Peut-on reprendre une entreprise gratuitement ? Comment trouver l'argent ?

L'article en brefVous avez trouvé l’entreprise de vos rêves ? Votre plan de reprise est prêt ? Par contre, vous n'avez pas les ressources suffisantes pour acquérir cette entreprise ou ne désirez pas souscrire un prêt pour financer son acquisition. Rassurez-vous d’autres sources de financement existent ! Voici un éventail de ces moyens de financement dans lequel vous trouverez certainement votre solution !
Temps de lecture : 5minDate de publication : 28/09/2010Dernière mise à jour : 12/03/2024
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Ecrit par Fanny TOUSSAINTAccompagnement des freelances en création d'entreprise et comptabilité chez L-Expert-Comptable.com
Image
guillaume-delemarle-expert-comptable
Article certifié par
Guillaume DELEMARLE
 
Expert-comptable avec plus de 9 ans d'expérience. Spécialisé dans l'accompagnement des TPE et créateurs d'entreprise.
Image
Comment trouver l'argent pour reprendre une entreprise

Comment trouver une entreprise à reprendre ?

Si vous cherchez à reprendre une entreprise sachez qu’il existe de nombreux moyens pour trouver la structure qui vous convient et ce, à moindres frais. Vous pouvez avoir recours à des revues spécialisées en la matière, au bouche à oreille ou encore aux bourses d’annonces. Les bourses d’annonces sont spécialisées dans une zone géographique ou dans un secteur d’activité. On y trouve de nombreuses propositions de transmission ou de reprise. Au niveau national, vous allez pouvoir les consulter sur plusieurs sites officiels comme :

  • La bourse de la transmission de Bpifrance où l’on trouve près de 50 000 reprises
  • La bourse nationale pour Entreprendre dans l’artisanat où l’on trouve plusieurs milliers d’annonces dans la reprise d’entreprises artisanales sur le territoire et dans les DOM-TOM
  • Les offres de Pôle Emploi dans la rubrique « type de contrat » et « reprise d’entreprise »
  • Le répertoire départ-installation qui est géré par les chambres d’agriculture où se trouvent les offres d’exploitations agricoles

Au niveau régional, vous trouverez encore des entreprises en attente de reprise sur le site de la chambre de commerce et d’industrie ou CCI ou encore sur le site de la chambre des métiers et de l’artisanat ou CMA. Rapprochez-vous aussi auprès des experts-comptables de votre région pour avoir des renseignements utiles et précieux.

Réaliser le diagnostic de l'entreprise avant sa reprise

Pour connaître les points forts et les points faibles d’une entreprise dans le but de la reprendre, il est intéressant de réaliser son diagnostic. Ce diagnostic aide le repreneur d’établir une stratégie de reprise assez précise et de connaître les futurs investissements à prévoir dans le business plan lors du financement de la structure. Il existe plusieurs diagnostics possibles comme :

  • Le diagnostic de moyens pour évaluer correctement le potentiel de la structure grâce à ses outils et ses moyens ainsi que les investissements qu’il est nécessaire de prévoir
  • Le diagnostic financier pour reprendre les titres de la société, consistant à prendre connaissance des bilans, comptes de résultats et annexes de trois à cinq dernières années
  • Le diagnostic de l’activité permet de mesurer le potentiel du marché où évolue l’entreprise et de mesurer certains risques
  • Le diagnostic juridique permet de connaître l’organisation juridique de la structure à reprendre tout en analysant ses avantages et ses inconvénients
  • Le diagnostic humain évalue les différents rôles et fonctions du dirigeant et des salariés de l’entreprise
  • Le diagnostic qualité, sécurité, environnement permet de s’assurer de la valeur de l’entreprise par rapport à sa conformité et la réglementation du moment

Attention : réaliser des diagnostics n’a rien à voir avec un audit. Leur synthèse permet de découvrir le potentiel de l’entreprise à reprendre, ses points forts et ses points faibles ainsi que les points rédhibitoires. Grâce à ces diagnostics, l’acquéreur potentiel abandonne ou poursuit son projet de reprise. S’il poursuit dans la reprise, alors il débutera son business plan, l’évaluation de la structure et l’offre d’achat auprès du vendeur.

Comment calculer le prix d'achat d'une entreprise ?

Pour calculer le prix d’achat d’une entreprise, il est nécessaire de se concentrer sur les actifs, le passif et les éventuelles plus-values de la structure. Le calcul est ainsi simple, il suffit de déduire le passif de l’actif de l’entreprise qui doit être traité comptablement parlant. Le résultat se nomme l’actif net comptable corrigé. Cette évaluation doit se faire sur plusieurs années. Si l’entreprise est trop jeune (moins de trois ans) ou qu’elle connaît une croissance forte, il faut prendre la valeur de transmission par l’estimation des flux financiers. La valeur de cession peut encore se faire par comparaison lorsqu’il s’agit d’un fonds artisanal ou d’un commerce comme une boutique de prêt-à-porter, par exemple.

Quel statut pour reprendre une entreprise ?

Quand on reprend une entreprise, il est nécessaire de se protéger socialement. Si le repreneur est seul pour acquérir les titres, il faut une forme juridique commerciale surtout s’il veut déduire des intérêts d’emprunt liés à l’acquisition de la structure. Le choix reste limité et il sera en SARL, en SAS ou en SCOP.

Quelles sont les deux formes possibles de reprise d'une entreprise ?

