Pourquoi acheter un bien immobilier en SCI peut être intéressant ?

L'article en brefAcheter un bien immobilier en Société Civile Immobilière (SCI) est une stratégie de plus en plus prisée pour optimiser la gestion de son patrimoine. La SCI offre des avantages notables en matière de gestion, de transmission et de protection des biens immobiliers, que ce soit pour une gestion familiale, un investissement locatif ou la séparation des biens personnels et professionnels. Cet article explore pourquoi constituer une SCI pour l'acquisition d'un bien immobilier peut être judicieux et bénéfique.

Une Société Civile Immobilière (SCI) est une société civile composée d'au moins deux associés, dédiée à la détention et la gestion de biens immobiliers. Elle permet de gérer facilement la répartition des parts sociales, de transmettre progressivement le patrimoine avec une fiscalité avantageuse, tout en offrant un statut juridique flexible.
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Image
guillaume-delemarle-expert-comptable
Article rédigé et certifié par Guillaume DELEMARLE
 
Expert-comptable avec plus de 9 ans d'expérience. Spécialisé dans l'accompagnement des TPE et créateurs d'entreprise.
Temps de lecture : 9minDernière mise à jour : 07/06/2024
Image
Pourquoi acheter un bien immobilier en SCI peut être intéressant

Acheter un bien immobilier en Société Civile Immobilière (SCI) est une stratégie de plus en plus prisée par les investisseurs et les particuliers souhaitant optimiser la gestion de leur patrimoine immobilier. La SCI, par sa structure juridique et fiscale, offre des avantages significatifs en termes de gestion, de transmission et de protection des biens immobiliers.

Que ce soit pour une gestion familiale, un investissement locatif ou la séparation des biens personnels et professionnels, la SCI présente des atouts indéniables. Dans cette introduction, nous explorerons pourquoi constituer une SCI pour l'acquisition d'un bien immobilier peut s'avérer une démarche judicieuse et bénéfique.

Qu'est-ce qu'une SCI ? Définition

  • Présentation de la SCI (Société Civile Immobilière)

Une Société Civile Immobilière (SCI) est une société civile composée d'au moins 2 associés et qui a pour objet principal la détention et la gestion de biens immobiliers. Contrairement à une entreprise commerciale, la SCI n'a pas vocation à exercer une activité commerciale. Elle est généralement utilisée pour se constituer un patrimoine immobilier.

  • Aperçu court des avantages de l'achat en SCI

La constitution d'un patrimoine immobilier à travers une SCI permet de gérer plus facilement la répartition des parts sociales entre les associés, de permettre la transmission du patrimoine progressivement grâce à une fiscalité plus avantageuse tout en profitant d'un statut juridique flexible et de solutions d'optimisations professionnelles et/ou personnelles. 

Pourquoi acheter un bien immobilier en SCI peut être intéressant ?

Avantages financiers

La capacité d'emprunt est augmentée grâce à la mutualisation des apports en SCI pour plusieurs raisons simples :

  1. Ressources combinées : En regroupant leurs apports, les associés constituent un capital plus important qu'ils ne pourraient individuellement.

  2. Meilleure surface financière : Un capital plus élevé rassure les banques, qui voient la SCI comme financièrement plus solide.

  3. Répartition des risques : Le risque de non-remboursement est partagé entre plusieurs personnes, ce qui le réduit pour les banques.

  4. Garanties plus solides : Les biens apportés par chaque associé augmentent la valeur des garanties offertes à la banque, facilitant l'accès à des prêts plus importants.

  5. Apport initial plus important : Un apport initial plus élevé diminue le montant nécessaire à emprunter, réduisant ainsi le risque pour la banque.

La réduction des frais de notaire lors d'un achat en SCI, généralement d'environ 3%, s'explique par plusieurs facteurs :

Lors de la création d'une SCI, les biens apportés par les associés sont soumis à des frais d'enregistrement moins élevés que les droits de mutation d'une vente classique, notamment en raison de l'apport en nature. La transmission de parts de SCI est moins coûteuse en frais de notaire que la transmission directe d'un bien immobilier, bénéficiant d'abattements fiscaux avantageux. La flexibilité offerte par la SCI en matière de valorisation des parts permet une optimisation fiscale, influençant positivement la base de calcul des frais. Les formalités de cession de parts sociales sont moins onéreuses que pour la vente directe d'un bien immobilier.

