Le chômage conjoncturel : spécificité et analyse

Mis à jour le 15/12/2017

Le chômage conjoncturel est le résultat d'une baisse d'activité globale d'un pays ou d'un ensemble de pays. Ainsi, en période de crise par exemple, la consommation a tendance à baisser et la production s'en ressent, provocant alors une hausse du chômage. Le chômage conjoncturel est d'ailleurs également nommé chômage keynésien puisqu'il fait un lien entre la consommation et la demande de main d’œuvre. Pour mémoire, l'économiste Keynes avait élaboré la théorie de la relance par la consommation.


Notes: 4 (7 votes)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
3.714285
Moyenne: 3.7 (7 votes)

La spécificité du chômage conjoncturel

Le chômage conjoncturel est un chômage bien spécifique qu'il ne faut pas confondre avec le chômage saisonnier qui lui, est lié à une notion de saisonnalité en termes d'emploi. C'est un phénomène ponctuel qui a lieu chaque année aux mêmes périodes.

Le chômage conjoncturel est beaucoup plus problématique puisqu'il peut déboucher sur des périodes de chômage extrêmement longues pour les salariés. En outre, après une longue période de chômage il n'est pas toujours évident de retrouver un travail qui corresponde à chacun d'autant que l'évolution des postes et des techniques est constante et qu'il est assez facile de se retrouver avec des compétences dépassées par cette évolution. Aussi certains salariés devront faire une formation afin de pouvoir intégrer à nouveau le monde du travail. Si le chômage conjoncturel peut précariser les victimes de ce chômage, le pays n'est pas épargné non plus dans la mesure où il doit indemniser un nombre important de chômeurs alors même que les rentrées d'argent sont en baisse constante.

L’analyse du chômage conjoncturel

L'économiste américain Arthur Okun a, en son temps, analysé le chômage conjoncturel. De cette analyse a découlé la loi Okun, à savoir que le chômage n'augmente pas proportionnellement à la baisse de la production et inversement. Ainsi, en sortie de crise, lorsque le chômage baisse de 1%, c'est 3% de production supplémentaire qui est réalisée. En conséquence, après une période de crise, l'économie a la capacité de se relancer fortement afin de mettre fin ou du moins de diminuer de manière significative le chômage conjoncturel.