Créez votre entreprise GRATUITEMENT: On s’occupe de toutes les formalités  pour vous ! Ca m'intéresse

Comment devenir freelance ? Les étapes clés pour accéder au statut de travailleur indépendant

Mis à jour le 25/06/2020

Devenir freelance est un objectif pour de nombreux travailleurs salariés qui souhaitent s’affranchir de leur hiérarchie de travail et se lancer dans une activité indépendante. La liberté que ce statut implique fait parfois rêver, mais il ne faut pas oublier qu’en devenant Freelance, on devient avant tout entrepreneur, avec les responsabilités que cela comporte. Quoiqu’il en soit, pour devenir travailleur indépendant, il est important de se poser les bonnes questions et de suivre des étapes simples avant de se lancer en tant que Freelance.


   Avec L-Expert-comptable.com, devenez consultant informatique GRATUITEMENT ! Je me lance
Faite comme Tom & passez par notre cabinet pour créer et gérer votre activité  de consultant informatique. DEVIS GRATUIT EN 5MN !
Envie d'un devis en comptabilité pour votre activité de consultant  informatique ? Chez L-Expert-comptable.com c'estGRATUIT !  JE VEUX UN DEVIS !
Inscrivez-vous à notre prochain Webinar !  Quelles sont les étapes pour devenir Freelance ?  S'INSCRIRE !
S'informer à distance : pour créer ou gérer votre entreprise et poser des  questions en direct.   Plusieurs dates disponibles Inscrivez-vous !  WEBINAR

Qu’est-ce qu’un freelance (ou travailleur indépendant) ?

Le freelance est un travailleur indépendant qui s’occupe de gérer seul son activité : il n’a ni employé, ni patron, mais il peut se tourner vers des prestataires externes pour déléguer certaines tâches, comme c’est souvent le cas avec la comptabilité par exemple.
 

Être freelance n’est pas un statut juridique en soi. Le travailleur en freelance peut d’ailleurs choisir entre différents statuts . Les EI (entreprises individuelles) et le régime de la micro-entreprise sont généralement privilégiés par les indépendants, pour leur simplicité fiscale et leur souplesse. Ces statuts sont souvent choisis dans le monde de la prestation de services (en démarrant l’activité par un statut d’auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur) car les frais de gestion sont réduits. La micro-entreprise (anciennement auto-entreprise) peut aussi bénéficier d’une exonération de charges sociales sur la première année (avec des aides à la création telles que l’ACCRE).

 

Le freelance créateur d’entreprise, souvent micro-entrepreneur, pourra se positionner en tant que personne morale à travers la création d’une EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) par exemple. En revanche, cela exclut les sociétés impliquant des associés comme la SARL (société anonyme à responsabilité limitée).

Pour protéger ses biens personnels tout en se lançant en tant que personne physique, des statuts plus récents se sont développés comme l’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) ou la SELARL (société d’exercice libérale à responsabilité limitée).

 

À savoir : certains freelances testent leur projet en passant dans un premier temps par un contrat de travail avec une société de portage salarial. La société de portage permet d’assurer plus de sécurité financière au salarié porté et assure ou non la faisabilité de son projet. Les artistes freelances peuvent également choisir de s’inscrire à la Maison des Artistes.

Travailler en freelance : avantages et inconvénients

Voici les principaux avantages du statut de freelance :

  • La possibilité de saisir des opportunités : vous menez votre barque et vous décidez des orientations à prendre. Ce projet entrepreneurial est le vôtre.

  • L’indépendance totale : en plus d’être à la barre du bateau, vous y êtes seul, sans lien de subordination. Personne d’autre que vous ne pâtira d’une mauvaise stratégie.

  • Un emploi du temps souple et sans contraintes : travailler comme indépendant, c’est travailler beaucoup. Mais le freelance peut aussi aménager ses moments de travail afin de les adapter à sa vie privée. Il peut par exemple finir plus tôt pour aller chercher ses enfants à l’école et terminer sa journée de travail le soir s’il exerce à son domicile.

