Ouvrir une succursale d’entreprise étrangère en France

L'article en brefÉtablir une succursale de société étrangère en France offre une flexibilité attrayante pour les entreprises internationales. Cette extension permet une gestion indépendante tout en restant étroitement liée à la société mère, sans nécessiter un capital social minimal ni une structure juridique distincte. Les bénéfices sont directement reversés à l'entité principale, et grâce aux conventions bilatérales, le risque de double imposition peut être évité. Cependant, la succursale doit se conformer à la fiscalité française, et l'absence d'un patrimoine distinct soulève des questions de responsabilité et de gestion financière.

Les démarches administratives pour ouvrir une succursale en France sont relativement simples. La traduction certifiée des documents de la société mère et leur dépôt auprès du Tribunal de Commerce compétent sont cruciaux. En outre, les implications fiscales varient selon le pays d'origine, nécessitant une étude approfondie des lois fiscales françaises. Les employés de la succursale relèvent du droit social français, tandis que le gérant reste sous le droit social du pays d'origine, créant un environnement de travail unique et multiculturel. Ces aspects, bien que complexes, offrent une porte d'entrée stratégique sur le marché français pour les entreprises internationales.
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Image
Deborha-Vindiolet-expert-comptable
Article rédigé et certifié par Déborha VINDIOLET
 
Leader comptable chez L'Expert-Comptable.com avec plus de 6 ans d'expérience dans le domaine. Diplômée en DCG et BTS Comptabilité.
Temps de lecture : 3minDernière mise à jour : 12/03/2024
Image
ouvrir-succursale-entreprise-entrangere-france

En création d'entreprise, créer une succursale de société étrangère en France est une procédure peu contraignante : pas de statuts, pas de capital social, pas de personnalité juridique distincte de l’entreprise étrangère.

Les formalités nécessitent surtout une traduction certifiée des documents demandés par l’administration française lors de l’immatriculation de la succursale au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) et du dépôt des statuts au greffe du Tribunal de Commerce compétent territorialement. Ses bénéfices sont reversés à la maison mère et si une convention bilatérale avec la France existe, l’entreprise étrangère ne sera pas soumise à la double imposition.

Comprendre ce qu’est une succursale

La succursale est un établissement secondaire dans le pays convoité par une entreprise qui lui permet d’accéder au marché local.

Ses caractéristiques sont nombreuses :

  • Tous les bénéfices réalisés sont directement reversés à la maison mère.

  • Elle a une indépendance de gestion même si sa direction est assurée par un représentant de la société principale, ce qui lui permet de traiter directement avec une clientèle qui lui est propre tout en respectant les consignes commerciales qui lui sont imposées.

  • La maison mère répond entièrement des actes de la succursale.

  • Elle ne requiert pas de capital social minimum.

  • Il n’y a pas d’organes d’administration comme dans une filiale.

  • Elle n’a pas de patrimoine distinct de celui de la société mère.

Fiscalement, il est difficile de lister les avantages d’ouvrir une succursale dans un pays en particulier car la fiscalité n’est pas la même suivant le choix d’implantation. Dans certains cas, la double imposition est appliquée (la société paye des impôts dans son pays d’origine et dans le pays tiers). Il faut s’intéresser de près à la fiscalité de l’Etat européen concerné pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

La succursale doit aussi communiquer des éléments de comptabilité concernant la maison mère étrangère au fisc du pays dans lequel elle est implantée.

La nécessité d’avoir un siège social dans un autre pays

Le siège social est une obligation statutaire quel que soit le pays d’origine. Pour être viable une société doit disposer d’un « domicile juridique », plus précisément d’une résidence principale où toutes les décisions administratives sont prises.

Le lieu du siège social détermine également la nationalité de la société et la législation à laquelle elle devra se soumettre.

Formalités d’ouverture d’une succursale en France

En France, les formalités ne sont pas compliquées. L’ouverture d’une succursale doit faire l’objet d’une publicité au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) du lieu d’implantation.

Plus formellement, il est nécessaire de :

  • Déposer au greffe du Tribunal de Commerce 2 copies à jour des statuts de la société mère et de la demande d’immatriculation de la succursale. S’il s’agit d’une activité réglementée, fournir les diplômes et autorisations nécessaires. De plus, il faudra une copie du justificatif de jouissance des locaux de l’établissement et de l’acte de nomination du responsable de la succursale. Bien entendu, tous ces documents doivent être certifiés conformes et traduits en français.

  • Immatriculation de la succursale au RCS dans les 15 jours à compter de son ouverture.

  • Si le responsable de la succursale est étranger (n’a pas la nationalité française), il est nécessaire qu’il soit titulaire d’une carte de séjour portant mention de l’activité (exception faite des ressortissantes de l’Union Européenne ou d’un autre Etat partie à l’Espace économique européen ou de la Confédération Suisse).

  • Pour finir, ce même responsable doit fournir une déclaration sur l’honneur de non-condamnation et de filiation.

Pour plus de détails : http://www.entreprises.cci-paris-idf.fr/web/formalites/ouverture-succursale-francaise

La fiscalité applicable

La succursale étant considérée comme un établissement stable aux yeux du fisc, elle sera soumise entièrement au régime fiscal français en établissant sa propre comptabilité.

Les bénéfices réalisés par la succursale sont bien entendu imposés dans le pays d’implantation et ne feront pas l’objet d’une seconde imposition dans le pays d’origine si ce dernier a conclu avec la France une convention bilatérale empêchant la double imposition. Il en résulte donc que les entreprises dont le siège social est situé hors de France sont imposables dans notre pays à raison des profits tirés de leurs exploitations sur le territoire national.

Le gérant de la succursale dépend du droit social du pays d’origine car il est hiérarchiquement soumis à la maison mère. Cela n’est pas la même chose pour les salariés de la succursale qui eux dépendront du droit social français.

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.