Ces aspects permettent d'économiser sur les frais de notaire lors des opérations immobilières en SCI.

Mutualisation des charges et des coûts 

En SCI, la mutualisation des charges et des coûts permet aux associés de partager les dépenses liées à la gestion des biens immobiliers détenus par la société. Cela se traduit par une répartition proportionnelle des charges entre les associés, des économies d'échelle grâce à la centralisation de la gestion, des décisions collectives sur les dépenses importantes et des avantages fiscaux potentiels. Globalement, cette mutualisation rend la gestion des biens immobiliers plus efficace et financièrement avantageuse pour les associés.

Optimisation fiscale

Choix entre l'IR (Impôt sur le Revenu) et l'IS (Impôt sur les Sociétés)

L'optimisation fiscale entre l'IS (Impôt sur les Sociétés) et l'IR (Impôt sur le Revenu) pour une SCI (Société Civile Immobilière) dépend des objectifs financiers et patrimoniaux des associés. 

Voici un tableau qui compare la fiscalité à l'IS et à l'IR pour les SCI :

CritèresIS (Impôt sur les Sociétés)IR (Impôt sur le Revenu)
FiscalitéImposition de la SCI à l'IS (15% jusqu'à 42 500€ de bénéfice puis 25% sur la tranche supérieure actuellement) sur les bénéfices fonciersImposition des associés sur leur quote-part des bénéfices selon leur tranche marginale d'IR
Déduction des ChargesDéduction totale des charges avant impositionDéduction des charges par les associés sur leur déclaration d'IR
Transmission du PatrimoineFacilitée, permettant une continuité de la gestion et une transmission progressive du patrimoineLes associés détiennent directement les biens et la transmission dépend des règles de succession
Transparence FiscaleLa SCI est une entité fiscale distincte, les bénéfices sont imposés au niveau de la sociétéLa SCI est transparente fiscalement, les revenus et charges sont intégrés dans la déclaration d'IR des associés

Réduction des droits de succession et de donation

En SCI, la réduction des droits de succession et de donation est possible grâce à la transmission des parts sociales, aux abattements spécifiques et au fractionnement de la transmission. Ces stratégies permettent d'optimiser la planification successorale et de réduire la charge fiscale pour les héritiers.

Possibilité d'amortir le bien (si SCI à l'IS)

En SCI soumise à l'Impôt sur les Sociétés (IS), l'amortissement du bien immobilier est possible. Cela consiste à constater la dépréciation du bien au fil du temps, ce qui permet de réduire le bénéfice imposable de la société et donc l'impôt à payer. Cette stratégie offre des avantages en optimisation fiscale et en gestion de trésorerie, mais elle est soumise à des limites légales et peut impacter la valeur comptable du bien.

Quel est l'intérêt d'acheter en SCI ?

Une facilité de gestion et de transmission

Rôle du gérant de la SCI : Le gérant de la SCI est responsable de la gestion quotidienne de la société et de ses biens immobiliers. Ses principales responsabilités incluent la gestion administrative, la représentation légale de la SCI, le suivi financier, la prise de décision opérationnelle et la communication avec les associés.

Transmission progressive du patrimoine aux héritiers : La transmission progressive du patrimoine en SCI consiste à donner progressivement des parts sociales de la société aux héritiers de son vivant, plutôt que de transmettre directement les biens immobiliers. Cela permet d'optimiser fiscalement les donations en utilisant les abattements disponibles et offre une flexibilité dans la planification successorale. Toutefois, il faut respecter les limites fiscales et considérer l'impact sur la gouvernance de la SCI.

Protection du concubin survivant : En SCI, la protection du concubin survivant peut être assurée par des mesures telles que l'inscription d'une clause d'indivision dans les statuts, les donations de parts sociales, le PACS, le testament et les assurances-vie. Il est conseillé de consulter un professionnel pour mettre en place des mesures adaptées à la situation spécifique du concubin survivant.

Une protection contre l'indivision

  • Éviter les blocages de décisions liés à l'indivision

En SCI, les blocages de décision liés à l'indivision sont évités grâce à une organisation structurée avec des règles de gouvernance définies dans les statuts. Les décisions importantes sont prises à la majorité des voix et en cas de désaccord persistant, les associés peuvent céder leurs parts ou fixer une durée limitée à la gestion commune des biens immobiliers. Cela assure une gestion efficace et prévient les situations de blocage prolongées.

