Impôts sur les sociétés

Les sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés (IS) doivent établir chaque année une déclaration de résultat (ou liasse fiscale) 2065 permettant de déterminer le résultat imposables, déficitaire ou bénéficiaire. En outre, elles doivent remplir un relevé de solde d’IS n°2572, permettant de déclarer l’impôt sur les sociétés à payer ainsi que les différents crédits et réductions d’impôt dont bénéficie l’entreprise.


Sociétés devant remplir une déclaration IS

Certaines entités sont soumises de plein droit à l’impôt sur les sociétés : les SARL, les SAS, les SCA ou les SCA. La plupart des sociétés de personnes peuvent opter pour l’IS et sont alors tenues de remplir une déclaration 2065 : les sociétés civiles, les SNC, les EURL…

Déclaration IS de résultat

La liasse fiscale permet de déterminer le montant du résultat fiscal, qu’il soit déficitaire ou bénéficiaire. Il est composé d’une déclaration récapitulative 2065 ainsi que de différentes annexes. Le nombre d’annexes dépend du régime applicable. Ainsi, il convient de remplir 18 annexes lorsqu’on est soumis au régime réel normal et 6 annexes lorsque le régime réel simplifié s’applique. Les annexes contiennent différentes informations concernant la situation financière de l’entreprise : bilan et compte de résultat, plus-values, détermination de la valeur ajoutée, suivi des déficits…

La déclaration 2065 et ses annexes doivent être transmises par voie dématérialisée dans les 3 mois suivant la clôture de l’exercice. Les entreprises clôturant le 31 décembre doivent déposer celles-ci au plus tard le 2ème jour ouvré suivant le 1er mai de l’année suivante.

Déclaration IS et solde de l’IS

Tout au long de l’exercice, la société doit payer des acomptes, calculés à partir de l’impôt de l’exercice précédent (le premier acompte est calculé à partir de l'avant dernier exercice). Le solde de l’IS correspond à la différence entre l’impôt du au titre de l’exercice et les acomptes versés au cours de celui-ci.

Le montant de l’impôt à payer est déterminé grâce au relevé de solde de l’IS (imprimé 2572). Sur celui-ci figurent le montant de l’impôt brut, calculé à partir du résultat imposable figurant sur la liasse fiscale ainsi que les réductions et crédits d’impôt venant diminuer celui-ci (crédit d’impôt recherche, crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi, crédit d’impôt apprentissage…).

Le solde de l’IS doit être télétransmis au plus tard le 15 du 4e mois qui suit la clôture de l’exercice. Lorsque celle-ci intervient le 31 décembre, la date limite de dépôt est fixé au 15 mai de l’année suivante.

 

 

Derniers articles
  • La contribution exceptionnelle de l’IS : c'est fini ! (16/08/2018)

    La contribution exceptionnelle est arrêtée depuis le 31 décembre 2016. Elle augmentait l'impôt sur les sociétés (IS) des entreprises faisant plus de 250 millions d’euros de chiffre d'affaires de 5% sur les exercices 2011 à 2013 et de 10,7 % sur les exercices de 2014 et 2015. Le calcul de la contribution exceptionnelle était dicté par l'article 219 du code des impots. La contribution exceptionnelle de l'IS pouvait imposer des entreprises jusqu'à 38% de leur bénéfice contre 33,33% pour les autres.

     

  • Quel taux d'Impôt sur les Sociétés en 2018 et 2019 ? (06/08/2018)

    L'impôt sur les sociétés est de 15% (taux réduit) jusqu'à 38.120€ de bénéfices de 2018 et 2019, puis et 28% jusqu'à 500.000 euros. L'impôts sur les sociétés baissera progressivement jusqu'à 25% en 2022. 

