Projet / Idée de création d'entreprise

Comment avoir une bonne idée de création d’entreprise ? La recette parfaite qui permet de savoir si une entreprise réussira ou pas n’existe pas, cependant, il est possible (et recommandé) de vous valider quelques points.

Créer une entreprise selon le secteur d’activité ce n’est pas récolter le même niveau de concurrence ou de barrière à l’entrée.

Si vous avez pour projet de créer une entreprise sur internet l’investissement initial est relativement réduit, ce qui est un avantage, cependant réussir sur un projet de site internet aujourd’hui demeure chose difficile à la vue de la concurrence et la technicité du webmarketing.

Voici les étapes qui vous aideront à cerner les difficultés que vous rencontrerez.

Comment trouver le bon projet de création d’entreprise ?

Créer une entreprise c’est résoudre un problème. Une fois votre projet en tête pensez à en parler autour de vous : affinez le besoin, la cible des personnes que vous allez viser.

Une première validation de besoin est l’étape minimale, si toutes les personnes que vous visez autour de vous  : soit ne rencontrent pas le problème que vous tentez de résoudre, soit ne considèrent pas ce problème comme majeur, il faudra revoir votre copie.

Les entrepreneurs sont amenés à pivoter à maintes reprises avant de trouver la proposition de valeur qui aura une chance de rencontrer un marché et donc de réaliser des ventes.

Il faudra donc beaucoup de ténacité et de persévérance de la part de l’entrepreneur afin de ne pas lâcher et d’arriver à cerner le bon problème avant que ses ressources ne s’épuisent.

Trouver une bonne idée c’est avoir de bons conseils : rencontrer des experts du secteur que l’on vise

Contacter un entrepreneur ou un travailleur du secteur dans lequel on souhaite se lancer c’est pratiquement avoir une étude de marché gratuitement.

L’expérience de votre entourage, réseau et personnes que vous allez démarcher se révèlera être un gain de temps précieux. Vous vous lancez dans la production de crème hydratantes, rien de mieux qu’un entrepreneur du secteur qui connait les contraintes d’approbation de vos produits, le marché cibler, le prix fixer, etc ...

Cette étape peut-être une partie du business plan, c’est pour cette raison entre autres que le business plan est un document qu’il faut réaliser avant de créer son entreprise, car ce document vous obligera à effectuer toutes ces démarches de validation de votre projet.

Le cas de projets innovants

Les projets innovants sont ceux qui bénéficient du plus grand dispositif d’aide à la création : financement et crédits d’impôts.

Si votre entreprise comporte une forte composante en R&D il y a des chances que vous puissiez être éligibles au crédit d’impôt recherche ou au crédit d’impôt innovation.

Par ailleurs, les incubateurs, accélérateurs et fonds d’investissements sont toujours très à l’écoute de ce type de projets et proposent des partenariats, dont :

  • domiciliation, espace de coworking
  • investissement au sein du capital de l’entreprise
  • aide au développement commercial

Le statut d’auto entrepreneur pour valider son projet de création d’entreprise

L’auto entreprise est un moyen idéal pour tester son projet, commencer à facturer sans devoir à effectuer un suivi fiscal et comptable complexe.

Par ailleurs, ce statut permet tout en restant salarié de pouvoir mettre sur pied une activité parallèle (au moins au départ).

Dès le dépassement de seuil il faudra alors migrer vers un statut de société.

Derniers articles
  • Bonne nouvelle ! Vous n’êtes pas obligé de valider un diplôme ou de suivre une formation en gestion pour entreprendre. Il y aurait même 15 % des dirigeants français qui n’auraient actuellement aucun diplôme à revendiquer. Par contre, créer une entreprise et la gérer nécessitent un certain nombre de compétences ; des bases en comptabilité, gestion, fiscalité, mais aussi des qualités de chef d’entreprise, comme le pragmatisme, l’organisation... Sans oublier la nécessité de travailler votre aspect commercial ! Vous pouvez vous sensibiliser au métier d’entrepreneur en suivant des formations rapides à la création d’entreprise et à la gestion auprès de la Chambre de Commerce et d’Industrie. Attention, certains métiers réglementés nécessitent de valider un diplôme dans le cœur de métier visé pour pouvoir l’exercer (avocat, expert-comptable ou certains métiers de l’artisanat comme électricien, coiffeur...).

  • Le monde des affaires connaît de grands bouleversements et on commence à voir apparaître de nouveaux concepts, visant à stimuler la créativité des entrepreneurs. C’est ainsi le cas des coopératives d’activité et d’emploi offrant aux porteurs de projet un statut d’entrepreneur salarié ainsi qu'un accompagnement individuel. Le nouvel entrepreneur va ainsi pouvoir « tester » son activité dans le cadre de ces structures, que l'on peut trouver sur l'ensemble du territoire français.