Comme dit dans le paragraphe précédent, les deux principales formes possibles de reprise d'une entreprise sont la SARL ou la SAS.

Les sources de financement lors de la reprise d'une entreprise

Les apports personnels

Même si vous n'avez pas une épargne personnelle digne de celle de Bernard Madoff (dans sa période faste en tout cas...), celle-ci sera un gage de confiance et d'engagement aux yeux des tiers (votre banquier sera ravi !). Livret épargne entreprise (LEE), Plan d'épargne en actions (PEA), Plan épargne logement (PEL), tirelire du fiston, tout est bon à prendre !

Mais n'investissez pas tout votre patrimoine disponible dans votre projet de reprise d'entreprise et n'hésitez pas à mobiliser également vos associés si vous n'êtes pas seul à mener cette aventure.

Les prêts d'honneur

Afin de renforcer vos fonds propres et de peser ainsi davantage dans les négociations de prêts avec votre banquier, plusieurs réseaux de soutien proposent un prêt d'honneur gratuit, sans intérêt et sans garantie personnelle.

Ce prêt vous est octroyé personnellement et vous vous engagez à le rembourser sur l'honneur (sur une période de trois à cinq ans). Le montant du prêt d'honneur est fonction de votre projet et de vos besoins durables de financement mais il oscille généralement entre 3 000 et 7 500 €.

Les réseaux tels que France Initiative, Réseau Entreprendre, ADIE ou encore France Active proposent ces prêts, contactez-les, ils pourront également vous aider de manière plus générale sur la gestion de votre projet !

Les aides de l'Etat

État, collectivités locales, fondations, associations... Que ce soit pour favoriser une réinsertion professionnelle des demandeurs d'emploi, une meilleure répartition géographique des entreprises, l'émergence et le financement des projets innovants ou encore l'émergence de projets dans certains domaines d'activité spécifiques, les aides auxquelles vous pouvez prétendre sont multiples pour financer votre reprise d'entreprise. Faites quelques recherches sur Internet ou sur le terrain pour découvrir les aides spécifiques à votre implantation géographique.

Les prises de participation au capital

Vos proches, les investisseurs individuels, les CIGALES (Clubs d'Investisseurs pour une Gestion Alternative et Locale de l'Epargne Solidaire qui sont des structures de capital risque solidaire mobilisant l'épargne de leurs membres au service de la création et du développement de petites entreprises locales et collectives) ou encore les associations Love Money pour l'Emploi (qui permettent aux PME non cotées recherchant des actionnaires pour financer et assurer leur développement de rencontrer des particuliers à la recherche d'opportunités d'investissement dans des sociétés à fort potentiel de développement et de création d'emplois) peuvent vous aider à financer votre projet en prenant une participation au capital de la société que vous souhaitez reprendre.

Les prêts à moyen et long terme

Et oui qu'importe l'état de votre cravate, un petit périple chez votre banquier sera sûrement incontournable pour financer votre projet de reprise d'entreprise ! Vous connaissez bien les modalités d'obtention d'un prêt dans une banque mais connaissez-vous le PCE ? Il s'agit du Prêt à la Création d'Entreprise accordé par l'organisme OSEO et qui peut aussi être utilisé pour reprendre une petite entreprise saine.

Ce prêt complète un premier concours bancaire à plus de 2 ans (financement de matériel, véhicule...) d'un montant au moins égal à 2 fois le montant du PCE. Vous trouverez de plus amples informations sur le PCE ici.

Comme vous pouvez le constater l'éventail de types de financement est assez large et la liste est encore longue. Que l'origine des fonds soit personnelle, familiale, publique ou privée, qu'importe votre aversion au risque il y en aura pour tout le monde ! Mener à bien votre reprise d'entreprise n'est plus qu'une question de volonté.

Pour financer la reprise d’une entreprise, il existe plusieurs solutions. La première consiste à avoir des fonds propres en totalité pour partiellement si l’on veut contracter un prêt bancaire. Même si vous avez de l’argent disponible en totalité, il n’est pas conseillé d’investir tout son patrimoine dans le rachat de l’entreprise. Il est possible de faire appel à des investisseurs particuliers qui bénéficient d’avantages fiscaux. Il existe aussi des aides publiques. Certains réseaux prêtent encore de l’argent dont le montant va de 3 000 € à 50 000 € sur la base du prêt d’honneur. Enfin, le prêt bancaire est possible sous condition d’avoir au moins 20 % en capital propre. Bpifrance, propose encore le prêt transmission pour les PME, ainsi que France Active pour les entreprises solidaires et Garanties Egalité Femmes pour les femmes qui désirent entreprendre.

Les pièges à éviter lors de la reprise d'une entreprise

Si vous désirez reprendre une entreprise, il faut éviter certains pièges. Le premier consiste à reprendre une entreprise sans être entrepreneur, le risque est trop important. Il faut aussi éviter de vous emballer trop vite sur une reprise paraissant trop mirobolante proposée par une personne ayant fait la mise en relation. Prenez le temps d’étudier tous les aspects de l’entreprise cités plus haut. Ne soyez jamais pressé et même si vous avez des compétences, ne surestimez jamais vos capacités. Évitez de choisir une structure trop éloignée de votre lieu quotidien et si vous n’êtes pas sûr, créez plutôt que gérer. Enfin, si vous vous lancez dans ce projet, faites attention à mettre à l’abri financièrement parlant votre entourage.

 

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.