     

  • Acompte d’Impôt sur les Sociétés (IS) : définition, dates et modalités de versement (15/05/2018)

    L’Impôt sur les Sociétés (IS) désigne l’impôt dû par les entreprises domiciliées en France et soumises au régime de l’impôt sur les sociétés. L’IS est évalué sur la base du résultat fiscal. Il doit être réglé en plusieurs fois : 4 acomptes d’IS estimés sur le résultat de l’exercice antérieur puis le versement d’un solde d’IS à verser l’année suivante et régularisé par rapport au résultat de l’exercice concerné. Ainsi, la vie de l’entreprise est rythmée par son impôt, dont les modalités de calcul et le calendrier de paiement sont strictement fixés par la loi .

     

  • Le Taux réduit de l’Impôt sur les Sociétés (IS) (09/05/2018)

    Le taux réduit d’Impôt sur les Sociétés (IS) est égal à 15 % du bénéfice jusqu’à 38 120 euros. Il s’applique uniquement aux entreprises dont le chiffre d’affaires annuel hors taxes est supérieur à 7 630 000 euros, dont le capital est entièrement libéré et se voit détenu par des personnes physiques à hauteur de 75 % au minimum (ou par des personnes morales remplissant elles-mêmes à ces critères). En 2018, un taux intermédiaire d’IS égal à 28 % s’applique sur la tranche de bénéfice comprise entre 38 120 euros et 500 000 euros ou sur l’ensemble du bénéfice jusqu’à 500 000 euros pour une entreprise qui n’est pas éligible au taux réduit de l’IS. Le taux plein s’élève à 33.33 % du bénéfice au-delà de 500 000 euros.

     

  • Calcul et date de paiement de l’Impôt sur les Sociétés (IS) (03/05/2018)

    L’Impôt sur les Sociétés (IS) concerne les sociétés (EURL/SARL, SASU/SAS) lorsqu’elles sont soumises au régime de l’impôt sur les sociétés ou encore les Entreprises Individuelles à Responsabilité Limitée (EIRL) lorsqu’elles optent pour ce régime. Le calcul de l’impôt sur les sociétés implique de connaître son résultat fiscal et d’appliquer un taux dégressif selon la tranche de résultat.   

     

  • Quel régime d'imposition choisir entre l'IR et l'IS ? (02/05/2018)

    L’Impôt sur les Sociétés (IS) et l’Impôt sur le Revenu (IR) sont les régimes d’imposition auxquels sont soumises les sociétés, de plein droit ou sur option. Dans le régime de l’IS, le dirigeant perçoit une rémunération pour sa qualité de représentant légal, réintégrée au barème de l’impôt sur le revenu de son foyer fiscal. S’il est également associé, il peut percevoir un dividende intégré au barème de l’impôt sur le revenu. Dans une société (IR), le résultat de la société est directement intégré au barème de l’impôt sur le revenu du dirigeant.

     

  • L’amortissement excédentaire en 2018 : calcul, plafond (27/04/2018)

    Les entreprises ayant inscrit un véhicule à l’actif peuvent l'amortir afin de réduire leur résultat imposable. Toutefois, afin d’éviter les abus (comme l’utilisation à des fins professionnelles de véhicules coûteux sans lien direct avec l’activité exercée), l’amortissement ouvrant droit à déduction est plafonné. Le surplus devant être réintégré est appelé amortissement excédentaire. Petit point sur les règles applicables en la matière en 2018.

     

  • Calculer le résultat fiscal à partir du résultat comptable (27/04/2018)

    Le résultat fiscal est le montant du résultat de l'entreprise (bénéfice ou perte) utilisé pour calculer ses impôts. Le résultat fiscal s'obtient à partir du résultat comptable : résultat fiscal = résultat comptable + réintégrations - déductions

     

  • Calculer l’impôt sur les bénéfices des Sociétés (27/04/2018)

    Il existe deux types de sociétés, obéissant à des règles particulières en matière d'imposition des bénéfices : les sociétés soumises à l'IS et les sociétés soumises à l'IR. Dans le premier cas, la société est directement redevable de l'impôt et doit payer des acomptes. L'impôt dû est égal au produit entre le bénéfice imposable et le taux de l'IS. Dans le second cas, les associés sont imposables sur la quote-part de résultat leur revenant, qui vient majorer leur propre résultat (ou leur revenu imposable pour les personnes physiques). Le législateur a prévu de nombreux crédits et réductions d'impôt venant diminuer le montant de l'impôt du.