  • Ouvrir sa propre entreprise est un rêve que partagent plus de 2.4 millions de Français. Si l’aventure entrepreneuriale est séduisante, les étapes pour créer son entreprise avec succès sont nombreuses. De l’étude de marché à la formalisation du modèle économique, de la validation de la rentabilité du projet au choix du statut juridique ; lancer une société ou une entreprise individuelle ? De nombreuses questions vous attendent ! Quelles sont les étapes pour monter une affaire et réussir à la faire fructifier ?

  • Trouver un nom de société original est une étape difficile. Le nom de l’entreprise doit être disponible sur Internet, non utilisé par des concurrents, représentatif de vos valeurs… Vous acquérez la propriété du nom commercial en immatriculant votre entreprise au RCS ou au RM, mais l’étendue de la protection sera territoriale et non nationale. Pour aller plus loin, vous pouvez déposer votre nom en tant que marque à l’INPI.

  • Vous souhaitez créer votre entreprise tout en conservant votre emploi en parallèle. C’est possible, en auto-entreprise ou sous forme de société, à condition de respecter l’obligation de loyauté qui vous lie à votre employeur et de ne pas avoir une clause de non-concurrence dans votre contrat de travail. Par ailleurs, vous pouvez vous salarier de votre propre entreprise, sous certaines conditions très strictes.

  • Selon l’INSEE, les motivations à créer son entreprise sont principalement : la volonté d’être indépendant, le goût du challenge ou la nécessité de créer son propre emploi. Savoir pourquoi on veut créer sa boîte permet d’identifier ses faiblesses, ses ambitions et révèle ainsi notre personnalité profonde. Comment faire le point ?

  • Un serial entrepreneur, pour entrepreneur en série, aime les nouvelles opportunités, l’excitation de la création. Le défi que cela représente l’anime beaucoup plus que d’assurer la gestion quotidienne d’une entreprise. Ce n’est pas le nombre d’entreprises créées qui définit le serial entrepreneur, mais bien sa mentalité et ses valeurs.

  • Le mentor d’entreprise est en général un dirigeant à la retraite ou en activité. Son expérience dans l’entrepreneuriat lui permet de soutenir le dirigeant dans les aspects techniques et humains de la création d’entreprise. Faire appel à un mentor entrepreneur permet d’optimiser ses chances de réussite. 72 % des créateurs d’entreprises qui ont été accompagnés passent le cap difficile des trois années d’existence, contre un peu plus de 60 % pour les entrepreneurs qui ont créé seuls leur entreprise. Il est reconnu que les chefs d’entreprise qui sont conseillés durant les étapes de création réussissent mieux que les autres : préparation au métier de dirigeant, accès plus rapide à l’information, aide aux prises de décisions… Dans ce contexte, le mentor d’entreprise a le vent en poupe !

  • Créer une auto-école nécessite de respecter une réglementation stricte qui varie selon que l’on soit uniquement gérant de l’entreprise ou également moniteur d’auto-école en parallèle. L-Expert-comptable vous explique en détail les conditions d’installation liées à l’ouverture d’une auto-école, le lieu d’immatriculation et le coût lié à la création d’une auto-école.

  • Un mineur émancipé peut créer son entreprise, devenir associé et même la diriger. Cette démarche peut être conditionnée par la réglementation en vigueur dans le secteur d’activité visé ou nécessiter l’autorisation du juge des tutelles, dans le cas où il souhaite devenir commerçant, notamment. L-Expert-comptable définit la notion juridique de mineur émancipé puis détaille la création d’entreprise par un mineur émancipé, selon le secteur d’activité, son statut au sein de l’entreprise et la forme juridique qu’il vise.

  • Les conseils pour ouvrir une entreprise qui marche : une entreprise qui fonctionne est une entreprise qui réalise des profits et rembourse son investissement de départ. Avant cela, le projet en amont doit valider qu'il répond bien à un besoin, cibler un segment qui rencontre ce besoin et le résoudre de façon profitable. L-Expert-comptable vous explique les démarches à accomplir pour ouvrir une entreprise qui marche : le choix du secteur d’activité, la validation de son marché, mais aussi la réalisation des prévisions financières, le choix du statut juridique et la recherche des bons partenaires pour développer son entreprise.

