Stocks options : sociétés concernées, mode d'attribution, imposition

L'article en brefLes stock-options, attribuées uniquement par les sociétés commerciales par actions telles que les SA, SAS, ou les sociétés en commandite par actions, représentent un outil d'incitation et de fidélisation des salariés et dirigeants. Le processus d'attribution commence par une décision lors d'une assemblée générale extraordinaire, suivie de deux périodes clés : une période d'acquisition où les bénéficiaires n'ont pas encore de droit de propriété, et une période de conservation après laquelle les titres peuvent être vendus. L'attribution de stock-options peut être ciblée et ne concerne pas forcément tous les employés, ne devant pas dépasser 10% du capital social.

Sur le plan fiscal, les stock-options sont assujetties à des règles spécifiques pour le calcul de l'impôt sur le revenu, qui varient selon la date d'attribution des options. Pour les options attribuées avant le 28 décembre 2012, des taux proportionnels ou le barème progressif de l'IR peuvent s'appliquer, avec des contributions sociales additionnelles. Pour celles attribuées après cette date, le gain d'attribution est intégré dans la catégorie des traitements et salaires et soumis au barème progressif ainsi qu'à des prélèvements sociaux et contributions spécifiques. Quant à la plus-value de cession, elle bénéficie d'abattements pour durée de détention, augmentant ainsi l'attrait des stock-options comme investissement à long terme tout en étant sujettes à des prélèvements sociaux. Ces éléments doivent être précisément déclarés sur le formulaire 2042 C de la déclaration d’impôt sur le revenu.
Temps de lecture : 2minDate de publication : 04/05/2017Dernière mise à jour : 03/05/2024
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Ecrit par Julien PIGNONExpert-Comptable et Commissaire aux Comptes chez l’Expert-Comptable.com
Image
Deborha-Vindiolet-expert-comptable
Article certifié par
Déborha VINDIOLET
 
Leader comptable chez L'Expert-Comptable.com avec plus de 6 ans d'expérience dans le domaine. Diplômée en DCG et BTS Comptabilité.
Image
Stock Option

Les sociétés pouvant attribuer des stock-options

Seules les sociétés commerciales par actions peuvent attribuer des stock-options.
Ainsi, sont concernées :

L’attribution des stock-options

Les stock-options sont attribuées  à la suite d’une décision d’une assemblée générale extraordinaire (AGE). L’attribution peut se faire par émission d’actions nouvelles ou rachat d’actions existantes
A compter de cette décision, il convient de distinguer deux périodes différentes : 

  • Une période d’acquisition durant laquelle les bénéficiaires ne disposent d’aucun droit de propriété sur les stock-options,
  • Une période de conservation, venant après la précédente période, au cours de laquelle le bénéficiaire devient propriétaire des titres. Ce n’est qu’à l’expiration de cette période (généralement deux ans), que ces titres peuvent être cédés. 

Tous les salariés et dirigeants peuvent bénéficier de stock-options, de manière individuelle. Néanmoins, l’attribution n’est pas toujours collective et générale ne peut concerner que certains dirigeants ou salariés.
Le nombre total de stock-options mises à disposition des salariés et dirigeants ne peut excéder 10 % de l'ensemble du capital social de la société.

Stock-options et impôt sur le revenu concernant le gain d’acquisition

Deux types de gain sont soumis à l’impôt sur le revenu : le gain d’attribution et le gain de cession
Le gain d'attribution, en matière de stock-options est égal à la différence entre la valeur réelle des actions le jour de la levée d'option et le prix payé. 
Les règles applicables en matière d’impôt sur le revenu (IRPP) dépendent de la date d’attribution.
Si celle-ci intervient avant le 28 décembre 2012, le gain d’attribution est imposé  :

  • Dans la catégorie des traitements et salaires lorsque la vente intervient durant la période d'indisponibilité (4 ans pour les options attribuées entre le 27 avril 2000 et le 27 septembre 2015),
  • à 18% pour la fraction annuelle inférieure à 152 500 euros, si un délai de portage de 2 ans a été respecté et à 30% si ce délai n'a pas été respecté,
  • à 30% pour la fraction annuelle supérieure 152 500 euros, si un délai de portage de 2 ans a été respecté et à 41% si ce délai n'a pas été respecté.

Cependant, le barème progressif de l’impôt sur le revenu peut être préféré à ces taux proportionnels si le taux marginal de l’IRPP du contribuable est inférieur.
En outre, il faut ajouter les prélèvements sociaux au taux de 15,5% et une contribution salariale de 10% pour les stock-options attribuées après le 16 octobre 2007. 

Lorsque les stock-options ont été attribuées  après le 28 septembre 2012, le gain d'attribution est imposable au barème progressif de l’IRPP dans la catégorie des traitements et salaires et est soumis aux prélèvements sociaux au taux de 8% et à la contribution salariale de 10%.

Stock-options et impôt sur le revenu concernant la plus-value de cession

La plus-value de cession est égale à la différence entre le prix de cession et la valeur des stock-options à la date de la levée d'option.
Elle est soumise à l’impôt sur le revenu selon le régime des plus-values sur valeurs mobilières des particuliers.
Ainsi, la plus-value imposable est diminuée d’un abattement pour durée de détention de :
-    50% si les titres sont détenus de 2 à 8 ans,
-    65% si les titres sont détenus plus de 8 ans
Un abattement renforcé (50% si les titres sont détenus de 1 à 4 ans, 65% si les titres détenus de 4 à 8 ans et 85% si les titres sont détenus plus de 8 ans). 
Le délai de détention court à compter de la levée d’option
En outre, on applique les prélèvements sociaux sur la plus-value sans abattement

Stock-options et impôt sur le revenu : les obligations déclaratives

Le gain d’attribution et la plus-value de cession doivent être déclarés sur la déclaration d’impôt sur le revenu souscrite au titre de l’année de cession, sur limprimé 2042 C.

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.