Ouvrir un cabinet de psychologue libéral : concurrence, lieu, statut, clientèle, rémunération

Mis à jour le 04/07/2018

Après avoir obtenu un diplôme en psychologie (minimum bac+5), le diplômé peut ouvrir son cabinet de psychologue libéral. Pour trouver le local idéal, il tient compte de la concurrence et des différents types de cabinet : local mixte, privé, reprise, à domicile. Le choix de la micro-entreprise permet une comptabilité simple et allégée. Certains psychologues optent aussi pour l’EI, l’EURL, la SASU,... Une fois installé, il reste à se constituer une clientèle par le biais du bouche à oreille, les Pages Jaunes, site internet...


Notes: 5 (3 votes)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
5
Moyenne: 5 (3 votes)

Les diplômes requis

Pour devenir psychologue, il faut soit obtenir un master universitaire en psychologie avec un stage professionnel, soit un diplôme d’Etat de psychologie scolaire ou de conseiller d’orientation-psychologue, soit un diplôme EPP (Ecole de psychologues praticiens). Il est possible de continuer ses études avec un doctorat en psychologie, mais il n’est pas obligatoire pour s’installer.

Evaluation de la concurrence

Ouvrir un cabinet de psychologie, en libéral, implique une exposition importante à la concurrence, surtout dans les grandes villes. Elles abritent beaucoup d’autres psychologues mais aussi des déclinaisons spécialisées de ce métier (psychothérapeute, conseillers familiaux ou conjugaux, etc.). Il faut en avoir conscience pour mieux préparer son installation.

Il faut prêter attention à leur spécialisation s’ils en ont une. Vous pouvez choisir de proposer des méthodes de soins complémentaires (psychanalyse, hypnose,...), différentes de celles de vos principaux concurrents et ainsi vous démarquer plus facilement.

 

Une implantation géographique réfléchie

En lien avec l’évaluation de la concurrence, vous devez mener une petite étude de marché pour choisir votre emplacement optimal : s’implanter en centre-ville (moins recommandé pour les grandes villes), en périphérie ou en zone rurale. Pour faire le bon choix, vous devez prendre en compte :

  • la concurrence pour évaluer le besoin de la population

  • l’environnement institutionnel : les hôpitaux et associations proposant des suivis psychologiques, …

  • les données de la population locale : démographie, âge, catégorie socio-professionnelle, …

  • l’accessibilité du lieu

  • l’avis des professionnels qui peuvent avoir besoin d’un psychologue dans leur carnet d’adresse

Trouver le cabinet

Une fois que vous êtes sûr de la zone où vous souhaitez vous implanter, vous devez trouver un local pour domicilier l’entreprise et recevoir la clientèle. Plusieurs possibilités s’offrent à vous :

  • Un local mixte, partagé avec d’autres professionnels du médical. Cette option est une bonne affaire au niveau financier et présente l’avantage de ne nécessiter, en général, que peu d’aménagements.

  • Un local privé, que vous avez loué ou acheté. Le principal inconvénient de cette option est le coût que représente le loyer ou l’achat et les autres charges qui ne sont pas partagées et peuvent peser lourd, surtout en début d’activité.

  • Reprise du local d’un psychologue partant à la retraite. C’est une option qui peut s’avérer intéressante et grâce à laquelle vous pouvez récupérer la clientèle de votre prédécesseur.

  • Une pièce dédiée dans votre foyer. C’est l’option la plus économique mais qui requiert de renoncer à une pièce de votre habitation et de l’aménager en conséquence.

Pour vous aider dans vos recherches, vous pouvez consulter les annonces sur les sites paramédicaux, faire appel à une agence immobilière, ou encore à votre mairie qui propose parfois des bureaux à louer dans une maison médicale.

Le statut juridique

Exercer en libéral implique d’enregistrer votre nouvelle entreprise auprès de l’URSSAF.

Le statut le plus adapté est celui de la micro-entreprise . Il est simplifié et idéal pour démarrer son activité. Il implique de déclarer mensuellement ou trimestriellement ses recettes encaissées à l’URSSAF et à la caisse de retraite CIPAV.

D’autres statuts juridiques sont envisageables:

  • L’entreprise individuelle en nom propre (EI) : comptabilité réelle, statut TNS (travailleur non salarié), imposé à l’IR (impôt sur le revenu).

  • L’EURL (SARL à associé unique) : responsabilité limitée aux apports, statut TNS ou salarié, IR ou IS (impôt sur les sociétés).

  • SASU (SAS à associé unique) : responsabilité limitée aux apports, assimilé salarié, IS ou IR.

La rémunération

Il est difficile de parler d’un salaire type pour les psychologues en libéral. Ils appliquent les tarifs qu’ils souhaitent. La moyenne est de 60€ la séance.

Les revenus sont assez modestes en début de carrière le temps de se former une clientèle. Un psychologue bien réputé et avec une clientèle particulière a une bonne rémunération.

Constituer sa clientèle

Cette étape prend du temps (comptez entre 2 et 4 ans), mais elle est indispensable pour la viabilité de votre cabinet.

L’essentiel est de faire parler de vous :

  • Contacter des professionnels susceptibles de parler de vous, comme les médecins généralistes qui pourraient vous recommander à leurs patients.

  • Offrir de la visibilité à votre cabinet en vous inscrivant sur Google My Business et sur les Pages Jaunes

  • Participer à des conférences, salons ou autres événements

  • Créer un site tenu à jour et clair

  • Le bouche-à-oreille est un outil incontournable pour vous constituer une clientèle fidèle