Commissaire priseur : métier, salaire, formation, diplômes

L'article en brefLe rôle du commissaire priseur combine expertise artistique, connaissances juridiques et compétences en communication. Chargé de la vente aux enchères de divers objets, le commissaire priseur évalue ces derniers, prépare un inventaire détaillé et établit leur valeur marchande. Il doit posséder une connaissance approfondie des objets, souvent de nature artistique ou historique, et être capable d'attirer l'attention des acheteurs potentiels grâce à une présentation attrayante et informatique.

Pour devenir commissaire priseur, il est nécessaire d'avoir un double cursus en droit et en histoire de l'art ou dans un domaine artistique connexe, suivi par un stage professionnel et un examen d'aptitude. La profession, qui mêle passion pour l'art et compétences en droit, offre des opportunités de carrière dans des maisons de ventes ou en tant que commissaire priseur judiciaire, avec des rémunérations basées sur les pourcentages des ventes réalisées. Le métier exige également un sens aigu du spectacle et de la mise en scène lors des enchères, pour maximiser l'intérêt et la valeur des objets vendus.
Créer votre entreprise avec L-Expert-Comptable.comcontactez nous
Image
Deborha-Vindiolet-expert-comptable
Article rédigé et certifié par Déborha VINDIOLET
 
Leader comptable chez L'Expert-Comptable.com avec plus de 6 ans d'expérience dans le domaine. Diplômée en DCG et BTS Comptabilité.
Temps de lecture : 2minDernière mise à jour : 15/05/2024
Image
Commissaire-priseur -métier-salaire-formation-diplômes

Le rôle du commissaire priseur

Le commissaire priseur inventorie et évalue la valeur de biens qui vont être vendus aux enchères sous sa direction. Si ces biens sont issus de saisies de justice, il prend le qualificatif de commissaire priseur judiciaire.

Pour préparer une vente, il recense tous les objets qui lui ont été apportés et définit leur valeur. Le commissaire priseur a des connaissances générales mais approfondies dans de nombreux domaines : arts plastiques, œuvres anciennes, pièces de collections… Sur une fiche dédiée à chaque article, il note la provenance, l'époque de fabrication, un historique succinct, les dimensions et le nom de l'auteur s'il y a lieu.

Il doit arriver à faire cela seul, mais dans des cas spécifiques il est amené à faire appel à des spécialistes.

Avec ses notes et son inventaire, le commissaire priseur constitue un catalogue pour démarcher les acheteurs qui pourraient être intéressés par les biens. Il dispose pour cela d'un réseau de contacts qu'il se constitue au fil de sa carrière, et initie même des campagnes de publicité dans les revues spécialisées.

Pour s'assurer d'intéresser son public, le commissaire priseur essaie autant que possible d'aborder une thématique spécifique à chaque vente : un type de biens, une époque, un artiste,…

Au moment de la vente aux enchères, il annonce le prix de départ qu'il a lui même fixé pour un bien et présente celui-ci de la façon la plus valorisante possible. Il joue alors un rôle quasi théâtral pour faire monter la pression… et par conséquent les enchères.

 

Les missions du commissaire priseur

Le commissaire priseur doit tirer le meilleur profit des biens qui lui sont confiés :

  • inventaire des biens mis à disposition

  • constitution du catalogue avec une fiche technique et historique pour chaque objet

  • lancement des campagnes d'information

  • prises de contacts avec les acheteurs potentiellement intéressés

  • organisation et animation de la vente aux enchères

 

Les compétences pour devenir commissaire priseur

Passionné d'histoire et d'art, le commissaire priseur est incollable en droit :

  • maîtriser les règles de droit

  • avoir l'amour des objets et de leur histoire

  • posséder un carnet d'adresses étoffé

  • être charismatique et avoir le sens du spectacle

 

La formation pour devenir commissaire priseur

Pour devenir commissaire priseur il faut en premier lieu obtenir une licence en droit, ainsi qu'une deuxième licence dans les domaines de l'histoire de l'art, des arts appliqués, des arts plastiques ou de l'archéologie :

Avec sa double licence, le candidat peut ensuite se présenter à l'examen d'accès au stage professionnel qui comporte des épreuves écrites et orales. Cet examen est organisé chaque année et un candidat ne peut se présenter que trois fois en cas d'échec.

En cas de réussite, s'en suit un stage rémunéré de deux ans, dont six mois doivent être passés au sein d'un office de commissaire priseur judiciaire. A l'issue de ce stage, le Conseil des ventes délivre au candidat un certificat de bon accomplissement qui lui permet d'exercer le métier pour diriger des ventes volontaires d'objets (qui sont fournis de bon gré par des particuliers).

Pour évoluer vers la fonction de commissaire priseur judiciaire (ventes aux enchères de biens saisis par la justice), le professionnel doit passer un nouvel examen d'aptitude.

 

Le salaire du commissaire priseur

Pour chaque vente, le commissaire priseur perçoit 16 % du prix de l'objet. Le revenu annuel moyen dans la profession oscille de 60 00 0 à 80 000 €.

 

Le lieu de travail du commissaire priseur

Le commissaire priseur travaille dans son office où il organise ses ventes. Puis il se rend dans une salle des ventes, comme l'hôtel Drouot à Paris.

Il peut aussi exercer dans une société commerciale depuis la réforme de 2001.

 

La carrière du commissaire priseur

Le commissaire priseur perçoit des honoraires en fonction du volume de ses ventes.

Il peut évoluer vers la fonction de commissaire priseur judiciaire.

Donnez votre avis :
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain ou non afin d'éviter les soumissions de pourriel (spam) automatisées.