L’excédent brut d’exploitation

Mis à jour le 23/06/22

En tant que dirigeant, la rentabilité de votre entreprise représente un indicateur crucial pour vos décisions stratégiques et l’avenir de votre société. L’excédent brut d’exploitation vous permet de mesurer celle de votre outil de production sans prendre en compte les produits et les charges exceptionnels, les amortissements et le financement. L-Expert-comptable.com vous guide dans son calcul.

Sommaire
    Image
    L’excédent brut d’exploitation

    L’excédent brut d’exploitation : définition

    L’excédent brut d’exploitation (EBE) désigne la ressource d’exploitation générée par l’activité courante de votre entreprise au cours d’un exercice comptable , sans prendre en compte votre politique d’investissement et votre gestion financière.

    Cet indicateur, que l’on retrouve dans les soldes intermédiaires de gestion, donne une vision objective de la société et permet de déterminer la rentabilité de son exploitation usuelle. L’analyse de votre EBE vous fournit des pistes pour corriger ce qui freine votre développement et des recommandations pour l’accélérer.

    L’EBE est un indicateur très proche de l’ EBITDA . Leur différence réside dans le fait que le premier exclut les dotations aux provisions d’exploitation, ce qui explique qu’il soit toujours plus élevé que le second.

    Les méthodes de calcul de l’EBE

    Il existe différentes méthodes pour calculer votre excédent brut d’exploitation, à partir de : votre chiffre d’affaires, votre valeur ajoutée ou votre résultat net comptable.

    Le calcul à partir du chiffre d’affaires

    Le calcul de l’EBE qui se base sur le chiffre d’affaires reste le plus courant et le plus simple à réaliser, d’autant que vous trouvez votre chiffre d’affaires dans votre compte de résultat. Voici la formule :

    Chiffre d’affaires (compte 70)

    - Achats consommés (compte 60)

    - Consommation en provenance de tiers (comptes 61 et 62)

    + Subventions d’exploitation (compte 74)

    - Charges de personnel (compte 64)

    - Impôts et taxes (compte 63)

    = Excédent Brut d’Exploitation

    Le calcul à partir de la valeur ajoutée

    La valeur ajoutée est un indicateur financier qui se calcule au sein des soldes intermédiaires de gestion (SIG) et qui permet la mesure de la richesse créée par votre entreprise. La rémunération des différents acteurs de la société se détermine sur base de cet indicateur, à savoir :

    • les salariés qui perçoivent une rétribution ;

    • les associés qui touchent des dividendes ;

    • les administrations à travers le paiement d’impôts et de taxes.

    La valeur ajoutée s’établit de deux façons distinctes, à partir du résultat net ou de la marge commerciale et de la production. Voici la formule pour la seconde méthode :

    Marge commerciale

    + Production de l’exercice

    - Achats d’approvisionnements (comptes 601 à 606)

    +/- Variation des stocks d’approvisionnements (comptes 6031 et 6032)

    - Frais accessoires d’achat d’approvisionnements (compte 608)

    + Rabais, remises et ristournes sur achats d’approvisionnement (compte 609, avec exclusion du compte 6097)

    - Autres charges externes (comptes 61 et 62)

    = Valeur ajoutée

    Pour connaître votre EBE sur base de votre valeur ajoutée, réalisez l’opération suivante :

    Valeur ajoutée

    + Subventions d’exploitation (compte 74)

    - Impôts, taxes et versements assimilés (compte 63)

    - Charges de personnel (compte 64)

    = Excèdent Brut d’Exploitation

     

    Le calcul à partir du résultat net comptable

     

    Le résultat net comptable se reporte dans les capitaux propres de votre bilan comptable et représente le dernier indicateur financier des SIG et du compte de résultat. Il se base sur toutes les activités de votre entreprise (opérationnelles, financières et exceptionnelles) pour mesurer la richesse créée.

    Son calcul repose sur les sous-résultats propres à chaque activité :

    Résultat d’exploitation

    +/- Résultat financier

    +/- Résultat exceptionnel

    - Participation des salariés

    - Impôts sur les bénéfices

    = Résultat net comptable

     

    Appliquez la formule suivante pour déterminer votre EBE sur base de votre résultat net comptable :

     

    Résultat net

    + Charges financières (compte 66)

    - Produits financiers (compte 76)

    + Charges exceptionnelles (compte 67)

    - Produits exceptionnels (compte 77)

    + Dotations aux amortissements et aux provisions (compte 68)

    - Reprises sur amortissements et provisions (compte 78)

    - Autres produits de gestion courante (compte 75)

    + Autres charges de gestion courante (compte 65)

    = Excèdent Brut d’Exploitation

     

    Quand calculer son excédent brut d’exploitation ?

     

    Connaître la capacité de votre société à générer de la trésorerie avec l’outil d’exploitation s’avère crucial à différentes étapes de votre projet. C’est lors de ces moments charnières que vous déterminez votre excédent brut d’exploitation.

    Lors de la création de l’entreprise

    Votre projet de création d’entreprise implique la préparation d’un business plan pour :

    • s’assurer de sa faisabilité ;

    • obtenir un financement de la part des banques ;

    • convaincre les investisseurs d’entrer au capital.

    Le calcul de l’EBE s’intègre dans cette démarche au sein des données clés du prévisionnel financier. Ce dernier représente la partie financière du business plan. Il démontre aux intervenants que votre business aura la capacité suffisante pour honorer ses dettes financières et distribuer des dividendes à ses actionnaires.

