Quels sont les frais des auto entrepreneurs ? Peut-on les déduire ? (2024)

L'article en brefEn tant que micro-entrepreneur, la déduction directe des frais professionnels n'est pas autorisée, mais des solutions existent pour contourner cette limitation. Par exemple, les frais avancés pour le compte du client, appelés frais de débours, peuvent être inclus dans la facture adressée au client, augmentant ainsi le chiffre d'affaires sans affecter les dépenses déductibles. Cette méthode, bien que efficace, nécessite une bonne gestion pour ne pas dépasser les seuils de revenus imposés par ce statut.

Pour alléger la charge fiscale, le régime micro-BIC ou micro-BNC offre un abattement forfaitaire sur le chiffre d'affaires, variant selon l'activité. Cet abattement, allant de 34% à 71%, simplifie la comptabilité et réduit la base imposable. Comprendre et utiliser ces dispositifs permet aux micro-entrepreneurs de mieux gérer leurs finances et de maximiser les bénéfices tout en restant conformes aux obligations fiscales.
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Image
guillaume-delemarle-expert-comptable
Article rédigé et certifié par Guillaume DELEMARLE
 
Expert-comptable avec plus de 9 ans d'expérience. Spécialisé dans l'accompagnement des TPE et créateurs d'entreprise.
Temps de lecture : 4minDernière mise à jour : 03/06/2024
Image
frais-auto-entrepreneur

En tant que micro-entreprise, il n'est pas possible de déduire les frais professionnels. Cependant, il existe un dispositif spécifique qui peut vous permettre de pallier cette limitation dans des cas bien déterminés. Cet article explore en détail ce dispositif, applicable aux dépenses spécifiques connues sous le nom de frais de débours.

Que sont les frais professionnels ? Définition

Les dépenses professionnelles englobent tous les coûts que vous assumez pour mener à bien votre activité professionnelle. Elles sont comparables au carburant nécessaire au fonctionnement de votre voiture ; sans ce "carburant", votre entreprise ne pourrait pas opérer efficacement. 

Ces dépenses sont diverses et peuvent inclure l'acquisition de matériel, la location de bureaux, ou encore les frais de voyage.

Il est essentiel de classer et de surveiller vos dépenses avec soin, car cela vous sera bénéfique à l'avenir.

Quels sont les différents frais professionnels ?

Il y a plusieurs types de dépenses professionnelles à considérer. Par exemple, les frais de déplacement surviennent lorsque vous voyagez pour des réunions client ou des formations, tandis que les coûts associés à un déjeuner d'affaires avec un client représentent aussi des frais professionnels.

Ces dépenses se classent en deux catégories principales : les frais variables et les frais fixes.

  • Les frais variables sont ceux qui fluctuent mois après mois, souvent en lien avec votre chiffre d'affaires. Par exemple, l'achat de matières premières dépendra de vos ventes et de l'état de votre stock, ce qui entraînera une variation de ces coûts d'un mois à l'autre.
  • À l'opposé, les frais fixes sont des coûts réguliers tels que le loyer de vos locaux, les abonnements internet de l'entreprise, ou les assurances.

Comprendre et classer correctement vos frais est crucial pour une gestion efficace de votre trésorerie et peut influencer des décisions importantes, comme celle de conserver ou non votre statut de micro-entreprise.

Peut-on déduire ses frais professionnels en micro-entreprise ?

Une caractéristique distinctive de la micro-entreprise est l'indéductibilité des frais professionnels, contrairement à d'autres statuts juridiques. Ainsi, les dépenses liées à l'acquisition de matériel ou les frais de déplacement kilométriques ne peuvent pas être soustraits du chiffre d'affaires. 

Toutefois, il existe souvent des astuces utiles à exploiter dans chaque situation !

Une solution : Inclure ses frais professionnels dans son chiffre d'affaires

Face à cette contrainte, il est envisageable d'opter pour une approche alternative. Au lieu de tenter de déduire ces coûts, il est possible de les incorporer directement dans le prix facturé au client, ce qui augmente en conséquence votre chiffre d'affaires.

Il est crucial que le client accepte de payer ces frais répercutés.

En intégrant vos frais sous forme de forfait dans vos prix, vous palliez l'absence de déductibilité. Néanmoins, cette tactique entraîne une augmentation de votre chiffre d'affaires, ce qui pourrait affecter votre imposition et les seuils de revenus à ne pas dépasser.

Cependant, si cette méthode est bien mise en œuvre, elle peut être très bénéfique pour votre entreprise.

La déduction au forfait des frais professionnels

Afin de pallier la non-déductibilité des frais réels, il est important de noter qu'un abattement fiscal est disponible pour les régimes Micro-BIC (Bénéfices industriels et commerciaux) et Micro-BNC (Bénéfices non commerciaux). 

Cet abattement ne substitue pas la déduction directe des frais, mais propose plutôt une déduction forfaitaire qui bénéficie aux entrepreneurs.

