Créances irrécouvrables : écritures et démarches

Mis à jour le 23/11/22
Sommaire

    Il se peut qu'une entreprise soit confrontée à la situation où un client peine à payer sa créance. On parlera, dans ce cas, de créance douteuse ou de créance irrécouvrable selon la situation. La créance est douteuse par principe de prudence, la perte n'est pas garantie mais elle justifie d'une provision douteuse. Lorsque la perte est certaine et définitive, la créance est dite irrécouvrable. La preuve de son irrécouvrabilité incombe au commerçant qui doit, par la suite, engager des poursuites contre le débiteur. En comptabilité, les écritures sont différentes selon que le créance soit douteuse ou irrécouvrable, le détail de leur enregistrement est donné dans cet article.

    Image
    Créances irrécouvrables écritures et démarches

    La créance douteuse

    En raison de la mauvaise situation du débiteur, une créance client peut être compromise, on parle alors de créance douteuse ou impayée. En respect du principe de prudence, une créance présentant un caractère simplement douteux et dont la perte n’est que probable ne peut justifier que de la constitution d’une provision dite douteuse.

    Sur le plan fiscal, la provision pour créance douteuse est déductible du résultat à condition que le risque de non recouvrement soit nettement précisé et que la perte soit probable à la date de clôture.

    Il est important de passer les écritures de provision afin d'enregistrer le risque de non recouvrement d'une créance. La provision doit cependant être limitée qu’au montant hors taxe de la créance, la TVA étant récupérable en cas de créance définitivement irrécouvrable.


    Enregistrement d'écriture comptable :


    Constatation de la créance douteuse :
    A débiter : 416-Clients douteux
    A créditer : 411-Clients

    Constatation de la dépréciation relative à la créance douteuse :
    A débiter : 6817-Dotations aux dépréciations des actifs circulants
    A créditer : 491-Dépréciations des comptes clients (pour le montant hors taxe de la créance douteuse)

    L-Expert-comptable.com et ses partenaires recrutent ! Découvrez les offres partout en France et devenez Assistant(e) Comptable, Collaborateur(trice) Comptable ou Conseiller(e) en Création d'Entreprise. JE DÉCOUVRE LES OFFRES

    La créance irrécouvrable

    Une créance est dite irrécouvrable lorsque sa perte apparaît comme certaine et définitive. C’est au commerçant d’apporter la preuve du caractère irrécouvrable de la créance. Le commerçant doit alors engager des poursuites contre le débiteur en s’adressant à un avocat, un huissier ou un organisme de recouvrement. A la suite de ces poursuites, un constat d’échec doit en résulter pour pouvoir justifier d’une créance irrécouvrable. Un certificat d’irrécouvrabilité est délivré à l’entreprise. C’est ce document qui permet de constater l’échec des démarches engagées et qui permet alors de passer la créance en pertes. L’irrécouvrabilité fait généralement suite à une liquidation ou un redressement judiciaire. Dans les deux cas, l'entreprise rencontre des difficultés au point de ne plus être en mesure de faire face à ses dettes et est placée en situation de cessation de paiement. Cependant le redressement est mise en place lorsque l'on estime que l'entreprise mérite d'être sauvegardée tandis que la liquidation est le résultat d'un règlement judiciaire impossible.

    Enregistrement d'écriture comptable :

    Annulation de la créance douteuse et constatation d’une perte :
    A débiter : 654-Perte sur créances irrécouvrable (montant HT non perçu)
                       44571-TVA collectée (TVA non perçue)
    A créditer : 416-Clients douteux

    Reprise de la dépréciation antérieurement enregistrée :
    A débiter : 491-Dépréciations des comptes clients
    A créditer : 7817-Reprises sur dépréciations des actifs circulants

    La TVA sur créance irrécouvrable

    La récupération de la TVA ne peut se faire qu’à la suite d’une créance devenue définitivement irrécouvrable. Un duplicata de la facture doit être transmit au client avec la mention suivante : « Facture demeurée impayée pour la somme de … euros (prix net) et pour la somme de… euros (TVA) qui ne peut faire l’objet d’une déduction (article 272 du CGI) ». Néanmoins, les entreprises sont dispensées d’adresser ce duplicata dans la mesure où elles envoient à chaque client défaillant un état récapitulatif des factures irrécouvrables.

    Image
    damien-philibert-expert-comptable

    Damien PHILBERT

    Accompagnateur de freelances en création d'entreprise et comptabilité chez L-Expert-Comptable.com

    Membre de la team depuis 2012, Damien est un "ancien" ! Toujours de bonne humeur, il accompagne ses clients en conjuguant disponibilité et proximité. Sa spécialité ? Le conseil sur le choix du statuts juridiques