Sommaire
    Vous avez toujours rêvé d’ouvrir votre propre galerie d’art ? Cet article est fait pour vous ! Découvrez les étapes à suivre pour concrétiser votre projet, des démarches administratives aux aspects plus techniques. Avec un peu de passion et de détermination, ouvrir une galerie d’art est à votre portée !

    Qu’est-ce qu’une galerie d’art ?

    Une galerie d’art est un lieu d’exposition et de vente d’œuvres plastiques et graphiques originales à destination du public. Elle se différencie ainsi du musée dont la fonction est l’exposition uniquement. Les œuvres proposées à la vente sont par exemple des peintures, des sculptures, des dessins ou des photographies.

    Qui peut ouvrir une galerie d'art ?

    Toute personne majeure peut ouvrir une galerie d’art en vue de l’exploitation commerciale d’œuvres d’art. D’ailleurs, aucune qualification n’est demandée pour cela. Cependant, il est préférable d’acquérir certains savoirs indispensables pour gérer un tel établissement.

    En effet, le métier de galeriste ne s’improvise pas. Connaître le milieu de l’art, son marché et son fonctionnement est le minimum requis. Cela reste toutefois insuffisant pour avoir une légitimité dans la vente d’œuvres d’art. Il est vivement conseillé d’être titulaire d’un diplôme et d’avoir une expérience professionnelle dans le secteur.

    De plus, il peut être judicieux de se former aux techniques de vente et à la gestion d’entreprise afin de lancer une galerie d’art sur des bases solides : plan de financement, choix et emplacement du local, détermination de la forme juridique, etc.

    Quel statut juridique choisir ?

    Vous avez le choix entre plusieurs formes juridiques d’entreprise si vous souhaitez vivre de la vente en galerie d’art. Cette sélection dépend de leurs spécificités : apports au capital à prévoir, présence d'un ou plusieurs associés, type d'imposition sur les bénéfices, obligations comptables, statut de travailleur non salarié ou d’assimilé salarié, etc.

    L’entreprise individuelle

    Avant la réforme de l’entrepreneur individuel, entrée en vigueur le 15 mai 2022, les patrimoines personnel et professionnel étaient confondus. Dorénavant, vos biens personnels ne peuvent plus être saisis en cas de litige avec les créanciers professionnels. Sont considérés comme biens professionnels les fonds de caisse (somme en numéraire qui demeure dans le lieu d’exercice), le fonds de commerce, les biens immeubles (local abritant votre activité), meubles (œuvres d’art à vendre, matériel, véhicule…) et incorporels (enseigne, nom commercial…).

    Si vous souhaitez éviter des formalités lourdes lors de la création de votre entreprise (apport au capital social, obligations comptables, démarches complexes), l’entreprise individuelle apparaît comme la meilleure solution par rapport à la société. Vous êtes considéré comme un travailleur indépendant et vous pouvez bénéficier des avantages du régime de la micro-entreprise si votre chiffre d’affaires ne dépasse pas certains seuils.

    L’entreprise unipersonnelle

    Si vous décidez d’ouvrir seul votre galerie d’art, vous pouvez commencer par une société à associer unique :

    • L’entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée (EURL) : Vous êtes considéré comme un travailleur non salarié si vous êtes gérant associé unique. De plus, au moment de la création de votre entreprise, le montant du capital social est libre.
    • La société par action simplifiée unipersonnelle (SASU) : Comme pour l’EURL, la responsabilité civile et pénale du dirigeant est limitée à l’apport au capital. Le régime de retraite du président de SASU, ayant le statut d’assimilé salarié, est plus avantageux que celui du travailleur non salarié. Toutefois, les cotisations sociales comprennent les charges patronales. Elles sont donc plus élevées que pour le gérant d’EURL, même si leur calcul ne prend pas en compte les dividendes.

