sont classés de haut en bas. On y trouve :

  • en haut : l’actif immobilisé, soit les investissements réalisés pour exploiter l’activité (machines, biens, terrains, titres...)*
  • en bas : l’actif circulant, soit les éléments que détient l’entreprise à court ou moyen terme. Ces éléments ne sont pas destinés à rester durablement dans le patrimoine de l’entreprise, mais une fois sortis, ils génèreront des liquidités et augmenteront sa valeur (stocks, créances, comptes bancaires, caisse...).

Conclusion : les éléments de l’actif sont classés du plus stable au plus liquide.

* En détail, l’actif immobilisé est répertorié de haut en bas comme suit :

  • les immobilisations immatérielles (brevet, marque, fonds de commerce...)
  • les immobilisations matérielles (machine, outillage, matériel informatique...)
  • les immobilisations financières (titres et possessions financières)

Le passif du bilan comptable

Le passif du bilan comptable renseigne sur les dettes de l’entreprise, les créanciers et avant droits qu’elle mobilise pour financer son cycle d’exploitation. Les éléments du passif sont classés de haut en bas. On y trouve :

  • en haut : les capitaux propres, soit les apports des associés au capital de la société, les bénéfices non distribués de l’entreprise, le résultat de l’exercice. Ces éléments représentent effectivement une dette pour l’entreprise puisqu’ils sont destinés, à terme, à rémunérer les associés,
  • en bas : les autres dettes de l’entreprise comme les provisions pour risques et charges, les dettes fournisseur, les dettes sociales et fiscales, les apports en comptes courants, les sommes dues aux banques...

En conclusion, les éléments du passif du bilan sont classés de haut en bas en fonction de leur durée, c’est-à-dire de la dette la plus longue (capital social) à la dette à plus courte échéance (en général, dettes fournisseur, mais cela dépend des créanciers de l’entreprise).

Le bilan comptable doit être équilibré

Le bilan comptable doit être équilibré, c’est-à-dire que le niveau de l’actif doit correspondre au niveau du passif. Pour illustrer ce mécanisme, prenons pour exemple l’entreprise qui réalise un bénéfice. Elle augmente alors son niveau d’actif, mais également son niveau de passif puisque ce bénéfice devient une dette de la société envers ses associés (capital social).  Autre exemple, les liquidités obtenues (actif circulant) grâce à un prêt bancaire à court terme représentent également une dette pour l’entreprise puisqu’elle devra rembourser ces sommes, etc.

Comment lire un bilan comptable ?

Nous l’avons vu, le bilan comptable se lit de gauche à droite (colonne actif et passif), mais surtout de haut en bas. Les éléments de l’actif sont classés du plus stable au plus liquide. Les éléments du passif sont classés par ordre d’échéance, de la dette à plus long terme à la dette à plus courte échéance. Ce classement hiérarchisé permet de détecter certains éléments du premier coup d’œil et de se poser des questions quant à la bonne gestion de l’entreprise. Par exemple, un niveau de stocks élevé peut montrer un dysfonctionnement de l’entreprise ou une mauvaise gestion si son secteur d’activité n’en nécessite pas autant ; d’autant qu’un stock conservé trop longtemps est susceptible de se déprécier avec le temps. Le stock est-il ainsi évalué à son prix de vente ? Sera-t-il réellement vendu à ce prix ?

Un autre exemple, si le niveau des créances client est élevé, le lecteur est en droit de se demander pourquoi l’entreprise enregistre une telle défaillance. De plus, ces créances client inscrites à l’actif du bilan sont-elles compensées par des provisions pour risques au passif du bilan ? Les annexes fournies en complément au sein des comptes annuels de l’entreprise permettent une lecture approfondie. On y trouve par exemple le détail des échéances présentées au passif du bilan comptable, le détail des immobilisations...

Les indicateurs du bilan comptable

Certains indicateurs ressortent du bilan comptable.

Le taux d’endettement

Le taux d’endettement est calculé à partir du bilan : dettes financières / capitaux propres. Un taux d’endettement élevé montre une entreprise dépendante de ses partenaires financiers et, selon son le niveau de son bénéfice net, des difficultés à maintenir le modèle économique.

Le fonds de roulement

Le fonds de roulement est calculé à partir du bilan : (capitaux propres / capitaux empruntés à moyen et long terme) – actif immobilisé. Un fonds de roulement négatif montre une entreprise sous-capitalisée qui rencontrera sûrement des difficultés de trésorerie.