    Ne vous contentez pas de ce seul indicateur pour séduire vos partenaires financiers, effectuez également des projections chiffrées du :

    Lors d’une reprise d’entreprise

    L’EBE ne tient pas compte des dettes financières de l’entreprise. Pour valoriser la société que vous ciblez lors d’un rachat, basez-vous sur l’EBE retraité. Il correspond à l’excédent brut d’exploitation des 3 derniers exercices auquel vous intégrez :

    • l’endettement financier ;

    • la trésorerie nette ;

    • les créances et dettes détenues par les associés.

    Le multiple de l’EBE retraité varie entre 3 et 20, voire au-delà. Le ratio moyen se situe entre 4 et 8.

    Ne vous basez pas sur ce seul indicateur financier pour évaluer votre potentiel retour sur investissement. Analysez également :

    • l’Excédent Net d’Exploitation (ENE ou EBIT en anglais) ;

    • le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) ;

    • le Résultat d’Exploitation (REX) ;

    • le Résultat Net (RN) ;

    • la Capacité d’Autofinancement (CAF).

    Lors du bilan annuel

    Le calcul de l’EBE lors de la préparation des comptes annuels et des SIG vous permet de contrôler que vous générez un bénéfice sur votre activité d’exploitation. En d’autres termes, le prix de vente de vos produits dépasse leurs coûts de production. Notez que l’EBE demeure un résultat encaissable, il se base uniquement sur les montants facturés et non pas sur les règlements effectifs de vos clients.

    Si votre excédent brut d’exploitation est positif, les voyants sont au vert et vous dégagez de la rentabilité. Votre expert-comptable vous fournit des pistes pour améliorer encore son niveau, comme :

    • accorder des récompenses à vos salariés sous forme d’avantages en nature ;

    • optimiser votre statut social avec un contrat d’assurance complémentaire par exemple.

    En revanche, si votre EBE est négatif vous présentez une insuffisance brute d’exploitation (IBE). Votre société ne parvient pas à couvrir ses charges d’exploitation et perd de l’argent. Analysez en profondeur votre comptabilité et vos indicateurs financiers pour comprendre l’origine du problème et le résoudre, notamment :

    • la marge commerciale ;

    • les frais généraux ;

    • la masse salariale.

    Lors d’une demande de financement

    Si vous sollicitez votre banque ou des apporteurs de capitaux pour recevoir un financement, déterminez en amont votre EBE pour démontrer la rentabilité de votre activité. Vous rassurerez vos partenaires sur votre capacité à rembourser vos créanciers sans impacter négativement votre bénéfice.

    L’EBE vous permet de calculer la CAF de votre société. C’est ce second indicateur qui régit vos chances d’obtenir les fonds et définit les conditions de financement. Si votre CAF s’avère insuffisante pour couvrir le montant des emprunts, analysez les différentes composantes de votre EBE pour l’élever à un niveau supérieur.

    Les ratios financiers qui découlent de l’EBE

    Votre excédent brut d’exploitation sert de base pour le calcul de ratios financiers qui permettent une analyse approfondie de votre outil de production et de son efficacité.

    Le taux de profitabilité

    La division de votre EBE par votre chiffre d’affaires HT détermine votre taux de profitabilité. Cet indicateur particulièrement scruté par les investisseurs démontre :

    • l’efficacité de votre outil économique ;

    • votre capacité à dégager un revenu à partir des capitaux injectés par les actionnaires.

    Comme tout ratio, la seule analyse de votre taux de profitabilité lors d’un exercice comptable demeure insuffisante. Pour pouvoir en tirer des conclusions, comparez-le avec :

    • votre taux de profitabilité sur les années précédentes ;

    • le taux moyen de votre secteur d’activité et de vos concurrents.

    Le taux de rentabilité brute

    Le taux de rentabilité brute, également appelé ratio de rentabilité des investissements, s’obtient en divisant l’EBE par les capitaux investis. Ces derniers correspondent au besoin en fonds de roulement d’exploitation ajouté aux immobilisations.

    L’objectif de ce ratio consiste à analyser la pertinence et l’efficience des investissements que vous réalisez pour améliorer vos ventes, et donc votre chiffre d’affaires. Plusieurs facteurs peuvent expliquer un faible taux de rentabilité brute :

    • une augmentation des stocks plus rapide que celle des transactions ;

    • une mauvaise utilisation des immobilisations ;

    • une conjoncture économique défavorable.

    Free cash-flow

    Le free cash-flow (FCF), ou flux de trésorerie disponible , se calcule de la façon suivante :

    Free cash-flow = EBE - impôt sur le résultat d’exploitation +/- variation du besoin en fonds de roulement - investissements + désinvestissements

    Notamment utilisé dans la méthode de valorisation Discounted Cash Flow (DCF), le FCF n’intègre pas le flux de trésorerie de financement contrairement au tableau de flux. Cet indicateur sert principalement à :

    • évaluer la performance économique de votre activité ;

    • prévoir l’évolution du besoin en fonds de roulement.

     

    Claire VIANT

    Epicurienne, Claire sait aussi profiter des bonnes choses de la vie, un réel avantage lors de la dégustation des nombreux cadeaux clients qui lui sont envoyés pour son accompagnement sans faille !

    Articles similaires