     

  • Taux d'Impôt sur les Sociétés (IS) : taux réduit, taux intermédiaire et taux plein (19/04/2018)

    Le taux d’Impôt sur les Sociétés (IS) est progressif. En 2018, il s’élève à 15 % (taux réduit) jusqu’à 38.120 euros de bénéfices puis à 28 % (taux intermédiaire) entre 38.120 euros et 500.000 euros de bénéfices puis à 33.33 % (taux plein) sur la tranche de bénéfice supérieure à 500.000 euros. Attention, seules les entreprises dont le chiffre d’affaires annuels hors taxes est inférieur à 7.630.000 euros et dont le capital est entièrement libéré et détenu à 75 % par des personnes physiques (ou des personnes morales qui remplissent ce critère), sont éligibles au taux réduit d’Impôt sur les Sociétés.

     

  • Carry-back : report en arrière des déficits (11/04/2018)

    Le report en arrière des déficits, appelé « carry-back », permet aux sociétés soumises à l'IS d'imputer le déficit constaté à la clôture d'un exercice sur les bénéfices des 3 exercices précédents l'exercice déficitaire. Cette imputation génère une créance sur le Trésor correspondant à l'IS acquitté sur les exercices bénéficiaires.

     

  • Carry back en 2018 : définition (10/04/2018)

    Le carry back, plus communément appelé « report en arrière des déficits », est un mécanisme comptable et fiscal qui consiste à déduire le déficit d’une entreprise sur ses 3 exercices précédents. La déduction du déficit intervient donc a posteriori, ouvrant droit à un crédit d’impôt pour l’entreprise. Il est égal à la différence entre l’impôt historique que l’entreprise a versé et celui qu’elle aurait dû verser si elle avait imputé directement ses déficits sur les exercices antérieurs. Le carry back est un mécanisme qui intervient dans des conditions particulières pour l’entreprise et les modalités de versement du crédit d’impôt sont réglementées par l’administration fiscale.   

     

  • Acompte de l'impôt sur les sociétés à payer avant le 15 mars (13/03/2018)

    Les sociétés soumises à l'impôt sur les sociétés doivent payer un acompte de l'IS avant le premier mars (1er acompte pour les sociétés clôturant entre le 20 novembre et le 19 février, 2ème acompte pour celle clôturant entre le 20 août et le 19 novembre, 3 ème acompte pour celles clôturant entre le 20 mai et le 19 août et 4ème acompte pour celles clôturant entre le 20 février et le 19 mai). Il s'agit du premier acompte, où le taux de 28%, prévu par la loi de finances pour 2017, s'applique.  

     

  • Modèle de lettre : demande d’option pour l’impôt sur les sociétés (26/01/2018)

    Certaines sociétés sont soumises par nature à l’impôt sur le revenu (translucidité fiscale) : SNC, sociétés civiles, EURL… L’associé est imposé sur la quote-part de résultat lui revenant. Il peut être possible d’opter pour l’ impôt sur les sociétés afin que les sociétés soient imposées sur leur bénéfice. Cette option peut être formalisée lors de la constitution de la société ou ultérieurement. L’option doit être réalisée au plus tard avant la fin du troisième mois de l’exercice au titre duquel la société souhaite être soumise à l’IS. Par exemple, une EURL clôturant son exercice au 31 décembre pourra opter pour l’IS jusqu’au 31 mars.  

