La déduction de la TVA : mécanismes et coefficients

L'article en brefLa TVA s'applique à la majorité des opérations économiques, à l'exception de certaines exonérations légales. Bien que la TVA soit perçue sur le chiffre d'affaires, les entreprises ne sont imposées que sur la valeur ajoutée produite grâce à la déduction de la TVA facturée par leurs fournisseurs. Le consommateur final supporte ainsi l'intégralité de la TVA. Par exemple, si l'entreprise A vend un bien à B pour 100 € hors taxe avec 19,6 € de TVA, et B revend ce bien à un consommateur final pour 239,2 €, elle paiera 39,2 € de TVA, mais pourra déduire les 19,6 € facturés par A. B ne paiera alors la TVA que sur sa valeur ajoutée, soit 100 €.

Pour déduire la TVA, l'entreprise doit utiliser les biens ou services pour des opérations taxées. La déduction est modulée par un coefficient de déduction, composé de trois éléments : le coefficient d’assujettissement (proportion d'utilisation pour des opérations imposables), le coefficient de taxation (affectation à des opérations ouvrant droit à déduction), et le coefficient d’admission (réglementation limitant la déduction). Par exemple, pour un immeuble utilisé à 60 % pour une activité professionnelle, le coefficient d’assujettissement sera de 0,6. Le coefficient de taxation peut être calculé forfaitairement, par exemple 0,2 pour une entreprise avec 20 % de son chiffre d'affaires provenant d'opérations imposables. Le coefficient d’admission varie selon la réglementation, avec des taux spécifiques pour certains biens, comme 0 pour les transports de personnes et 0,8 pour le gazole.
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Image
guillaume-delemarle-expert-comptable
Article rédigé et certifié par Guillaume DELEMARLE
 
Expert-comptable avec plus de 9 ans d'expérience. Spécialisé dans l'accompagnement des TPE et créateurs d'entreprise.
Temps de lecture : 2minDernière mise à jour : 24/06/2024
Image
La déduction de la TVA mécanismes et coefficients

Mécanismes généraux

La TVA touche la plupart des opérations économiques (sauf exonérations prévues expressément par la loi).

Toutefois, si la TVA est payée sur le chiffre d’affaires (c'est-à-dire sur la totalité du prix convenu), les entreprises sont au final imposées sur la valeur ajoutée produite.

En effet, les sociétés peuvent déduire la TVA qui leur a été facturée par d'autres sociétés. C'est le consommateur final qui devra donc pleinement supporter son paiement.

Prenons un exemple pour illustrer cette explication.

L’entreprise A vend à une autre entreprise B un bien pour 100 euros hors taxe et facture 19,6 euros de TVA. B vend ce même bien à un consommateur final C 239,2 euros et devra payer 39,2 euros de TVA aux services fiscaux. B pourra récupérer la TVA facturée par son fournisseur A soit 19,6 euros. Cette déduction viendra diminuer la TVA à payer. Au final, B ne paiera la TVA que sur la valeur ajoutée produite, soit 100.

Conditions de déduction

Le droit à déduction de la TVA est ouvert aux entreprises assujetties agissant en tant que tel, c'est-à-dire dans le cadre de leur activité économique. Ainsi, les opérations réalisées par ceux-ci en tant que particuliers ne sont pas déductibles.

Toutefois le bien ou le service ouvrant droit à déduction doit être utilisé pour réaliser des opérations taxées.

En outre, une disposition ne doit pas faire obstacle à la déduction de la taxe.

Ces éléments ont motivé le législateur à mettre en place un coefficient de déduction.

La déduction de la TVA : le coefficient de déduction

Le coefficient de déduction permet de connaître, pour les différents biens et services, le montant de la taxe pouvant être déduite. Il est composé de 3 coefficients : le coefficient d’assujettissement, le coefficient de taxation et le coefficient d’admission.

Le coefficient de déduction est égal à : coefficient d’assujettissement x coefficient de taxation x coefficient d’admission. A partir de là, le montant de la taxe déductible sera égal à : TVA facturée x coefficient de déduction.

Le coefficient d’assujettissement

Le coefficient d’assujettissement correspond à la proportion d’utilisation d’un bien ou d’un service pour la réalisation d’opérations imposables qu’elles soient imposées ou exonérées.

Par exemple, si un entrepreneur individuel achète un immeuble de 500 m2 dont il affecte 300 m2 à son activité et 200 m2 à des fins personnelles, le coefficient d’assujettissement sera de 300/500 = 0,6.

Le coefficient de taxation

Le coefficient de taxation correspond au degré d’affectation des biens à des opérations ouvrant droit à déduction et donc imposées. Il est diminué avec les opérations exonérées même si certaines d’entre elles ouvrent quand même droit à déduction (cas des exportations).

Il est normalement calculé pour chaque bien ou service utilisé. Toutefois, dans la pratique, on détermine généralement un coefficient forfaitaire égal à: montant annuel lié aux opérations ouvrant droit à déduction/montant du chiffre d’affaires lié aux opérations imposables, même si elles n’ouvrent pas droit à déduction

Exemple : une entreprise réalise 500 000 € de chiffre d’affaires. Parmi ce chiffre d’affaires, 400 000 correspondent à de la location nue (exonérée) et 100 000 à de la location commerciale (imposable). Le coefficient de taxation sera égal à 100 000/500 000 = 0,2.

Le coefficient d’admission

Ce dernier ne dépend pas de l’activité du contribuable mais de la réglementation en vigueur. Celle-ci peut en effet limiter (ou même annuler) la déduction de la TVA sur certains biens ou services, même si ceux sont pleinement utilisés pour des opérations imposables.

Ainsi le coefficient d’admission est de 0 pour les moyens de transport de personnes ou l’essence et de 0,8 pour le gazole.

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.