  • La fierté de l’accomplissement personnel : en tant que travailleur indépendant, vous ne devez votre réussite qu’à vous seul.

 

Tout cela est à mettre en exergue avec les inconvénients et les contraintes, qui rythment aussi la vie du freelance, tels que :

  • Faire un bon chiffre d’affaires pour assurer son un bon TJM,

  • Bénéficier d’une couverture sociale moins bonne que celle du régime général,

  • Ne pas pouvoir compter sur l’assurance chômage durant les mois difficiles et supporter des charges sociales qui peuvent parfois être onéreuses.

  • Le freelance a également tout intérêt à prévoir un plan de prévoyance pour sa retraite car sa couverture sociale est assez médiocre, malgré des taux de cotisations assez élevés.

  • Enfin, n’oubliez pas qu’en tant qu’indépendant, si vous avez un statut d’entreprise individuelle ou de micro-entreprise, les frais de gestion sur ce type de structure juridique sont mêlés au chiffre d’affaires entrant, au même titre que le salaire. Ils ne sont donc pas déductibles des impôts, quel que soit le régime fiscal choisi par l’entrepreneur. L’abattement forfaitaire à l’impôt sur le revenu est tout de même possible, au même titre que pour un salarié.

Les étapes pour devenir freelance

Pour plus de sérénité et de certitude au moment du lancement de votre activité en tant que freelance, prenez le temps de suivre quelques étapes incontournables :

Se renseigner sur le marché du freelancing en France

Afin de réussir en tant que freelance, vous devez être déterminé à mener votre projet à terme. Avant tout, des recherches approfondies sur le mode de vie de freelance et sur le marché du freelancing en général vous serviront à mieux appréhender votre future activité. Avec un million de freelances en France, ce mode de travail en indépendant a connu un pic de popularité soudain ces dix dernières années (avec une hausse de +145 %). Cela s’explique notamment par la création du statut d’auto-entrepreneur (aujourd’hui micro-entrepreneur). Le régime de la micro-entreprise concerne plus de la moitié des travailleurs indépendants. Être freelance, en micro-entreprise ou autre, est par ailleurs compatible avec de nombreux secteurs d’activité.

Les professions du secteur IT (informatique) sont particulièrement sollicitées, car les techniciens informatiques sont essentiels à l’activité de nombreuses entreprises. C’est un milieu qui offre des débouchés divers et de nombreuses spécialisations (maîtrise de logiciels spécifiques, nouvelles technologies, applications mobiles…). Le secteur du digital englobe un large panel de métiers à exercer en indépendant : data scientist, développeur web, formateur SEO, rédacteur web, graphiste, community manager, etc.

Choisir le statut juridique adapté à votre activité

Le choix du statut juridique dépend de votre projet, du développement que vous envisagez pour votre activité, et bien sûr du besoin de protection de votre patrimoine personnel. Chaque statut présente des spécificités qui lui sont propres :

  • Micro-entreprise

La micro-entreprise (anciennement auto-entreprise) est le régime le plus accessible et le plus populaire auprès des freelances. Son régime fiscal simplifié et sa flexibilité sont attractifs, malgré un chiffre d’affaires limité à 170 000€ pour les régimes micro-BIC (bénéfices industriels et commerciaux), et à 70 000€ pour les régimes micro-BNC (bénéfices non-commerciaux). La micro-entreprise est conseillée pour les lancements d’activité, et représente un bon moyen de créer une entreprise individuelle sans prendre trop de risques, et sans obligation comptable en-dessous d’un certain seuil.

Caractérisée par une personne morale, la SAS (société par actions simplifiée) ou SASU (société par actions simplifiée unipersonnelle) permet de garantir la sécurité du patrimoine personnel de l’entrepreneur. D’autre part, les dividendes ne sont pas touchées par les cotisations sociales.

  • EURL/SARL

L’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée) et la SARL (société à responsabilité limitée) sont des personnes morales. Le patrimoine personnel du freelance sous ces différents statuts n’est pas impacté en cas de faillite de sa société. La SARL peut contenir de 1 à 100 associés et le capital social n’a pas de minimum. L’EURL permet de créer une société sans avoir d’associés.