     

  • L'acompte d'impôt sur les sociétés : les différents cas (05/01/2018)

    L'acompte de l'impôt sur les sociétés (IS) est requis dès lors que la société est soumise à l'impôt sur les sociétés (IS). L'acompte est versé en 4 fois. Son calcul est basé sur l'impôt sur les sociétés (IS) dû de l'exercice précédent.Chaque acompte d'IS correspond à 25% de l'IS N-1. Si l’IS de l'année précédente n'excède pas 3.000€ ou si l'entreprise étant en création, il n’y a pas d’acompte à verser. Le redevable reçoit un formulaire 2571, avant ces échéances faisant état du montant à régler.

     

  • Le régime fiscal et social des mandataires sociaux (04/01/2018)

    Les mandataires sociaux (gérants de SARL ou d’EURL, présidents de SAS, PDG ou directeurs généraux de SA) sont soumis aux charges sociales et à l’impôt sur le revenu sur la rémunération qui leur est allouée, après un abattement forfaitaire de 10%. Il est possible de déduire des frais réels lorsque les frais professionnels réellement supportés par le dirigeant excèdent le montant de cet abattement (frais de repas). Les dividendes bruts sont imposés de 60% de leur valeur. Pour les cotisations sociales, les associées d’une SARL ou EURL sont soumis au régime général des indépendants alors que les associés d’une SAS ou SASU sont soumis à la sécurité sociale.

     

  • Impôts sur les sociétés: le taux réduit (28/12/2017)

    L'impôt sur les sociétés est bien souvent l'impôt le plus important pour de nombreuses entreprises. Beaucoup de sociétés sont soumises à l'impôt sur les sociétés.

     

  • Impôt sur les sociétés : déclaration de solde (13/12/2017)

    L’impôt sur les sociétés (IS) est requis dès lors que la société est soumise à l’impôt sur les sociétés (IS). La déclaration de solde d’Impôt sur les sociétés (IS) doit être déposée dans les trois mois suivant la clôture des comptes. Son calcul est basé sur le résultat fiscal de l’année, qui est une donnée établie par la comptabilité.

     

  • Le taux réduit de l'impôt sur les sociétés (13/12/2017)

    Depuis quelques années, les petites et moyennes entreprises bénéficient d'un traitement fiscal assez avantageux. En effet, le législateur a voulu favoriser ces entités qui constituent l'un des moteurs principaux de l'économie et qui se caractérisent par un besoin important de financement. On peut ainsi citer le cas des réductions d'impôt pour la souscription dans le capital des PME. Parmi les autres avantages dont elles peuvent bénéficier, il convient de mentionner le taux réduit de l'impôt sur les sociétés, qui permet de diminuer très ostensiblement la charge fiscale.

     

  • Le taux de l’impôt société (IS) (13/12/2017)

    Le taux de l’impôt société (IS) diffère selon les cas. Il existe à ce jour deux taux d’impôt société (IS) : le taux réduit de l’impôt société (IS) (15%) et le taux plein de l’impôt société (33.1/3%). Les conditions d’obtention du taux réduit sont particulières et ne concernent pas toutes les entreprises. Revenons sur ces différences concernant le taux de l’impôt société (IS). 

     

  • Les nouveaux taux de l’impôt sur les sociétés (IS) (13/12/2017)

    Le taux de l’impôt sur les sociétés (IS) en France fait souvent l’objet de critiques, du fait qu’il soit élevé par rapport à celui des autres pays de l’OCDE. Toutefois, cette considération doit nuancée, car les règles en matière d’assiette de l’impôt sont assez avantageuses (exonérations, abattements…). Néanmoins, conscient du problème et voulant provoquer un « choc psychologique », le gouvernement a prévu une baisse progressive de l’impôt sur les sociétés, qui sera achevée en 2020.

     

  • Zones Franches Urbaines (12/12/2017)

    Les zones franches urbaines (ZFU) doivent attirer l’attention des créateurs d’entreprises et peuvent vous permettre par exemple d’être exonéré de CVAE et de CFE (l’ancienne taxe professionnelle). Les avantages des zones franches urbaines ne se limitent pas aux exonérations fiscales mais également aux exonérations de cotisations sociales. Que sont les zones franches urbaines et comment bénéficier des exonérations pour les ZFU.

