Le secret professionnel (médical, avocat, bancaire)

L'article en brefLe secret professionnel, un pilier éthique pour de nombreux métiers, impose aux professionnels comme les médecins, avocats, banquiers et autres, une discrétion absolue sur les informations personnelles de leurs clients ou patients. Ce principe vise à protéger l'intimité et la confidentialité des informations recueillies dans le cadre professionnel. Cependant, cet article souligne qu'il existe des situations où la loi permet, voire exige, la transgression de ce secret. Par exemple, dans les cas de maltraitance de personnes vulnérables ou lors de la détection de crimes graves, les professionnels peuvent lever le secret pour protéger les victimes ou la société.

Cependant, briser le secret professionnel sans justification légale entraîne des sanctions sévères, allant jusqu'à l'emprisonnement et des amendes conséquentes. L'article détaille les cas spécifiques où les professionnels sont autorisés à partager des informations confidentielles, tout en soulignant l'importance de cette éthique professionnelle dans la sauvegarde de la confiance entre le professionnel et son client. Cette analyse détaillée offre un aperçu nuancé des responsabilités et des dilemmes éthiques auxquels sont confrontés ces professionnels au quotidien.
Temps de lecture : 1minDernière mise à jour : 12/03/2024
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Ecrit par Jules DAMOISEAUAccompagnateur des Freelances chez L'Expert Comptable.com
Image
Deborha-Vindiolet-expert-comptable
Article certifié par
Déborha VINDIOLET
 
Leader comptable chez L'Expert-Comptable.com avec plus de 6 ans d'expérience dans le domaine. Diplômée en DCG et BTS Comptabilité.
Image
Le secret professionnel (médical, avocat, bancaire)

Les professionnels de santé, avocats, banquiers et juges d'instruction sont soumis au secret professionnel : ils ont l'interdiction de divulguer des informations concernant leurs patients, leurs clients et les informations qu'ils recueillent au cours de leur activité. Les entorses au secret professionnel sont sanctionnées mais des exceptions existent pour les dénonciations de crimes et d'abus envers des personnes vulnérables (enfants, personnes âgées, handicapés).

Pour quelles professions

En règle générale, le secret professionnel s’applique à tous les métiers dont le caractère intrinsèque donne lieu à la connaissance d’informations personnelles. Cela comporte les données transmises par le client comme les éléments découverts par le professionnel lui-même du moment qu’ils concernent son client. Les professions les plus représentées en termes de secret professionnel sont les médecins, les avocats, les notaires, les banquiers, les agents de la poste et les comptables.

Peut-on transgresser le secret ?

La loi autorise trois cas de transgression du secret professionnel ne donnant pas lieu à des poursuites :

  • dénonciation de mauvais traitements infligés à une personne mineure ou à une personne n’étant pas en mesure de se protéger seule en raison d’une insuffisance physique ou psychique.
  • dénonciation de crime, notamment un viol ou une agression sexuelle
  • si un médecin, en accord avec le patient, dévoile dans le cadre d’une Cour de justice des mauvais traitements constatés dans l’exercice de sa profession. Dans le cas où le patient est mineur, son accord n’est pas nécessaire.
  • si un professionnel du milieu de la santé ou de l’action sociale informe la préfecture de la dangerosité d’une personne qui a acquis une arme ou qui souhaite en acquérir une.

En outre, un professionnel reste en mesure d’échanger avec ses confrères sur le cas d’un client ou d’un patient, sans que le secret professionnel ne soit bafoué. Toutefois, ses confrères deviennent investis à leur tour de ce devoir concernant les informations qui ont été portées à leur connaissance.

Les sanctions

Lorsque le secret professionnel a été rompu de façon injustifiée, le professionnel s’expose à un an d’emprisonnement et à 15 000 € d’amende. Une mesure d’interdiction d’exercer son métier pendant une durée de cinq ans maximum peut aussi être prononcée à l’encontre du professionnel. Dans certains corps de métiers, et selon la gravité des conséquences de la révélation des informations, le professionnel peut tout simplement être rayé de l’ordre et ne plus pouvoir exercer à vie en France.

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.