Peut-on abandonner son poste du fait d'une pression trop forte ou d'un harcèlement ?

L'article en brefFace à des situations de travail toxiques, comme le harcèlement moral ou une pression excessive, les salariés peuvent se trouver contraints de quitter leur poste, une décision lourde de conséquences. Le harcèlement au travail, qu'il soit moral ou sexuel, est caractérisé par des actes répétitifs qui portent atteinte à la dignité du salarié, créant un environnement de travail nocif. Cette intimidation peut provenir aussi bien des collègues que des supérieurs, et n'est pas toujours facile à prouver.

Si un salarié décide de quitter son poste en raison de telles conditions, il doit fournir des preuves concrètes de harcèlement pour éviter un licenciement pour faute grave, sous l'accusation d'abandon de poste. L'abandon de poste se produit lorsque le salarié cesse ses fonctions sans autorisation, différenciant nettement cet acte d'une démission formelle. Dans le cas où le harcèlement n'est pas prouvé, le salarié pourrait se voir refuser l'accès à des allocations chômage en raison de cette classification de son départ. Cependant, la législation actuelle souligne que le salarié n'a pas besoin de prouver les effets du harcèlement sur sa santé mais doit établir des faits qui laissent présumer de son existence.
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comDémarrer
Image
Deborha-Vindiolet-expert-comptable
Article rédigé et certifié par Déborha VINDIOLET
 
Leader comptable chez L'Expert-Comptable.com avec plus de 6 ans d'expérience dans le domaine. Diplômée en DCG et BTS Comptabilité.
Temps de lecture : 1minDernière mise à jour : 17/04/2024
Image
Peut-on abandonner son poste du fait d'une pression trop forte ou d'un harcèlement ?

Un salarié de quitter son poste de travail pour harcèlement moral ou pression s'il prouve un harcèlement ou un stress ingérable. Les faits doivent mettre en évidence des comportements, gestes, paroles répétées qui portent atteinte à la dignité et néfastes pour le travail. Si le salarié ne prouve pas le harcèlement ou la pression qu'il subit, l'employeur peut engager une procédure de licenciement pour abandon de poste constitutif d’une faute grave.
 

Qu’est ce qu’un abandon de poste ?

L’abandon de poste est une définition précise, c'est-à-dire que le salarié cesse d’exercer de façon arbitraire ses fonctions sans en avoir eu l'autorisation, ce qui le différencie de la démission qui est une décision claire et autorisée. Il est important de ne pas confondre un abandon de poste et une absence même si elle est répétée. L’employeur doit avoir la preuve que le salarié a quitté l’entreprise depuis plus de 4 jours. 2 cas existent :
  • le salarié souhaite travailler ailleurs / est embauché ailleurs ;
  • est inscrit au chômage.

Durant l'abandon de poste il n'est pas possible de toucher aux allocations chômage puisqu'il n'y pas eu de rupture de contrat de travail. Pendant cette période, l'employeur suspend la rémunération du salarié à cause de son absentéisme.

Définition de pression et harcèlement au travail

Confronté à des objectifs à atteindre dans un rythme soutenu, la pression au travail peut toucher n'importe qui. Cette intimidation psychologique nuisible à la santé du salarié peut le pousser à abandonner son poste. Le harcèlement psychologique ou sexuel est difficile de bien l’identifier, il peut être entre salariés, avec des supérieurs. Pour que cela soit considéré comme un harcèlement il faut une conduite vexatoire se traduisant par des comportements, des gestes ou paroles répétées, qui porte atteinte à la dignité et qui entraîne pour le salarié de travailler dans un milieu néfaste.

Possibilité d’abandonner son poste de travail pour harcèlement ?

Il est possible pour le salarié de quitter son poste de travail pour harcèlement moral ou pression, cependant il est indispensable de prouver l’harcèlement. Il est très délicat de prouver ces actes mais désormais il n’est plus nécessaire de prouver les effets du harcèlement sur la santé, il faut juste établir les faits permettant de présumer l’existence d’harcèlement ou d'un stress ingérable. Si le salarié n’arrive pas à prouver l’harcèlement au travail l'employeur pourra engager une procédure de licenciement pour abandon de poste constitutif d’une faute grave.
Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.