Le besoin en fonds de roulement

Le besoin en fonds de roulement est calculé ainsi : (Stock + Créances client) – Dettes fournisseur, fiscales et sociales. Un besoin en fonds de roulement positif montre que l’entreprise ne dispose pas de suffisamment de ressources pour financer son activité.

À quoi sert le bilan comptable

Le bilan comptable montre la stratégie financière de l’entreprise, son mode de gestion, son taux d’endettement... et au final, sa santé financière !

Le bilan financier vs le bilan comptable

Le bilan comptable est le tableau tel qu’il doit être représenté dans les comptes annuels de l’entreprise. Le bilan financier quant à lui reprend les mêmes éléments que le bilan comptable, mais ses éléments sont réorganisés par échéance d’exigibilité de l’actif et du passif. Le bilan financier est souvent demandé par les banques en vue de vérifier la capacité de remboursement de l’entreprise.

Le bilan fonctionnel

Idem, le bilan fonctionnel reprend les éléments du bilan comptable en les réorganisant par fonction / utilité pour l’entreprise (pour le financement du cycle d’exploitation, pour l’investissement dans de nouvelles immobilisations, pour le remboursement des dettes...). Dans un bilan fonctionnel, les comptes « actif » et « passif » sont remplacés par les termes « emplois » et « ressources ».

Derniers articles
  • Le bilan de l’entreprise est un tableau obligatoire des comptes annuels à fournir à la clôture de l’exercice. Vous pouvez réaliser votre bilan comptable en vous basant sur les montants enregistrés dans votre logiciel de comptabilité pour les retranscrire dans un tableau de bilan sur Excel. La loi ne vous oblige pas à déléguer cette tâche à un expert-comptable, mais elle vous punit sévèrement en cas d’erreur ou de retard. De plus, si vous faites vous-même votre bilan d’entreprise, vous ne disposerez pas d’une certification des comptes et risquerez, plus que les autres entreprises, de subir un contrôle de l’administration fiscale. Avant d’établir le bilan de l’entreprise, vous devrez enregistrer l’état de vos stocks et en-cours, constater vos provisions, comptabiliser l’état de vos amortissements et réaliser ce qu’on appelle un « cut off » comptable.

  • Les SARL, comme toute entreprise soumise à un régime réel d’imposition, doivent déposer une liasse fiscale, qui doit retranscrire fidèlement les opérations réalisées au cours de l’exercice ainsi que la situation financière de l’entreprise. Cette liasse est composée d’une déclaration principale (l’imprimé 2065) et de 18 annexes (compte de résultat, bilan, amortissements, calcul du résultat fiscal…) et doit être déposée dans des délais particuliers. Si le recours à un expert comptable n’est pas obligatoire, il est néanmoins fortement conseillé.

  • Les capitaux permanents sont les ressources utilisables par une entreprise à moyen ou long terme. Ils sont différents des capitaux propres même s'il existe une relation entre les deux notions comptables. Le fonds de roulement également fait intervenir les capitaux permanents. Par ailleurs, les capitaux permanents constituent une partie du passif du bilan fonctionnel, dont l'analyse indique la santé financière de l'entreprise. On peut calculer des ratios financiers comme le ratio d'indépendance financière (RIF), ou encore le ratio de financement des immobilisations (RFI). Enfin, retrouvez la traduction en anglais de ce concept financier suivi d'un exemple.

  • Le report à nouveau est un poste comptable que l’on retrouve au passif du bilan d’une société. Il fait partie des éléments d’analyse de sa santé financière. Il montre si elle a enregistré des pertes durant les années antérieures et met l’accent sur sa politique d’investissement. L-Expert-comptable vous explique ce qu’est le report à nouveau : sa fiscalité, sa comptabilisation et son analyse.

  • Les créances clients représentent le chiffre d'affaire non encaissé du à un décalage entre la facturation et le paiement des clients. Pour fonctionner correctement, une entreprise doit pouvoir compter sur les fruits de son travail en percevant les règlements de ses clients à échéance prévue. Malheureusement, le constat économique des relations entre fournisseurs et clients, particulièrement dans le BtoB, fait état d’un trop grand nombre de retards de paiement, ou d’impayés purs.

  • En comptabilité, un compte correspond à un tableau utilisé pour enregistrer les entrées et sorties d'argent de l'entreprise. Il en existe 7 parmi lesquels le compte de tiers. Par le terme "tiers", on entend toutes les personnes morales ou physiques en relation avec l'entreprise. Voyons-les plus en détail.

