Une start-up c’est quoi ? Définition, différences

Mis à jour le 15/10/21
Sommaire

Start-up : Définition

Une start-up est une jeune entreprise innovante travaillant sur les nouvelles technologies. C’est une société éphémère à la recherche d’un business model standardisé et scalable. Elle a un fort potentiel de croissance et de spéculation de sa valeur future. Elle expérimente une nouvelle activité sur un nouveau marché.

 

Quel est le but d’une start-up ?

Le but principal de la startup est la conquête d'un business model. Trouver une manière de transformer une idée en entreprise, de trouver une nouvelle prestation de service à rendre, de créer de la valeur.

 

Qu’est-ce qui caractérise une start up?

Elle est généralement liée à la notion de risque car elle se développe dans un milieu incertain, sur un nouveau marché. Elle commence par une phase d’exploration.

Plusieurs critères permettent de reconnaître ce type d’entreprise :

  • Organisation temporaire

  • La création ou l’utilisation d’une technologie nouvelle;

  • Le besoin d’un financement massif.

  • La perspective d’une forte croissance;

 

Quelle est la différence entre une PME et une start-up ?

PME ? Start-up ? Difficile de se positionner quand on ne sait pas vraiment sur quels points ces deux structures diffèrent précisément.

Petit rappel, qu’est ce qu’une PME ?

C’est une petite ou moyenne entreprise de moins de 250 salariés et dont le chiffre d’affaires annuel ne dépasse pas 50 millions d’euros.

Nous allons analyser les similitudes et les différences entre ces deux types d’entreprises.

 

Les similitudes

LA TAILLE

Les deux types d’entreprises sont des petites entreprises bien que les PME engage généralement plus de collaborateurs que la start-up

 

LEVEE DE FONDS

La levée de fonds est une opération courante dans le monde des PME/start-up. Elle peut se faire de différentes manières :

  • Subsides : subvention en recherche et développement

  • Capital : apport de fonds d’investissement public ou privés

  • Crowdfunding : financement participatif de chacun

  • Prêt bancaire

 

FLEXIBILITE

Dans cette configuration d’entreprise, les collaborateurs sont flexibles tant sur les heures de travail que sur les tâches réalisées.

 

ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL

En règle générale, l’open space est l’environnement de travail privilégié. Cela favorise la liberté de communication entre collaborateurs et limite les contraintes.

 

Les différences

MATURITE ET CROISSANCE

La PME est une entreprise avec des bases solides, plus matures. Elles peuvent croître mais ce n’est pas une obligation par rapport à la start-up.

La start-up est un statut de l’entreprise à sa création, durant les premiers moments de vie. Elle est jeune et une forte croissance est primordiale. Il se peut qu’elle n’évolue pas ou peu et qu’elle disparaisse. C’est donc un statut temporaire : une start-up peut devenir une PME dans le temps.

 

LIEU DE TRAVAIL

Malgré que l’environnement de travail soit similaire, le lieu est quelque peu différent. Une PME a le plus souvent une domiciliation, des bureaux propres. Alors qu’une start-up peut se développer au sein de pépinière d’entreprise, d’incubateurs ou encore dans des espaces de coworking.

 

ECONOMIE/ INNOVATION: STRATEGIE

Une PME évolue dans un domaine déjà établi, elle innove sur des sujets de production sans grande prise de risque. Elle exécute un modèle économique existant.

La Start-up innove sur des sujets fondamentaux qui peuvent bousculer tout un sujet existant. Elle cherche constamment son modèle économique.

 

Comment créer une start-up ?

Trouver une idée et évaluer le marché

La première phase de la création d’une start-up est primordial puisqu’il faut trouver une idée pertinente, nouvelle et unique. En pratique, il faut réaliser un “benchmark” ou une étude comparative et une étude de marché. Pour sécuriser le projet, il convient de mettre en adéquation l’idée retenue avec les compétences et les qualifications du ou des start-uppers.

Attention à ne pas restreindre le champ d’action, il faut qu’à terme le projet soit rentable. Il est fortement conseillé de tester le marché afin de pouvoir ajuster les services proposés.

 

Faire un business plan

Une fois le concept de la start-up déterminé, il faut maintenant formaliser son projet et le monter. Il va falloir passer par plusieurs étapes afin d’évaluer la faisabilité et le potentiel du projet.

Dans un premier temps, il faut établir un business plan, il permet de présenter le projet et ses aspects financiers. Ensuite, il faut rédiger un document synthétisant le business plan, un executive summary. Il convient également de réaliser un plan économique appelé aussi business model. Pour terminer, il est important pour l’étape suivante de travailler un pitch ou plus communément un discours qui permet de présenter en valorisant brièvement le projet.

Toutes ses étapes vont servir à convaincre les investisseurs de marcher dans votre projet.

 

Trouver un financement

Il est temps de trouver le financement adéquat à votre projet. Pour cela, plusieurs solutions peuvent être envisagées :

  • Les subventions : En France, de nombreuses aides à l’innovation sont portées par l’organisme BPIFrance, associé à la French Tech.

  • La levée de fonds : il vous faut convaincre des business angels, c'est-à-dire attirer des personnes physiques à investir dans votre projet. Ce sont généralement des anciens chefs d’entreprises ou cadres qui investissent leur argent personnel.

