En quoi la SARL peut être une société hybride ?

L'article en brefLa création d'une entreprise soulève une pléthore de questions cruciales pour l'entrepreneur, notamment sur le choix de la structure juridique la plus adaptée à son projet. La SARL, société à responsabilité limitée, se présente comme une option intéressante pour les projets impliquant au moins deux associés, en raison de sa nature hybride. Cette forme juridique combine habilement les avantages des sociétés de personnes, axées sur les relations et la confiance entre les associés, et ceux des sociétés de capitaux, où la responsabilité est limitée aux apports. Ce statut offre ainsi une flexibilité notable, facilitant la gestion des relations internes tout en protégeant le patrimoine personnel des associés.

D'autre part, la SARL se distingue par sa capacité à s'adapter à diverses configurations d'actionnariat, pouvant accueillir de 2 à 100 associés, et par la protection qu'elle confère en limitant la responsabilité des actionnaires à leurs apports. Cette structure juridique favorise un équilibre entre contrôle et sécurité financière, rendant les démarches de création d'entreprise plus accessibles et moins risquées. De plus, la SARL bénéficie d'une certaine flexibilité fiscale, avec la possibilité de choisir entre l'imposition sur les sociétés ou l'impôt sur le revenu pendant les premières années d'activité. Ce guide complet offre une vue d'ensemble précieuse pour les entrepreneurs en quête de la structure la plus appropriée à leur projet, soulignant l'importance de s'entourer de conseils professionnels pour naviguer ces choix stratégiques.
Temps de lecture : 7minDernière mise à jour : 14/03/2024
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Ecrit par Victoria SCHWARTZComptable chez L-Expert-Comptable.com
Image
guillaume-delemarle-expert-comptable
Article certifié par
Guillaume DELEMARLE
 
Expert-comptable avec plus de 9 ans d'expérience. Spécialisé dans l'accompagnement des TPE et créateurs d'entreprise.
Image
En quoi la SARL peut être une société hybride

Quand vient le moment de créer son entreprise, mille et une questions peuvent survenir à l’esprit de l’entrepreneur. Quelles sont mes ambitions pour ma structure ? Quelles sont les démarches à prévoir ? Quelle forme juridique privilégier ? Etc. Selon l’activité envisagée, opter pour une société hybride peut se révéler payant. Si le projet entrepreneurial concerne au moins deux associés, la SARL est alors tout indiquée. En effet, celle-ci permet de concilier les spécificités des sociétés de personnes avec les atouts que présentent les sociétés de capitaux. Pour en apprendre davantage, découvrez en quoi une SARL peut constituer une société mixte ?

 

Qu'est-ce qu'une société Hybride ?

À quelques exceptions près, la plupart des entreprises ont une finalité commerciale. Cela signifie que l’activité implique de réaliser des ventes (de produits ou de services). Leur gérant n’exerce pas nécessairement en qualité de commerçant. Il peut s’agir aussi d’un artisan ou d’un professionnel libéral (non-réglementé). 

Il existe deux types de sociétés commerciales dont chacune présente des spécificités qui lui sont propres : la société de personnes ou la société de capitaux. Par ailleurs, la société hybride, également nommée « société mixte », correspond au statut intermédiaire. En effet, cette dernière se distingue des autres structures puisqu’elle se réapproprie certaines caractéristiques de l’une et de l’autre forme d’entreprise commerciale.

Les différents critères permettant de déterminer si une société est hybride ou pas, portent sur les éléments suivants :

  • l’objet de l’association entre les partenaires ; 

  • le rapport entre les associés ;

  • les conditions de détention de titres ;

  • le niveau de responsabilité de chacune des parties ;

  • le régime fiscal appliqué.

Il est à noter que la société hybride ne concerne pas les activités libérales réglementées.

 

Quels sont les autres types de société ?

Les sociétés commerciales sont catégorisées sous les deux formes suivantes : 

  • la société de personnes ;

  • la société de capitaux.

La société de personnes

Elle désigne une structure induisant un rapport solide entre les partenaires. Le lien qui les unit incarne l’une des principales raisons pour lesquelles ils ont choisi de s’associer. Lorsque la personnalité des actionnaires fait naître la volonté de créer ensemble une société, on dit alors que celle-ci est fondée sur l’intuitu personae. Cette locution latine signifie « en fonction de la personne ». Elle exprime clairement la nature de la relation entre les intéressés et l’importance de la place qu’occupe chaque associé.

La société de personnes se caractérise par les éléments suivants : 

  • l’affinité entre les associés ;

  • la solidarité pleine et entière entre les protagonistes en cas de faillite, pouvant impliquer leur patrimoine personnel ;

  • l’assujettissement des partenaires à l’impôt sur le revenu (l’IR) ;

  • la nature des titres appelés parts sociales ;

  • les possibilités réduites de faire entrer d’autres intervenants au capital social grâce à la procédure d’agrément obligatoire.