  • De nombreux chefs d’entreprise se reposent sur leur expert-comptable pour tout ce qui relève des chiffres. Cependant, en fin d’exercice, l’expert-comptable ne peut bien souvent pas accompagner la totalité de ses clients dans leurs opérations de clôture. Le dirigeant peut notamment se retrouver seul pour procéder à l’inventaire et au chiffrage du stock, qui peut représenter un poste important à l’actif du bilan de l’entreprise.

  • Les PME françaises sont souvent confrontées à des problèmes de trésorerie qui peuvent les exposer à la faillite s'ils deviennent trop importants. Cette situation s'explique en partie par le fait qu'elles doivent souvent financer un poste client sur les clients qui pèse lourd dans leur bilan et la loi de modernisation de l'économie du 4 août 2008 n'a pas suffi à régler le problème. En effet, ce poste représentait 500 milliards d'euros pour les entreprises françaises en 2010. En 2011, les entreprises devaient supporter un délai moyen de paiement de près de deux mois et des retards de près de trois semaines.

  • Les entreprises sont confrontées à de multiples dates butoirs, relatives à leurs obligations comptables et fiscales.
    Parmi celles-ci, on retrouve celles afférentes à l’établissement du bilan.
    Les règles applicables diffèrent en fonction de la forme de l’entreprise concernée (soumise à l’IS ou à l’IR).

  • L’affacturage est un système bien connu des entreprises qui ont besoin de recouvrer les sommes impayées par leurs clients indélicats. Mais ce que peu de personnes savent, c’est que les solutions d’affacturage sont nombreuses afin de répondre aux divers besoins des professionnels. Affacturage client, affacturage des achats ou encore des exports sont autant de solutions qui peuvent sauver la trésorerie des entreprises. Bien sûr, il va sans dire que ce service à un coût qu’il convient de comparer entre toutes les sociétés d’affacturage avant de choisir son prestataire.

  • Les Produits Constatés d'Avance, ou PCA, sont une singularité à prendre en considération au moment de dresser le bilan d'une entreprise. Ils supposent de réaliser une petite gymnastique particulière quant aux écritures. Qu'est-ce qu'un PCA ? Comment l'enregistrer au niveau comptable ?

  • Avec la crise et malgré la LME, les encours clients continuent de peser lourd sur les épaules des sociétés. Des solutions existent pour gérer de manière optimale ce poste stratégique.
    Le point sur la question.

  • Les impayés et retards de paiement représentent un problème récurrent pour bon nombre d’entreprises et d’indépendants en France. Pour recouvrer les sommes en minimisant au maximum la perte de temps consacré à cette tâche, une stratégie efficace de gestion des impayés s’impose. Pour vous aider, voici en bref notre guide pour gérer ses impayés.

  • Les factures impayées concernent la quasi-totalité des entreprises de nos jours. Déstabilisation de la trésorerie, temps dédié aux relances, les impayés empoisonnent la bonne marche d’une entreprise. Un chiffre est édifiant : un quart des faillites de personnes morales sont dues aux impayés et aux retards de paiement. Si l’entreprise n’est pas complètement démunie face à cela, il est bien souvent préférable de faire appel à des experts pour récupérer ses créances.

  • Les règlements impayés représentent un vrai fléau dans notre système économique actuel. Quelques factures en attente depuis trop longtemps et c’est toute la trésorerie d’une structure, surtout si elle est de taille modeste, qui est mise à mal. Mais quelles solutions s’offrent au dirigeant ou à l’indépendant qui se retrouve dans cette situation délicate ? Ce sera soit la justice, soit un cabinet de recouvrement de créances.

  • Se faire payer ses factures ne devrait pas demander autant d’énergie aux entrepreneurs et indépendants. Les retards de règlements sont légions et les relances deviennent une action quotidienne et surtout chronophage. Enfin, quand il ne s’agit pas tout bonnement d’un impayé ferme de la part du débiteur. Heureusement, le créancier dispose de voies de recours pour récupérer son du.

  • Contre les problèmes d’impayés, les entreprises peuvent avoir recours à une gestion en interne, à un Huissier de Justice ou à un cabinet de recouvrement de créances. Si le recours à un Huissier ou un cabinet professionnel peut avoir un coût, la gestion des impayés en interne revient souvent plus chère à l’entreprise. Mobiliser une personne, payer des courriers en recommandé, puis patienter indéfiniment…

  • Dictature du TRI, règne de l’EBITDA : les accusations sont lourdes contre les organismes bancaires, dont les exigences seraient incompatibles avec les multiples facettes des difficultés traversées par les entreprises. La banque n’est pas en odeur de sainteté en période de crise, mais reste l’interlocuteur incontournable.