  • Il est possible de créer une entreprise avec très peu d'argent et surtout un bon projet et de la motivation. En France, plusieurs organisme tel Pole Emploi accompagnent les entrepreneurs qui n'ont aucune ressource. Il existent des aides diverses: soutien financiers, conseil gratuit d'expert en gestion d'entreprises, salon spécialisés, mise en relation...etc. La réussite passe fondamentalement par la maîtrise de son cœur de métier, et par une détermination sans faille.

  • On entend souvent dire que l'entrepreneur est seul et qu'il est l'unique responsable de ses décisions. Ce n'est certes pas faux, mais la réalité est tout de même différente, et il existe aujourd'hui de plus en plus de solutions pour prendre les bonnes décisions et éviter de faire les erreurs que d'autres ont déjà commises. Petit panorama des solutions de conseil dont peuvent bénéficier les entrepreneurs.

  • La création d'un boutique en ligne suppose de suivre une certaine marche à suivre, garante du bon lancement de l'opération. Des actions qui se conduisent en parallèle pour la plupart.

  • Les seniors âgés de plus de 45 ans sont loin d'être tous des individus sans dynamisme impatients de prendre leur retraite. En effet, d'après une enquête deux millions de seniors souhaiteraient créer leur entreprise. Près de 90000 d'entre eux se lancent dans l'aventure chaque année. Environ le quart de ces créateurs sont des gens qui ont pris leur retraite, mais qui tiennent à garder leur statut social et à rester actifs.

  • Envie de partir étudier à l'étranger ou de préparer une vie future hors de France ? L-Expert-comptable.com vous dresse ainsi une liste de quelques destinations prisées et de leurs avantages si vous souhaitez vous expatrier quelques temps.

  • Créer son entreprise à l’étranger est une aventure qui se prépare autant, si ce n’est plus, qu’une création en France. Certains pays ont la réputation d’être très intéressants pour les créateurs, mais il est important de se renseigner en profondeur avant de sauter le pas.

  • Devenir entrepreneur est le rêve de beaucoup de Français. Tout le monde ne saute pas le pas, et pourtant ! Entreprendre implique certes un investissement important en temps, en argent et en énergie. Mais créer son entreprise demeure une aventure extraordinaire. Voici 6 bonnes raisons de devenir entrepreneur.

  • Immatriculation : les oublis fréquents
    Le centre de formalité des entreprises (CFE) est bien connu de nos entrepreneurs. Il enregistre les déclarations d’immatriculation, aux fins de les transmettre aux organismes concernés, comme les impôts, l’URSSAF ou encore l’INSEE. Si la procédure d’immatriculation est réglée comme du papier à musique, quelques démarches complémentaires restent à réaliser.
    Pour une immatriculation réussie, n’oubliez pas votre pense-bête !

  • L’échec, considéré outre-Atlantique, dénoncé en France, pour monter son entreprise

  • Dans un souci d'équilibrer les forces économiques sur tout le territoire national, le Réseau Rural français, organisme placé sous la houlette du Ministère de l'Agriculture, a initié différentes actions en faveur de l'entreprenariat en milieu rural. L'essentiel.

  • Entreprendre n’est pas aisé et il est facile de commettre des erreurs. Voici une liste non exhaustive des pièges à éviter quand on crée son entreprise.

  • Le web 2.0 (ou « Notre monde ultra connecté ») a fait naître une nouvelle tendance. Exit le stress des déplacements, les problèmes pour concilier sa vie personnelle avec sa vie professionnelle. Aujourd’hui, beaucoup de métiers permettent de travailler chez soi, derrière son ordinateur.

  • Facebook, Microsoft et autre Apple sont autant de success stories qui tendent à prouver que devenir son propre patron est la panacée. Mais à y regarder de plus près, le sujet est plus complexe qu’il y paraît…

  • La dynamique entrepreneuriale n’a cessée de croître durant ces deux dernières décennies. Les créations d’entreprises, particulièrement dans le secteur des TPE/PME, ont explosées, donnant naissance à de nouveaux espoirs (et à de nouveaux marchés). Force est de constater que les idées bouillonnent, particulièrement chez les créateurs de petites structures qui n’ont pas fréquentés les bancs des grandes écoles de commerce. Alors, monter sa boîte est-ce la solution pour l’individu comme pour l’économie du pays ? Peut-être, si nos élites politiques arrêtent de faire la sourde oreille.

  • Par définition une association est un regroupement de personnes qui souhaitent s’unir pour promouvoir un art, gérer un espace culturel, créer des animations, …… La France compte un très grand nombre d’associations, certaines à un but non lucratif (la plupart) et d’autres à but lucratif, ces dernières ayant alors les mêmes obligations qu’une entreprise.

