Les différentes méthodes de calcul de l'amortissement

L'article en brefL’amortissement linéaire est la méthode la plus courante, où une annuité identique est déduite du résultat imposable chaque année. Cette annuité est calculée en divisant le prix de revient de l’élément d’actif par sa durée d’amortissement. Par exemple, pour un bien de 100 000 euros amorti sur 20 ans, l’annuité sera de 5 000 euros par an. Cette méthode nécessite l’amortissement par composants, c’est-à-dire que les éléments ayant une durée d’utilisation plus courte doivent être amortis séparément de la structure principale. L’amortissement dégressif, quant à lui, utilise des annuités décroissantes. On applique un coefficient, dépendant de la durée fiscale de l’amortissement, à la valeur nette comptable résiduelle pour calculer les annuités. Par exemple, un bien de 10 000 euros amortissable sur 5 ans avec un coefficient de 1,75 aura une première annuité de 3 500 euros, laissant une valeur nette de 6 500 euros pour le calcul de l’année suivante. L’amortissement dérogatoire, enfin, permet d’amortir rapidement certains biens spécifiques, comme les robots ou logiciels, offrant ainsi une déduction fiscale accélérée sur une période très courte.
Temps de lecture : 1minDate de publication : 21/10/2014Dernière mise à jour : 22/05/2024
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Ecrit par Julien PIGNONExpert-Comptable et Commissaire aux Comptes chez l’Expert-Comptable.com
Image
guillaume-delemarle-expert-comptable
Article certifié par
Guillaume DELEMARLE
 
Expert-comptable avec plus de 9 ans d'expérience. Spécialisé dans l'accompagnement des TPE et créateurs d'entreprise.
Image
Les différentes méthodes de calcul de l'amortissement

Les méthodes d’amortissement : l’amortissement linéaire

C’est la méthode la plus couramment usitée. 

On va déduire du résultat imposable une annuité identique, calculée à partir du prix de revient de l’élément d’actif amorti. 

La durée d’amortissement dépend de la durée réelle d’utilisation attendue par l’entreprise. Le montant de l’annuité sera égal à la fraction entre le prix de revient et la durée d’amortissement. 

Exemple : prenons un bien dont la valeur est de 100 000 euros. La durée d’amortissement est de 20 ans. Le montant des annuités pouvant être déduit de chaque exercice sera de 100 000/20 = 5000 euros. 

La méthode par composants doit être utilisée. Ainsi certains éléments, ayant une durée d’utilisation plus courte, doivent être amortis indépendamment de la structure principale. 

Les méthodes d’amortissement : l’amortissement dégressif

Dans cette hypothèse,  les annuités d’amortissement sont décroissantes. 

En effet, on applique un coefficient (qui varie en fonction des actifs amortissables) afin de calculer ces annuités et la base de l’amortissement est constituée de la valeur nette comptable résiduelle. 

Le montant du coefficient est de :

  • 1,25 si la durée fiscale d’amortissement est de 3 ou 4 ans,

  • 1,75 si elle est de 5 ou 6 ans,

  • 2,25 si elle est supérieure à 6 ans. 

Exemple : prenons un bien de 10 000 euros amortissable sur 5 ans et acheté le 1er janvier.

Le montant de la première annuité sera de 10 000/5 x 1,75 = 3500 euros soit une valeur nette comptable résiduelle de 10 000 – 3500 = 6500 euros.

Le montant de la deuxième annuité sera de 6500 x 1,75/5 = 2275 soit une valeur nette comptable résiduelle de 6500 – 2275 = 3225 euros…

Etc

Les méthodes d’amortissement : l’amortissement dérogatoire

L’amortissement exceptionnel est un régime fiscal de faveur prévu par le législateur permettant d’amortir de manière accélérée certains biens (robots, logiciels….). 

Ainsi ce dispositif permet, au cours d’un laps de temps très court, d’opérer une forte déduction. 

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.