  • Les charges exceptionnelles correspondent à des faits exceptionnels, il ne provient pas de l’activité courante de l’entreprise. Les charges exceptionnelles viennent réduire le bénéfice réalisé par l’entreprise.

  • Le coût de Revient (02/04/2014)

    Le coût de revient d’un produit est la somme des charges liées à l’achat (matière première, coût d’approvisionnement...), la production (main d’œuvre, loyer...) et de distribution (commission, transport, emballage...) de ce produit.

  • Chaque entité a l’obligation d’établir son propre plan comptable, conformément au plan des comptes proposés par le PCG.

  • Il existe différent types de situations pour lesquels le recouvrement d'une créance peut se retrouver compromis. Détail des différents cas de figure.

  • A la fin d’un exercice comptable l’entreprise doit clôturer ces comptes, cependant certaines opérations sont en cours de traitement. En vue du principe d’indépendance des exercices, il faudra annuler en partie les charges et produits qui ont été comptabilisé par anticipation et les renvoyer sur le bon exercice comptable.

  • Emprunt ou Leasing ? (02/04/2014)

    Beaucoup d’entreprises hésitent sur le mode de financement pour un investissement :
    le leasing/crédit bail ou un emprunt ? Ces deux modes sont complètement différents et on arrive à presque une même dépense au niveau des échéances. Mais quand est-il au niveau des amortissements et des déductions d’impôts ?

  • Combien de fois avez-vous demandé votre bilan à votre comptable ne vous souciant que du résultat dégagé ? Ne vous inquiétez pas, vous n’êtes pas les seuls. En effet dans le langage de tous les jours ces deux notions sont mélangées pour n’en faire qu’une seule et même.
    Voyons ensemble la différence entre le bilan et le compte de résultat.

  • Dans le contexte économique actuel, une entreprise cherche des outils précis d’analyse dans le cadre d’investissement futurs et le continuité d’exploitation. L’un d’eux consiste à établir un bilan fonctionnel.

  • L’établissement des comptes annuels est souvent perçu comme une contrainte par les chefs d’entreprises, qui ne comprennent pas toujours les obligations comptables et juridiques qui en découlent. Voyons ici, pourquoi il est important d'établir ses comptes annuels.

  • Non, le fonds de roulement n’est pas une obscure notion de comptabilité destinée à vous embrouiller l’esprit. Oui, connaître son fonds de roulement est primordial pour piloter son entreprise de manière efficace. Concrètement, qu’est-ce que le fonds de roulement ? Comment le calculer et à quoi sert-il ? On vous dit tout sur L-Expert-Comptable !

  • Vous êtes chef d’entreprise et vous avez confié votre comptabilité à un expert-comptable pour pouvoir vous consacrer exclusivement au développement de votre activité, sachez que vous n’êtes pas un cas isolé, bien au contraire. Néanmoins, il est utile voire indispensable que vous ayez quelques notions comptables et surtout que vous sachiez comment lire votre bilan comptable. C’est l’objet de cet article, vous expliquer simplement le fonctionnement d’un bilan comptable afin que vous puissiez analyser le votre et le comprendre.

  • Lire un bilan comptable est indispensable pour quiconque souhaite juger de l’état de santé de son entreprise. En effet, il ne suffit pas de savoir ce qu’est un bilan pour le comprendre, mais il faut aussi savoir lire un bilan comptable afin d’en tirer les informations pertinentes et pouvoir prendre des décisions importantes pour préserver la santé de son entreprise. Lire un bilan comptable peut à première vue paraître complexe mais ce document est simplement une retranscription de la vie d’une entreprise à un instant donné que l’on va analyser.

  • L’Actif / Passif (20/03/2014)

    La notion d’Actif / Passif est issu représente ce que possède et ce que doit l’entreprise étudiée. On peut utiliser également le terme actif / passif dans le jargon financier. Ce qui nous intéresse aujourd’hui est la signification de l’actif et du passif dans l’étude du bilan d’une entreprise.

  • Le Bilan Fonctionnel (18/02/2014)

    Le bilan fonctionnel est une autre manière d’analyser les masses que présente le bilan comptable. Le bilan fonctionnel sert surtout à analyser d’où vient l’argent et comment il est utilisé. Cette présentation de bilan permet de rattacher des opérations à l’exploitation, au financier ou à l’investissement. Il permet également d’analyser la situation financière de l’entreprise étudiée.

