Comptable ou contrôleur de gestion : qui choisir pour votre comptabilité ?

L'article en brefEn fonction de la taille d’une entreprise, ses besoins diffèrent. La législation impose aux gérants de respecter certaines obligations comptables. Il s’agit pour l’entrepreneur de déterminer ses besoins en matière de gestion comptable ou fiscale, mais aussi en termes de contrôle-audit ou d’optimisation budgétaire. La mission du comptable ou du contrôleur de gestion est relativement complexe. Bien qu’elle présente quelques similitudes, ces deux professions ne visent pas le même objectif.
Temps de lecture : 6minDate de publication : 26/05/2023Dernière mise à jour : 12/03/2024
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Ecrit par Florent GAUDELExpert-Comptable mémorialiste
Image
guillaume-delemarle-expert-comptable
Article certifié par
Guillaume DELEMARLE
 
Expert-comptable avec plus de 9 ans d'expérience. Spécialisé dans l'accompagnement des TPE et créateurs d'entreprise.

Qu'est-ce qu'un comptable ?

Le comptable est un acteur incontournable dans une organisation. Quelle que soit l’envergure d’une société, il est difficile de se passer de ses services. Le collaborateur comptable établit la situation comptable d’une organisation sur une période donnée, c’est-à-dire sur un exercice comptable et social.

Pour ce faire, le comptable est chargé de retranscrire rigoureusement chaque opération financière en une écriture comptable. Familier de la nomenclature du plan comptable général (PCG), il détermine s’il s’agit d’un débit ou d’un crédit. Enfin, le comptable affecte chacun de ces flux dans l’un des grands comptes qui le composent.

Il existe plusieurs niveaux de compétence pour garantir une comptabilité saine aux dirigeants d’entreprise. Ainsi, la comptabilité générale est attribuée aux fonctions suivantes : 

Ces derniers évoluent généralement au sein d’un cabinet comptable. Cependant, on les retrouve également dans les services financiers des grands groupes. 

Enfin, le comptable unique occupe un poste à part entière. Il intervient dans les TPE ou associations et fait preuve d’une grande polyvalence. De fait, il enregistre les opérations comptables, mais il établit aussi les bulletins de paie, ainsi que les déclarations fiscales et sociales. C’est au moment où la comptabilité se complexifie qu’il est temps d’embaucher un comptable pour son entreprise.

Le comptable est la personne qui s'occupe des obligations fiscales et comptables obligatoires fixées par la législation. Par exemple les déclarations de TVA, l'imposition sur les sociétés, la liasse fiscale ainsi que les autres CERFA.

 

Qu'est-ce qu'un contrôleur de gestion ?

Alors que le comptable prodigue ses conseils à l’issue de la production du bilan comptable de l’organisation, le contrôleur de gestion intervient en amont des résultats de celui-ci. 

De fait, il étudie les données comptables collectées au fur et à mesure de l’activité, puis en fait l’analyse globale. Il s’agit d’une comptabilité analytique. À la lecture de ses conclusions, le contrôleur de gestion est en mesure de justifier les coûts selon les diverses unités et de déceler d’éventuels freins à la rentabilité. Il peut alors mettre en place des actions correctives pour pallier ces défaillances qui entravent le gain en productivité de l’entreprise.

Cet expert de l’optimisation peut exercer ses fonctions en tant que : 

  • contrôleur de gestion industriel ;

  • contrôleur de gestion commercial ;

  • contrôleur de gestion projet ;

  • contrôleur de gestion social.

Tous visent le même but d’optimisation des dépenses, mais ils n’interviennent pas sur le même pôle d’action. Ainsi, le contrôleur de gestion industriel agit sur les coûts de production. Cet opérationnel tend à rationaliser les frais sans que cela n’ait d’incidence sur la performance des équipes opérationnelles.

D’autre part, l’action du contrôleur de gestion commercial porte davantage sur la stratégie commerciale initiée par la société. Toujours habité par la volonté d’optimiser les budgets, cet expert des chiffres procède au suivi de différents indicateurs de performance. Il constitue ainsi un précieux allié à l’ébauche de la stratégie commerciale de l’entreprise.

Les contrôleurs de gestion projet ou social interviennent sur d’autres volets afférents à la structure, en fonction des initiatives déjà entreprises ou à venir.

 

Les points communs entre un comptable et un contrôleur de gestion

Il est fréquent de confondre les fonctions de comptable et de contrôleur de gestion. En effet, les personnes peu initiées à la fiscalité ou aux obligations comptables des entreprises peinent à faire la distinction entre ces deux professions. Pour cause, ces dernières possèdent certains points communs qui portent à confusion.