  • EI/EIRL

L’EI (entreprise individuelle) et l’EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limitée) sont des personnes physiques. Aucun capital n’est requis, il n’y a aucun statut à rédiger, et l ’imposition est appliquée sur le revenu (IR) . Avec l’EIRL, le patrimoine personnel du freelance est protégé en cas de difficultés. À savoir : l’appellation “entreprise individuelle” englobe également la micro-entreprise, qui présente certaines spécificités.

Faire une étude de marché

Vous avez peut-être une bonne idée d’activité, et vous êtes même doué pour produire sur ce thème, mais cela sera-t-il porteur pour autant ? Réalisez une étude de marché, ciblez votre clientèle pour être un peu plus sûr de la rentabilité de votre projet. L’étude de marché va permettre de définir votre cible principale, votre cœur de cible et votre cible secondaire, ainsi que vos concurrents directs et indirects, les contraintes et opportunités du marché, les forces et les faiblesses de votre entreprise, etc. C’est une étape importante à réaliser au préalable, qui aide l’entrepreneur freelance à se lancer, et à créer son business plan.

Faire un business plan

Méthode de production, tarifs pratiqués, délais d’exécution… Vous devez définir toute votre stratégie au préalable et ne surtout pas improviser au moment de vous lancer en tant que freelance informatique. Fixez notamment le montant de vos honoraires si vous exercez l’une des professions qui proposent des prestations de services (telles que consultant par exemple) et détaillez le plus possible votre stratégie marketing et votre stratégie de communication.

Prospecter et communiquer

Une fois votre cible bien définie, commencez la phase de prospection afin de décrocher les premiers contrats qui permettront le démarrage de votre activité. Une stratégie de communication claire et adaptée à la cible est le principal outil pour promouvoir vos produits ou services. Pour les métiers liés à l’informatique, la communication digitale est en particulier recommandée. Faire appel à un community manager, créer un site web, networker, faire de la publicité en ligne sont autant de moyens à mettre en place par l’informaticien indépendant.

Aménager son lieu de travail

Pour les freelances qui travaillent chez eux, il est essentiel de pouvoir réserver une pièce dédiée au travail. Si cela n’est pas possible, il est possible de louer un bureau à l’extérieur ou de louer un espace de coworking à la semaine ou au mois. Même pour les freelances qui passent du temps sur le terrain, il est important de pouvoir compter sur un lieu de chute pour la gestion de leur activité.

Les aides pour devenir freelance

Certaines activités freelances demandent un minimum d’investissement au démarrage. Pour se faire financer, l’indépendant qui se lance se heurte souvent aux refus des banques en matière de prêt bancaire.
Pour pallier à cela, l’État met en place des prêts spécifiques aux créateurs d’entreprises, délivrés par la BPI (banque publique d’investissement).

L’ADIE (association pour le droit à l’initiative économique) est aussi spécialiste des micro-crédits aux entrepreneurs et freelances.

 

Hors crédit, il est aussi possible de bénéficier de certaines aides lorsque l’on devient freelance en 2020. Parmi celles-ci, l'ACCRE, l’Aide aux Chômeurs Créant ou Reprenant une Entreprise, a modifié certaines de ses conditions d’accès pour pouvoir faire bénéficier à un plus grand nombre. Ainsi, il n’est plus nécessaire de passer par la case demandeur d’emploi pour prétendre à une exonération totale ou partielle durant les premières années d’activité. Pour en savoir plus, consultez notre article « L’ACCRE, comment ça marche ? ».

Devenir freelance dans l’informatique en 2020

Dans le contexte économique actuel, se lancer en tant que Freelance peut parfois sembler compliqué, surtout au vu de la crise sanitaire du Covid-19 . Le tissu économique de notre société tend à varier brutalement et de nombreux secteurs d’activité sont en berne.

