La doctrine administrative

Mis à jour le 06/08/2018

La doctrine administrative constitue un élément très important du système fiscal. En effet, les différentes lois votées chaque année ne constituent que la partie émergée d’un grand ensemble juridique qui pourrait perdre le plus chevronné des fiscalistes, et la doctrine administrative est l’un des piliers de ce système. Voici quelques développements concernant celle-ci.


Notes: 5 (2 votes)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
4.5
Moyenne: 4.5 (2 votes)

Qu’est ce que la doctrine administrative ?

Lorsqu’une loi est votée, le texte promulgué est souvent sibyllin et court et ne peut donc traiter tous les cas de figure générés par la pratique, ce qui créée une insécurité juridique notoire et des conflits potentiels entre le fisc et les contribuables.
C’est pour cette raison que les services de Bercy viennent commenter les différentes lois promulguées afin d’apporter des solutions aux différentes situations pratiques pouvant se présenter.
Exemple : En matière de plus value immobilière, si la loi prévoit une exonération au bout de 23 ans, la doctrine administrative vient régler certaines questions d’ordre pratique que la loi ne peut organiser (point de départ du délai de détention, plus values et contribuables concernés, dispositif transitoire si changement de législation…)
On comprend alors, lorsqu’un texte est voté (généralement dans le cadre d’une loi de finances), l’impatience des contribuables et des professionnels du droit fiscal de voir publier une instruction assez exhaustive permettant de trancher certaines situations complexes.

Les formes de la doctrine administrative 

Le cœur nucléaire de la doctrine administrative est constitué des instructions administratives, textes souvent très structurés (le plan est souvent identique) et complets, venant décrire un dispositif particulier (niches fiscales, exonération, régime d’imposition…).
A côté de celles-ci, on trouve d’autres textes :

  • la documentation de base,
  • les décisions de rescrit de portée générale,
  • les réponses ministérielles,
  • les réponses aux organismes professionnels,
  • la jurisprudence commentée par l’administration.

L’ensemble de ce corpus est publié sur le BOFIP, mis en ligne.

La portée de la doctrine administrative 

L’article L 80 A du livre des procédures fiscales organise l’opposabilité de la doctrine administrative.
Ainsi d’après celui-ci, les contribuables peuvent se prévaloir des interprétations de la loi fiscale donnée par l’administration à la date de leur imposition, ce qui les protège des changements de doctrine.
Toutefois, la portée de la doctrine administrative doit être relativisée. En effet, les textes ne prévoient pas tous les cas de figure et il faut souvent se rapporter à la jurisprudence afin de trouver des solutions à des situations très précises.
En outre, certaines ambigüités peuvent être contenues dans les textes, ce qui peut être source de conflit.
Enfin, il ne faut pas oublier que la doctrine ne saurait avoir force de loi. Sa portée n’est donc pas absolue.