Chômage : les séniors sont mis à contribution

L'article en bref

Mauvaise note pour l’Unedic ! L’association chargée de la gestion de l’assurance chômage en France accusera un déficit de 4.3 milliards d’euros pour l’année 2014. Pour restaurer les finances, les partenaires sociaux se sont réunis dans la nuit du 21 au 22 mars. Ils ont trouvé un accord où les séniors, eux aussi, mettront la main à la pâte.

Temps de lecture : 1minDernière mise à jour : 12/03/2024
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Ecrit par Sébastien LECOANETConsultant en création d'entreprise et comptabilité chez L’Expert-Comptable.com
Image
Deborha-Vindiolet-expert-comptable
Article certifié par
Déborha VINDIOLET
 
Leader comptable chez L'Expert-Comptable.com avec plus de 6 ans d'expérience dans le domaine. Diplômée en DCG et BTS Comptabilité.
Image
Chômage les séniors sont mis à contribution

Une contribution pour les travailleurs de plus de 65 ans

La contribution spécifique de solidarité vise les retraités salariés de plus de 65 ans. Elle s’élève à 6.4 % du salaire brut, soit 4 % à charge de l’employeur et 2.4 % à charge de l’employé. Les séniors sont de plus en plus nombreux à reprendre le chemin du travail, par nécessité financière, par passion, mais aussi grâce à l’allongement de la durée de vie. Les organismes s’adaptent à cette population grandissante, estimée aujourd’hui à 500 000 personnes.

La contribution spécifique de solidarité entrera en vigueur au 1er juillet 2014.

Une contrepartie pour les séniors au chômage

Le report de l’âge légal du départ à la retraite et la contribution des séniors à l’assurance chômage changent les règles du jeu.

Dès le 1er juillet 2014, les demandeurs d’emploi nés à partir du 1er janvier 1955, qui justifient de tous leurs trimestres de cotisations à la retraite, pourront toucher une allocation chômage jusqu’à 62 ans (au lieu de 61 ans).

Par ailleurs, ceux qui ne justifient pas de tous leurs trimestres de cotisation retraite pourront prétendre à une allocation chômage jusqu’à l’âge de 67 ans (au lieu de 66 ans).

La contribution spécifique de solidarité pourrait être une mauvaise nouvelle pour nos séniors qui reprennent une activité professionnelle par nécessité financière. Elle sera finalement un coup de pouce pour des départs à la retraite, certes retardés, néanmoins plus sereins.

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.