  • Prise de décisions facilitée grâce aux assemblées générales et au gérant

En SCI, la prise de décisions est facilitée par les assemblées générales où les associés se réunissent pour décider collectivement des orientations de la société. Le rôle du gérant est  primordial car il assure la gestion quotidienne et facilite les processus décisionnels en coordonnant les réunions et en exécutant les décisions prises. Cela permet d'assurer une gouvernance efficace et harmonieuse de la société.

Comment réaliser l'achat d'un bien en SCI ?

Étapes de création de la SCI

 

Etapes de création de la SCI

 

Rédaction des statuts

Pour rédiger les statuts d'une SCI, suivez ces étapes :

  1. Déterminez les points essentiels : Objectif de la SCI, dénomination, siège social et montant du capital social.

  2. Précisez les modalités de fonctionnement : Droits et obligations des associés, pouvoirs du gérant et règles de prise de décision.

  3. Anticipez les situations particulières : Conditions de cession des parts, dissolution et liquidation et clauses spécifiques.

  4. Formalisez et enregistrez : Rédigez les statuts, enregistrez-les auprès des impôts et publiez-les dans un journal d'annonces légales.

Bon à savoir : Afin de vous aider, vous trouverez un modèle de statut SCI ici.  Attention, pour une rédaction conforme et complète, n'hésitez pas à consulter un professionnel du droit.

Constitution du capital social

La constitution du capital en SCI se fait en déterminant le montant du capital social et en réalisant des apports en numéraire, en nature ou en industrie. Les associés souscrivent aux parts sociales correspondant à leurs apports et réalisent les formalités administratives nécessaires, comme la signature des statuts, leur enregistrement auprès du service des impôts et leur publication dans un journal d'annonces légales.

Immatriculation au greffe du Tribunal de commerce

L'immatriculation d'une SCI au greffe du Tribunal de commerce se fait en déposant les documents requis, tels que les statuts, au greffe. Après examen, la SCI est enregistrée au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS) et obtient un numéro SIREN/SIRET. Un récépissé de dépôt est délivré et l'immatriculation est publiée au Bulletin Officiel des Annonces Civiles et Commerciales (BODACC).

Processus d'achat

Recherche et sélection du bien immobilier

La recherche et la sélection d'un bien en SCI suivent ces étapes :

  1. Définition des critères : Objectifs, budget, type de bien.

  2. Recherche active : Consultation des annonces, visites, analyse des biens.

  3. Sélection et négociation : Comparaison des biens, négociation du prix.

  4. Acquisition : Signature du contrat, mise en place du financement, réalisation des formalités administratives.

Formalités de financement (apports, emprunts)

Les formalités de financement pour l'acquisition d'un bien en SCI comprennent plusieurs étapes importantes. Tout d'abord, il est essentiel d'évaluer avec précision les besoins financiers pour l'acquisition du bien immobilier envisagé. Cela permettra de mesurer l'investissement et de se rapprocher des organismes bancaires.

La SCI devra alors obtenir un prêt bancaire en mobilisant les apports des associés, ce qui nécessite souvent la préparation minutieuse et la soumission d'une demande de financement complète à la banque. Une fois la demande soumise, celle-ci est examinée par la banque et si l'offre de prêt est acceptée, les modalités sont convenues et formalisées.

La finalisation du financement intervient chez le notaire au moment de l'acquisition du bien, où les fonds sont débloqués et les formalités administratives liées au prêt sont accomplies. Cette démarche rigoureuse permet d'assurer une gestion financière efficace et transparente tout au long du processus d'acquisition en SCI.

Signature de l'acte de vente

La signature de l'acte de vente pour une SCI se déroule ainsi :

ÉtapesDescription
PréparationLe notaire rédige l'acte de vente en tenant compte des accords convenus.
ConvocationLes associés de la SCI et le vendeur sont convoqués chez le notaire.
SignatureAprès lecture de l'acte par le notaire, les parties signent l'acte de vente.
TransfertLa signature entraîne le transfert de propriété du vendeur à la SCI.
FormalitésL'acte doit être enregistré et peut être publié pour officialiser la transaction.