     

  • La fiscalité des entreprises (11/12/2017)

    La fiscalité est souvent une notion complexe pour les entrepreneurs. Ils sont souvent perdus parmi les multiples régimes fiscaux et régimes d’imposition, sans réellement savoir en quoi ils consistent et, plus important encore, auxquels ils sont soumis.

     

  • Impôt des sociétés de personnes (SNC, EURL, SARL, SA, SAS) (11/12/2017)

    Les sociétés de personnes ne sont pas par elles mêmes redevables de l’impôt. Celui-ci est payé par les associés en fonction de la quote part de résultat leur revenant. On parle alors de sociétés translucides par opposition aux sociétés opaques comme les sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés qui doivent directement s’acquitter de l’impôt. Cette singularité rend le régime d’imposition des sociétés de personne très complexe, puisqu’il faudra prendre en considération la nature des différents associés.

     

  • Les grands principes du Carry Back (07/12/2017)

    Peut être connaissez – vous le principe du carry back, principe selon lequel il est possible de reporter un déficit sur les bénéfices des 3 années antérieures à celles du déficit. Si ce principe est aisément compréhensible, son application est plus complexe qu’il n’y paraît.

     

  • Acompte d’IS : exonération, calcul, versement (28/11/2017)

    Tout savoir sur les acomptes de l'impôt sur les sociétés

     

  • Remplir sa déclaration de solde d'impôt sur les sociétés (IS) - 2572 (11/10/2017)

    Le relevé de solde sur l'impôt sur les sociétés (IS) est un formulaire annuel que vous recevez dès lors que la société est soumise à l'impôt sur les sociétés (IS). L'obligation déclarative intervient au plus tard dans les 3 mois suivant la clôture de l'exercice comptable. Ainsi, vous réceptionnerez le formulaire « 2572 - solde d'IS » dans les mois suivants cette date. L'impôt sur les sociétés (IS) de l'année est calculé en fonction du résultat fiscal de l'exercice.

     

  • Optimisation fiscale : 7 astuces pour payer moins d’impôt sur les sociétés (10/10/2017)

    De nombreuses entreprises cherchent des astuces d'optimisation fiscale pour payer moins d'impôts sur les sociétés parce qu'elles se plaignent de la charge fiscale et sociale pesant sur elles. Il est vrai que le montant des cotisations sociales est particulièrement lourd, que le taux de l’IS est l’un des plus élevés du monde et que de nombreuses autres contributions viennent grever leur budget. Toutefois, il existe de nombreux leviers permettant de réduire cette charge, concernant notamment l’impôt sur les sociétés. Nous allons aborder 7 de ces leviers.

     

  • Comment gérer un trop payé d’impôt ? (04/10/2017)

    Il peut arriver qu’il faille gérer un trop payé d’impôt, du fait, souvent, d’une erreur de la part du contribuable ou de l’administration. Si, dans la plupart des hypothèses, les contribuables font l’objet de redressements du fait d’insuffisances déclaratives, le cas inverse peut aussi se présenter. Comment faut-il procéder en pareil cas ? Quelles sont les règles applicables en matière de prescription ? Cet article vient apporter quelques réponses.

     

  • Comment fonctionne l’Impôt sur les Sociétés (IS) ? (04/10/2017)

    L’impôt sur les sociétés (IS) est un impôt français qui vise uniquement les personnes morales, appelées sociétés de capitaux. Les personnes physiques ou les sociétés de personnes n’en sont redevables que sur option. L’IS représente 12 % des recettes fiscales de l’État et concerne 1 tiers des entreprises françaises.

     

  • IR ou IS : entreprises concernées, particularités et avantages de l'IR et de l'IS (21/08/2017)

    Il existe deux régimes d'imposition concernant le bénéfice des entreprises: l'impôt sur les sociétés et l'impôt sur le revenu (ou translucidité fiscale ). Dans le premier cas, l'entreprise est directement redevable de l'impôt, calculé à partir de son bénéfice imposable. Dans le second cas, les associés sont imposés sur la quote-part de résultat leur revenant. Chaque régime comporte des avantages et des inconvénients et le choix à effectuer dépend des circonstances.

