Fraudes fiscales pour les particuliers : risques et peines encourues

L'article en brefLa fraude fiscale, un délit aux multiples facettes, se manifeste par diverses pratiques allant de l'omission de déclaration à la dissimulation de revenus. Ces agissements, relevant d'une intention délibérée d'échapper à l'impôt, entraînent des conséquences sévères, dont des majorations d'impôt pouvant atteindre 80% pour les activités non déclarées ou les manœuvres frauduleuses. L'article souligne l'importance de la transparence fiscale et les risques encourus en cas de manquement, illustrant la rigueur de l'administration dans la lutte contre l'évasion fiscale.

Outre les sanctions fiscales, les fraudeurs s'exposent à de lourdes peines pénales, incluant des amendes jusqu'à 2 millions d'euros et 7 ans d'emprisonnement, surtout si la fraude est orchestrée en bande organisée ou à travers des montages financiers complexes. L'administration fiscale, vigilante, dispose de critères spécifiques pour déceler les irrégularités, ciblant notamment les variations significatives de revenus ou de patrimoine. L'article met en lumière les mécanismes de surveillance et les efforts déployés pour prévenir et sanctionner la fraude fiscale, rappelant l'importance de la coopération des contribuables pour une fiscalité équitable.
Temps de lecture : 1minDernière mise à jour : 15/02/2024
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Ecrit par Sébastien LECOANETConsultant en création d'entreprise et comptabilité chez L’Expert-Comptable.com
Image
Deborha-Vindiolet-expert-comptable
Article certifié par
Déborha VINDIOLET
 
Leader comptable chez L'Expert-Comptable.com avec plus de 6 ans d'expérience dans le domaine. Diplômée en DCG et BTS Comptabilité.
Image
fraudes-fiscales-particuliers

La fraude fiscale consiste à échapper ou tenter d'échapper à l'impôt par tout moyen. Attention ! L'auteur d'une fraude fiscale peut se voir appliquer des sanctions fiscales et pénales, selon la gravité du délit.

Il existe bien des manières de commettre une fraude fiscale : omettre délibérément de se déclarer, dissimuler volontairement des biens ou revenus soumis à l’impôt, organiser son insolvabilité ou toute autre manœuvre visant à échapper à l’impôt.

Cependant, ces fraudes n’ont pas la même gravité devant la loi.

Les fraudes soumises à des sanctions fiscales

Vous n’avez pas déclaré vos revenus dans les délais, votre impôt sera majoré de : 

  • 80% si l’administration découvre l'existence d'une activité non déclarée
  • 40% si vous payez l’ISF et que l’administration découvre que vous être propriétaires d’avoirs à l’étranger non déclarés.

Vous avez souscrit une déclaration volontairement incomplète, c’est-à-dire que vous n’avez pas déclaré un bien imposable ou vous avez sous-évalué le montant de votre patrimoine. Votre impôt sera majoré de :

  • 40% en cas de manquement délibéré
  • 80% en cas d'abus de droit, c’est-à-dire si vous avez optimisé de façon abusive une règle fiscale. Ces 80% seront ramenés à 40% si vous n'êtes pas à l'initiative de la démarche ou si vous n'en êtes pas le principal bénéficiaire
  • 80% en cas de manœuvres frauduleuses, c’est-à-dire visant à tromper l'administration fiscale.

Des intérêts de retard peuvent également être appliqués à hauteur de 0,40% par mois de retard.

Les fraudes soumises à des sanctions pénales

Si l'administration fiscale détecte un comportement frauduleux, elle peut engager des poursuites pénales. Indépendamment des sanctions fiscales, l'auteur d'une fraude fiscale encourt 500 000 euros d'amende et 5 ans d'emprisonnement.

Ces peines sont portées à 2 000 000 euros d'amende et 7 ans d'emprisonnement lorsque les faits ont été commis : 

  • En bande organisée 
  • Grâce à l'ouverture de comptes à l'étranger
  • Via des organismes écran établis à l'étranger
  • Par l'usage d'une fausse identité ou de faux documents
  • Via une domiciliation ou un acte fictif à l'étranger.

Les poursuites pénales peuvent être engagées pendant les six années suivant celle où l'infraction a été commise. En outre, les peines d'emprisonnement encourues sont réduites de moitié si l'auteur du délit participe à l'identification des autres auteurs ou complices. 

Qu’est-ce qui met la puce à l’oreille de l’administration fiscale ?

Divers éléments peuvent pousser le Fisc à étudier votre déclaration de plus près : 

  • Les variations importantes de revenus ou de patrimoine d'une année sur l'autre 
  • Les plus-values significatives, notamment liées à des ventes d'entreprise
  • Les successions importantes 
  • La qualification en bien professionnel en matière d'ISF
  • Le rattachement des enfants au foyer fiscal 
  • Les pensions alimentaires

Les 150 000 ménages qui gagnent plus de 220 000 euros par an et/ou dont le patrimoine dépasse les 3 millions d'euros sont également particulièrement surveillés par l’administration fiscale. Ils sont contrôlés tous les trois ans en moyenne.