Devenir consultant en recrutement

Mis à jour le 04/07/2018

Pour devenir consultant en recrutement, plusieurs réflexions sont à mener, notamment concernant la grille tarifaire ou l’organisation de l’activité. Vous pouvez devenir consultant en entreprise individuelle ou créer une société pour vous forger une image de cabinet de recrutement. L’activité est classée profession libérale non réglementée. Lorsqu’elle est exercée à titre indépendant, elle relève de la catégorie des Bénéfices Non Commerciaux pour le calcul de l’impôt sur le revenu. Le Centre de Formalité compétent pour l’immatriculation est l’URSSAF si vous créez une entreprise individuelle ou la Chambre de Commerce pour une société.


Notes: 0 (0 vote)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
0
Pas encore de note.

Le consultant en recrutement

Un consultant est une personne qui propose un service de conseil intellectuel. Il met en œuvre ses connaissances et ses compétences dans un domaine précis pour apporter un point de vue technique à ses clients. La profession de consultant exercée à titre non salarié (travailleur indépendant) fait partie de la catégorie des professions libérales.

Quel diplôme pour devenir consultant en recrutement ?

Le métier de consultant en recrutement est une profession libérale non réglementée. Aucun diplôme n’est obligatoire pour pouvoir l’exercer, même s’il est conseillé de revendiquer des qualifications et des compétences pour proposer un service de qualité et rassurer les clients. Les consultants en recrutement peuvent exercer leur activité en indépendant ou via un cabinet de recrutement.

Les missions du consultant en recrutement

Le métier de consultant en recrutement nécessite une bonne connaissance du monde du travail, des réseaux d’emploi, ainsi qu’une faculté d’analyse pointue pour réussir à associer un poste de travail au bon profil.

Le consultant en recrutement :

  • reçoit la demande d’une entreprise cliente en matière d’embauche

  • cherche des profils adaptés et constitue un vivier de CV

  • réalise les entretiens pour opérer une première sélection de candidats à l’embauche (validation des qualifications, des compétences et savoir-être, mais aussi de l’adéquation du candidat et de ses aspirations de carrière avec les valeurs, la culture et les perspectives de l’entreprise)

  • propose une liste serrée de candidats à l’entreprise pour qu’elle procède à un second entretien et fasse son choix

  • suit l’adaptation du salarié embauché dans l’entreprise

Développer ses relations commerciales

Pour réussir dans le conseil en recrutement, il est important de parfaire sa capacité à prospecter des entreprises clientes et les fidéliser, mais aussi de constituer et d’entretenir un réseau. De solides compétences commerciales sont recommandées.

Les étapes pour devenir consultant indépendant

Devenir consultant indépendant consiste à créer sa propre activité. Il convient de passer toutes les étapes de la création d’entreprise que l’on retrouve dans le business plan .

L’étude de marché

L’étude de marché consiste à analyser l’économie du secteur du recrutement et à connaître l’offre et la demande en la matière. L’étude de marché permet de :

  • se positionner par rapport à ses concurrents et par rapport aux attentes des entreprises clientes

  • décliner une offre de service et fixer des prix en accord avec son positionnement et les règles tarifaires de son secteur

  • mettre en place un argumentaire commercial et une charte graphique en accord avec son positionnement

  • identifier les réseaux à intégrer, décider d’une organisation de travail au regard du fonctionnement de la concurrence et en s’inspirant des modèles les plus rentables

Le plan de financement et les prévisions financières

Un plan de financement permet de lister les ressources nécessaires au démarrage et d’évaluer le coût du projet. Parmi les besoins du consultant en recrutement, pensez à :

  • acquérir le matériel informatique et les logiciels nécessaires pour exercer l’activité de conseil en recrutement

  • envisager un mode de transport, car les déplacements en clientèle peuvent être fréquents

  • souscrire une assurance civile professionnelle (RC Pro)

  • créer des outils de communication (site Internet, cartes de visite)

  • envisager un lieu où rencontrer les candidats pour réaliser les entretiens (aménagement d’un bureau privatif, sous-location ou location d’espaces temporaires...)

Les prévisions financières permettent d’anticiper les charges récurrentes pour exercer l’activité de conseil en recrutement et le chiffre d’affaires minimum à réaliser pour être rentable et dégager une rémunération. Ces objectifs chiffrés devront être analysés au regard du temps mobilisé pour réaliser les prestations de conseil.

Le choix du statut juridique et du régime fiscal

Vous pouvez exercer votre activité de conseil en indépendant via une entreprise individuelle ou une auto-entreprise. En tant que profession libérale, vous serez alors soumis au régime de l’impôt sur le revenu (en micro entreprise ou au régime du réel) dans la catégorie des Bénéfices Non Commerciaux (BNC).

Vous pouvez aussi décider de créer une société (EURL/SARL, SASU/SAS), notamment pour vous forger une image de véritable cabinet de recrutement ou encore pour pouvoir vous associer.

Les formalités pour créer une entreprise de conseil en recrutement

Pour devenir conseiller en recrutement, vous devez immatriculer votre activité au Centre de Formalité des Entreprises (CFE) de :

  • l’URSSAF pour exercer en indépendant (entreprise individuelle et auto-entreprise)

  • la Chambre de Commerce et d’Industrie pour créer un cabinet de recrutement sous la forme d’une société (EURL/SARL, SASU/SAS).

Si vous créez une société, il faut faire des formalités supplémentaires :

Quel coût pour créer une entreprise de conseil en recrutement ?

Les formalités de création d’une activité de conseil en recrutement vont de 0 (auto-entreprise) à environ 300 euros pour le coût de création d’une société (hors formalités supplémentaires).

 

Arnaud