Taxe sur la valeur ajoutée (TVA)

La TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée) est une contribution visant les différentes opérations économiques (livraisons de biens et prestations de services) réalisées par des assujettis. Les redevables peuvent déduire la taxe qui leur a été facturée dans le cadre de leur activité. Le taux normal de la TVA est fixé à 20% mais il existe également un taux intermédiaire (10%) et réduit (5,5%). La TVA concerne également les opérations internationales, soumises à des règles spécifiques en la matière.

Le champ d’application de la TVA

D’après l’article 256 du code général des impôts, "sont soumises à la TVA les livraisons de biens et les prestations de services effectuées à titre onéreux par un assujetti agissant en tant que tel".

L’assujetti exerce une activité économique à titre indépendant. A contrario, les opérations réalisées par les particuliers (ventes de biens d’occasion par exemple) ne sont pas imposées, sauf exceptions.

Les exonérations de TVA

Certaines opérations entrant dans le champ d’application de la TVA sont exonérées :

  • Les locations de logements,

  • Les activités d’enseignement,

  • Les activités médicales,

  • Certaines opérations bancaires, financières ou d’assurance.

Les taux de TVA

Il existe 4 taux de TVA :

  • Un taux normal de 20% s’appliquant par défaut,

  • Un taux intermédiaire de 10%, concernant notamment le secteur hôtelier et de la restauration, les travaux de rénovation ou les transports de voyageurs,

  • Un taux réduit de 5,5% concernant les travaux environnementaux, certains produits alimentaires, l’abonnement au gaz et à l’électricité ou les billets d’entrée à certains spectacles (rencontres sportives, théâtre, cinéma),

  • Un taux réduit à 2,1% pour les médicaments et la presse.

La déduction de la TVA

Les redevables de la TVA peuvent déduire la TVA ayant grevé les livraisons de biens et les prestations de services supportées dans le cadre de leur activité. La TVA déductible vient diminuer le montant de la TVA due sur les déclarations mensuelles, trimestrielles ou annuelles.

Dans certains cas, le droit à déduction est exclu par le législateur : véhicules prévus pour le transport de personnes, dépenses de logement supportées par les entreprises pour leurs salariés et dirigeants, biens cédés sans contrepartie…

Les opérations internationales et la TVA

Pour les opérations internationales des règles spécifiques existent. Dans les rapports entre assujettis, les règles de liquidation sont généralement inversées : c’est le preneur ou l’acquéreur qui doit payer la taxe tandis que le prestataire ou le vendeur est exonéré.

Derniers articles
  • La TVA (taxe sur la valeur ajoutée) touche la plupart des opérations économiques, exceptées celles expressément exonérées par une disposition du législateur. Le taux normal de 20% s'applique par défaut. Certaines opérations peuvent être soumises au taux réduit ou intermédiaire si le code général des impôts le prévoit. Le taux intermédiaire de 10% concerne notamment certains travaux, transport de personnes, restauration, prestations de services à la personne, location de logements, ...

  • Vous êtes entrepreneur et vous souhaitez payer votre TVA en ligne ? Un dispositif a été mis en place par le service des impôts pour vous faciliter la vie. Comment fonctionne ce dispositif ?

  • La TVA sur les véhicules d’occasion dissocie les opérations internes, intracommunautaires et réalisées avec des pays tiers. Pour l’appliquer, une opération doit être imposable, réalisée à titre onéreux par un assujetti agissant en tant que tel. L’assujetti revendeur est imposé sur la TVA sur marge (différence entre prix de vente et prix d’achat). Elle est applicable dans toute l’Union Européenne. Seules les livraisons intracommunautaires sont exonérées. Pour les opérations extracommunautaires, seules les importations sont soumises à la TVA.

  • La TVA, cet impôt indirect et indolore constitue en effet près de la moitié du budget de l’Etat et les redressements fiscaux en la matière sont de plus en plus importants et préjudiciables pour les entreprises. Ce livre blanc fait le point complet.

