Analyse comptable et financière

L’analyse comptable et financière dégage des indicateurs comme le seuil de rentabilité, la capacité d’autofinancement (CAF) et le besoin en fonds de roulement d’une entreprise. Le BFR évalue, à court terme, si la trésorerie d’une entreprise couvre son cycle d’exploitation. La CAF évalue les ressources générées par l’entreprise pour couvrir ses dépenses. Le seuil de rentabilité correspond au montant du chiffre d’affaires à partir duquel une entreprise devient rentable. L’analyse comptable et financière est recommandée pour piloter son entreprise : générer des bénéfices et éviter les pertes.

Si vous avez besoin d'approfondir vos connaissances dans l'analyse comptable et financière d'une entreprise afin de mieux la piloter, découvrez notre sous-rubrique dédiée à la comptabilité et l'analyse financière avec L-Expert-comptable.com. Allez un peu plus loin dans l'analyse comptable et financière d'une entreprise, comprenez mieux vos chiffres et optimisez votre entreprise.

Derniers articles
  • Les couts complets est une méthode de calcul avancée permettant de déterminer le coût de revient d’un produit vendu. Les couts complets correspondent à la somme de tous les coûts liés à la fabrication jusqu'à la vente d’un produit. Une détermination pertinente des couts complets est indispensable afin de fixer un prix de vente, permettant d’une part d’être rentable et d'autre part d'analyser la compétitivité du prix déterminé. L’analyse des couts complets, c’est déterminer en quelque sorte si le projet est à envisager ou non.

  • Les ratios sont des outils de gestion (sous forme de coefficients ou de pourcentages). Ils font le rapport entre deux grandeurs caractéristiques extraites des documents comptables. Les ratios permettent de se faire une idée globale de la santé financière de l'entreprise ou de la comparer à des entreprises du même secteur. Ils sont des outils d'analyse financière indispensables à tout dirigeant pour assurer le bon pilotage de sa société. Ils se basent sur des données existantes (passées ou de préférence présentes) et fournissent diverses indications : la rentabilité d’une entreprise, la structure de ses coûts, sa productivité, sa solvabilité, ses liquidités, son équilibre financier... Il existe de très nombreux ratios financiers, nous vous en présentons quelques-uns ici.

     

  • Le compte d’exploitation ou compte de résultat est un document comptable synthétique qui rassemble les charges et produits sur un exercice comptable (période définie par l’entreprise allant d’1 mois à 24 mois). Les banques parlent généralement du « compte d’exploitation » pour désigner le compte de résultat. Elles le sollicitent pour vérifier la rentabilité d’un cycle d’exploitation et pour analyser le modèle économique à venir.

  • Calculer votre DIF (07/11/2017)

    Le DIF (Droit Individuel à la Formation) est un dispositif qui permet aux salariés d’acquérir des heures de formations rémunérées ou indemnisées par l’employeur, pour pouvoir monter en compétence, se reconvertir ou valider leurs acquis. Le nombre d’heures acquises au titre du DIF chaque année civile dépend du nombre d’heures travaillées et de la nature du contrat de travail. Un salarié en CDI acquiert 20 heures de formation par an ou 120 heures sur 6 ans (plafond du DIF).

  • La méthode ABC (Activity Based Costing) est une méthode consistant à classer un référentiel par ordre décroissant des sorties. On se base sur l'idée communément admise qu'environ 20% des références représentent 80% des ventes. Lors d'une analyse il est donc primordial de s'attaquer en priorité à ces références. La méthode ABC permet de faire une analyse plus fine que le simple calcul du coût de revient.

  • Le compte épargne temps permet à tout salarié d'accumuler des droits à des congés rétribués ou de bénéficier d'une rémunération différée ou immédiate s'il n'a pas pris tous les jours de congés ou de repos auxquels il avait droit. Ce compte après avoir été mis en place en vertu d'un accord de branche ou d'une convention entre la direction et les représentants du personnel est alimenté par des créances du salarié sur l'entreprise, ces créances résultant de l'acquisition de ses droits à des congés ou à des jours de repos.

  • Pour financer votre matériel, de nombreuses possibilités s’offrent à vous. Apport personnel, prêt, crédit-bail ou encore autres financements extérieurs, reste à bien choisir le mode de financement le plus approprié.

  • De par l'évolution des différents types de sociétés, l'exigence en fonds propres des entreprises s'est relativement assouplie. Souvent un frein à la création d'entreprise, la récente recrudescence des créations illustre cet assouplissement. Cependant, cela ne doit pas être synonyme de négligence. En effet, les fonds propres constituent une source de financement de premier ordre et sont souvent déterminants pour évaluer la solvabilité d'une entreprise et sa capacité à faire face à ses dettes courts termes. Intéressons-nous à l'utilité des fonds propres pour l'entreprise et la source d'informations qu'ils constituent pour les parties prenantes.

  • Le coût de revient d'un produit est la somme des charges engagées pour la production d'un bien ou d'un service. Sa formule de calcul est : somme des charges directes et indirectes/quantité produite. Dans cet article nous vous expliquons la nuance entre une charge directe et une charge indirecte à travers l'exemple du coût de revient d'une voiture. La différence entre le chiffre d'affaires dégagé par un produit ou service et son coût de revient permet ainsi de connaître la rentabilité de ce produit ou service. Nous vous proposons la traduction du coût de revient en anglais, avec un exemple.

  • Plan de financement (21/01/2015)

    Depuis la loi sur la prévention et le règlement amiable des difficultés des entreprises, certaines sociétés doivent rédiger les documents suivants : compte de résultat prévisionnel, plan de financement prévisionnel, tableau de financement et situation de l’actif réalisable et disponible et du passif exigible.

  • L’Excédent Brut d’Exploitation (EBE) est un des soldes intermédiaires de gestion. Il est calculé à partir de données comptable.

