Les plus values à long terme : définition et régime fiscal

L'article en brefComprendre la distinction entre les plus-values à court et à long terme en comptabilité est essentiel pour saisir les implications fiscales associées à la cession d'actifs professionnels. Les plus-values à long terme, observées lorsqu'un bien est détenu pendant au moins deux ans, bénéficient d'un traitement fiscal avantageux, contrastant nettement avec celui des plus-values à court terme. Ce régime fiscal différencié, influencé par la durée de détention de l'actif et la nature juridique de l'entreprise (IR ou IS), souligne l'importance de planifier les cessions d'actifs dans une perspective à long terme pour optimiser les charges fiscales.

Pour les entreprises individuelles soumises à l'impôt sur le revenu, les plus-values à long terme offrent une opportunité de réduction d'impôt notable, avec un taux spécifique d'imposition plus bas que celui appliqué aux plus-values à court terme. Cette disposition encourage la détention d'actifs sur une période prolongée. Par contraste, les sociétés soumises à l'IS trouvent que les avantages liés aux plus-values à long terme sont beaucoup plus limités, avec des exceptions notables telles que les cessions de titres de participation ou certains produits de la propriété industrielle. Cette différenciation fiscale souligne l'importance de comprendre le régime applicable pour maximiser les avantages fiscaux liés à la cession d'actifs.
Temps de lecture : 2minDernière mise à jour : 12/03/2024
Besoin d'aide dans la gestion comptable de votre entreprise ?Contactez-nous
Ecrit par Fanny TOUSSAINTAccompagnement des freelances en création d'entreprise et comptabilité chez L-Expert-Comptable.com
Image
guillaume-delemarle-expert-comptable
Article certifié par
Guillaume DELEMARLE
 
Expert-comptable avec plus de 9 ans d'expérience. Spécialisé dans l'accompagnement des TPE et créateurs d'entreprise.
Image
plus-values-a-long-terme

En comptabilité, la plus value à long terme correspond à la plus-value (prix de cession actif - valeur nette > 0) constatée lorsque le bien cédé est possédé depuis au moins 2 ans.

En matière de plus values professionnelles, on opère une distinction entre les plus-values à court et à long terme. Cette différenciation revêt d’une grande importance, puisque le régime fiscal applicable dans l’un ou l’autre cas est très différent.

Les plus et moins values à long terme : la définition

Une plus ou moins value constitue la différence entre le prix de cession d’un actif et sa valeur nette. Si cette différence est positive, on parle d’une plus value, qui doit être en principe imposée. Si au contraire, elle est négative, on parle de moins-value.

En principe, en matière de fiscalité professionnelle, on constate une plus value à long terme lorsque le bien cédé est possédé depuis au moins 2 ans. Si le délai de détention est inférieur à 2 ans, la plus value est à court terme.

Généralement, ce type de plus-value jouit d’une fiscalité avantageuse. Toutefois, il convient de signaler que les règles applicables vont varier en fonction de la forme de l’entreprise (à l’IR ou à l’IS).

Les plus values à long terme : le régime fiscal applicable aux entreprises soumises à l’IR

En matière d’impôt sur le revenu (BIC, BA ou BNC), les plus values portants sur des biens détenus depuis plus de 2 ans sont déduites du résultat imposable et soumises au taux spécifique de 16% (plus 13,5% de prélèvements sociaux). Elles se distinguent des plus-values à court terme qui sont intégrées au résultat de l’entreprise et imposées à l’impôt sur le revenu au taux progressif.

Signalons également que certains produits peuvent être soumis au régime des plus values à long terme par nature (produits de la propriété industrielle).

Les moins values à long terme, quant à elles, ne peuvent s’imputer sur le revenu imposable et ne peuvent venir en diminution que des plus-values à long terme.

En matière de biens amortissables, des règles spécifiques s’appliquent. En effet, la part d’une plus value relative aux amortissements déjà pratiqués est toujours à court terme, même si le bien est possédé depuis plus de 2 ans. On doit ainsi constater dans ce cas deux plus values, l’une à court terme et l’autre à long terme.

Exemple : un bien est inscrit 1000 et revendu 1500. Des amortissements ont été passés sur ce bien pour 200 ; la valeur nette comptable de celui-ci est donc de 800 (1000 – 200).

La plus value globale est de 1500 – 800 = 700, répartie comme suit :

  • plus value à long terme pour 500,
  • plus value à court terme pour 200.

Signalons par ailleurs qu’il existe de nombreux dispositifs d’exonération de plus values.

Enfin, les plus values à long terme portant sur des immeubles affectés à l’exploitation bénéficient d’un abattement de 10% par année de détention au-delà de la cinquième, ce qui conduit à une exonération totale au bout de 15 ans (dispositions de l’article 151 septies B du CGI).

Les plus values à long terme : le régime fiscal applicable aux entreprises soumises à l’IS

Pour les sociétés soumises à l’impôt sur les sociétés, le régime favorable du long terme a un champ d’application très restreint.

En effet, la plupart des plus values constatées par ces sociétés sont intégrées au résultat ordinaire, même si le bien cédé est détenu depuis plus de deux ans.

Ainsi par exemple, la plus value générée par la vente d’un immeuble est soumise à l’IS au taux de 33 1/3% (ou au taux de 15%, pour la part du bénéfice inférieure à 38 120 euros), quelque soit la durée de détention de celui-ci.

Toutefois, le régime des plus values à long terme s’appliquera quand même dans certaines hypothèses.

C’est le cas, par exemple :

  • des cessions de titres de participation détenus depuis au moins deux ans, qui bénéficient d’une exonération de plus value (excepté une quote part de frais et charges de 10%),
  • des produits de la propriété industrielle (concessions et cessions), imposés au taux de 15%.
Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.