  • Comment faire pour créer un site Internet pour une profession libérale ? Voilà une question qui touche de nombreux indépendants n’ayant pas les moyens suffisants pour investir à long terme sur un site internet. Si vous êtes dans cette situation, voici quelques pistes qui vous permettront d’avoir votre propre site, sans forcément mettre en péril votre trésorerie.

  • L’essaimage est une nouvelle pratique qui séduit de plus en plus d’employeurs et a permis la création de 800 entreprises en 2012. Une innovation en faveur de l’entreprenariat qui plait pour les bonnes raisons.

  • Assurer la gérance d’une SARL et en être salarié, c’est possible, à condition de ne pas en être l’actionnaire majoritaire ou unique. Il faut cependant veiller à respecter l’ensemble des conditions relatives au cumul.

  • L’indivision est une situation juridique qui permet de répartir des droits de même nature entre plusieurs personnes.
    Ainsi, l’indivision n’aboutit pas à la division matériel d’un immeuble, mais chaque indivisaire dispose d’une part de l’ensemble.
    L’indivision est plus souvent subie que volontaire, néanmoins l’indivision conventionnelle peut être choisie, un certain formalisme est à respecter, les droits et obligations diffèrent de l’indivision légale.

  • La liberté d’association permet à toute personne, physique ou morale, de créer une association. La loi du 1er Juillet 1901 définit le contrat d’association. Si l’association est facilement constituable et présente des avantages par rapport aux autres statuts, elle doit malgré tout répondre à un cadre précis qui implique certaines obligations et limites.

  • Vous venez de créer votre entreprise, et les tâches administratives ne vous intéressent guère, fort logiquement. Attention car de nombreux établissements vont vous solliciter afin de souscrire à différents types de services. Le cabinet L-Expert-comptable.com attire donc votre vigilance sur de nombreuses arnaques circulant en ce moment.

  • Afin de favoriser l’initiative individuelle et l’esprit d’entreprise, la n° 2010-658 du 15 juin 2010, entrée en vigueur le 1er janvier 2011, autorise désormais les mineurs non émancipés, âgés de 16 à 18 ans, à créer et diriger une entreprise en France.

  • Ouvrir un spa (06/03/2014)

    Ouvrir un spa ne nécessite pas de diplôme spécifique. Une étude de marché, ainsi qu'un business plan seront toutefois nécessaires. Ce dernier vous indiquera le budget à prévoir, mais aussi les recettes futures. Les formes juridiques sont variées : société, entreprise individuelle ou auto-entreprise. Des formalités administratives liées à la rédaction des statuts et à l'immatriculation sont indispensables. Sachez par ailleurs qu'il est possible d'ouvrir un spa chez soi. Si vous avez suffisamment d'espace, et si vous optez pour le statut d'auto-entrepreneur, cela peut être intéressant car vous pouvez bénéficier d'une exonération de taxe d'habitation (sous conditions).

  • Ouvrir une boulangerie (17/12/2013)

    Vous aimez cuire vous-même votre pain ? Vous adorez faire des petits gâteaux pour recevoir votre belle famille le dimanche midi ? Vous en avez marre des baguettes fades du supermarché d’à côté ? Bref, vous avez une passion pour la boulangerie pâtisserie et vous souhaitez en faire un métier. C’est tout à votre honneur mais sachez que ce ne sera pas forcément simple. Ouvrir une boulangerie demande du temps, de la patience et des moyens financiers et matériels. Avant d’ouvrir une boulangerie, il faut réunir tous les ingrédients nécessaires.

  • Par société coopérative, on entend essentiellement SCOP – Société Coopérative et Participative- ou SCIC – Société Coopérative d’Intérêt Collectif-.
    L-Expert-comptable.com fait le point sur les différentes raisons qui peuvent pousser à la création d’une société coopérative, et sur les différents modes de création d’une société coopérative : création ex-nihilo ou bien reprise d’une société ou encore d’une association sous la forme d’une société coopérative.

  • Les SCOP (16/12/2013)

    Les SCOP ont été mises en place par une loi de 1978. Ce sont des formes à part de SA ou de SARL. Jusqu’en 2010, le sigle faisait référence à Société Coopérative de Production, désormais il fait référence aux Sociétés Coopératives et Participatives. Ce changement de nom met l’accent sur l’importance du fonctionnement démocratique dans les SCOP, et sur la possibilité pour les salariés de jouer un rôle notable dans les instances dirigeantes de la société.