  • Les ratios sont des outils de gestion permettant de se faire une bonne idée de la santé financière de l'entreprise, et sont donc les outils indispensables à tous dirigeant pour assurer le bon pliotage de sa société.

  • Tout chef d'entreprise ou tout responsable commercial se demande quelle est l'argumentation la plus judicieuse pour convaincre ses clients d'acheter ses produits. En conséquence, il s'interroge la question de savoir s'il a intérêt à attirer l'attention du prospect sur la valeur ajoutée du produit proposé ou sur son prix.

  • L’investissement représente un élément essentiel de la croissance, il permet de faciliter le travail et d’augmenter sa rentabilité. Les chefs d’entreprise sont donc très sensibles à sa définition, et son intérêt.

  • Le déficit est une arme très importante en fiscalité. Ainsi, certaines entreprises, pourtant relativement prospères, arrivent à réduire très sensiblement leur imposition grâce à une gestion savante des déficits. Si les personnes physiques ne disposent pas des mêmes potentialités, les règles applicables en matière de déficits sont complexes et permettent de réaliser des économies d’impôt. Voici quelques éléments sur ce point.

  • Les associés ont la possibilité de prêter de l'argent à leur société. L'apport en compte courant d'associé peut être une réponse à des besoins ponctuels de trésorerie et est considéré comme un prêt remboursable et rémunéré de l'associé à la société. Le compte courant d'associé est un compte inscrit au passif du bilan qui renforce les fonds propres lorsqu'il est bloqué.

  • La détermination des coûts est une étape très importante afin de fixer le prix de vente le plus adéquat. Les coûts sont donc des éléments primordiaux en comptabilité. Un coût est composé d’un ensemble de charges relatives à l’entreprise et son activité. La détermination des coûts peut paraître complexe.

  • Dictature du TRI, règne de l’EBITDA : les accusations sont lourdes contre les organismes bancaires, dont les exigences seraient incompatibles avec les multiples facettes des difficultés traversées par les entreprises. La banque n’est pas en odeur de sainteté en période de crise, mais reste l’interlocuteur incontournable.

  • La structure financière d’une entreprise est la répartition du bilan entre dettes et capitaux propres. Selon les secteurs, on retrouve un poids de la dette similaire. On calcule le ratio d’endettement suivant : Poids de l’endettement = Total du bilan / Capitaux Propres

  • La comptabilité analytique se présente comme une « comptabilité générale affinée ». La comptabilité générale gère les écritures par nature (charges, produits, amortissements,...) : elle a pour but de déterminer le patrimoine de l'entreprise et son résultat global grâce à l'établissement du bilan. Tandis que la comptabilité analytique les gère par destination (activité 1, activité 2,...) : elle a vocation à disséquer le résultat global par produits ou par activités. Ainsi, la grande majorité des décisions des dirigeants sont prises sur la base de la comptabilité analytique produite par le contrôle de gestion.

  • La Balance Comptable (05/03/2014)

    La balance comptable n’est pas un tableau obligatoire pour l’entreprise, mais elle est très utile pour suivre et réviser sa comptabilité. La balance comptable détaille l’ensemble des comptes de l’entreprise sur une période donnée, en suivant l’ordre chronologique des comptes de la classe 1 à la classe 7. La balance comptable permet de visualiser le solde débiteur ou créditeur pour chaque poste, ce qui est très utile pour suivre sa trésorerie, le paiement de sa TVA ou réaliser les comptes annuels (bilan, compte de résultat). Il existe plusieurs sortes de balances comptables : la balance générale pour visualiser l’ensemble des comptes, la balance comptable auxiliaire pour visualiser uniquement les comptes clients ou les comptes fournisseurs et la balance comptable âgée qui détaille encore plus la balance auxiliaire puisqu’elle ventile les comptes clients ou fournisseurs selon les échéances de paiement.  Pour faire votre balance comptable, vous devrez reprendre l’ensemble de vos comptes l’un après l’autre et y mentionner le numéro de compte, le libellé, le total des débits, le total des crédits et le solde. Pour une balance générale, les soldes débiteurs et créditeurs doivent être équilibrés. Dans une balance auxiliaire et une balance âgée, les soldes sont par contre rarement équilibrés.

  • Le taux d’investissement est la part de l’investissement par rapport à la richesse produite. Il permet de connaître le pourcentage de la richesse consacré à l’investissement chaque année. Si on veut être plus précis, on distinguera deux types de taux d’investissement : le taux d’investissement du secteur privé (entreprises) et le taux d’investissement de l’économie d’un pays qui englobe tous les acteurs. Voyons plus en détails ce qu’est le taux d’investissement.

  • Quels sont les éléments comptables susceptibles d'appuyer la décision du chef d'entreprise ? Comment un dirigeant peut-il s'appuyer sur la comptabilité pour le pilotage de sa société ?

  • Dans cette vidéo, nous allons revenir sur un indicateur de performance souvent utilisé par les entrepreneurs, le retour sur investissement. Ce ratio permet en effet de calculer la rentabilité d’un investissement.

    Définition

    On retrouve souvent le retour sur investissement sous le signe de ROI qui vient de l’anglais « Return on Investment ». Il permet ainsi de calculer la rentabilité d’un investissement, par rapport au montant initial investi.

    La formule de calcul est : (gains – coûts de l’investissement)/ coûts de l’investissement.

Besoin d'un expert comptable ?
Nous le trouvons pour vous ! C'est rapide et gratuit !
  • Votre entreprise est-elle déjà créée ?
  • Avez-vous déjà des salariés ?
  • Quel est votre secteur d'activité ?
  • Votre nom :
  • Votre téléphone :
  • test

En partenariat avec trouver-mon-comptable.com