Comment passer d'un CDI à consultant informatique freelance ?

Mis à jour le 16/11/22
Sommaire

    Selon plusieurs sondages réalisés par l'Ipsos, un actif sur deux songerait à quitter son CDI pour se tourner vers un statut de freelance, notamment pour devenir consultant informatique freelance. En effet, entre la fin d'une subordination hiérarchique, une liberté dans l'organisation de son travail et la possibilité de travailler dans un domaine qu'ils aiment réellement, les salariés sont de plus en plus attirés vers l e statut de freelance !


    Toutefois, beaucoup d'entre eux n'osent pas se lancer par peur de rater leur reconversion professionnelle. Il faut effectivement prendre le temps de bien préparer son changement de carrière lorsque l'on souhaite quitter son CDI pour devenir consultant informatique freelance. Cet article va donc répondre à toutes les questions qu'un futur consultant informatique freelance doit se poser avant de quitter son CDI.

    Les questions à se poser sur l'activité de consultant informatique freelance

    Quelles sont les formations nécessaires pour devenir consultant informatique freelance ?

    En tant qu'expert de l'informatique, le consultant informatique doit au minimum avoir obtenu une maîtrise (bac +4) dans le domaine de l'informatique pour exercer convenablement ses missions. Toutefois, un Master 2 (bac +5) réalisé au sein d'une école d'ingénieurs spécialisée en informatique est fortement conseillé avant de créer votre entreprise .

    Cette formation lui apportera diverses compétences nécessaires au bon déroulement de sa carrière en tant que consultant informatique freelance : développement web, administration réseau, programmation d'applications, gestion de bases de données, workflow, maintenance préventive...

    Quelles missions le consultant informatique freelance doit-il proposer ?

    Le consultant informatique freelance, en tant que spécialiste des systèmes d'informations interne (intranet, RSE, messagerie) et externe (internet, e-commerce, plateforme collaborative) des entreprises, devra proposer diverses prestations au sein de son activité :

    - Il devra concevoir, installer, mais aussi rendre plus performant l'informatique des entreprises. De plus, il devra également faciliter l'accès aux données de ses clients tout en ayant une sécurité conforme à leurs attentes.

    - Ensuite, il devra également conseiller ses clients sur les choix qu'ils devront faire concernant les outils et les services utiles à leur entreprise. De plus, les conseils du consultant informatique freelance devront aussi porter sur la façon de construire et gérer les systèmes mis en place.

    - Pour finir, le consultant informatique freelance devra également former le personnel de ses clients sur la façon d'utiliser les différents outils. Cette formation se réalisera principalement auprès des techniciens de maintenance afin de maximiser le partage de connaissances.

    Les questions à se poser avant de quitter son CDI pour devenir consultant informatique freelance

    Le statut de consultant informatique freelance est-il fait pour moi ?

    Administrativement parlant, devenir travailleur indépendant est relativement simple. En revanche, devenir un bon freelance nécessite de bénéficier de plusieurs compétences indispensables à la pérennité de son entreprise. En effet, avoir un bon sens de l'organisation, être polyvalent, avoir un bon sens du relationnel ou encore avoir des connaissances en marketing digital et en gestion sont des compétences primordiales pour devenir freelance. Le futur consultant informatique freelance devra donc se demander s'il possède ces compétences.

    Retrouvez toutes les compétences essentielles pour devenir freelance en lisant notre article : « Quelles sont les compétences pour devenir freelance ? »

    Comment quitter convenablement mon CDI pour devenir consultant informatique freelance ?

    Si vous souhaitez démissionner de votre CDI pour devenir consultant informatique freelance, sachez que depuis le 1er novembre 2019 vous allez pouvoir avoir le droit aux allocations chômage dans certains cas. Pour les obtenir, il faudra que le futur consultant informatique remplisse deux conditions :
    - Le futur consultant informatique freelance devra avoir travaillé pendant au moins 5 années de manière continue avant la date prévue de la démission.
    - Le futur consultant informatique freelance devra également poursuivre un projet de reconversion professionnelle nécessitant le suivi d'une formation ou la création/reprise d'une entreprise.

    De plus, le projet de reconversion professionnelle devra présenter un caractère réel et sérieux. Pour attester de ce caractère, un conseil en évolution professionnelle sera présent pour vous aider à préparer ce projet. Ce projet fera ensuite l'objet d'une validation par le biais d'une commission paritaire interprofessionnelle régionale.

    Si vous ne remplissez pas ces deux conditions, qui sont cumulatives, quitter son CDI par le biais d'une rupture conventionnelle s'avère être beaucoup plus intéressant pour le futur consultant informatique freelance. En effet, si vous décidez tout de même de démissionner, vous n'aurez pas le droit au chômage alors que vos droits ARE pourraient vous être très utiles pour débuter votre activité de freelance.

    Quelles aides financières vais-je pouvoir obtenir pour lancer mon activité de consultant informatique freelance ?

    Avant de se lancer dans une carrière de consultant informatique freelance, et donc avant de quitter son CDI, il est conseillé au futur freelance de faire le point sur les aides financières dont il pourrait bénéficier pour lancer son activité :

    - Aide au Retour à l'Emploi (ARE). Le futur consultant informatique freelance pourrait maintenir ses ARE de manière temporaire.

    - Aide à la Création ou à la Reprise d'une Entreprise (ACRE). Cette aide permettra au futur consultant informatique freelance d'être exonéré, de manière partielle, des différentes charges sociales de l'entreprise durant sa première année de création.

