Femmes entrepreneuses : quels obstacles ?

Mis à jour le 02/09/21

Oui, les femmes entreprennent, mais elles ne représentent que 30 % des créations d’entreprises. Une donnée qui stagne depuis plus de 5 ans. Mais alors, pourquoi tant de frilosité ?

Le monde viril de l’entrepreneuriat

 « J’ai occupé des postes dans des grands groupes. Mes supérieurs étaient toujours des hommes. Le chemin a été long pour m’accepter en tant que femme et dirigeante » — Stéphanie, chef d’entreprise depuis 2 ans.  

La vision archaïque de l’homme aux commandes n’aide pas les femmes à prendre confiance en elles. D’ailleurs, l’absence de modèles de réussites féminines est évoquée chaque année par les participantes aux assises gouvernementales de l’entrepreneuriat.

Najat Vallaud-Belkacem, ministre des droits des femmes,  compte bien combattre ce blocage.  Des mesures de sensibilisation sont prévues d’ici 2017. Entre autres, le parcours « création d’entreprises par des femmes » sera établi au sein de l’enseignement supérieur, aux fins de démystifier (enfin) l’entrepreneuriat au féminin.

Les clichés ont la vie dure

« Mon entourage n’est pas choqué lorsque mon mari rentre de son travail à 20 heures… Par contre, quand il s’agit de moi, personne ne comprend que je puisse travailler le week-end. J’abandonnerais mon rôle de mère et de maîtresse de maison. » — Laure, chef d’entreprise depuis 3 ans.

Alors que Monsieur peut se consacrer corps et âme à sa vie professionnelle, Madame est priée de gérer la vie familiale.

Le cliché perdure ! Les préjugés de l’entourage peuvent bel et bien freiner l’envie d’entreprendre. Pourtant, plus de 60 % des femmes chefs d’entreprise s’estiment tout à fait épanouies. La preuve que l’on peut concilier sa vie personnelle avec sa vie professionnelle ;  ses enfants avec ses clients…

Encore faut-il être épaulée !

Les conséquences

Par manque de confiance, les femmes ont tendance à minimiser le risque financier, quitte à créer des micros projets. 50 % des créatrices d’entreprises rassemblent au maximum 7 500 euros de capital de départ. Seul un quart d’entre elles réunissent plus de 15 000 euros.  La moyenne du chiffre d’affaires dans les entreprises gérées par des femmes est d’environ 45 000 euros par an.

Les secteurs les plus représentés sont ceux de l’enseignement, la santé, les services aux particuliers et l’action sociale.

À quand une startup du web entièrement féminine ?

L’objectif de Najat Vallaud-Belkacem est limpide : augmenter de 30 à 40 % le taux de création d’entreprises des femmes. Espérons que ces mesures incitatives les aideront à combattre leur propre blocage et à franchir le cap !

Image
antoine-richard-expert-comptable
Antoine RICHARD
Accompagnement des freelances chez L-Expert-Comptable.com

Depuis 2016 Antoine accompagne et conseille les indépendants aussi bien sur la création que l'optimisation des sociétés, le tout avec le sourire ! Pour lui la digitalisation et la proximité ne sont pas deux termes opposés mais bien complémentaires !