Cependant, se lancer en tant que freelance dans le milieu informatique permet d’accéder à des opportunités intéressantes. En faisant preuve d’une bonne motivation, travailler de manière indépendante en 2020 peut être intéressant dans le domaine de l’informatique.

Pour créer une micro-entreprise, les démarches administratives sont simplifiées. De manière générale, les statuts se sont adaptés au besoin de souplesse des indépendants et des aides spécifiques peuvent être mises en place (particulièrement avec l’ ACRE ). De plus, depuis le 1er novembre 2019, les freelances qui arrêtent leur activité peuvent, sous certaines conditions assez strictes, percevoir une allocation chômage forfaitaire nommée allocation des travailleurs indépendants (ATI). Cette ATI, d’un montant de 800 €, est versée durant six mois.

En bref, et malgré un climat financier parfois incertain, devenir freelance en 2020 est un objectif encore facilement réalisable.

Le régime social de l’indépendant

Les travailleurs non-salariés doivent remplir la DSI (déclaration sociale des indépendants) pour s'acquitter de la CSG (Contribution Sociale Généralisée) et de la CRDS (Remboursement de la Dette Sociale). Il s’agit d’une déclaration obligatoire, même en cas de revenus nuls ou en cas de non-imposition de l’entrepreneur indépendant.

Durant les deux ans qui suivent la création de l'entreprise, les cotisations sociales du freelance sont calculées sur bas forfaitaire et régularisées l’année suivante. Dès la troisième année d’activité, les charges sociales des travailleurs indépendants se calculent par rapport à un tableau de cotisations .

Seuls les micro-entrepreneurs peuvent s’acquitter des cotisations sociales du freelance lors de leur déclaration de chiffre d’affaires.

Le taux des cotisations pour la protection sociale des freelances varie en fonction du statut choisi et du chiffre d’affaires.

Le régime fiscal du travailleur freelance

L’abattement fiscal des prestataires de services relevant des BIC est de 50%. Les BIC du secteur de l’industrie et du commerce prévoient un abattement fiscal de 71%. Les freelances aux activités libérales (comme les informaticiens) relevant des BNC sont soumis à un abattement fiscal de 34%. L’abattement fiscal des indépendants est appliqué au chiffre d’affaires de l’année.

Le micro-entrepreneur peut choisir l’option du versement libératoire de l’impôt sur le revenu qui lui permet de déclarer et de payer son impôt en même temps que ses cotisations sociales.

La fiscalité des freelances varie en fonction du type d’activité exercée, de la structure juridique de l’entreprise, du chiffre d'affaires réalisé, et de la catégorie des bénéfices (BIC, BNC).

Se faire accompagner gratuitement pour se lancer en Freelance

Aujourd’hui, il est beaucoup plus simple de se lancer en Freelance, l’écosystème entrepreneurial français s’étant fortement enrichi. De nombreuses solutions existent pour être accompagné dès le début de son aventure. Il est même possible de se faire conseiller gratuitement par des professionnels. De nombreuses Legaltech le proposent, comme Tiime par exemple. Sachez également que notre cabinet comptable en ligne L-Expert-comptable.com peut s’occuper gratuitement de votre création d’entreprise .

Nous nous chargeons de l’ensemble des démarches administratives liées à la création de votre entreprise. Tout se fait en ligne et gratuitement. Être accompagné dès le début, faire les bons choix au bon moment est essentiel pour bien débuter son aventure. N’hésitez pas à prendre contact avec nous. Notre équipe sera ravie de vous conseiller, par exemple sur le choix de votre statut juridique.

Confiez-nous votre création d’entreprise  Rédaction du dossier de création & démarches, on s’occupe de tout !   Je me lance

à propos

Cet article a été rédigé par le cabinet d'expertise comptable en ligne L-Expert-comptable.com. Notre spécialité : aider les entrepreneurs à se lancer et leur épargner la corvée d'une comptabilité.

Nos petits plus : des outils innovants, des tarifs bienveillants, des sourires constamment.

En savoir +

Note moyenne pour cet article : (0 vote)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
0
Pas encore de note.

Nos webinars à ne pas manquer