Ouvrir son cabinet d’orthophoniste

L'article en bref

L’exercice de la profession d’orthophoniste est réglementé. Pour s’établir en cabinet indépendant, il est indispensable d’être titulaire du certificat de capacité d’orthophoniste (bac+5). Il n’est pas possible de s’établir sous une micro-entreprise. Le choix de l'emplacement du cabinet doit se faire de manière stratégique : peu de concurrence, proche de médecins. Poser une plaque professionnelle en évidence attirera l’attention d’éventuels clients. Pour assumer les charges de début d’activité, il est conseillé d’avoir au moins 3 mois de chiffre d’affaires.

Temps de lecture : 2minDernière mise à jour : 12/03/2024
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Ecrit par Eve - Marie CANTIGETAccompagnatrice d'entrepreneurs en création d'entreprise et comptabilité chez L'Expert-Comptable.com
Image
Deborha-Vindiolet-expert-comptable
Article certifié par
Déborha VINDIOLET
 
Leader comptable chez L'Expert-Comptable.com avec plus de 6 ans d'expérience dans le domaine. Diplômée en DCG et BTS Comptabilité.

Qu’est-ce qu’un orthophoniste ?

Un orthophoniste est un professionnel de santé qui a pour mission de guérir et de prévenir les troubles du langage que cela soit oral ou écrit.

Quelle réglementation applicable ?

Etre titulaire d’un certificat de capacité d’orthophoniste

Le diplôme d’orthophoniste s’obtient au bout de 5 années d’études supérieures. Il faut passer un concours afin de pouvoir entrer dans une des écoles spécialisées en France.

La validation du diplôme

Avant de s’établir, un orthophoniste doit enregistrer son diplôme auprès de l’Agence Régionale de la Santé (ARS). Cette inscription lui permet d’obtenir un numéro professionnel ainsi qu’une carte professionnelle.

L’inscription à l’URSSAF

L’inscription à l’URSSAF est obligatoire afin de permettre le recouvrement des cotisations sociales .

Quel statut juridique choisir ?

Un orthophoniste ne peut pas s’installer en auto-entrepreneur ou en micro-entreprise . Il peut choisir une autre forme juridique telle que la SEL (Société d’Exercice Libéral) ou encore l’entreprise individuelle.

Où s’installer ?

La profession est en pleine croissance et beaucoup de praticiens sont tentés de s’installer dans des grandes villes. Cela accroît la « concurrence » et il y a un risque que la clientèle ne soit pas autant au rendez-vous qu’espéré.

Il est conseillé de s’installer dans des zones où il y a moins de spécialistes afin que la patientèle soit présente. Pour cela des aides sont apportées aux spécialistes qui s’établissent dans des zones peu fréquentées, ces aides proviennent :

  • Du fonds d’intervention pour la qualité et la coordination des soins (FIQCS) ;

  • De l’Etat ou des collectivités territoriales.

Ces aides sont octroyées pour aider au maintien ou au développement des zones rurales désertées par les spécialistes de santé.

Comment se faire connaître en cas de création de cabinet ?

Lorsqu’il n’y a pas de reprise de patients, il est vital pour le praticien de se faire connaître sur son lieu d’installation.

Il ne faut pas hésiter à se présenter aux médecins de la commune. Un orthophoniste ne peut exercer sa profession que sur prescription médicale. Il est important d’entretenir de bons rapports avec eux et de présenter le cabinet afin qu’ils renvoient leurs patients chez le nouvel orthophoniste.

L’apposition d’une plaque professionnelle est aussi un bon moyen d’attirer l’attention.

Quels sont les coûts à prévoir lors de l’ouverture du cabinet ?

Les coûts à prévoir sont moins importants que pour d’autres professions médicales car il n’y a pas de matériel cher à acheter.

Il est conseillé pour un orthophoniste de disposer de 3 mois de chiffre d’affaires afin d’assumer les charges de début d’activité : l’achat de mobilier, la location du local ou encore des travaux à prévoir.

 

Maëlle

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.