Le commerce intégré : définition et but

Mis à jour le 23/11/22
Sommaire

    Le commerce intégré est une stratégie de développement commercial dans laquelle les structures et points de vente d’un réseau sont tous des filiales appartenant à une même entreprise mère. Ce commerce se développe en gardant le contrôle total de ses points de vente et zones d’implantation, mais sa solidité financière doit être à hauteur des investissements menés. Le commerce organisé et le commerce associé se différencie du commerce intégré car ils sont indépendants juridiquement (entreprises du réseau n’appartiennent pas à une société mère).

    Le commerce intégré : définition

    Le commerce intégré est une forme de commerce en réseau dans laquelle les structures et points de vente appartiennent tous juridiquement à la même société mère. Le commerce intégré se définit comme une stratégie de développement qui permet à une entreprise d’élargir la distribution de sa marque ; de sa gamme de produits/services à travers tout un territoire.

    D’un point de vue juridique, les structures du réseau sont des filiales ou des succursales et les responsables des points de vente sont des salariés du groupe. D’un point de vue commercial, ils s’approvisionnent tous auprès d’une centrale d’achats gérée par la société mère.

    Notez que l’on parle aussi d’un groupe de commerces multipoints de vente pour évoquer le commerce intégré.

    Le commerce intégré : quelques exemples

    Casino, Célio, Séphora, Darty ou Hippopotamus sont quelques exemples d’enseignes qui ont su se développer par une stratégie de commerce intégré.

    Pourquoi développer un réseau en commerce intégré

    Un réseau en commerce intégré se monte dans la durée. Généralement, un commerçant crée un concept et, face à son succès, décide d’ouvrir un second point de vente, puis un troisième, puis un quatrième, etc. ; lui permettant de développer son chiffre d’affaires et d’élargir ses territoires de vente.

    Ce mode de commerce permet de garder le contrôle total du concept et de la distribution de ses produits, mais la société mère doit disposer d’une solidité financière à hauteur de ses investissements et besoins d’embauches. Le développement d’un commerce intégré est souvent plus long et plus laborieux que d’autres stratégies.

    Les autres formes de commerce 

    Le commerce organisé

    Le commerce organisé est un ensemble d'entreprises développant un même concept ou distribuant la même gamme de produits tout en restant indépendantes juridiquement.

    Les formes de commerce organisé les plus connues sont :

    • la franchise : les franchisés sont indépendants et utilisent le concept, la notoriété et le savoir-faire du franchiseur moyennent le versement d’une redevance

    • la concession exclusive : les concessionnaires sont indépendants et ont l’exclusivité pour distribuer les produits/services du concédant sur un territoire donné

    Le commerce associé

    Le commerce associé ressemble au commerce organisé car les entreprises concernées restent indépendantes juridiquement. Le commerce associé se définit par une forme de commerce dans laquelle les entreprises du réseau créent une nouvelle structure juridique pour partager les coûts, mutualiser les moyens ou utiliser une autre image de marque, en parallèle à leur propre notoriété et pour certains contrats commerciaux seulement. Le GIE (Groupement d’Intérêt Economique), par exemple, est une forme de commerce associé.

    Le commerce mixte

    Certains réseaux se développent en appliquant parallèlement une formule de commerce intégré et une formule de commerce organisé ou de commerce associé (commerçants indépendants). On parle alors de commerce mixte.

    Image
    damien-philibert-expert-comptable

    Damien PHILBERT

    Accompagnateur de freelances en création d'entreprise et comptabilité chez L-Expert-Comptable.com

    Membre de la team depuis 2012, Damien est un "ancien" ! Toujours de bonne humeur, il accompagne ses clients en conjuguant disponibilité et proximité. Sa spécialité ? Le conseil sur le choix du statuts juridiques