    L’entreprise avec plusieurs associés

    Si votre capital est insuffisant, il faut rechercher des associés qui pourront investir dans votre entreprise. Vous avez le choix entre les deux formes de société suivantes :

    • La société à responsabilité limitée (SARL) : Même si la société comporte plusieurs associés, le montant du versement de l’apport au capital est libre. Attention, seul le gérant majoritaire a le statut de travailleur non salarié. Les gérants minoritaires ou égalitaires sont des assimilés salariés.
    • La société par actions simplifiées (SAS) : Elle comprend au moins deux associés et possède les mêmes caractéristiques que la SASU.

    Comment vendre dans une galerie d'art en France : législation

    Quelles sont les formalités pour la création de la galerie d'art ?

    Les démarches administratives sont simples pour ouvrir une galerie d'art et avoir le droit d'y vendre des œuvres. Vous devez réaliser une déclaration d'activité et demander l'immatriculation de votre entreprise auprès du greffe du tribunal de commerce, de la chambre de commerce et d'industrie ou du guichet des formalités des entreprises.

    Tous les ans, vous devez déclarer vos commissions ou votre chiffre d'affaires issus de votre commerce d'art à l'URSSAF (Union de recouvrement des cotisations de Sécurité sociale et d'allocations familiales) sur le site artistes-auteurs.urssaf.fr.

    Quelle est la commission d'une galerie d'art ?

    Une galerie d'art récupère 50% du bénéfice des ventes des œuvres d'art. Cette commission prend en compte l'investissement du galeriste pour promouvoir les artistes, mettre en avant leurs œuvres et pousser les clients à l'achat.

    Comment financer une galerie d'art et assurer sa rentabilité ?

    Pour savoir si votre activité de commerce d'art va être rentable, il faut au préalable réaliser un business plan pour votre galerie. Un projet bien pensé est plus susceptible de rassurer les éventuels investisseurs si vous recherchez des financements.

    Évaluer les besoins matériels

    Vous devez choisir le local où seront exposées les œuvres d’art que vous souhaitez vendre. Veillez à louer un local suffisamment grand pour accueillir votre clientèle et entreposer les objets les plus imposants (comme les sculptures). Puisque vous exercez une activité commerciale, le contrat de location doit être un bail commercial.

    La situation géographique de votre local dépend de la clientèle que vous visez (professionnels, particuliers, brocanteurs…) et de la concurrence. Préférez un quartier regroupant des lieux d’exposition pour attirer plus facilement des visiteurs.

    Réfléchissez au matériel nécessaire à l’exploitation de votre local. Pour accueillir vos clients, vous devez acheter un comptoir, des assises et une caisse enregistreuse par exemple. Prévoyez les objets indispensables pour réaliser les tâches administratives : bureau, ordinateur, etc.

    Recenser les moyens humains

    Envisagez-vous d’embaucher du personnel ? Dans ce cas, vous devez évaluer le coût des charges salariales et patronales qui en découlent. Avoir deux employés suffit généralement pour faire fonctionner une galerie d’art.

    Réaliser une étude de marché

    L’étude de la concurrence et du marché de l’art vous permet de déterminer au mieux vos prochaines offres. Votre projet est-il réalisable ? Le secteur est-il porteur ? Quelles sont les caractéristiques de la clientèle ? Comment les entreprises concurrentes s’en sortent-elles ? Réalisez une enquête exhaustive pour votre étude de marché afin de recueillir le plus d’informations possible.

    Calculer la rentabilité de votre entreprise

    Estimer les dépenses utiles pour l’exploitation de votre entreprise et les charges fixes (charges sociales, loyer du local, salaires des employés…). Ces données vous permettent de calculer le seuil de rentabilité et d’évaluer la viabilité financière de votre projet.

