Devenir Graphiste Indépendant

Mis à jour le 04/07/2018

S'installer en tant que graphiste indépendant est assez facile dès lors que l'on détient déjà le matériel nécessaire à l'exercice du métier. Les solutions de création proposées dans le domaine sont souples et assez peu contraignantes en termes de formalités. Le graphiste indépendant a réellement l'opportunité de se concentrer sur sa production plutôt que sur l'administratif.


Notes: 0 (0 vote)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
0
Pas encore de note.

Démarches administratives

Le graphiste indépendant est un libéral qui exerce en nom propre, en tant qu'auto-entrepreneur ou encore comme artiste-auteur. Ces formes administratives ne nécessitent pas de rédaction de statuts ni d'inscription auprès du registre des sociétés.

Il faut toutefois remettre un dossier de création à son CFE (centre de formalités des entreprises), choisir sa caisse santé et retraite, se faire connaître auprès du centre des impôts et préciser sur les documents de facturation si l'on est dispensé de la collecte de TVA (art 293B du CGI).

Réaliser un business plan

Le métier de graphiste indépendant entraîne peu de charges au quotidien, ce qui simplifie la réalisation d'un business plan. En revanche, les rentrées d'argent sont elles aussi difficiles à quantifier avec certitude.

Dans les charges fixes :

  • le coût annuel de renouvellement du matériel et des licences

  • le besoin en fonds de roulement

  • les frais de déplacement

  • le coût de ligne téléphonique et de connexion internet

Dans les produits :

  • estimation du chiffre d'affaires mensuel

Quels coûts lors de l'ouverture d'une activité de graphiste à son compte ?

Le lancement d'une activité de graphiste indépendant demande un minimum d'investissement matériel pour pouvoir travailler. Concernant les obligations légales, le professionnel devra s'acquitter :

  • des coûts de création s'il ouvre en société

  • du montant des assurances professionnelles obligatoires, mais aussi spécifiques du métier

Les aides pour ouvrir son entreprise

Diverses aides existent pour soutenir l'installation des graphistes indépendants. Trouvez celle qui vous correspond dans notre article " Quelles aides financières pour créer mon entreprise ? ".

Ouvrir une activité de graphiste indépendant

La plupart des graphistes indépendants travaillent, ou tout du moins démarrent leur activité, depuis leur domicile. Les frais d'installation sont donc largement réduits de ce côté-là. Il faut toutefois se renseigner sur l'autorisation de travail à domicile si vous habitez une copropriété, mais dans tous les cas cela devra exclure un va-et-vient incessant de clients.

Attention à ne pas installer son bureau au milieu d'un salon ouvert à tous les passages du conjoint et des enfants. Ce ne serait pas propice à une atmosphère de travail.

Pratiquer depuis son domicile n'est pas totalement gratuite puisque les graphistes indépendant doivent s'acquitter de la CFE (cotisation foncière des entreprises) même si elle est déjà payée à titre personnel pour le même logement.

Outre le lieu d'installation, le graphiste freelance a bien sûr besoin pour démarrer d'un ordinateur fixe, d'un ordinateur portable, de logiciels valides, d'une ligne téléphonique, d'une connexion internet, et de la papeterie nécessaire.

Peut-on ouvrir une activité de graphiste indépendant sans diplôme ?

Il est tout à fait possible de devenir graphiste freelance sans diplôme. En revanche, la maîtrise des outils de CAO (création assistée par ordinateur) et DAO (dessin assisté par ordinateur) est incontournable. S'il est toujours possible d'apprendre par soi-même l'utilisation de ces nouveaux outils numériques, le recours à des tutoriels ou à des formations succinctes est tout à fait recommandé. Comme toujours, la détention d'un diplôme demeure tout de même un atout pour inspirer la confiance des partenaires financiers.

Les spécificités de l'activité

Le métier de graphiste exige un renouvellement régulier du parc de matériel informatique (micro-ordinateur, palette graphique,…). Mais la dépense la plus conséquente reste celle des licences d'exploitation des logiciels de création. Ces licences doivent être souscrites chaque année et peuvent coûter chacune plusieurs milliers d'euros.

Le graphiste indépendant qui gère les solutions d'impression pour ses clients en servant d'intermédiaire avec un imprimeur a tout intérêt à souscrire une assurance professionnelle spécifique qui couvre les erreurs et autres coquilles qui pourraient se glisser dans les documents malgré les relectures et la signature d'un "bon à tirer".

Le domaine du graphisme intéresse beaucoup d'étudiants ou d'autodidactes et le marché s'en trouve parfois saturé. Le graphiste indépendant doit donc également être un excellent commercial qui sait "vendre" son talent et sa créativité s'il souhaite décrocher suffisamment de projets pour pérenniser son activité.