Quel est l'abattement fiscal en micro-entreprise ? Comment en bénéficier ?

Le statut de micro-entrepreneur est spécifiquement conçu pour alléger les formalités administratives des entrepreneurs. Un des avantages majeurs est la simplification des obligations comptables. 

En tant que micro-entrepreneur, il n'est pas nécessaire de gérer une comptabilité complète comme le feraient d'autres formes d'entreprises, ce qui représente une économie substantielle de temps et d'effort.

Abordons maintenant la notion d'abattement forfaitaire. Cet abattement est une réduction automatique appliquée à votre chiffre d'affaires avant le calcul des impôts.

Les taux de cet abattement varient selon le secteur d'activité :

  • Pour les activités d'achat-revente, l'abattement est de 71%, ce qui signifie que l'impôt est calculé sur seulement 29% du chiffre d'affaires.
  • Pour les prestations artisanales, l'abattement est de 50%.
  • Pour les prestations de service, l'abattement s'élève à 34%, avec un impôt calculé sur 66% du chiffre d'affaires.

Prenons un exemple concret : si votre activité d'achat-revente génère un chiffre d'affaires de 100 000€, l'impôt sera calculé sur une base de 29 000€, soumis ensuite au barème progressif de l'impôt sur le revenu.

En tant que micro-entrepreneur, il est effectivement impossible de déduire directement vos frais. Habituellement, les micro-entrepreneurs gèrent leur activité en déclarant simplement leur chiffre d'affaires à l'administration fiscale, ce qui simplifie la gestion mais rend plus complexe l'application des mécanismes tels que les frais de débours mentionnés précédemment.

Bien que vous ne puissiez pas déduire vos frais, il reste judicieux d'utiliser des logiciels ou applications pour suivre vos dépenses. Ces outils s'avèrent également précieux pour anticiper une éventuelle transition vers un statut de société, en vous permettant d'estimer avec précision les changements que cela impliquerait.

Quel frais déduire pour un auto-entrepreneur ?

Dans le cadre d'une micro-entreprise, les frais ne sont généralement pas déductibles. Cependant, il existe une exception avec les frais de débours, qui sont des dépenses avancées par le micro-entrepreneur pour le compte de son client. 

Ces frais sont ensuite remboursés par le client, qui reçoit une facture détaillée pour ces dépenses. Les débours peuvent inclure l'achat de matières premières ou les frais d'expédition, par exemple. Il est crucial que ces dépenses soient approuvées par le client avant leur engagement.

Voici quelques exemples de frais pouvant être refacturés comme débours :

  • Frais de matériaux : Dans certaines industries, comme le bâtiment, vous pouvez facturer non seulement les matériaux utilisés, comme le carrelage, mais aussi les services associés à leur mise en place.
  • Frais de port : Avec l'accord préalable du client, les coûts de livraison peuvent être refacturés. Il est important de conserver toutes les factures correspondantes et de communiquer clairement au client quel prestataire de livraison a été utilisé, ainsi que le coût détaillé.
  • Frais de déplacement : Les coûts tels que les billets de train, nécessaires au développement des activités, peuvent également être refacturés. Bien que ces frais puissent être supportés par l'entreprise, ils représentent souvent une charge significative pour une micro-entreprise et, avec l'accord du client, peuvent être passés en débours.

Les charges non-déductibles de l'auto-entrepreneur

Soyez vigilant pour ne pas classer comme frais de débours des dépenses qui ne le sont pas. En effet, les coûts qui n'ont aucun lien avec votre activité ne devraient pas être comptabilisés comme tels dans votre micro-entreprise.

Vous voilà maintenant bien informé sur les frais non déductibles pour les micro-entreprises ! Si vous vous interrogez sur la pertinence de ce statut juridique pour votre situation, n’hésitez pas à nous solliciter.

Chez L-Expert-Comptable.com, nous guidons les entrepreneurs à travers toutes les étapes de création de leur société. Nous nous engageons à analyser vos besoins et à vous offrir des conseils personnalisés pour déterminer le statut juridique qui correspond le mieux à votre cas, et ce, sans aucun frais !

L'avis de nos clients :
Sabine Fab 19/10/2021

Merci beaucoup pour cet article, c'est très interessant. Merci encore, merci.

Clément G 22/10/2021

Super article. J'aimerais des exemples concrets. Je rentre par exemple 4000€ un mois. Que dois-je déclarer ? Combien va t'il rester une fois les cotisations déduites avec les impôts sur le revenu ?

L-Expert-Comptable.com 28/10/2021

Bonjour Clément, merci pour votre message et votre intérêt pour notre article.

L'impôt sur le revenu que vous devrez déclarer dépend beaucoup de votre situation professionnelle.

Nous vous invitons par conséquent à nous contacter via le chat ou bien via notre formulaire de contact accessible en haut à droite afin de pouvoir vous aider au mieux.

Cordialement,

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.