Compte de résultat

Besoin d'en savoir davantage sur le compte de résultat ? Chefs d'entreprise, entrepreneurs, ou même étudiants, profitez de nos articles, dossiers, et même de notre forum pour appronfondir vos conn

Besoin d'en savoir davantage sur le compte de résultat ? Chefs d'entreprise, entrepreneurs, ou même étudiants, profitez de nos articles, dossiers, et même de notre forum pour appronfondir vos connaissances sur le compte de résultat. Nos experts-comptables décryptent pour vous le compte de résultat et permettent de vulgariser cette notion comptable primordiale.

Derniers articles
  • Le compte de résultat prévisionnel est un tableau qui anticipe l’ensemble des entrées et des sorties pour chacune des trois premières années de votre entreprise. Il permet de déterminer, à l’avance et approximativement, le résultat (bénéfice ou perte) que vous pensez réaliser grâce à l’activité de votre entreprise. L’Expert-comptable vous dresse les grandes lignes du compte de résultat prévisionnel.

  • Vous vous en doutez, l’affectation des bénéfices d’une société est strictement réglementée par le Code de commerce. Dans le cas d’une SARL ou d’une EURL, la distribution des dividendes est soumise à la constitution préalable d’une réserve légale.
    Qu’est-ce que la réserve légale ? Quels sont ses critères de constitution ? À quoi sert-elle ? L-Expert-Comptable vous dit tout !

  • En matière de fiscalité et de comptabilité, les stocks ont une importance particulière. En effet, ceux-ci sont pris en compte dans la détermination du résultat (comptable ou fiscal) et leur valorisation est essentielle. Voici les règles applicables en la matière.

  • Les dettes sociales concernent tout ce qu’une entreprise peut devoir aux organismes collecteurs en termes de cotisations vieillesse, maladie, accident du travail… Les dettes sociales sont à inscrire au passif du bilan sous le compte qui leur est dédié. En cas de difficultés passagères, il est possible de demander un étalement des sommes dues, voire même un moratoire sur plusieurs années. Voici ce que vous pouvez faire lorsque vous vous sentez pris à la gorge.

  • Vers la limitation du chiffre d’affaire de l’auto-entrepreneur en 2014 ou la mort annoncée d’un régime séduisant et porteur.
    Le projet Pinel avec sa fameuse limitation intermédiaire du chiffre d’affaire des auto-entrepreneurs, est dans les cartons du parlement. De quoi s’agit-il exactement ? Où se situe la polémique ? Coup d’œil sur un sujet promis à être brûlant en 2014.

  • Les propriétaires qui donnent un bien immobilier à louer doivent souvent faire face à des charges importantes.
    Or certaines de ces charges peuvent être remboursées par le locataire, indépendamment
    Le présent article vient faire le point sur ces dépenses.

  • Votre banquier, votre assureur, le représentant, votre dossier de demande de subvention, tous vous parlent de vos charges d exploitations mais vous n’arrivez pas à faire le tour de cette notion et cela vous agace de rester dans le flou.
    Que représente ce terme ? Qu’est ce qui rentre dans cette catégorie ? Faisons le tour ensemble de toutes ces questions !

  • Pour gérer au mieux son entreprise, le gérant à besoin d’analyser la rentabilité de l’entreprise. Et pour cela les soldes intermédiaire de gestion sont mis en place afin d’aider le gérant à analyser sa rentabilité.

  • Il existe deux méthodes de valorisations des stocks, la valorisation des entrées et la valorisation des sorties. Les entrées de marchandises se font au coût d’acquisition. La valorisation des sorties se fait selon quatre méthodes d’évaluation.

  • Les produits exceptionnels sont présents dans le compte de résultat bien que leur origine relève d’opérations inhabituelles. On les utilise pour calculer le résultat exceptionnel.

  • L’excédent brut d’exploitation (EBE) est une notion indispensable pour un chef d’entreprise voulant comprendre et maîtriser son activité. L’analyse de l’EBE permet d’obtenir des informations sur la rentabilité économique et la maîtrise des coûts.

