Travailler pendant un arrêt maladie

L'article en brefUn salarié en arrêt maladie ne peut exercer aucune activité, rémunérée ou non, sans prescription médicale autorisée. Il doit respecter strictement les prescriptions médicales et les heures de sortie définies par son médecin, généralement de 9 h à 11 h et de 14 h à 16 h, sauf autorisation de sorties libres. Le salarié doit également accepter les contrôles médicaux organisés par sa caisse d'assurance maladie et obtenir son autorisation avant de déménager. En cas de reprise anticipée du travail, il doit en informer sa caisse d'assurance maladie dans les 24 heures.

Les risques pour un salarié qui travaille pendant un arrêt maladie sont multiples. Du côté de la sécurité sociale, il peut voir ses indemnités journalières réduites ou suspendues. Vis-à-vis de l'employeur, le salarié risque un licenciement si l'activité exercée pendant l'arrêt maladie est jugée déloyale, comme une activité concurrente ou le refus de restituer des fichiers clients. L'employeur peut également suspendre le versement des indemnités complémentaires après un contrôle médical. Cette suspension peut toutefois être contestée via un nouvel arrêt maladie ou une expertise demandée devant le Conseil des Prud'hommes.
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Image
Deborha-Vindiolet-expert-comptable
Article rédigé et certifié par Déborha VINDIOLET
 
Leader comptable chez L'Expert-Comptable.com avec plus de 6 ans d'expérience dans le domaine. Diplômée en DCG et BTS Comptabilité.
Temps de lecture : 2minDernière mise à jour : 20/06/2024
Image
Travailler pendant un arrêt maladie

Travailler en arrêt maladie ? Les obligations du salarié

Le salarié en arrêt maladie n'est pas autorisé à exercer d'activité, que cette dernière soit rémunérée ou non rémunéré, s'il ne dispose pas de prescription dans ce sens de son médecin traitant.

Le salarié en arrêt maladie est tenu de respecter les prescriptions médicales qui lui ont été adressées.

Il incombe au salarié en arrêt maladie de se soumettre aux heures de sorties autorisées par le médecin. Précisons que si le médecin autorise les sorties, le salarié doit rester à son domicile de 9 h à 11 h et de 14 h à 16 h, sauf si le médecin a permis les sorties libres ou pour des soins ou examens médicaux.

Il appartient également au salarié en arrêt maladie d'accepter les contrôles organisés par le service du contrôle médical de la caisse.

Le salarié ne peut pas déménager ou changer de lieu de résidence, à défaut d'autorisation préalable de sa caisse d'assurance maladie.

Le salarié doit prévenir sa caisse d'assurance maladie dans les 24 heures s'il reprend son travail avant le terme de son arrêt maladie.

Les risques encourus par le salarié travaillant pendant un arrêt maladie vis-à-vis de la sécurité sociale :

Le salarié qui travaille pendant son arrêt maladie encourt une réduction voire une suspension de ses indemnités journalières.

Les risques encourus par le salarié travaillant pendant un arrêt maladie vis-à-vis de son employeur :

Travailler en arrêt maladie : le risque de licenciement

Il résulte de la jurisprudence de la chambre sociale de la Cour de cassation que l'exercice d'une activité au cours de l'arrêt maladie ne constitue pas un motif justifié de licenciement si cette activité n'implique aucun acte de déloyauté à l'encontre de l'employeur.

De même les manquements aux règles imposées par la sécurité sociale, comme par exemple l'absence du salarié de son domicile en dehors des heures de sortie autorisées, ne constituent pas des motifs justifiés de licenciement.

Par contre, le manquement du salarié à son obligation de loyauté résultant, par exemple, de l'exercice d'une activité rémunérée ou pour son compte et concurrente de celle de son employeur, du refus de lui restituer les fichiers clients en sa possession constitueraient des causes justifiées de licenciement.

Travailler en arrêt maladie : le risque de suspension des indemnités complémentaires :

L'employeur qui verse des indemnités complémentaires à celles versées par la sécurité sociale, peut mandater le médecin de son choix pour procéder à un contrôle au domicile du salarié en arrêt maladie. Si l'arrêt maladie est injustifié, il peut suspendre le versement des indemnités complémentaires. Cette suspension est relative, puisque ce constat d'aptitude peut être contesté soit par l'octroi d'un nouvel arrêt maladie par le médecin traitant le jour même ou par un référé devant le Conseil des Prud'hommes demandant une expertise.

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.