Comment manager une équipe ?

Mis à jour le 08/09/2017

Manager une équipe est un vrai métier de chef d’orchestre ! Vous devez superviser le planning et les personnes, mobiliser les compétences et favoriser l’épanouissement professionnel de vos collaborateurs. La gestion d’équipe implique donc en premier lieu de connaître les besoins individuels et d’adapter votre management à la personnalité de chaque membre de votre équipe. Il existe quatre modes de management que vous pourrez utiliser selon les personnalités : un management directif, un management persuasif, un management participatif et un management délégatif. Pour bien manager une équipe de travail, vous devrez réaliser une définition de mission précise pour chaque membre, mais aussi disposer d’outils de reporting adaptés et enfin, soigner vos méthodes de communication. Il ne s’agirait pas d’être perçu par vos collaborateurs comme un simple organe de contrôle de leurs résultats, voire comme un manager tyrannique !


Notes: 0 (0 vote)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
0
Pas encore de note.

En tant que manager d’équipe, votre rôle est double. Vous devez créer les conditions qui permettent, et l’atteinte des objectifs de l’entreprise, et le développement des personnes supervisées. Véritable chef d’orchestre, vous devez donc être capable de mobiliser les ressources humaines et techniques, superviser le déroulement de la mission, créer les conditions propices à l’intelligence collective et à l’épanouissement professionnel.  

La gestion d’équipe implique de répondre aux besoins individuels des personnes

Avant toute chose, un bon manager sait motiver les membres de son équipe. L’intelligence collective ne pourra émerger que si chaque membre du groupe est investi dans sa mission. Pour ce faire, en tant que manager, vous devrez pouvoir répondre aux attentes individuelles de chacun. Cela passe par une définition de mission personnalisée pour chaque membre de l’équipe de travail.   Chaque membre de l’équipe doit avoir sa définition de mission lui permettant de répondre à ses questions :

  • quel est l’objectif global ?
  • quel est mon rôle au sein de l’équipe ?
  • quelle est ma mission et quel résultat faut-il obtenir ? Dans quel délai ?
  • quels sont les moyens et ressources mis à ma disposition ?
  • qui vérifie mon travail ? À quelle fréquence ? Par quels moyens ?
  • qui peut m’aider ; répondre à mes questions ? Par quel vecteur de communication ?
  • quel est mon périmètre de responsabilité ?
  • qu’est-ce que j’y gagne ?
  • quelles sont mes perspectives d’évolution à court - moyen terme au sein de l’équipe ou en-dehors ?

La définition de mission est un cadre. Elle permet de négocier, de communiquer en toute transparence, mais veillez tout de même à ne pas rigidifier vos rapports humains à cette seule définition de mission. Celle-ci peut évoluer au fil du temps et des aléas rencontrés.

Un management adapté à chaque profil rencontré

Là encore, le manager devra diriger chaque membre de son équipe de manière personnalisée et selon le profil rencontré. De manière générale, il existe 4 styles de management (on parle de management situationnel). Votre rôle sera de détecter le profil de chacun de vos collaborateurs pour choisir le mode de management le plus efficace. On parle de :

  • management directif
  • management persuasif
  • management participatif
  • management délégatif

Le management directif

Le management directif est usuellement appliqué aux nouvelles recrues, personnes insuffisamment expérimentées ou encore les membres de votre équipe qui sont peu autonome. Vous devrez les repérer et appliquer votre management basé sur une écoute et une disponibilité accrue, mais aussi un reporting plus accentué (des délais de contrôle des résultats plus courts, des instructions plus précises...) par rapport aux autres membres du groupe.

Le management persuasif

Au sein d’une équipe, le management persuasif s’adresse aux personnalités dont vous repérez la volonté de progresser, mais qui disposent d’un niveau d’expérience ou de compétences insuffisants pour l’instant. Vous devrez là aussi accentuer votre disponibilité et votre communication, non pas pour contrôler ou recadrer comme dans le management directif, mais pour expliquer, améliorer les savoir-faire et savoir-être du collaborateur par vos propres conseils. Le management persuasif est un management pédagogique.

Le management participatif

Le management participatif s’adresse aux collaborateurs autonomes et vise à augmenter encore plus leurs responsabilités. Associez-les à vos questionnements quant aux objectifs fixés, demandez-leur par exemple leur avis sur la bonne fixation des délais, sur tel ou tel partenariat qui viendrait d’être signé avec l’entreprise, écoutez leur vision et suggestions. Trouvez des opportunités pour les faire travailler ensemble. N’hésitez pas à proposer à vos collaborateurs les plus autonomes de choisir eux-mêmes leur méthode de travail, à condition bien sûr de mettre en place un système de reporting fiable.

Le management délégatif

Le management délégatif s’adresse aux collaborateurs de votre équipe les plus autonomes, les plus expérimentés et les plus anciens dans l’entreprise. Ces personnalités seront épanouies à condition de trouver un espace de liberté au sein de l’équipe. Ces collaborateurs doivent pouvoir choisir leur méthode de travail et votre reporting pourra être assoupli (sans pour autant disparaître – recadrer peut parfois s’avérer nécessaire). Vous pouvez encourager ces personnes à sortir du cadre strict de la mission confiée, par exemple en leur faisant participer à des soirées réseau, des événements durant lesquels ils représentent l’entreprise, en les encourageant à développer des partenariats...

Manager une équipe nécessite des outils de reporting adaptés

De bons outils de reporting vous permettent de suivre les résultats de chacun de vos collaborateurs. Ils doivent donc permettre de récolter et d’analyser les données clés, de valider que le collaborateur répond aux objectifs intermédiaires dans les délais impartis.
Enfin, toute la subtilité consiste à assurer votre mission de reporting et de recadrage éventuel sans être considéré comme unique organe de contrôle, voire comme un dictateur manager. Vous devez savoir doser ! Pour ce faire, soyez transparent dans vos propos, restez souple (sortez du cadre strict de vos outils de reporting !), laissez votre porte ouverte pour échanger avec votre équipe, soyez réactif et disponible. Bonne gestion d’équipe à vous !