Créez votre entreprise GRATUITEMENT: On s’occupe de toutes les formalités pour  vous! JE ME LANCE

La fiche de paie : composition et simplification en 2018

Mis à jour le 16/03/2018

La fiche de paie, appelée aussi bulletin de salaire, se divise en 4 grandes parties : une partie mentionnant les informations générales sur l’employeur, le salarié et la période concernée par la fiche de paie, une partie relative aux composantes de la rémunération (salaire brut, primes et majorations, salaire net à verser, salaire net imposable...), une partie pour détailler les retenues du salaire et une dernière partie pour synthétiser la fiche de paie. La lecture du bulletin de salaire est simplifiée depuis le 1er janvier 2018, puisque les retenues sur salaires sont classées sous plusieurs catégories, selon les cotisations qu’elles représentent (cotisations santé, retraite, chômage...).


La composition d’une fiche de paie

Votre fiche de paie, appelée aussi bulletin de salaire, se divise en 4 grandes parties :

  • les parties prenantes (employeur et salarié concerné)

  • les composantes de la rémunération

  • le salaire brut et les différentes retenues qui mènent au net à payer, en évoquant également le salaire net imposable (avant les prélèvements sociaux, principalement la CSG et la CRDS)

  • la synthèse de votre situation

Pour comprendre la fiche de paie : les parties prenantes

Cette partie du bulletin de salaire regroupe les informations générales relatives au salarié concerné et à l’employeur.

Les informations concernant l’employeur

  • le nom et les coordonnées de l’employeur

  • le code APE et le numéro SIREN de l’entreprise

  • la convention collective applicable, ou, à défaut, les articles du Code du travail concernant les délais de préavis et les congés payés applicables au salarié

  • le numéro de cotisant où l’employeur verse ses cotisations patronales

Les informations concernant le salarié

  • le nom, le prénom et la définition précise du poste concerné (niveau hiérarchique)

  • la date d’entrée dans l’entreprise, l’ancienneté

  • le numéro de Sécurité sociale du salarié

  • la période concernée par la fiche de paie et le nombre d’heures travaillées durant la période (généralement mensuelle), en distinguant les heures normales et les heures supplémentaires (les heures supplémentaires étant majorées)

  • le taux horaire applicable pour les heures normales et celui applicable aux heures supplémentaires

Pour comprendre sa fiche de paie : les composantes de la rémunération

Une seconde partie sur la fiche de paie énumère les éléments qui composent la rémunération pour la période concernée :

Les fondamentaux de la rémunération

  • le traitement de base défini dans le contrat en fonction du secteur et des heures travaillées

  • si le salaire n’est pas calculé en taux horaire, une précision concernant le mode de calcul

  • lorsqu’il s’agit d’un contrat de travail en forfait, le nombre d’heures effectuées sur la période

  • le nombre d’heures supplémentaires effectuées sur la période et leur rémunération majorée

  • les heures de travail particulier et leur majoration (travail de nuit, astreinte, travail le week-end)

  • les primes éventuelles et leur montant

  • s’il y a versement d’accessoires, une précision sur leur nature et leur montant

  • les indemnités en argent ou en nature, stipulées dans la convention collective à laquelle se réfère l’entreprise (blouse, panier-repas...)

  • les avantages en nature divers

  • les absences

  • s’il y a eu prise de congés payés durant la période, le nombre de jours posés et leur indemnisation

Les éléments clés de la rémunération

  • le montant du salaire brut pour la période concernée

  • le montant versé par l’employeur (salaire brut, cotisations patronales, primes et indemnités diverses)

  • le montant du salaire net à payer , c’est-à-dire le montant réellement touché par le salarié après déduction des cotisations sociales

  • le montant du salaire net imposable, c’est-à-dire le montant réintégré à l’assiette de l’impôt sur le revenu de l’employé (le salaire net imposable peut différer du salaire net à payer)

  • la date de paiement du salaire

  • une rubrique dédiée au bulletin de paie sur le site service-public.fr

Pour comprendre sa fiche de paie : les retenues sur salaire

Cette troisième partie est étroitement imbriquée aux composantes de la rémunération. Elle est à l’origine de votre mal de crâne lorsque vous consultez votre fiche de paie. Il s’agit :

  • du détail des cotisations salariales (assiette, taux et montants) et des prélèvements sociaux qui viennent en déduction du salaire brut

  • de la mention de certains frais, eux aussi déduits du salaire, comme la part des tickets restaurant à charge du salarié, par exemple

  • des remboursements des notes de frais

  • du montant des exonérations de cotisations sociales, le cas échéant

  • Sur la colonne la plus à droite de la fiche de paie, vous trouverez le détail des cotisations patronales, versées par l’employeur sur la base de la rémunération brute.

L’ensemble de ces données permet le calcul du salaire net imposable et du salaire net réellement touché par le salarié, mentionnés dans les composantes de la rémunération.

Pour comprendre sa fiche de paie : une synthèse de la situation de l’employé

Cette dernière partie du bulletin de salaire résume les parties précédentes et synthétise la situation du salarié vis-à-vis de sa paie :

  • les congés payés acquis et restants à prendre sur l’exercice

  • le salaire net à payer pour la période concernée par la fiche de paie

  • un récapitulatif du coût global du salarié pour l’employeur

  • le cumul du salaire imposable depuis le début de l’exercice

  • le mode de paiement du salaire et la date de paiement

La nouvelle fiche de paie en 2018

Notez que depuis 2017, la fiche de paie dématérialisée est devenue la référence tandis que la remise du bulletin papier est l’exception, sauf en cas de désaccord de la part du salarié.

Suivant cette tendance, la fiche de paie a fait l’objet d’une simplification assez large, dès janvier 2017 pour les entreprises de plus de 300 salariés ; généralisée à toutes les entreprises depuis le 1er janvier 2018.

Désormais, les retenues sur salaires sont classées sous plusieurs catégories, selon les cotisations qu’elles représentent. Les catégories sont les suivantes :

  • les cotisations santé

  • les cotisations pour les accidents du travail et les maladies professionnelles

  • les cotisations retraite

  • la famille, les allocations familiales

  • les cotisations à l’assurance chômage

  • les cotisations statutaires prévues par la convention collective

  • les autres contributions prévues par l’employeur

  • les éventuels allègements de cotisations

  • le montant total des cotisations

L’objectif est de rendre lisible les montants cotisés pour chaque catégorie de la prévoyance. De même, les contributions dues par l’employeur sont rassemblées en une seule catégorie pour, là encore, rendre visibles les montants apportés par l’entreprise au profit du salarié.

Notez que les sous-catégories évoluent légèrement, suivant le statut de cadre ou non-cadre.

à propos

Cet article a été rédigé par le cabinet d'expertise comptable en ligne L-Expert-comptable.com. Notre spécialité : aider les entrepreneurs à se lancer et leur épargner la corvée d'une comptabilité.

Nos petits plus : des outils innovants, des tarifs bienveillants, des sourires constamment.

En savoir +

Note moyenne pour cet article : (11 votes)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
3.727275
Moyenne: 3.7 (11 votes)
Votre compta  pour 80€ / mois EN SAVOIR PLUS