  • La Taxe sur la valeur ajoutée (TVA) est un impôt indirect sur la consommation. La charge de TVA est supportée par l’acheteur final sur presque tous les biens et services consommés. Néanmoins, c’est l’entreprise productrice du bien ou des services qui collecte cet impôt pour le compte de l’Etat. L'entreprise facture au client la TVA et la reverse ultérieurement au Trésor, déduction faite de la TVA payée sur les achats constitutifs de son prix de revient. Cet impôt indirect et indolore constitue en effet près de la moitié du budget de l’Etat et les redressements fiscaux en la matière sont de plus en plus importants et préjudiciables pour les entreprises.

  • La TVA – Taxe sur la Valeur Ajoutée – est un impôt français qui pèse sur les particuliers, consommateurs finaux d’un bien ou d’un service. Les entreprises ne sont pas redevables de la TVA, mais elles sont tout de même impactées puisqu’elles sont chargées de collecter cet impôt pour l’État, à travers la vente de leurs biens et services (vendus Toutes Taxes Comprises – TTC). En parallèle, la TVA versée par l’entreprise pour les dépenses liées à son cycle d’exploitation lui est remboursée par l’État (TVA déductible). À l’issue d’une période donnée, l’entreprise fait le différentiel entre la TVA collectée sur ses ventes et la TVA déductible sur ses dépenses, pour savoir si elle peut solliciter un crédit de TVA auprès du service des impôts.

  • En matière de Fiscalité, les aspects théoriques sont souvent négligés par les praticiens, qui se focalisent sur les considérations techniques (champ d’application, calcul de l’impôt…). Pourtant ceux-ci sont importants pour comprendre la structure du système fiscal, en particulier en matière de TVA.
    Ainsi, le présent article va répondre à la question suivante : à quoi sert la TVA ?

  • Fiscalité et TVA (24/03/2014)

    La TVA constitue l’impôt le plus lucratif pour l’Etat français. En effet, elle a rapporté 130 milliards d’euros en 2008, soit plus que l’impôt sur le revenu et l’impôt sur les sociétés réunis. Son rendement est intimement lié à sa structure, puisqu’elle touche presque toutes les opérations économiques. Le présent article vient vous expliquer les mécanismes régissant cet impôt

  • La réforme de la TVA (14/02/2014)

    Les règles applicables en matière de TVA (en particulier concernant les taux) ont été largement modifiées le 1er janvier 2014. Cette réforme a désorienté les contribuables, en particulier concernant les situations transitoires (cas par exemple d’une prestation effectuée en 2013 et payée en 2013).
    Cet article vient décrire les principaux changements applicables le 1er janvier 2014, afin d’y voir plus clair.

  • Au départ, le gouvernement ne devait pas augmenter la TVA, considéré comme un impôt « touchant les pauvres » qui consomment plus qu’ils n’épargnent. Toutefois, devant les besoins de financement de plus en plus pressants, des changements ont été opérés. Voici un petit résumé des dernières modifications en matière de TVA.

  • Les nombreux formulaires papier de TVA accumulés tout au long d'une année sont en passe de devenir du passé car les éditeurs de logiciels mettent à présent à disposition de leurs clients des solutions des plus pratiques.

  • L'acompte de TVA est exigé dès lors que la société est soumis au régime simplifié d'imposition de TVA. L'acompte de TVA est versé en 4 fois sur l'exercice comptable (ou année civile). Il correspond à un pourcentage de la TVA due de l'année précédente. Revenons sur ce régime particulier, le calcul de l'acompte de TVA et sur les possibilités de modulation prévues par l'administration fiscale.

Besoin d'un expert comptable ?
Nous le trouvons pour vous ! C'est rapide et gratuit !
  • Votre entreprise est-elle déjà créée ?
  • Avez-vous déjà des salariés ?
  • Quel est votre secteur d'activité ?
  • Votre nom :
  • Votre téléphone :

En partenariat avec trouver-mon-comptable.com