    Préparer la stratégie commerciale

    La partie marketing de votre plan de développement a son importance. Votre stratégie de communication doit consister à faire connaître votre galerie d’art auprès des futurs clients, mais également des artistes qui voudront vous confier leurs œuvres. Pensez à la création d’un site internet et l’utilisation des réseaux sociaux pour partager l’actualité de votre galerie. Développez votre visibilité à l’aide des journaux locaux. Enfin, prévoyez un budget et du temps pour la distribution d’affiches dans les commerces et de flyers auprès des visiteurs de lieux culturels par exemple.

    Rechercher des financements

    Les financements peuvent provenir des banques. Pour obtenir un prêt, il faut soigner la présentation de votre business plan. Si vous parvenez à prouver que votre entreprise sera rentable, alors vous aurez plus de possibilités d’obtenir le soutien financier d’une banque.

    De même, les investisseurs que vous sollicitez doivent croire en votre projet. Faites appel aux dons par l’intermédiaire des plateformes de financement participatif. Par ailleurs, vous pouvez demander des subventions auprès d’une collectivité publique si vous décidez d’ouvrir une galerie d’art associative.

    Comment créer une galerie d'art : quelques conseils

    Monter une galerie d'art à domicile

    Si vous êtes auto-entrepreneur, vous pouvez très bien utiliser votre propre domicile pour votre galerie d’art. Toutefois, l’espace doit être suffisamment grand pour faciliter la mise en place des œuvres.

    Comment créer une galerie d'art virtuelle ou en ligne ?

    Installer une galerie d’art dans un local n’est pas la seule solution. Vous pouvez en effet créer une galerie d’art virtuelle en créant un site internet. Les visiteurs auront la possibilité d’acheter directement les œuvres d’art mises en vente classées par artiste, date ou catégorie.

    Créer un site de vente en ligne peut être chronophage et compliqué si vous avez peu de connaissances en informatique. Il est préférable d’acheter les services d’un webmaster qui pourra concevoir un site e-commerce fiable et fonctionnel.

    Les réseaux sociaux, le bouche-à-oreille, la publicité payante vous aideront à vous faire connaître et à augmenter le trafic de votre site. Transformez les visiteurs de votre galerie d’art en ligne en clients en soignant le contenu de votre galerie : présentation de votre entreprise, mise en valeur des œuvres par des photos ou des vidéos…

    Ouvrir une franchise de galerie d'art : comment faire ?

    Devenir franchisé d’un large et populaire réseau de galerie d’art vous permet de profiter de l’expérience et de la clientèle de galeristes présents depuis des années dans le secteur. Pour ouvrir une franchise de galerie d’art, vous devez vous rapprocher du réseau de galeristes qui vous intéresse. Présentez-lui le dossier de votre projet sans en omettre les aspects financiers (capacité d’emprunt, tableaux prévisionnels…) et matériels (local, personnel à embaucher…).

    Comment ouvrir une galerie d'art associative

    Créer une galerie associative est possible si le statut juridique choisi n’est pas une entreprise, mais une association. Vous ne pouvez donc pas vous lancer seul puisque d’après l’article 1 de la loi du 1er juillet 1901, une association est constituée d’au moins deux personnes.

    L’objectif de la galerie d’art associative ne doit pas être lucratif. C’est-à-dire que les bénéfices générés par la vente des œuvres d’art ne doivent pas être partagés entre les fondateurs de l’association. Toutefois, les gérants désignés dans les statuts peuvent être rémunérés sans enfreindre la règle du but non lucratif si le salaire n’excède pas 75 % du SMIC (salaire minimum de croissance).

    Si l’activité commerciale sert les intérêts des dirigeants de l’association, alors celle-ci devra être requalifiée en société.

     
    Image
    Victoria-Schwartz-expert-comptable

    Victoria SCHWARTZ

    Accompagne les freelances dans leur création d'entreprise chez L-Expert-Comptable.com

    Matinale, toujours souriante et pleine d'énergie, avec Victoria dans son équipe, le travail est toujours accompli. Besoin d'être formé ? Victoria est là pour vous aider. Ses expressions atypiques font rigoler toute l'équipe. Travailler à ses cotés c'est la joie au travail assurée !