Fermer / Liquider une entreprise

Derniers articles
  • Les difficultés financières, la mésentente entre les associés peuvent vous amener à cesser votre activité. Fermer son entreprise s’opère en deux étapes : la dissolution puis la liquidation. Ces deux étapes doivent être opérées dans l’ordre et selon des règles précises sous peine d’être rejetées par le greffe. Le coût d'une fermeture d'entreprise peut être très élevé, il est important d'anticiper ces frais.

  • Le dépôt de bilan, appelé aussi déclaration de cessation de paiement, est une démarche que le représentant légal est obligé d’accomplir dans un délai de 45 jours suivants le constat de la cessation de paiement de son entreprise. S’il ne dépose pas le bilan dans les délais, il risquera la faute de gestion. Déposer le bilan est une formalité à accomplir au greffe du tribunal de commerce pour les SARL, les EURL et les entreprises individuelles de nature commerciale ou au tribunal de grande instance pour les professions libérales. Il entraine une période d’observation suivie d’une procédure collective de redressement, de liquidation judiciaire ou une procédure de conciliation.

  • La liquidation judiciaire est une procédure collective intentée par le tribunal sur demande d’un créancier, du procureur de la République ou d’une entreprise lorsque celle-ci est en état de cessation de paiement (c’est-à-dire quand elle ne peut plus rembourser ses dettes). La procédure de liquidation judiciaire vise à fermer l’entreprise, cesser son activité, vendre ses biens et ses actifs dans les meilleures conditions possibles pour rembourser ses dettes. La procédure de liquidation judiciaire est ouverte à toute forme juridique, entreprise individuelle, SARL/EURL, SAS/SAS. Le tribunal nomme un liquidateur chargé de prendre les bonnes décisions : analyser les créances et l’état de l’entreprise, procéder à la vente des biens et des actifs et rembourser les dettes dans l’intérêt des créanciers. Le dirigeant est dessaisi de ses pouvoirs au profit du liquidateur. La liquidation judiciaire est une procédure collective lourde et c’est au tribunal d’en décider la durée. En cas de liquidation judiciaire simplifiée, la procédure est limitée à un an (pour les entreprises qui n’emploient qu’un seul salarié, dont l’activité est inférieure à 300 000 euros de chiffre d’affaires et qui n’ont aucun actif immobilier). Dans ce cas, le liquidateur a des obligations allégées en matière d’analyse des créances et de vente des biens. La liquidation de l’entreprise entraîne sa fermeture et le liquidateur devra prononcer le licenciement économique des salariés, dans des conditions d’indemnités légales. Si l’entreprise n’a pas les fonds pour y faire face, le RGS (Régime de Garantie des Salaires) versera les indemnités. 

     

  • La liquidation judiciaire est une procédure collective à l’encontre d’un débiteur qui se trouve dans l’impossibilité de faire face à ses dettes. L’objectif principal est de stopper l’endettement du débiteur et de pouvoir rembourser les créanciers si cela est encore possible. Pour mettre en œuvre une telle procédure, il faut être en cessation de paiement et dans l'impossibilité de redresser la situation. La liquidation connaît deux temps forts, à savoir son ouverture et le prononcé d’un jugement. Ses conséquences sont fortes : cessation totale d’activité ou encore rupture des contrats de travail des salariés.

  • Vos prévisions d’activité pour les prochaines années sont mauvaises et vous ne voyez pas de solution ? Vous avez d’autres projets plus intéressants ? Vous pouvez décider de dissoudre votre entreprise sans pour autant être en cessation de paiement. La dissolution est privilégiée à l’abandon si vous ne voulez pas devoir faire face quelques mois ou années plus tard à des mises en demeures pour factures non payées !

  • Véritable phénomène de mode en cette période de crise, la liquidation met un point final à la vie de l’entreprise. Si certaines le font sciemment d’autres en sont contraintes bien malgré elles.

  • La dissolution est une décision des associés ou de la justice qui prononce ou constate la fin de la société et ordonne la liquidation. Lorsqu'elle est à l’initiative des associés, ces derniers doivent se réunir en assemblée générale extraordinaire afin de délibérer sur une proposition de dissolution. Le code civil énonce huit causes de dissolution communes à tous les types de société.

  • Une SCI (société civile immobilière) est une société qui a pour objet un projet immobilier. Cette SCI peut parfois être liquidée. Ainsi, lorsqu’une SCI n’arrive plus à payer ses dettes, les créanciers peuvent demander une liquidation judiciaire. Il peut également y avoir liquidation d’une SCI suite à sa dissolution.