Pourquoi acheter en SCI avec ses enfants ?

Transmission du patrimoine

Avantages fiscaux des donations (abattements de 100 000 €)

Les donations au sein d'une SCI peuvent bénéficier de l'abattement fiscal de 100 000 euros par parent et par enfant tous les 15 ans. Cette mesure permet de réduire les droits de donation appliqués à la transmission de parts sociales de la SCI. Cela offre des avantages fiscaux significatifs et permet une transmission progressive du patrimoine.

Il est recommandé de consulter un professionnel pour évaluer les implications fiscales spécifiques à votre situation.

Gestion facilitée des parts sociales

En SCI, la transmission du patrimoine est simplifiée grâce à la gestion des parts sociales. Les associés peuvent planifier la transmission de manière progressive par donation ou succession. Cette approche offre souplesse, contrôle maintenu et protection du patrimoine. De plus, elle favorise la pérennité du patrimoine familial en permettant une transmission intergénérationnelle planifiée.

Préservation de l'intégrité du patrimoine familial

En SCI, la préservation de l'intégrité du patrimoine familial se fait par :

  1. Séparation des biens : Les biens de la SCI sont distincts du patrimoine personnel des associés, assurant une protection contre les litiges ou créanciers.

  2. Gestion centralisée : Les biens sont gérés collectivement, évitant les conflits et assurant une gestion harmonieuse.

  3. Transmission planifiée : La transmission progressive des parts sociales permet de maintenir le contrôle tout en préservant le patrimoine familial.

  4. Protection juridique : La structure de la SCI limite la responsabilité des associés, protégeant leur patrimoine personnel.

Cela assure une gestion stable et pérenne du patrimoine familial dans le temps.

Les avantages

Éviter des conflits liés à l'indivision

La SCI évite les conflits liés à l'indivision en organisant la gestion de manière structurée, en répartissant les décisions entre les associés ou un gérant désigné et en offrant une protection juridique limitant la responsabilité des associés. De plus, elle facilite la transmission des parts sociales, permettant ainsi une gestion harmonieuse des biens immobiliers.

Simplification de la gestion patrimoniale

La simplification de la gestion patrimoniale en SCI offre ces avantages :

  1. Centralisation des décisions : Les choix sont pris collectivement ou par un gérant désigné, évitant les conflits.

  2. Gestion professionnelle : Elle permet d'optimiser la gestion grâce à des compétences spécialisées et réduit les tâches administratives.

  3. Transmission facilitée : La planification de la transmission des parts sociales facilite la succession et assure la continuité du patrimoine.

Quels sont les risques d'une SCI familiale ?

Responsabilité des associés

Dans une SCI (Société Civile Immobilière) familiale, les associés assument une responsabilité indéfinie, solidaire et proportionnelle à leurs apports dans la société. Cela signifie que chaque associé est responsable des dettes de la SCI sur l'ensemble de son patrimoine personnel, sans limitation de montant. Ainsi, en cas de difficultés financières de la société, les créanciers peuvent se tourner vers les associés pour obtenir le remboursement des dettes.

Cette responsabilité indéfinie peut être un aspect à considérer sérieusement lors de la création d'une SCI familiale, car elle engage les associés au-delà des seuls biens détenus par la société. Il est recommandé de consulter un professionnel du droit pour comprendre pleinement les implications de cette responsabilité et prendre des décisions éclairées en conséquence.

Risques liés aux dettes de la SCI

Les dettes d'une SCI familiale présentent ces risques pour les associés :

  1. Responsabilité individuelle : Les associés peuvent être personnellement responsables des dettes si les actifs de la société ne suffisent pas à les couvrir.

  2. Engagements financiers : Ils peuvent devoir rembourser des garanties personnelles, comme des cautions, en cas de défaillance de la SCI.

  3. Faillite : En cas de faillite de la SCI, les associés risquent de perdre leur investissement initial et peuvent être poursuivis pour le paiement des dettes restantes.

Pour minimiser ces risques, il est important de surveiller les finances de la SCI, de gérer les emprunts avec prudence et de respecter les obligations légales. Une bonne planification financière et une évaluation régulière des risques sont également essentielles.