     

  • Impôt sur les sociétés - la déclaration de solde (19/07/2017)

    La déclaration de solde permet à l'entreprise de déclarer le solde d'impôts sur les sociétés qu'elles doivent payer. Après avoir complété leur déclaration de solde (déclaration 2572-SD) elles doivent la trasmettre au Service des Impôts des Entreprises (SIE) dont elle relève. Si l’entreprise se trouve en situation d’excédent d’IS versé, elle devra le déclarer en complétant la déclaration 2573-SD. Rappel: une entreprise doit payer son solde d'impôt au plus tard le 15 mai de l'année suivant la clôture de son exercice comptable si celui-ci s'est clôturé le 31 décembre. Sinon elle doit payer son solde au plus tard le 15ème jour du 4ème mois suivant la clôture de l’exercice.

     

  • Carry back 2013 (21/01/2015)

    Le carry back est un dispositif très intéressant bénéficiant aux sociétés soumises à l’IS. En effet, ces dernières peuvent imputer leurs déficits sur les bénéfices antérieurement réalisés, ce qui fait naître une créance sur le Trésor. Le présent article vous propose de découvrir les règles qui s’appliqueront en la matière en 2013.

     

  • Les exonérations d’impôts locaux 2013 (21/01/2015)

    Les contribuables vont bientôt devoir s’acquitter de la taxe d’habitation et de la taxe foncière. Ces dernières contributions ont subi une inflation assez importante ces dernières années, constituant désormais un poids financier non négligeable. Afin d’alléger la charge fiscale pouvant peser sur certains contribuables, le législateur a prévu un certain nombre d’exonérations, que cet article vous propose de découvrir.

     

  • Les déficits des sociétés soumises à l’IS 2014 (16/07/2014)

    La gestion des déficits est un élément très important dans les sociétés soumises à l’IS. En effet, ceux-ci peuvent s’imputer sur les bénéfices futurs et peuvent même fait l’objet d’un report en arrière. Petit point sur les règles actuellement applicables.

     

  • Une baisse d’impôt d’ici 2017 ? (16/06/2014)

    François Hollande a promis une baisse d’impôt d’ici la fin de son mandat, après une hausse continue depuis 4 ans environ. Simple effet d’annonce pour calmer la fronde anti fiscale ou objectif réaliste ? Le présent article se penche sur cette problématique.

     

  • Réduire son IS en 2014 (26/05/2014)

    Le législateur a créé un grand nombre d’avantages fiscaux permettant de réduire son impôt sur les sociétés. Voici les principaux leviers pouvant être utilisés.

     

  • Formulaire de déclaration d'impôt sur les sociétés 2065 (05/05/2014)

    L'imprimé 2065 est à remplir par les sociétés assujetties à l'impôt sur les bénéfices. Elle sert à déclarer les résultats des sociétés aux impôts. Ce formulaire de déclaration d'impôt sur les sociétés doit être retourné avant la date limite de dépôt pour éviter de recevoir une pénalité pour déclaration en retard.

     

  • Comment réduire son impôt sur les sociétés 2013 (31/03/2014)

    Si la France a créé un véhicule original, la société de personnes, qui fait des associés les redevables de l’impôt, l’impôt sur les sociétés demeure toutefois la clef de voute de l’imposition directe des sociétés. Ainsi, si on excepte la plupart des sociétés patrimoniales, l’IS concerne une grande part des sociétés françaises. Voici, quelques moyens permettant de réduire son montant.

     

  • Impôt sur les sociétés 2013: les exonérations de plus values (26/03/2014)

    Contrairement aux sociétés soumises à l’impôt sur le revenu, il existe peu de dispositifs d’exonération pour les sociétés redevables de l’IS. Ainsi, par exemple, les ventes d’immeubles sont presque toujours pleinement imposées (après réintégration des amortissements). Toutefois, certaines plus values sont quand même exonérées.