En effet, l’entrée d’un nouveau confrère au capital social d’une société de personnes ne peut s’effectuer qu’à l’unanimité des sociétaires. Ce protocole réduit considérablement les opportunités de s’agrandir avec des membres ne partageant pas la même vision et les mêmes ambitions pour l’organisation. Les entreprises commerciales répondant aux caractéristiques des sociétés de personnes bénéficient des statuts suivants : 

  • la SNC (société en nom collectif) ;

  • la SC (société en commandite) ;

  • la SEP (société en participation).

La société de capitaux

À l’inverse, au sein d’une société de capitaux, la notion d’apport au capital social prévaut sur les personnes. Il est alors possible d’unir des actionnaires sans que ces derniers n’aient aucun lien entre eux. Dans certains cas, ces derniers ne se connaissent même pas. En revanche, leur degré de participation au capital social définit : 

  • le droit de vote de chaque partenaire en assemblée générale ;

  • la part des bénéfices que chacun est amené à percevoir ;

  • l’étendue de leur responsabilité. 

Celle-ci n’est alors engagée qu’à concurrence du montant de leur apport, ce que l’on retrouve au sein d’une société hybride. Dans ce cas de figure, les partenaires bénéficient d’une meilleure protection de leur patrimoine personnel que dans celui d’une société de personnes.

Par ailleurs, l’imposition de la société de capitaux diffère puisque celle-ci est soumise à l’impôt sur les sociétés, soit l’IS. Enfin, ce qui distingue également la société de capitaux de la société de personnes, c’est la simplification des démarches relative à la cession des actions. En effet, la société essentiellement créée autour d’un capital social n’impose pas l’approbation à l’unanimité des associés. Ainsi, ces derniers sont libres de céder ou de transmettre leurs parts, ce qui facilite grandement l’entrée d’éléments extérieurs au capital social de l’organisation.

Les sociétés de capitaux concernent généralement les formes juridiques suivantes : 

 

Pourquoi la SARL est une société hybride ?

La SARL (société à responsabilité limitée) entre dans le champ d’application d’une société hybride dans la mesure où celle-ci combine certains attraits caractéristiques à la fois, de la société de personnes et de celle basée sur les apports au capital. 

En effet, la SARL est une société fondée sur l’intuitu personae, c’est-à-dire que les sociétaires entretiennent d’étroites relations les uns avec les autres et avancent à l’unisson dans leur projet entrepreneurial. À cet effet, ils exercent tous un pouvoir de gérance, comme c’est le cas au sein d’une société de personnes. Tous disposent d’un droit de regard sur les entrées ou les sorties du capital via une procédure d’agrément obligatoire. Ils expriment ainsi leur consentement au cours d’une assemblée générale. 

En revanche, la forme juridique de la SARL concourt à la préservation du patrimoine personnel des actionnaires, à l’instar des sociétés de capitaux. En effet, leur niveau de responsabilité est défini en fonction de leurs apports. Il peut s’agir d’apports en numéraire, mais aussi en nature. Conformément à l’article L. 223-9 al. 4 du Code de commerce, les apports en nature pourront être valorisés par un commissaire aux apports afin de déterminer la limite de la responsabilité du sociétaire concerné. Dans le cadre d’une SARL, l’intervention de ce professionnel reste facultative, mais doit respecter deux conditions cumulatives : 

  • la valeur de l’apport en nature n’excède pas 7 500 € ;

  • la valeur totale des apports en nature demeure inférieure à 50 % de la valeur du capital social. 

L’estimation effectuée doit être mentionnée dans les statuts de l’entreprise. Il faut savoir que les associés sont libres de retenir un montant différent de celui évalué par le commissaire aux apports. Toutefois, si la valeur finalement retenue diffère de celle estimée par le commissaire aux apports, les sociétaires s’en portent garants à l’égard des tiers pendant 5 ans.

 

Qui sont les acteurs qui constituent une SARL hybride ?

Une SARL hybride se compose d’au moins 2 associés et peut en compter jusqu’à 100. Parmi eux, l’on retrouve 2 types d’intervenants : 

  • les actionnaires ;

  • les bénéficiaires effectifs.

Les actionnaires d’une société hybride

Leur rôle consiste à fournir des apports à l’entreprise et à faire évoluer son capital social. Pour ce faire, ils disposent de différents moyens pour contribuer à ce capital : 

  • les apports en numéraire, c’est-à-dire sous la forme d’argent ;

  • les apports en nature (biens mobiliers ou immatériels, outillage, véhicule, etc.) ;

  • les apports en industrie (une compétence par exemple), mais celui-ci n’impacte pas la formation du capital.