    - Aide à la Reprise ou à la Création de l'Entreprise (ARCE). Si le futur consultant informatique freelance bénéficie des droits à l'ARE et de l'ACRE, il pourra aussi se voir attribuer l'ARCE s'il fait le choix de ne pas maintenir son ARE. Bénéficier de l'ARCE lui permettra de recevoir ses allocations chômage en capital.

    - Aides mises en place par la région. Le futur consultant informatique freelance doit également se renseigner sur les diverses aides mises en place par la région. Il y a par exemple une aide attribuée aux créateurs d'entreprise dont le logement se situe dans des quartiers situés dans des zones prioritaires de la politique de la ville.

    Retrouvez toutes les aides disponibles pour exercer en tant que consultant informatique freelance en lisant notre article : « Quelles aides financières pour créer mon entreprise ? »

    Quel statut juridique vais-je devoir choisir pour exercer en tant que consultant informatique freelance ?

    Afin de créer son entreprise, le futur consultant informatique freelance devra choisir un statut juridique adapté à ses objectifs. Après avoir déterminé ses propres attentes, le consultant informatique freelance devra effectuer un choix entre différents régimes :

    - La micro-entreprise. La micro-entreprise dispose d'un régime social simplifié qui est l'avantage principal de ce statut. En effet, du fait de sa simplicité, le consultant informatique freelance cotisera en fonction du chiffre d'affaires qu'il réalise. Toutefois, ce statut juridique dispose également de quelques inconvénients comme le fait que le chiffre d'affaires annuel se trouve limité, qu'il est impossible de s'associer et que le freelance est affilié au régime de la Sécurité Sociale des Indépendants (SSI).

    - L'Entreprise Individuelle à Responsabilité Limitée (EIRL). Le consultant informatique freelance qui décide de s'orienter vers ce statut juridique verra son patrimoine personnel protégé et il pourra choisir entre l'impôt sur le revenu ou l'impôt sur les sociétés. En revanche, si le freelance souhaite s'associer, il devra se tourner vers un autre statut juridique. De plus, il sera également affilié au régime de la Sécurité Sociale des Indépendants qui n'apporte pas les mêmes protections que le régime général.

    - L'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL). Les avantages de ce régime juridique sont assez similaires à celui de l'EIRL. En revanche, les modalités liées à la création d'une EURL sont plus compliquées et il devra payer un certain montant pour créer son entreprise. De plus, pour s'associer, le consultant informatique freelance devra se tourner vers une SARL.

    - La Société à Responsabilité Limitée (SARL). Le régime de la SARL dispose de plusieurs avantages non négligeables : la possibilité de s'associer, une responsabilité limitée aux apports ou encore le choix du régime d'imposition. En revanche, le consultant informatique freelance devra impérativement passer par l'étape laborieuse de la rédaction des statuts et il ne pourra être affilié au régime général de la sécurité sociale.

    - La Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU). Ce statut juridique est apprécié par les freelances du fait de la souplesse de son fonctionnement. De plus, le consultant informatique freelance pourra bénéficier des mêmes avantages qu'un salarié (sauf pour l'assurance chômage) du fait de son affiliation au régime général de la Sécurité sociale. Toutefois, ce statut juridique dispose aussi de quelques inconvénients : les montants pour sa sécurité sociale sont assez élevés, il devra rédiger ses statuts lui-même et il n'aura pas la possibilité de s'associer. En effet, si le consultant informatique freelance souhaite s'associer, il devra se tourner vers la création d'une SAS.

    - La Société par Actions Simplifiée (SAS). Si le consultant informatique freelance décide de choisir ce statut juridique, il pourra obtenir divers avantages comme le choix du régime d'imposition qu'il souhaite. Ce régime dispose également d'un autre avantage important : le consultant informatique freelance sera affilié au régime général de la Sécurité sociale (à l'exception de l'assurance chômage). Toutefois, d'importantes charges sociales, la rédaction des statuts ou encore l'impossibilité pour la société d'être admise en bourse doivent faire réfléchir le consultant informatique freelance.

    Le choix du statut juridique n'est cependant pas définitif. Le consultant informatique freelance pourra donc changer de régime juridique à tout moment. Toutefois, il est important de ne pas prendre un statut juridique au hasard car les démarches liées au changement peuvent s'avérer complexes dans certains cas.

    Que vais-je proposer dans mon activité de consultant informatique freelance ?

    Avant même de quitter son CDI pour devenir consultant informatique freelance, le salarié devra faire le point sur sa situation. Il devra déterminer ses points forts ainsi que ses points faibles afin de poser un cadre à sa future activité en tant que freelance. Cette étape est d'autant plus indispensable puisqu'en tant que freelance, le consultant informatique va pouvoir décider des choses qu'il aime faire ou non. En effet, il ne serait pas judicieux de quitter un CDI pour être indépendant et se retrouver à réaliser des tâches que l'on n'aime pas effectuer.

    Après avoir réalisé ces différentes démarches et s'être posé toutes ces questions, le futur consultant informatique freelance peut désormais quitter son CDI pour se lancer sereinement dans sa carrière entrepreneuriale.

    Image
    julien-pignon-expert-comptable

    Julien PIGNON

    Expert-Comptable et Commissaire aux Comptes chez l’Expert-Comptable.com

    Julien accompagne les équipes et les indépendants depuis de nombreuses années... Le Win Win Win : son obsession ! Son arme secrète : la bonne humeur !