     

  • Impôt sur les sociétés 2013 : le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (26/03/2014)

    L’assiette de ce crédit d’impôt est constitué des salaires versés n’excédant pas 2,5 SMIC (ce seuil d'application est brutal ; ainsi, les salaires excédant celui-ci sont exclus du dispositif). Son taux est de 4% pour les rémunérations versées en 2013 et 6% pour celles versées en 2014. Cet avantage fiscal a une vocation quasi universelle et peut bénéficier à toutes les entreprises.

     

  • Remplir sa déclaration d'acompte d'impôt sur les sociétés (IS) - 2571 (20/03/2014)

    La déclaration d'acompte sur l'impôt sur les sociétés (IS) est un formulaire trimestriel que vous recevez dès lors que la société est soumise à l'impôt sur les sociétés (IS). L'obligation déclarative intervient les 15 mars, 15 juin, 15 septembre et 15 décembre. Ainsi, vous réceptionnez le formulaire « 2571 - acompte d'IS » faisant majoritairement état du montant à payer. Celui-ci se base sur l'impôt sur les sociétés (IS) liquidé de l'année précédente.

     

  • Réduisez votre impôt sur les sociétés en 2013 avec nos conseils (18/03/2014)

    Si la France a créé un véhicule original, la société de personnes, qui fait des associés les redevables de l’impôt, l’impôt sur les sociétés demeure toutefois la clef de voute de l’imposition directe des sociétés. Ainsi, si on excepte la plupart des sociétés patrimoniales, l’IS concerne une grande part des sociétés françaises. Voici, quelques moyens permettant de réduire son montant.

     

  • Les bénéfices agricoles (10/03/2014)

    Exploitants agricoles, le présent article vient vous expliquer la fiscalité de vos bénéfices

     

  • La suppression de l'imposition forfaitaire annuelle (28/02/2014)

    Il est rare de voir un impôt disparaître, mais lorsque cela se produit, il est nécessaire d'être attentif aux modalités de suppression de cet impôt. Découvrons ensemble comment l'imposition forfaitaire annuelle va disparaître.

     

  • L’impôt sur les sociétés (17/02/2014)

    Les sociétés de capitaux sont en principe soumises à l'impôt sur les sociétés (IS). Ces sociétés possèdent ainsi un capital propre, juridiquement distinct du patrimoine des associés, ce qui permet l'application du prélèvement fiscal. De plus, l'institution d'un IS permet de ne taxer que les actionnaires à l'impôt personnel sur le revenu que sur la part du profit qui leur est distribuée, alors qu'en l'absence d'IS, ils seraient taxés sur la totalité des bénéfices.

     

  • La CCSF, une commission qui mérite d’être connue (17/02/2014)

    Lorsque les charges et impôts impayés se cumulent et que les tolérances accordées par l’administration ne suffisent plus, toute entreprise peut saisir la CCSF de son département pour l’accompagner.

     

  • L’impôt sur les sociétés (IS) (17/12/2013)

    L’impôt sur les sociétés (ou IS) touche toutes les sociétés qui ne sont pas soumises au régime des sociétés de personnes ou qui ne sont pas visées par un dispositif d’exonération. Son taux, qui a régulièrement baissé durant ces dernières décennies, atteint 33,3% ou 15% lorsque certaines conditions sont remplies. Ainsi, son impact financier sur les sociétés est très important et il constitue un facteur prédominant à prendre en considération dans la gestion des entreprises. Toutefois, le poids d’un impôt ne se mesure pas simplement au taux d’imposition applicable mais également à l’étendue de la base d’imposition et à la possibilité de bénéficier de certains avantages fiscaux. Ainsi, ces éléments seront pris en compte dans la présente étude, qui traitera également des formalités déclaratives relatives à l’impôt sur les sociétés.

     

New call-to-action
Votre compta  pour 80€ / mois EN SAVOIR PLUS New call-to-action