La passion des chiffres

Qu’il s’agisse d’exercer en qualité de comptable ou de contrôleur de gestion, mieux vaut s’épanouir au contact des chiffres. En effet, dans les deux cas, le spécialiste doit savoir faire parler les données chiffrées, les graphiques, tableaux de bords et tableaux croisés-dynamiques. Une certaine logique mathématique est nécessaire.

Comptable et contrôleur de gestion travaillent de façons transverses au sein de l'entreprise. Ils sont en contact permanent avec les différentes branches existantes au sein de l'entreprise. Des qualités de communication, organisation et adaptation sont nécessaires à la réalisation de leurs missions. 

L'éthique du travail

Qu’il s’agisse du comptable ou du contrôleur de gestion, tous les deux incarnent des compétences clés, indispensables à la progression et à la compétitivité d’une entreprise. Notamment dans un contexte fortement concurrentiel du marché. 

Comptable et contrôleur de gestion doivent aussi maintenir l’organisation dans son cadre légal. C’est la raison pour laquelle ils peuvent se révéler parfois porteurs de mauvaises nouvelles ou jouer le rôle de lanceur d’alerte. Le comptable comme le contrôleur de gestion s'efforce alors de mettre en place des actions correctives et de proposer d’autres alternatives visant à atteindre les objectifs initialement fixés. 

L’essentiel étant pour ces deux professionnels de respecter l'éthique relative à leur profession, en faisant fidèlement état aux dirigeants de la situation financière de l’entreprise. C’est ainsi que l’organe décisionnaire dispose d’un regard éclairé de la situation, permettant de prendre les mesures qui s’imposent, en toute connaissance de cause.

Il faut savoir que le comptable comme le contrôleur de gestion ont accès à de nombreuses données sensibles dans l’exercice de leurs fonctions. Il convient donc de faire preuve d’un grand sens de la confidentialité pour occuper un tel poste. D’ailleurs, la profession d’expert-comptable est soumise au Code de déontologie par le décret du 30 mars 2012.

Le niveau d'étude

Selon le poste visé, le parcours d’études diffère quelque peu. Pour exercer les fonctions d’aide-comptable, un diplôme de type bac +2, tel que le BTS comptabilité et gestion, peut suffire. 

Pour devenir comptable ou contrôleur de gestion, il est nécessaire de poursuivre son cursus d’études supérieures. Ainsi, la licence professionnelle métiers de la gestion et de la comptabilité permet d’accéder au métier de comptable. Ce diplôme se décline en différentes options :  

  • contrôle de gestion ;

  • fiscalité ;

  • comptabilité et paie ;

  • gestion comptable et financière ;

  • révision comptable ;

  • responsable de portefeuille clients en cabinet d’expertise.

Il est également possible de prétendre au poste de comptable grâce à l’obtention d’un diplôme de comptabilité et de gestion (DCG), d’un DUT gestion des entreprises et des administrations (DUT GEA), ou d’un bachelor en comptabilité.

Ces diplômes constituent d’excellentes bases de formation pour exercer en qualité de contrôleur de gestion. Néanmoins, il est fortement recommandé de poursuivre son cursus. En effet, les recruteurs d’un contrôleur de gestion privilégient les détenteurs d’un diplôme de niveau bac +5, tel que les : 

  • diplômes d’écoles d’ingénieurs ;

  • diplômes d’instituts d’études politiques ;

  • diplômes d’école de commerce ;

  • le diplôme supérieur de comptabilité et de gestion (DSCG).

De nombreux masters permettent également de devenir contrôleur de gestion, tel que le : 

  • master CCA (comptabilité, contrôle, audit) ;

  • master de finance, comptabilité et contrôle de gestion ;

  • master contrôle de gestion et audit organisationnel ;

  • master mention management ;

  • etc.

Une solide formation comptable est un atout indéniable pour un candidat au poste de contrôleur de gestion. Les formations aux métiers de comptables ou de contrôleur de gestion sont souvent complémentaires. Toutefois, il faut prévoir un parcours d’études plus long pour exercer en contrôle de gestion. En effet, le champ de compétences de ce professionnel s’étend à de nombreux domaines. 

Puis si vous souhaiter devenir expert comptable, le diplôme d'expertise comptable (DEC) est obligatoire. Il se situe à un niveau BAC+8.

 

Quelles différences entre le métier de comptable et de contrôleur de gestion ?

Bien que ces deux professions s’avèrent proches l’une de l’autre, les protagonistes n’exercent pas tout à fait la même fonction.