  • L’emprunt bancaire. En général, le dirigeant doit se porter garant à titre personnel de la structure pour des éventuelles dettes

  • Le crowdfunding : c’est un financement participatif de particuliers qui demande un investissement de départ important.

  • Les appels à projets : Diverses agences et organismes lancent des appels à projets innovants. Pour le financement de sa start-up, il est recommandé de répondre à ses appels qui sont visibles en ligne.

 

Choix d’une forme juridique et social

Nous y sommes, il est temps de créer sa start-up. Il va falloir faire les démarches administratives à la création d’une société. Les démarches peuvent variées selon la forme juridique choisie mais les principales sont :

  • la rédaction des statuts ainsi que son dépôt et son enregistrement

  • La déclaration des activités de l’entreprise

  • La publication de la création de la start-up sur un journal d’annonces légales

  • L’immatriculation

Toutefois, les démarches pour la création d’une entreprise peuvent être difficiles, complexes et onéreuses. N’hésitez pas à vous faire accompagner par des professionnels afin d’obtenir les meilleurs conseils sur le marché.

NB : 99% des start-up sont des SAS (société par actions simplifiées), la rédaction des statuts est plus simple et permet d’inclure un pacte d’associé facilement.

 

Accompagnement et conseils

On ne va pas se mentir, il est souvent compliqué de se lancer seul dans l’aventure de l’entrepreneuriat. Il est fortement conseillé de se faire accompagner au niveau juridique et comptable.

Faire appel à un cabinet d’expertise-comptable permet de sécuriser votre projet et de bénéficier de conseils pendant la phase de création (choix du statut juridique, régime fiscal, aides…).

Chez L-Expert-comptable.com, nous avons un service juridique dédié aux créations d’entreprises afin de vous offrir les meilleurs conseils sur le marché.

Hop ! Votre start-up est lancée. Votre expert-comptable peut désormais vous accompagner sur des missions comptables. Vous aurez besoin d’outils de gestion tels qu’un tableau de bord, d’indicateurs pour gérer au mieux votre projet.

En parallèle, on produit vos déclarations de TVA, vos bilans et toutes autres déclarations fiscales.

Le luxe ? Avoir une personne dédiée afin de répondre à toutes vos questions et vous mettre à disposition tous les conseils dont vous avez besoin.

Le retour d’expérience des experts comptables du groupe a permis de ressortir quatre enjeux lors d’une création de votre start-up :

  • Le financement est l'enjeu principal, il faut savoir gérer ses financements sur plusieurs années si vous voulez que votre entreprise dure. Dans la plupart des cas, il est préférable de se faire subventionner par la French Tech sur la première année à hauteur de 30 000€ maximum.

Ensuite, une bonne combinaison entre levée de fonds et subvention BPI vous permettra d’accéder à un prêt bancaire plus facilement.

Les banques ont besoin d’être rassurées, si votre start-up est financée par des associés qui croient en votre projet et par la BPI alors les accès à l’emprunt seront accessibles.

  • Les opportunités fiscales : on parle avec JEI et CII/CIR.

Une JEI est une jeune entreprise innovante qui investit dans le R&D (recherche et développement). Ce statut permet de bénéficier d'exonérations sociales et fiscales. Pour cela, il convient de répondre à plusieurs conditions telles que :

  • Entreprise de moins de 250 salariés au cours de l’exercice fiscal de la demande de ce statut

  • Ne pas dépasser 8 ans d'existence

  • Ne pas être dépendant c’est à dire que le capital doit être détenu au minimum 50% par des personnes physiques ou d’autres entités (associations reconnues d’utilité publique à caractère scientifique, établissement de recherche et d’enseignement, ou sociétés d’investissement)

  • Être nouvelle, donc ne pas avoir été créée dans le cadre d'une concentration, d'une extension d'activité, d'une restructuration, ou d'une reprise.

Pour être JEI, l’entreprise doit, par exercice, réaliser des dépenses en R&D représentant 15% des charges fiscalement déductibles.

Le crédit d'impôt recherche (CIR) est une mesure générique de soutien aux activités de recherche et développement (R&D) des entreprises, sans restriction de secteur ou de taille. Les entreprises qui engagent des dépenses de recherche fondamentale et de développement expérimental peuvent bénéficier du CIR en les déduisant de leur impôt sous certaines conditions

Le crédit d'impôt innovation (CII), est une extension du CIR qui s'applique aux dépenses liées aux prototypes et installations pilotes de produits nouveaux. Il est réservé aux PME. La déclaration se fait avec le même formulaire et avec les mêmes modalités que pour le CIR.

  • Problématique de capitaux propres : attention à certains ratio sur lesquels se basent les banques pour délibérer sur l’obtention de prêt

  • Il n’est pas obligatoire mais fortement conseillé : le pacte d’associé

Quand on lance son entreprise, il est important de parler du pacte d’associés.

C’est un document qui complète les statuts de la société afin de faciliter et anticiper les conditions d’entrée, de vie et de sortie des associés. Il vise à garantir les droits nouveaux et existants. Il permet de se protéger en cas de divorce entre associés, ce qui arrive fréquemment.

Image
laurie-merle-expert-comptable

Laurie MERLE

Accompagnement des freelances en création d'entreprise et comptabilité chez L-Expert-Comptable.com

Laurie aide les entrepreurs à prendre leur envol, tout ça avec un accompagnent tout en douceur.