  • Le but de la liquidation d'une entreprise passe par l’épuration de son patrimoine. Il existe deux manières de liquidation d'une entreprise : amiable ou judiciaire. La distinction entre ces deux procédures réside en la capacité de l'entreprise a faire face a ses engagements au moment de cette décision.

  • Certaines entreprises en difficultés peuvent être confrontées à une liquidation judiciaire, mais qu’entend-t-on par la procédure de liquidation judiciaire ? Qu’est ce que cela implique pour les salariés de l’entreprise ?

  • En droit français, lorsqu’une entreprise est en difficulté, son fonctionnement est placé sous le contrôle judiciaire grâce à une procédure collective. L’entreprise rassemble tous ses créanciers et les prive du droit d’agir individuellement. La liquidation judiciaire met fin à l'activité de l'entreprise ou de la personne morale endettée, dont les biens sont vendus pour permettre le paiement des différents créanciers.

  • La liquidation judiciaire intervient sur décision du tribunal qui constate d'une part la cessation de paiements c'est-à-dire lorsque le passif exigible est supérieur à l'actif disponible de l'entreprise, et l'impossibilité de son redressement.

  • Acteur incontournable de la liquidation judiciaire, le liquidateur intervient pour le compte des créanciers de l’entreprise. Il a ainsi le double rôle d’ « apurer les pertes » (=régler les dettes) de l’entreprise, et de rembourser les créanciers au maximum. L-expert-comtpable.com vous en dit plus sur cet acteur indispensable à toute liquidation judiciaire.

  • Le mandataire judiciaire est un professionnel libéral nommé par le Tribunal de commerce pour prendre en charge la procédure de liquidation judiciaire dans l’hypothèse où une entreprise n’est plus en mesure de payer ses créanciers. Le mandataire judiciaire doit alors vendre les biens, rembourser les créanciers et prononcer la cessation de l’activité.

  • La vie d’une association peut s’interrompre par une dissolution. La dissolution d’une association peut alors être provoquée de façon volontaire ou de façon forcée. Après la dissolution d’une association, il faut effectuer les opérations de liquidation et de déclaration.

  • La dissolution d’une entreprise officialise la fin de l’activité. Il ne faut pas se tromper lors de ces démarches. Quelques conseils pour faire les bons choix

  • Mettre fin à l’existence commerciale d’une société suppose plusieurs étapes, dont les couts se cumulent.

  • En cette période de crise, on entend ces termes la dans toute les bouches. Dissolution /Liquidation. Deux mots couperets qui sonnent comme le glas pour annoncer la fin prochaine d’une SARL. Mais cette opération juridique que représente la dissolution liquidation d’une SARL n’est pas instantanée et elle n’efface pas l existence d’une société comme d’un coup de baguette magique. Voyons ensemble le déroulement de cette procédure pas aussi simple que ca !

  • Une entreprise en liquidation judiciaire est une entreprise souffrant de graves difficultés économiques. Elle peut bénéficier, si la situation a été prise au plus tôt, d’une procédure de sauvegarde judiciaire qui peut évoluer en procédure de redressement judiciaire, laquelle peut elle-même se muer en liquidation judiciaire s’il s’avère qu’il est impossible de sauver économiquement l’entreprise. Voici quelques éléments concernant cette dernière procédure. 

  • La dissolution dune société détenue à 100% par un associé entraîne la transmission universelle du patrimoine à l'associé unique s'il est une personne morale, sans qu'il y ait lieu à liquidation.

  • Parce que la vie d’une entreprise n’est pas un long fleuve tranquille, il faut pouvoir aborder le meilleur comme le pire. Parmi les sujets les plus désagréables que l’on puisse aborder pour quiconque y est confronté, se trouve la liquidation judiciaire. Sans connaître ce terme dans le détail, chacun sait qu’il est synonyme de mauvaise santé pour l’entreprise concernée. Comment se retrouve –t- on en situation de liquidation judiciaire ? L-expert-comptable.com vous répond et définit les différentes étapes qui mènent à cette situation.

Besoin d'un expert comptable ?
Nous le trouvons pour vous ! C'est rapide et gratuit !
  • Votre entreprise est-elle déjà créée ?
  • Avez-vous déjà des salariés ?
  • Quel est votre secteur d'activité ?
  • Votre nom :
  • Votre téléphone :
  • test

En partenariat avec trouver-mon-comptable.com