Qu’est-ce qu’un acte sous seing privé ?

Mis à jour le 30/03/2017

La définition d'un acte sous seing privé – qui signifie « sous signature privée » - peut être la suivante: c'est un contrat établi directement par les parties au contrat et signé par elles (ou par un mandataire désigné comme tel). La majorité des contrats signés au quotidien sont des actes sous seing privé : contrat d’assurance, contrat de location avec une agence immobilière, contrat de vente... L’acte sous seing privé s’oppose à ce que l’on appelle l’acte authentique qui dispose quant à lui de la signature d’un officier public (un notaire par exemple) en plus de celle des parties au contrat. Cette signature supplémentaire authentifie le contrat et lui donne force exécutoire, c’est-à-dire qu’en cas de litige, le créancier n’est pas obligé d’intenter un procès et d’obtenir un jugement pour solliciter un huissier. Un acte sous seing privé, par contre, n’a pas force exécutoire et le créancier doit intenter un procès. Vous pouvez enregistrer votre acte sous seing privé de manière facultative auprès du Service des Impôts des Entreprises afin d’authentifier la date de signature (évite les faux et postdates).

L’acte sous seing privé : définition générale

L’acte sous seing privé désigne un contrat établi directement par les parties au contrat et signé par elles (ou par un mandataire désigné comme tel). L’acte sous seing privé est tout bonnement un contrat écrit entre deux personnes.

Que veut dire « sous seing privé » ?

« Sous seing privé » est un terme juridique qui signifie « sous signature privée ».

L’acte sous seing privé, quelques exemples

La majorité des contrats signés au quotidien sont juridiquement des actes sous seing privé : les contrats d’assurance, les contrats de vente, les contrats de location proposés par les agences immobilières, les contrats de prêt... Les statuts constitutifs d’une société sont un acte sous seing privé.

Acte authentique et acte sous seing privé

L’acte sous seing privé est différent de l’acte authentique qui fait intervenir la signature d’un officier public (un notaire, par exemple), en plus de celles des parties au contrat. De plus, l’acte authentique est systématiquement enregistré auprès d’un registre officiel (registre de publicité foncière ou service des impôts des entreprises) ce qui rend la date de sa signature incontestable et publique. Vous noterez qu’un contrat de vente d’un bien immobilier est systématiquement un acte authentique puisqu’il est toujours signé par un notaire, mais aussi enregistré au service de publicité foncière.

Quelle valeur pour un acte sous seing privé ?

L’acte sous seing privé n’a de valeur que pour les parties qui le signent ! En cas de litige, ce seul contrat ne suffira pas à forcer à produire ses effets. Le créancier devra intenter un procès auprès d’un juge pour obtenir un jugement d’exécution de l’acte.

Plus concrètement, seul le juge sera amené à forcer l’exécution de l’acte sous seing privé, en nommant un huissier par exemple. Le créancier ne pourra pas, de lui-même et sans l’intervention d’un juge, solliciter un huissier pour obtenir son dû.

Acte authentique et acte sous seing privé : la force exécutoire fait toute la différence

C’est là qu’est la grande différence entre l’acte sous seing privé et l’acte authentique. Ce dernier type de contrat fait intervenir la signature d’un officier public, ce qui certifie son contenu et surtout, lui donne « force exécutoire » de plein droit. Avec un acte authentique, le créancier n’est pas obligé de passer par un juge pour solliciter l’intervention d’un huissier. L’acte authentique signé en France a force exécutoire sur tout le territoire, mais aussi au sein de l’espace judiciaire européen.

L’enregistrement d’un acte sous seing privé

Si les actes authentiques sont nécessairement enregistrés par l’officier public auprès d’un registre officiel, et ce pour leur donner « date certaine » (c’est-à-dire qu’en cas de litige, la date de la signature de l’acte est incontestable), il n’en est pas de même pour les actes sous seing privé.  Vous n’êtes pas obligé d’enregistrer la majorité des actes sous seing privé que vous rédigez (reconnaissance de dette, cessions, contrats de vente), mais vous pouvez néanmoins procéder à cette démarche. En cas de litige, l’enregistrement prouvera l’existence de l’acte et sa date de signature (en prévention de l’édition d’un faux ou d’un contrat postdaté par votre débiteur).

Les exceptions et démarches complémentaires à certains actes

Notez que les actes sous seing privé de cession de parts sociales, de cession d’un fonds de commerce, de transmission de propriété, d’usufruit ou de jouissance d’un fonds doivent obligatoirement être enregistrés par vos soins (dans un délai d’un mois à compter de leur rédaction), au pôle enregistrement du Service des Impôts des Entreprises (SIE) ou au service de publicité foncière selon la nature de l’acte sous seing privé. Attention : d’autres actes sous seing privé sont susceptibles d’être enregistrés obligatoirement. Contactez le pôle enregistrement du service des impôts des entreprises ou des services fonciers pour valider l’information.

L’enregistrement d’un acte sous seing privé de contrat de prêt / reconnaissance de dette n’est pas obligatoire, mais les parties au contrat doivent déclarer certaines informations relatives au contrat auprès de l’administration fiscale (au moyen des Cerfa 2062-2561 - à déposer en même temps que la déclaration de revenus ou la déclaration de résultat pour une entreprise). Enfin, rendez-vous au pôle enregistrement du Service des Impôts des Entreprises de votre choix pour tout enregistrement facultatif d’un acte sous seing privé.

Les tarifs de l’enregistrement d’un acte sous seing privé

Les tarifs varient selon la nature de l’acte sous seing privé et vont d’une centaine d’euros (reconnaissance de dette) à un pourcentage du montant de la vente dans le cas de la cession d’un fonds de commerce.

Quelle forme pour un acte sous seing privé ?

La loi n’impose aucune forme particulière concernant le contenu rédigé dans un acte sous seing privé, sauf :

  • la signature des parties au contrat
  • la date de rédaction du contrat
  • dans le cas d’une reconnaissance de dette par acte sous seing privé, la somme doit être indiquée en chiffres et en lettres et écrite de la main de celui qui souscrit l’engagement (article 1326 du Code civil)

Notez qu’aucune forme n’est imposée, mais en cas de litige devant le juge, des informations manquantes pourraient vous desservir ! Pensez à tout ! Pour vous aider, n’hésitez pas à demander au pôle enregistrement du SIE ou des services fonciers si votre acte doit être enregistré ou non puis à solliciter un modèle d’acte sous seing privé relatif au contrat que vous souhaitez établir.

Donnez une note à cet article : 

Your rating: Aucun(e)

5

Moyenne: 5 (1 vote)

Besoin d'un expert comptable ?
  • Votre entreprise est-elle déjà créée ?
  • Avez-vous déjà des salariés ?
  • Quel est votre secteur d'activité ?
  • Votre nom :
  • Votre téléphone :
  • test
D'autres sujets qui pourraient vous intéresser...
Livres blancs

Commentaires

Pas de commentaire pour cet article !

Besoin d'un expert comptable ?
  • Quel est votre secteur d'activité ?
  • Votre nom :
  • Votre téléphone :
  • Besoin d'un expert comptable ? Cliquez ici