Taxe de 3% sur les immeubles et exonérations

L'article en brefLa taxe de 3% sur les immeubles s'applique aux personnes morales, indépendamment de leur forme juridique, qui possèdent directement ou indirectement des biens immobiliers en France. Cela inclut également les droits réels immobiliers comme l'usufruit et la nue-propriété. Cependant, certaines entités en sont exemptées, notamment les sociétés cotées en bourse, les organisations internationales, les États, les institutions publiques, les caisses de retraite, et les organismes à but non lucratif. Une exemption clé concerne les personnes morales dont les immeubles en France représentent moins de 50% de leurs actifs français, ciblant ainsi principalement les sociétés à prépondérance immobilière comme les SCI.

La base de calcul de cette taxe est la valeur vénale des biens au 1er janvier de l'année d'imposition, avec un taux de 3%. Les obligations déclaratives incluent la soumission, en double exemplaire, de la déclaration n°2746 avant le 16 mai chaque année, mentionnant le lieu, la consistance et la valeur vénale des biens. Pour échapper à cette taxe, les personnes morales doivent s'engager, dans les deux mois suivant l'acquisition d'un bien, à fournir à l'administration les détails sur la situation, la consistance, la valeur vénale des immeubles, ainsi que les informations sur leurs associés et leurs parts, comme indiqué dans la déclaration n°2746.
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Image
guillaume-delemarle-expert-comptable
Article rédigé et certifié par Guillaume DELEMARLE
 
Expert-comptable avec plus de 9 ans d'expérience. Spécialisé dans l'accompagnement des TPE et créateurs d'entreprise.
Temps de lecture : 1minDernière mise à jour : 31/05/2024
Image
Taxe de 3% sur les immeubles et exonérations

Qui est visé par la taxe de 3% sur les immeubles ?

Les personnes morales, quelque soit leur forme juridique, qui possèdent, directement ou par entité interposée, un ou plusieurs immeubles sont redevables de la taxe de 3%. Les droits réels immobiliers (comme l'usufruit et la nue propriété) sont aussi pris en compte.

Toutefois un certain nombre d'exceptions a été prévu. Ainsi, les entités suivantes sont exonérées de taxe sur les immeubles :

  • les sociétés cotées en bourse,

  • les organisations internationales, les Etats et les institutions publiques,

  • les caisses de retraites et les autres organismes à but non lucratif exerçant une activité désintéressée,

  • les personnes morales dont les immeubles situés en France représentent moins de 50% des actifs français. Cette dernière exception est la plus importante. Au final, seules les sociétés à prépondérance immobilière (comme les SCI) sont concernées par la taxe de 3%

Quelle est l'assiette de la taxe de 3% sur les immeubles ?

La taxe sur les immeubles est calculée sur la valeur vénale des biens possédés au 1er janvier de l'année d'imposition. Un taux de 3% est appliqué sur ces biens.

Quelles sont les obligations déclaratives ?

Les personnes morales doivent souscrire en double exemplaire une déclaration n°2746, accompagnée du paiement de la taxe, avant le 16 mai de chaque année. Cette déclaration doit faire apparaître le lieu de situation, la consistance et la valeur vénale des immeubles ou des droits immobiliers imposables.

Comment échapper à la taxe de 3% sur les immeubles ?

Les personnes morales visées doivent, pour échapper à l'imposition, qui peut être extrêmement lourde, prendre l'engagement, dans les deux mois suivant la date de l'acquisition d'un immeuble, de communiquer à l'administration, sur sa demande :

  • la situation, la consistance et la valeur vénale des immeubles possédés

  • le nombre et l'adresse de ses associés, ainsi que le nombre de parts qu'ils détiennent.

Ces informations peuvent être renseignées dans la déclaration n°2746

 

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.