  • L'acompte de l'impôt sur les sociétés (IS) est requis dès lors que la société est soumise à l'impôt sur les sociétés (IS). L'acompte est versé en en 4 fois. Son calcul est basé sur l'impôt sur les sociétés (IS) dû de l'exercice précédent. Vous n'aurez pas d'acomptes d'impôt sur les sociétés à verser, si votre IS de l'année précédente n'excède pas 3000€.

  • La première des raisons d’emprunter quant on a du cash est la déductibilité fiscale des intérêts d’emprunts. En effet, les intérêts d’emprunts sont considérés comme une charge pour l’entreprise et viennent ainsi réduire le résultat fiscal de l’entreprise. Emprunter c’est donc payer moins d’impôt. D’autre part, emprunter quand on a du cash n’a rien d’extravagant car l’emprunt et le cash ne finance pas la même chose.

  • L'autorité des normes comptables a publié un avis sur le projet de décret relatif à la comptabilité simplifiée des commerçants.

  • Les charges variables et les charges fixes correspondent économiquement aux factures que vous recevez quotidiennement et qu’il faut évidemment régler. Il existe cependant une différence entre les charges variables et les charges fixes : les charges variables sont constatées si un chiffre d’affaires est généré, les charges fixes sont totalement détachées de l’activité. A titre d'exemple : le loyer, où la place de parking devront toujours être payés quelque soit votre volume de production ! Notez que les charges variables et fixes existent pour les trois types de charges contenues dans le compte de résultat : les charges d'exploitation, financières et exceptionnelles.

  • Le compte de résultat retrace l’activité de l’entreprise durant un exercice : ses produits et ses dépenses. Le compte de résultat est ventilé en plusieurs typologies ou classes de comptes commençant par 6 pour les charges et par 7 pour les produits.
    Il ne faut pas confondre les entrées et les sorties de produits et de charges réalisées durant l’année avec les entrées et les sorties de votre trésorerie soit votre caisse ou votre relevé bancaire. Le compte de résultat ne retrace pas non plus vos dépenses d’investissements, en ordinateurs, logiciels, mobiliers de montants de plus de 500 euros. Ces dépenses ne font pas parties du compte de résultat mais du bilan.

  • L’impôt sur les sociétés (IS) est requis dès lors que la société est soumise à l’impôt sur les sociétés (IS). La déclaration de solde d’Impôt sur les sociétés (IS) doit être déposée dans les trois mois suivant la clôture des comptes. Son calcul est basé sur le résultat fiscal de l’année, qui est une donnée établie par la comptabilité.

  • La Valeur Ajoutée est la différence entre le Chiffre d'Affaires et les consommables (marchandises, matières premières,...) et les autres achats externes (sous-traitance).

  • Charge ou immobilisation ? Il est souvent bien difficile de faire la différence entre une charge et une immobilisation : dans tous les cas, pour l'une ou l'autre, à la fin il faudra toujours faire un chèque !

    Pourtant d'un point de vue comptable, la différence entre une immobilisation et charge est significative et une mauvaise comptabilisation pourra avoir un impact important sur votre résultat net.

  • L'EBITDA (16/12/2013)

    Depuis l’application des normes comptables internationales IAS IFRS, les groupes d’entreprises présentent leurs comptes consolidés en faisant ressortir la notion d’EBITDA. EBITDA signifie : Earning before interest, taxes, depreciation and amortization (résultat d’exploitation avant intérêts, impôts et amortissement du goodwill).
    L-expert-comptable.com se propose d’analyser la notion d’EBITDA, en répondant à l’intérêt de cet indicateur et en décrivant son calcul.

Besoin d'un expert comptable ?
Nous le trouvons pour vous ! C'est rapide et gratuit !
  • Votre entreprise est-elle déjà créée ?
  • Avez-vous déjà des salariés ?
  • Quel est votre secteur d'activité ?
  • Votre nom :
  • Votre téléphone :
  • test

En partenariat avec trouver-mon-comptable.com