Amortissement (linéaire et dégressif) : définition, comptabilisation et calcul

Mis à jour le 15/10/21

L’amortissement est un terme comptable qui définit la perte de valeur d’un bien immobilisé de l’entreprise, du fait de l’usure du temps ou de l’obsolescence. Les immobilisations sont effectivement réévaluées chaque année pour déterminer de manière précise le patrimoine de l’entreprise (dans le bilan comptable). Il s’agit de diminuer la valeur comptable du bien de sa dotation aux amortissements, soit sa perte de valeur annuelle, calculée selon les règles du Plan Comptable Général. La dotation aux amortissements dépend de la durée normale d’utilisation du bien, fixée dans le Plan Comptable Général (entre 5 et 10 ans selon le bien, en général). Elle peut être calculée selon un amortissement linéaire (dépréciation équivalente chaque année) ou selon un amortissement dégressif (dépréciation plus forte au début de l’utilisation du bien).

Sommaire

Définition de l’amortissement

L’amortissement est un terme comptable qui désigne la dépréciation d’un bien appartenant à l’entreprise (c’est-à- dire un bien immobilisé). La dotation aux amortissements représente la valeur de cette dépréciation, évaluée selon une méthode comptable légalement fixée.

Pour concrétiser l’amortissement ainsi que la dotation aux amortissements, prenons un ordinateur acquis par l’entreprise pour un montant de 1000 euros HT. Ce bien augmente la valeur de l’entreprise, à hauteur de 1000 euros au moment de l’achat, mais il se déprécie chaque année, du fait de l’usure du temps et de l’obsolescence. Un bien qui vaut 1000 euros à l’instant T vaut beaucoup moins passé quelques années !

Le calcul de la dotation aux amortissements permet de revaloriser le bien à la baisse (ici, l’ordinateur) à l’issue de chaque exercice comptable, et ce pour évaluer finement le patrimoine de l’entreprise.

L-Expert-comptable.com et ses partenaires recrutent !  Découvrez les offres partout en France et devenez Assistant(e) Comptable, Collaborateur(trice) Comptable ou Conseiller(e) en Création d'Entreprise. JE POSTULE

L’amortissement, quel principe comptable ?

Pour chaque bien immobilisé, l’amortissement doit être enregistré dans la comptabilité de l’entreprise, selon les règles fixées dans le Plan Comptable Général (PCG).

La règle est ainsi : le compte d’amortissement utilisé pour un bien a le même numéro que le compte d’immobilisation auquel il est rattaché, en ajoutant un 8 en seconde position.

Par exemple, le compte 2183 est dédié au matériel informatique immobilisé par l’entreprise. Le compte 28 183 est le compte qui enregistre la dotation aux amortissements dédiée à ce même matériel.

Cette écriture séparée, de l’immobilisation et de sa dotation aux immobilisations, permet de ne pas réduire la valeur d’acquisition du matériel.

L’amortissement dans le bilan de l’entreprise

Le bilan comptable, tableau qui compose les comptes annuels, est réalisé à l’issue de chaque exercice pour montrer le patrimoine de l’entreprise. Le bilan fait apparaître la valeur nette comptable des biens immobilisés, à savoir leur valeur d’acquisition diminuée de leur dépréciation, soit de leur amortissement.

Notez que la valeur nette comptable devient nulle quand le bien est entièrement amorti.

Comment calculer l’amortissement d’un bien

Chaque immobilisation nécessite un calcul de son amortissement annuel. Un tableau des amortissements doit montrer le montant de la dotation aux amortissements pour l’année ; joint en annexe légale des comptes annuels de l’entreprise. 

Quelle durée d’amortissement ?