  • Exercice Comptable (19/03/2014)

    Un Exercice comptable est une période délimitée par une date de début et une date de fin égale à 12 mois. L’exercice comptable permet d’analyser la performance d’une entreprise à une date arrêtée et de déterminer quand doit intervenir les obligations légales de l’entreprise.

  • La structure financière d’une entreprise est la répartition du bilan entre dettes et capitaux propres. Selon les secteurs, on retrouve un poids de la dette similaire. On calcule le ratio d’endettement suivant :

    Poids de l’endettement = Total du bilan / Capitaux Propres

  • "Comment lire son bilan comptable ?" est la question récurrente par excellence. Vous venez de recevoir votre bilan de santé et vous ne comprenez rien de ce qui est établi. Vous vous empressez d’appeler votre médecin pour qu’il puisse vous expliquer le compte rendu et éventuellement le traitement à suivre. Considérez le comptable comme le médecin de votre entreprise ! Son rôle est de vous aider à lire votre bilan comptable de votre entreprise et les éventuelles préconisations pour qu’elle se porte mieux. Adepte de l’automédication, prenez note des quelques traitements de base pour la santé de votre entreprise.

  • Le bilan comptable est un document qui se produit à la clôture de votre exercice comptable. Le bilan comptable constitue une photographie du patrimoine de votre société mettant en évidence ce que l'entreprise possède et ce qu'elle doit. De facto, le bilan comptable est nécessairement équilibré et il est la base de l'établissement du bilan fiscal.

  • Le passif du bilan (18/02/2014)

    Le passif du bilan est la partie du bilan qui regroupe les dettes de l'entreprise mais également ses capitaux propres. Dans ce sens le passif du bilan met en évidence les dettes qu'elle possède auprès des tiers mais également des actionnaires.

  • L'heure de votre bilan est arrivée et votre cabinet vous le remet comme à chaque fin de fin d’exercice. Comme d’habitude, il vous parle d’actif, de passif, de compte de résultat et vous n’y comprenez rien ! Essayions ensemble de comprendre de qu’il se cache dans ce bilan comptable.

  • La mise en demeure (20/02/2014)

    La mise en demeure est un document envoyé par un créancier à son débiteur afin de réclamer son du resté impayé soit par négligence soit par refus.

  • Les effets de commerce (20/02/2014)

    Les effets de commerces sont des documents émis par un créancier donnant ordre à un débiteur, par écrit et via une tierce personne, de payer une dette à un bénéficiaire à échéance. On compte parmi les effets de commerce la lettre de change ou un billet à ordre, entre autres. Les effets de commerce sont des moyens de paiement utiles aux entreprises dans le cadre de relations commerciales avec des délais de paiement. Cela permet de sécuriser et formaliser les conditions de paiement.

  • La liasse fiscale est un ensemble de documents fiscaux remis chaque année à l’administration fiscale lors de l’établissement des comptes de fin d’exercice. La liasse fiscale est composée du bilan, du compte de résultat, des immobilisations et les éléments hors bilan tel que la composition du capital social.

  • Une immobilisation est une acquisition destinée à une utilisation durable (pour une durée supérieure à un exercice comptable) par l’entreprise. Il existe plusieurs catégories d’immobilisation. L’immobilisation est à distinguer de la charge.

  • Un bilan comptable c’est un tableau résumant ce que possède l’entreprise et ce qu’elle doit. Le bilan comptable va permettre de catégoriser par nature et par exigibilité chaque poste référencé dans ce tableau. Un bilan comptable est arrêté à une date pour faire le point à un instant t sur la situation de l’entreprise.

  • La définition du principe comptable d'intangibilité du bilan d'ouverture : « le bilan d'ouverture d'un exercice doit correspondre au bilan de clôture de l'exercice précédent ». Cette définition est dictée par le code de commerce (Article L 123-19, alinéa3) et le plan comptable général (article 120-2).

  • Le bilan de l'entreprise, photographie à un instant T du patrimoine de l'entreprise, comprend l'actif et le passif. On peut également décomposer le bilan entre sa partie haute et sa partie basse.

  • Vous commencez à peine à comprendre ce qu'est un bilan que vous entendez déjà votre banquier vous parler de « haut de bilan » et de « bas de bilan ». Ceci n'est pas une stratégie de sa part pour vous déstabiliser mais bien des termes généralement employés, et sans piège de sa part, cela correspond aux différentes parties du bilan (parties supérieure et inférieure).
    Alors si vous ne voulez comprendre ce qu'est le « haut de bilan » cet article est fait pour vous.

Trouver un expert comptable en 3 clics !
FERMER X
Trouver un expert comptable pour la tenue de comptabilité et création d'entreprise