Impôt sur le revenu : abattement de 10% ou frais réels ?

Mis à jour le 26/02/2018

Lors du calcul de l'impôt, les titulaires de traitements et salaires (salariés, dirigeants de sociétés...) bénéficient par défaut d'un abattement de 10% sur le montant de leurs revenus : ils sont imposés sur 90% des sommes déclarées. Ils peuvent néanmoins opter pour la déduction des frais réels correspondant aux charges supportées dans le cadre de leur profession (frais de déplacement, frais de repas...). Un calcul préalable est nécessaire pour savoir si la déduction des frais réels est plus économique que l'abattement de 10%.


Notes: 5 (1 vote)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
5
Moyenne: 5 (1 vote)

Abattement de 10% sur les traitements et salaires

Sont imposés dans la catégorie des traitements et salaires :

  • les salaires à proprement parlé (existence d'un lien de subordination avec l'entreprise)
  • le traitement des fonctionnaires
  • les revenus de remplacement (Pôle emploi...)
  • les revenus des dirigeants de sociétés (exceptés s'ils sont associés d'une société de personne) : gérant de SARL, président de SAS

Ces revenus sont soumis au barème progressif de l'impôt sur le revenu, sauf exonération express (certaines allocations, le RSA, les salaires des apprentis et gratifications de stagiaires jusqu'à une certaine limite).

Ils ne sont imposés que sur 90% du montant déclaré sur l' imprimé 2042 car un abattement de 10% diminue la base imposable pour couvrir les frais professionnels. Celui-ci est plafonné à 12.305 euros.

Exemple : un cadre déclare 200.000 euros sur son imprimé 2042. Il sera imposé sur 200.000 - 12.305 euros = 187.695 euros.
Exemple : un salarié qui déclare 100.000 euros sera imposé sur 100.000 - 10% = 100.000 - 10.000 = 90.000 euros

Cet abattement est appliqué automatiquement par l'administration. Il ne faut donc pas le déduire soit même de son revenu imposable.

Frais réels

Le contribuable peut déduire les frais qu'il a lui même supportés dans le cadre de sa profession à la place de l'abattement de 10% par défaut. Ces frais se déclarent en cases 1 AK à 1 DK de l'imprimé 2042 et doivent être justifiés en cas de demande de l'administration.

Frais kilométriques

Les salariés et dirigeants utilisant leur véhicule personnel pour effectuer des déplacements professionnels peuvent utiliser le barème kilométrique publié chaque année par l’administration afin de déterminer leurs frais de déplacement. Ce barème prend en considération le nombre de kilomètres parcourus et la puissance fiscal du véhicule.

Le trajet pour se rendre à son travail est pris en compte dans le barème. La distance entre le domicile et le lieu de travail à prendre en considération pour calculer ses frais kilométriques ne peut excéder 40 km, soit 80 km par jour (un aller-retour). Néanmoins, cette distance peut excéder 40 km lorsque l’on fait état de circonstances particulières qui justifient l’éloignement (licenciement…).

Certaines dépenses ne rentrent pas dans le barème et peuvent être déduites séparément (frais de parking ou de péage, assurance du véhicule...).

Frais de double résidence

Les contribuables qui, pour des raisons professionnelles (mutation notamment), doivent vivre dans un autre logement que celui de leur foyer fiscal, peuvent déduire les frais de double résidence. La double résidence est justifiée par l'impossibilité de maintenir une seule résidence compte tenu du lieu de travail de chacun des époux, partenaires à un pacte civil de solidarité ou concubins, les dépenses de double résidence ont alors le caractère de frais professionnels. A ce titre, il est possible de déduire : 

  • loyer
  • intérêts d’emprunt liés à l'acquisition du logement
  • taxe foncière
  • taxe d’habitation
  • frais supplémentaires de repas
  • frais kilométriques pour rejoindre son foyer (un aller retour par semaine)
  • frais d’eau et d’électricité.

Autres frais

Les frais suivants se déduisent des traitements et salaires au titre des frais réels :

  • frais relatifs aux locaux occupés à titre professionnel (loyer ou quote-part de loyer) ,
  • frais de repas
  • frais de documentation,
  • frais de formation,
  • abonnements téléphoniques
  • abonnements à un fournisseur d’accès à internet,
  • frais de recherche d’un nouvel emploi, notamment pour les personnes inscrites à Pôle emploi,
  • frais de matériel, de mobilier et fournitures (téléphone, ordinateur, feuilles, cahiers…).

Choisir entre les frais réels et l'abattement de 10%

Il convient de bien connaître toutes les dépenses pouvant être déduites afin de savoir s'il intéressant d'opter pour les frais réels. En outre, ceux-ci sont souvent pris en compte par les contribuables engageant des frais de déplacement (notamment pour se rendre sur leur lieu de travail) et disposant de revenus "modestes".

En effet, ceux qui déclarent des revenus importants auront généralement intérêt d'opter pour l'abattement de 10% (l'abattement applicable pour un contribuable déclarant 100.000 euros de traitements et salaires est de 10.000 euros. Il est rare que les frais réels s'élèvent à ce montant.

Calculer l'impôt sur le revenu

Utilisez notre simulateur d'impôts sur le revenu pour comparer le montant à payer en déduisant les frais réels ou avec l'abattement de 10% sur les traitements et salaires.