Conflits potentiels

Nécessité de bonne entente entre les associés

Dans une SCI familiale, la bonne entente entre les associés est essentielle pour assurer une gestion harmonieuse et pérenne des biens immobiliers. La communication ouverte et la collaboration entre les membres de la famille permettent de prendre des décisions éclairées concernant la gestion de la SCI.

Une bonne entente favorise également la résolution rapide des conflits potentiels et renforce la confiance mutuelle, ce qui permet de maintenir la stabilité et la cohésion au sein de la famille. En cultivant un climat de respect et de compréhension mutuelle, les associés peuvent travailler ensemble de manière efficace, maximisant ainsi les avantages de la détention collective de biens immobiliers tout en minimisant les tensions et les désaccords.

Complexité des décisions communes

Dans une SCI familiale, les décisions communes peuvent être complexes en raison de la diversité des intérêts et des opinions des associés. Elles touchent à des aspects financiers, juridiques et stratégiques et nécessitent souvent une conciliation des attentes de chacun. La gestion efficace de ces décisions requiert une communication ouverte, la consultation d'experts et la recherche de solutions mutuellement bénéfiques.

Obligations administratives

Tenue d'une comptabilité rigoureuse

En SCI, une comptabilité précise est essentielle. Elle implique de maintenir des registres précis des transactions financières, de produire des états financiers annuels et de respecter les obligations fiscales et sociales. Une comptabilité rigoureuse facilite la transparence financière, la prise de décisions éclairées et la conformité avec la réglementation en vigueur.

La gestion comptable et fiscale de la SCI peut alors prendre du temps et être complexe, c'est pourquoi, en plus des motifs évoqués ici, nous vous recommandons de faire appel à un professionnel.

Organisation des assemblées générales 

En SCI, l'organisation des assemblées générales est une obligation importante. Ces réunions permettent aux associés de prendre des décisions sur la gestion des biens immobiliers de la société. Elles doivent être organisées régulièrement, convoquées avec un préavis suffisant et les décisions prises doivent être consignées dans un procès-verbal.

Les questions courantes sur l'achat en SCI

Oui, il est possible d'acheter sa résidence principale en SCI. Cependant, cela comporte des avantages comme la protection du patrimoine et une transmission facilitée, mais aussi des inconvénients comme des implications fiscales spécifiques et des formalités administratives supplémentaires. 

Il est conseillé de consulter un professionnel pour évaluer ces aspects avant de prendre une décision. Vous trouverez toutes les informations nécessaires sur cet article. 

Voici une liste des charges déductibles courantes en SCI :

  • Charges locatives telles que l'entretien, la taxe foncière et les charges de copropriété.
  • Intérêts d'emprunt.
  • Dépenses exceptionnelles comme les travaux de rénovation.
  • Frais de gestion incluant les honoraires professionnels.

La répartition des charges d'entretien et de gestion dans une SCI est définie par les statuts de la société. En l'absence de dispositions spécifiques, le Code civil prévoit que chaque associé supporte les charges selon sa quote-part.

Généralement, les charges courantes suivent cette répartition, tandis que pour les gros travaux, une provision peut être constituée. Les statuts peuvent aussi prévoir une répartition différenciée selon le type de charges ou l'utilisation du bien.

En assemblée générale, les associés peuvent décider à l'unanimité d'un autre mode de répartition. Ainsi, la rédaction minutieuse des statuts est essentielle pour refléter l'accord entre les associés.

Pour répartir les charges d'entretien et de gestion du bien entre les associés d'une SCI, voici les principales règles :

Les statuts de la SCI définissent les modalités de répartition des charges entre les associés, un point essentiel lors de la constitution de la société. En l'absence de dispositions particulières, le Code civil prévoit que chaque associé supporte les charges au prorata de sa quote-part.

Les charges courantes (entretien, taxe foncière, charges de copropriété, frais de comptabilité) sont généralement réparties selon cette clé. Pour les gros travaux, une provision peut être constituée et alimentée par des appels de fonds auprès des associés, selon la même clé de répartition. Les statuts peuvent également prévoir une répartition différenciée selon le type de charges ou l'utilisation du bien.

En assemblée générale, les associés peuvent décider à l'unanimité d'un autre mode de répartition. Ainsi, la répartition des charges en SCI obéit principalement aux règles définies dans les statuts, qui doivent être rédigés avec soin pour refléter l'accord entre les associés.

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.