  • Les SCIC (16/12/2013)

    Le sigle SCIC correspond aux termes Sociétés Coopératives d’Intérêt Collectif. Les SCIC doivent exercer une activité ayant un caractère d’utilité sociale. Elles ont un fonctionnement caractéristique des sociétés coopératives (SCIC, SCOP…), où le processus décisionnel se veut démocratique. De plus, les dirigeants de SCIC peuvent, comme ceux de SCOP, avoir le statut social de salarié.
    Les SCIC se différencient des SCOP principalement au niveau du projet et des catégories d’associés.
    L-Expert-comptable.com récapitule les particularités sociales et fiscales d’une SCIC.

  • "On m'avait prévenu, la création d'entreprise est un parcours du combattant dans lequel alternent la difficulté, l'attente, les plus grands espoirs et les plus grandes désillusions".

  • Depuis 10 ans environ le e-commerce est en plein boom. De nombreuses opportunités peuvent encore être saisies sur la toile dans le domaine du commerce en ligne. Cependant faire du e-commerce nécessite avant tout d’attirer des visiteurs et de leur donner envie d’acheter sur votre site. Voici quelques pistes de réflexion pour y parvenir.

  • Le Salon des Entrepreneurs pour l'année 2011 s'est déroulé le 2 et 3 Février 2011 au Palais des Congrès à Paris. Il peut être pour vous entrepreneurs un excellent tremplin dans votre projet de création ou de reprise d'activité. Que vous soyez en phase de réflexion, de création ou que vous ayez déjà créé, vous pourrez rencontrer des partenaires qui seront là pour vous aider.

  • Traditionnellement, réservée aux chefs d'entreprises, la prise de décisions est peu à peu transférée à des salariés, sous l'impulsion de certains patrons qui ne conçoivent pas d'imposer une décision qui risquerait d'être mal accueillie. Dans une entreprise participative, les salariés n'ont plus pour unique tâche de mettre en œuvre les décisions de la direction : ils participent également à leur élaboration. Ainsi, grâce à l'entreprise participative, le cliché du clivage entre patrons et salariés, les uns décidant, les autres exécutant, serait-il de l'histoire ancienne ? Que réellement penser de l'entreprise participative ? Quels sont les enjeux de l'entreprise participative ?

  • "Eureka !" avez-vous crié ce matin en glissant sur le savon dans votre douche ! Vous l'avez votre idée révolutionnaire, le produit que tout le monde attendait, le service que personne n'osait demander, mais dont tous rêvent de profiter !
    Vous êtes prêts à conquérir le monde, mais un doute s'insinue : aurez-vous les épaules pour supporter ce succès ? Et si le succès escompté n'était pas au rendez-vous ? Trop de doute ou trop de confiance ne sont pas productifs pour un projet de création, venez tester vos capacités personnelles à devenir chef d'entreprise :

  • Vous êtes salarié et vous voulez créer ou reprendre une entreprise ? Quelle coïncidence cet article s'adresse à vous ! Savez-vous que vous pouvez bénéficier d'une exonération de cotisations de Sécurité Sociale dues au titre de votre nouvelle activité si vous conserver votre emploi salarié ? Oui ? Bravo mais lisez quand même cet article juste pour le plaisir ! Si vous ne le saviez pas, plongez-vous à corps perdu dans cet article et réservez en même temps une table dans le restaurant étoilé proche de chez vous car vous êtes sur le point de découvrir que vous allez économiser de l'argent ! A table !

  • Nombreux sont les salariés qui au cours de leur carrière sont tentés par l'aventure de la création d'entreprise. Cependant quitter le confort et la sécurité d'un emploi stable effraie bon nombre de candidats à la création. Pourquoi ne pas profiter de l'aide de son entreprise pour voler de ses propres ailes ? Tel est le grand principe de l'essaimage.

  • Entreprendre dans son propre pays peut parfois s'avérer être un véritable parcours du combattant. Entre les pièces justificatives à fournir ou les formulaires à remplir, les créateurs d'entreprises peuvent s'y perdre assez vite. Et lorsque l'on est un étranger désireux d'entreprendre dans un pays qui n'est pas le sien, ce parcours de la création d'entreprise peut se transformer en un véritable calvaire. A une époque où en France l'entrepreneuriat est encouragé par des mesures tel que le statut d'auto-entrepreneur, peut-on se prévaloir d'une attention similaire à l'égard des entrepreneurs étrangers ?

Besoin d'un expert comptable ?
Nous le trouvons pour vous ! C'est rapide et gratuit !
  • Votre entreprise est-elle déjà créée ?
  • Avez-vous déjà des salariés ?
  • Quel est votre secteur d'activité ?
  • Votre nom :
  • Votre téléphone :
  • test

En partenariat avec trouver-mon-comptable.com