La différence de missions entre le comptable et le contrôleur de gestion

Les missions d'un comptable

La mission du comptable consiste à consigner chaque transaction dans la comptabilité de la société, de sorte d’obtenir une photographie de sa situation financière à l’instant T. Cet expert des chiffres ne se contente pas uniquement de faire de la saisie d’écritures comptables. Il effectue également d’autres tâches, telles que : 

  • le lettrage des comptes ;

  • l’enregistrement des factures ;

  • la révision des comptes ;

  • les déclarations fiscales (et parfois sociales) ;

  • la préparation des états et de la clôture des comptes pour l’élaboration du bilan comptable ;

  • le conseil aux clients en matière de législation.

Dans une petite structure, le comptable joue également le rôle du gestionnaire de paie. Dans les grands groupes, la mission comptable peut être répartie entre : 

  • le comptable clients ;

  • le comptable fournisseur ;

  • le comptable paie ;

  • le comptable analytique ;

  • le chef comptable.

En cabinet d’expertise, les collaborateurs comptables prennent en charge un portefeuille de dossiers clients. Ils interviennent en support et agissent sous la responsabilité d’un expert-comptable. L'objectif étant d'entretenir la relation avec les clients, d'effectuer une tenue de la comptabilité, de réaliser les obligations fiscales obligatoires et d'avoir un rôle de conseiller auprès des clients. 

Les missions du contrôleur de gestion

Sous la supervision du directeur financier, le contrôleur de gestion ne vise qu’un objectif : atteindre le meilleur ratio de performance et de rentabilité en fonction des éléments budgétaires dont il dispose. Pour mener à bien sa mission, il fait usage de divers outils de gestion, lui permettant de suivre les indicateurs clés de performance (KPI). Parmi ses multiples prérogatives, il : 

  • étudie les éventuels écarts de budget ;

  • analyse les données comptables qui lui sont communiquées ;

  • émet des propositions d’amélioration ;

  • soumet des solutions d’optimisation budgétaire ;

  • met en place des actions préventives ou correctives ;

  • établit des budgets prévisionnels propres à chaque secteur ou unité qui composent la structure. 

À la lumière de ses travaux, il joue un rôle de conseil auprès de l’organe de direction. Il contribue ainsi au pilotage de la stratégie d’entreprise.

Des compétences différentes pour un comptable et un contrôleur de gestion

Exercer en qualité de comptable ou de contrôleur de gestion nécessite d’acquérir certaines aptitudes.

Les qualités du comptable

Le comptable doit manifester une rigueur à toute épreuve. Rien n’est laissé au hasard : chaque recette, dépense ou facture doit être justifiée et ne laisser aucune zone d’ombre au moment de produire le bilan comptable en fin d’exercice.

En outre, le comptable doit se montrer communicatif avec ses clients pour contribuer à la relation commerciale du cabinet comptable qui l’emploie. Le but de la relation avec les clients est également de créer un lien de confiance pour avoir une tenue de la comptabilité à jour et faire preuve de proactivité pour aider les clients dans leurs prisent de décisions. 

Ce professionnel du plan comptable cultive sa curiosité professionnelle en effectuant une veille régulière des nouveautés fiscales et sociales. Il est également capable d’absorber une charge de travail conséquente pour affronter les quelques mois de période fiscale.

Le comptable doit être à l'aise avec les supports informatiques et les nouvelles technologies de l'information et de la communication.

Un comptable n'est pas seulement une personne enregistrant des chiffres dans un logiciel, il doit être capable de détecter des anomalies et opportunités afin d'être un atout précieux pour le pilotage de l'activité des entreprises qu'il suit au quotidien. Une capacité d'interprétation des différentes informations financières est indispensable.

Les compétences du contrôleur de gestion

Le contrôleur de gestion compétent dispose d’un esprit d’analyse et de synthèse très développé. Il organise ses idées de manière à vulgariser les notions comptables et ses préconisations auprès des responsables hiérarchiques. À l’image du comptable, le contrôleur de gestion est bon communicant également.

Il possède de nombreuses connaissances techniques. Ainsi, il fait preuve d’une excellente maîtrise des différents systèmes d’information et manie les bases de données et les tableurs avec dextérité. Le contrôleur de gestion doit également être capable de s’intéresser au secteur économique pour lequel il exerce. Qu’il s’agisse de l’industrie, de l’agriculture, du commerce ou du bâtiment, il lui appartient d’en découvrir tous les enjeux pour atteindre ses objectifs.

Le contrôleur de gestion est le stratège de l'entreprise pour laquelle il exerce. 


Désormais, vous détenez les éléments nécessaires pour distinguer le comptable du contrôleur de gestion. Si le premier est un acteur essentiel à la gestion de presque toutes les organisations, le second intervient en support au directeur financier de grosses structures et contribue activement au pilotage de l’entreprise.

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.