Le statut d’actionnaire présente l’avantage de préserver le patrimoine personnel de chacun d’entre eux. En effet, en cas de dettes, leur responsabilité est limitée à hauteur de leur apport. Les créanciers seront dans l’impossibilité d’obtenir un dédommagement supérieur au montant des capitaux déposés.

Les bénéficiaires effectifs de la SARL

Dans le cadre d’une SARL, il s’agit des personnes physiques qui exercent un contrôle significatif sur la société. En principe, les bénéficiaires effectifs détiennent, de manière directe ou indirecte, une part du capital supérieure à 25 % de sa valeur. De plus, le pouvoir dont ils disposent s’applique sur tous les organes de direction de la SARL.

Dans l’hypothèse où ces deux critères ne sont pas remplis, le représentant légal de la SARL, soit, le gérant, est tout désigné comme étant le bénéficiaire effectif. Son rôle est crucial. En effet, ce dernier se porte garant sur la conformité des transactions financières de la société hybride et sur leurs origines. La création de ce statut s’inscrit dans une démarche de lutte contre la fraude, le blanchiment d’argent et le financement de groupes terroristes.

Depuis le 1er août 2017, la législation impose que ce dernier soit déclaré sur le registre des bénéficiaires effectifs, le RBE. Cette démarche doit être réalisée au moment de la création de la société mixte. Elle peut également faire l’objet d’une demande de modification en cours d’existence. L’un comme l’autre, la déclaration s’opère sur le site du guichet unique des formalités des entreprises géré par l’INPI, ou sur le site d’Infogreffe. Le gérant doit s’acquitter de 21,41 € pour une déclaration initiale, et de 43,35 € pour une déclaration modificative.

 

Quels sont les avantages d'une société hybride ?

La société mixte présente des atouts indéniables.

La responsabilité limitée des actionnaires

La société hybride fonctionne, à quelques détails près, comme une société de personnes. Néanmoins, elle jouit d’un avantage octroyé par le statut des sociétés de capitaux : celui de limiter la responsabilité des actionnaires. Ainsi, les associés de la SARL ne sont responsables des dettes qu’à concurrence des apports qu’ils ont effectués. 

Le contrôle conféré aux associés 

La SARL, en qualité de société hybride, bénéficie également d’un avantage issu des sociétés de personnes : l’application de la clause d’agrément. De cette manière, les sociétaires restent maîtres de leurs décisions quant à qui peut intégrer ou non la structure. Ce pouvoir leur permet alors de préserver la confiance et la stabilité au sein de l’entreprise.

La flexibilité fiscale de la société à responsabilité limitée

En principe, la SARL hybride est soumise par défaut au régime de l’impôt sur les sociétés (IS) dès sa création. Cependant, il est possible, sous certaines conditions, de bénéficier de l’option à l’IR lors de ses 5 premiers exercices comptables.

Cela signifie que contrairement aux sociétés de capitaux, la société hybride n’est pas tenue de supporter l’impôt lors de ses 5 premières années d’existence. C’est aux associés qu’il revient de déclarer à l’administration fiscale, la part perçue des bénéfices, au titre de leur impôt sur le revenu. Ainsi, ils bénéficient de la transparence fiscale des sociétés de personnes.

 

Existe-t-il d'autre type de société hybride ?

La SARL constitue la forme la plus connue de société mixte. Néanmoins, ce statut s’applique également à l’EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée). Cette forme juridique est similaire à la SARL, exception faite du nombre d’associés. Alors qu’une SARL peut être composée de 2 à 100 sociétaires, l’EURL n’en compte qu’un seul.

Les SCA (sociétés en commandite par actions) et les SCS (sociétés en commandite simple) sont également considérées comme des sociétés hybrides en ce sens qu’elles comportent deux types d’associés : 

  • le commandité ;

  • le commanditaire.

Le premier détient le pouvoir de direction et de gestion de la structure. Il est responsable des passifs de l’entreprise de manière solidaire et indéfinie. Le second, quant à lui, n’est responsable qu’à hauteur de son apport au capital social.

 

Il convient de retenir que la société hybride allie certains attributs des sociétés de personnes et de sociétés de capitaux. Ce statut intermédiaire convient parfaitement à la SARL. Il lui permet ainsi de faire évoluer son capital social au travers de l’actionnariat, tout en conservant les bienfaits d’une relation de proximité entre les associés. En outre, ce fonctionnement mixte garantit aux sociétaires une protection optimale de leur patrimoine personnel. Toujours en proie au doute concernant la forme juridique à privilégier ? Profitez des conseils avisés de professionnels compétents. Chez L-Expert-Comptable.com, nos collaborateurs sont à votre écoute et vous accompagnent dans vos démarches de création d’entreprise.

 

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.