Ouvrir un cabinet de vétérinaire : définition, démarches et formalités

Mis à jour le 29/06/2018

Le vétérinaire exerce une profession libérale réglementée relevant de la catégorie des BNC. Seules les personnes titulaires du diplôme d’État de docteur vétérinaire, enregistrées à l’Ordre peuvent revendiquer ce titre. Si vous souhaitez devenir vétérinaire sanitaire, vous devrez demander une habilitation sanitaire en complément auprès de la DDSCPP. Vous immatriculez votre activité à l’URSSAF pour être vétérinaire indépendant ou au greffe du tribunal de commerce pour une société. Vous pouvez créer une Société Civile de Moyens (SCM) en plus de votre statut juridique pour mutualiser les charges avec plusieurs confrères.


Notes: 1 (1 vote)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
1
Moyenne: 1 (1 vote)

Devenir vétérinaire : définition de la profession et réglementation

Le vétérinaire est le médecin des animaux ! Il exerce une profession libérale réglementée relevant de la catégorie des Bénéfices Non Commerciaux (BNC).

Les conditions d’exercice d’une activité vétérinaire

Seules les personnes titulaires du diplôme d’État de docteur vétérinaire peuvent revendiquer ce titre et exercer l’activité vétérinaire. L’enregistrement du diplôme accompagné de l’inscription à l’Ordre National des Vétérinaires est obligatoire pour pouvoir exercer. Le professionnel doit respecter :

  • le Code de déontologie des vétérinaires (article R242-32 du Code rural et de la pêche maritime)

  • le Code de la santé publique en matière de respect de l’hygiène et du traitement des déchets

Devenir vétérinaire sanitaire

Une habilitation sanitaire permet d’effectuer des actes de soin supplémentaires, relatifs au métier de vétérinaire sanitaire :

  • les vaccins obligatoires (rage)

  • les certificats d’exportation et d’importation des animaux

  • la surveillance des chiens mordeurs

  • les actes de prophylaxie

La demande d’habilitation sanitaire est à effectuer auprès de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDSCPP).

Comment ouvrir une clinique vétérinaire ?

L’étude de marché pour ouvrir une clinique vétérinaire

Le choix de la commune d’implantation de votre cabinet vétérinaire est la première étape.

Vous pouvez opter pour une zone géographique citadine afin de soigner les animaux domestiques et les Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC).

Vous pouvez aussi envisager un mode de vie plus rural, principalement pour soigner les animaux de la ferme.

Dans tous les cas, vous devrez valider des informations comme la densité de la population et la densité animale, le niveau de vie, l’environnement paravétérinaire (SPA, pharmacies, groupements d’éleveurs...) et le nombre de cliniques concurrentes dans la zone de chalandise visée pour valider l’opportunité d’y développer votre projet.

Une étude de marché est primordiale. Pour vous faire aider et obtenir des statistiques sectorielles locales, n’hésitez pas à vous tourner vers L’Ordre des Vétérinaires de votre région.

Le choix du local pour ouvrir son cabinet vétérinaire

Le local qui servira à ouvrir la clinique vétérinaire doit respecter les normes de sécurité et d’accessibilité relatives aux établissements recevant du public (article R123-1 du Code de la construction et de l’habitat).

N’oubliez pas de vous référer à l’Ordre des Vétérinaires pour valider les règles d’affichage des honoraires, les règles d’hygiène et celles relatives à la chirurgie et/ou l’utilisation de rayons X dans le cadre de l’exercice de l’activité.

Veillez à disposer de plusieurs pièces dans votre local, notamment si vous pratiquez la chirurgie. Vous devrez disposer d’un espace postopératoire pour les animaux (chenil), en plus de la salle de soins, de la salle d’attente et idéalement d’une salle de chirurgie séparée.

Les investissements pour ouvrir un cabinet vétérinaire

Les investissements pour ouvrir un cabinet vétérinaire concernent les frais d’aménagement des lieux et l’achat du matériel nécessaire à l’exercice de l’activité (aménagement de la salle d’attente, aménagement et matériel pour la salle de soin, la chirurgie, le chenil, des espaces extérieurs...).

Un véhicule est important pour vous déplacer en clientèle en cas d’urgence vétérinaire ou encore si vous optez pour un mode d’activité rural.

N’oubliez pas les frais de souscription à une assurance civile professionnelle (RC Pro) , indispensable pour l’exercice d’une activité vétérinaire.

L’investissement de départ pour ouvrir sa clinique vétérinaire peut s’avérer conséquent et de nombreux praticiens sollicitent un crédit bancaire pour démarrer leur activité vétérinaire.

Les prévisions financières pour ouvrir son cabinet vétérinaire

Dans ce contexte, un prévisionnel financier valide le coût du projet et de formaliser son modèle économique.

L’objectif est d’anticiper ses charges (loyer, remboursement des emprunts, charges sociales et fiscales...) puis de fixer un objectif de chiffre d’affaires afin de rentabiliser l’activité de vétérinaire. Les prévisions financières permettent aussi de réaliser des simulations fiscales et sociales.

Le business plan pour ouvrir une clinique vétérinaire

Le business plan pour ouvrir un cabinet vétérinaire formalise toutes les étapes de création de votre entreprise. Il est la base pour dialoguer avec la banque dans le cadre d’un prêt professionnel.

Le statut juridique pour ouvrir une clinique vétérinaire

Vous pouvez exercer votre activité vétérinaire sous la forme juridique de l’entreprise individuelle ou sous la forme de société (EURL/SARL, SASU/SAS). On parle de Société d’Exercice Libéral (SEL) pour les sociétés dont l’objet est une profession libérale réglementée, comme c’est le cas pour les vétérinaires.

Si vous êtes plusieurs praticiens vétérinaires ou exerçant une activité complémentaire, vous pouvez créer, ensemble, une Société Civile de Moyens (SCM ) en plus de vos statuts juridiques respectifs. La SCM servira à mutualiser certaines charges (local, matériel, secrétariat...).

Le régime auto-entrepreneur pour devenir vétérinaire ?

Le régime auto-entrepreneur ne permet pas de déduire ses charges ni de récupérer la TVA. Comme pour l’entreprise individuelle, le vétérinaire auto-entrepreneur engage son patrimoine personnel en cas de dette.

Si vous envisagez d’ouvrir une clinique vétérinaire nécessitant des investissements conséquents, le statut d’entreprise individuelle et le régime auto-entrepreneur sont déconseillés. À l’inverse, ils sont envisageables si vous démarrez votre activité en indépendant, en travaillant en clientèle.

Les formalités pour ouvrir son cabinet vétérinaire

Votre activité de vétérinaire doit être immatriculée auprès du Centre de Formalité des Entreprises (CFE) :

  • de l’URSSAF si vous exercez à votre compte, sous le statut de l’entreprise individuelle

  • du greffe du tribunal de commerce si vous créez une société

Pour la création d’une société, n’oubliez pas les formalités supplémentaires :

  • de rédaction des statuts constitutifs

  • de publication d’un avis dans un Journal d’Annonces Légales (JAL)

Combien coûte la création d’une clinique vétérinaire ?

Les frais d’immatriculation d’une entreprise vétérinaire vont de 0 (auto-entrepreneur) à 250 euros (création d’une société), hors frais de rédaction des statuts, de publication dans un JAL et d’inscription à l’Ordre. Les coûts les plus conséquents concernent le matériel de travail et les frais d’aménagement dans un local, sans oublier les frais de souscription à l’assurance civile professionnelle et la trésorerie au démarrage pour faire face aux premières dépenses.