Pour calculer la dotation aux amortissements relative à la dépréciation d’un bien, il faut suivre les règles du Plan Comptable Général. De manière générale, la durée de dépréciation d’un bien (on parle de « durée normale d’utilisation ») dépend de la nature du bien à amortir. Celui-ci est de :

  • 5 ans pour les immobilisations incorporelles (frais d’établissement, frais de recherche et développement, frais de dépôt de brevet, d’achat d’une licence)
  • de 4 à 10 ans pour les immobilisations corporelles (4 à 5 ans pour un véhicule, 5 à 10 ans pour du mobilier et matériel de bureau, 3 ans pour un ordinateur portable, 5 à 10 ans pour une installation technique...)

Notez qu’il est possible d’appliquer une durée d’amortissement plus courte que celle prévue dans le Plan Comptable Général dans certains cas exceptionnels.

L’amortissement linéaire (ou amortissement constant), quand l'utiliser ?

L’amortissement linéaire consiste à déprécier/amortir le bien par annuité équivalente durant toute sa durée normale d’utilisation (mentionnée dans le PCG). On utilise alors un taux d’amortissement correspondant à la durée d’utilisation. Par exemple, un bien amorti sur 5 ans sera déprécié selon le taux de 20 % chaque année, soit 1/5 par an.

Les formules :

Le taux d'amortissement à la base amortissable du bien concerné est applicable.

Taux d'amortissement linéaire = 1 / durée de vie réelle en années

La date de mise en service du bien correspond au point de départ de l'amortissement linéaire. Lorsqu'elle intervient en cours de mois, il faut appliquer un prorata temporis en jours rapporté sur une année de 360 jours.

Amortissement linéaire de la 1ère et dernière année = base amortissable x taux d'amortissement x prorata temporis / 360

Au titre des années "pleines":

Amortissement linéaire = base amortissable x taux d'amortissement

L’amortissement dégressif

Dans certains cas énumérés par la loi, il est possible d’appliquer des annuités plus importantes durant les premières années d’utilisation du bien. C'est un avantage fiscal accordé aux entreprises.

Le taux utilisé chaque année pour calculer la dotation aux amortissements d’un bien est obtenu en multipliant le taux d’amortissement linéaire par un coefficient fixé par décret (article 39A du Code Général des Impôts).

Les formules :

En premier lieu, il faut déterminer un taux d'amortissement dégressif.

Taux d'amortissement dégressif = taux d'amortissement x coefficient fiscal dégressif

Le montant du coefficient fiscal à appliquer est:

  • 1,25 si la durée d'amortissement est comprise entre 3 et 4 ans
  • 1,75 si la durée d'amortissement est comprise entre 5 et 6 ans
  • 2,25 si la durée d'amortissement est de plus de 6 ans

Concernant le calcul du montant de l'amortissement dégressif:

Amortissement dégressif = Taux d'amortissement dégressif x valeur résiduelle de l'immobilisation

Chaque année, le taux d'amortissement est appliqué à la valeur résiduelle.

Valeur résiduelle = valeur brute - amortissements pratiqués

Si l'amortissement dégressif constaté au titre d'une année devient inférieur à l'amortissement correspondant au quotient de la valeur résiduelle par le nombre d'années restant à courir à compter de l'ouverture de l'exercice, l'entreprise doit alors appliquer la méthode de l'amortissement linéaire sur la valeur nette comptable.

Définition de la provision

Attention, ne confondez pas provision et amortissement.

Quand l’amortissement définit la perte de valeur d’un bien immobilisé, la provision symbolise une réserve financière que l’entreprise prévoit pour faire face à certains incidents.

L’entreprise pourra par exemple prévoir une provision pour clients douteux lorsqu’elle fait régulièrement face à des clients mauvais payeur. Elle anticipe alors sa trésorerie en prenant en compte les risques liés à son environnement.

Image
laura-mougel-expert-comptable

Laura MOUGEL

Consultante en création de société et comptabilité chez L-Expert-Comptable.com

Depuis 2014, Laura accompagne les créateurs dans la bonne humeur ! Grâce à son expérience, elle conseille au mieux ses clients qui en oublient même qu'on parle de compta

Articles similaires