Informatique : Data Manager

Mis à jour le 23/11/22
Sommaire

    Niveau d'études : bac+2 à bac+5

    Salaire en début de carrière : de 2 200 à 2 600 € brut

    Environnement de travail : salarié, indépendant

    Métier(s) similaire(s) : gestionnaire de données, spécialiste big data, responsable de système d'information

    Le rôle du data manager

    Le data manager se charge de collecter les informations qui touchent de près ou de loin à l'activité de son entreprise, de les organiser en bases de données exploitables et de les sauvegarder durablement.

    En étroite collaboration avec la direction, le service des ventes et le service marketing, il élabore un cahier des charges sur les données à prioriser. Selon les objectifs, ces données vont porter sur les profils des clients, leurs habitudes de consommation, le taux de satisfaction d'un produit,…

    La data manager utilise un progiciel dédié afin d'organiser toutes ces informations en une base de données qui va permettre de tirer certaines conclusions autour de ce qu'elle met en évidence. Il doit en permanence actualiser ses bases de données, mais aussi les nettoyer pour éviter les doublons ou de simples erreurs.

    Toutes ces données doivent être conservées de façon durable afin de ne pas les perdre, et préservées de toutes tentatives frauduleuses extérieures. Le data manager est un expert de la sauvegarde et de la sécurité.

    Le travail du data manager est indispensable aux commanditaires d'une entreprise qui s'appuient sur ses résultats d'analyses afin d'orienter leurs stratégies.

    Les missions du data manager

    Le data manager assure l'exploitation des données d'une entreprise :

    • définition des objectifs de traitement des données

    • édition d'un cahier des charges sur les données à collecter

    • gestion des bases de données ciblées

    • mise en place des supports de sauvegarde

    • analyse des données triées et rédaction d'une synthèse

    • rédaction de rapports

    Les compétences pour devenir data manager

    Le data manager endosse d'importantes responsabilités :

    • être capable de superviser, ponctuellement ou régulièrement, une équipe

    • maîtriser l'outil informatique (utilisation et création)

    • connaître les problématiques de sécurité des données

    • avoir des notions en marketing

    • parler anglais couramment

    La formation pour devenir data manager

    Les recruteurs privilégient les profils de niveau bac+5 pour occuper un poste de data manager. Cependant, les candidats qualifiés et compétents se font rares, ce qui laisse de belles opportunités aux titulaires d'un BTS ou d'un DUT qui auront effectué différents stages ou suivi leur formation en contrat d'apprentissage :

    Pour pousser son expertise, le candidat peut s'orienter vers un bac+6 au travers du mastère spécialisé Big data.

    Le salaire du data manager

    Selon qu'il soit qualifié d'un niveau bac+2 ou bac+5, le data manager percevra une rémunération de départ comprise entre 2 200 et 2 600 € brut par mois.

    Le métier connaît une croissance forte, et les entreprises sont prêtes à concéder de substantielles augmentations aux professionnels les plus efficaces.

    Créer une entreprise de services numériques (ESN)

    Le lieu de travail du data manager

    Le data manager n'est plus aujourd'hui sollicité uniquement par les grands groupes commerciaux ou industriels. Les entreprises plus modestes ont désormais recours à ses services, et de belles opportunités de carrière peuvent se présenter dans l'administration.

    Il s'agit d'un travail de bureau qui demande de longues heures de concentration derrière un écran.

    La carrière du data manager

    Le data manager expérimenté peut viser le poste de responsable de système d'information.

    Il peut aussi se lancer à son compte en créant sa propre ESN.

    Image
    antoine-richard-expert-comptable
    Antoine RICHARD
    Accompagnement des freelances chez L-Expert-Comptable.com

    Depuis 2016 Antoine accompagne et conseille les indépendants aussi bien sur la création que l'optimisation des sociétés, le tout avec le sourire ! Pour lui la digitalisation et la proximité ne sont pas deux termes opposés mais bien complémentaires !