Assistant parlementaire : métier, salaire, formation, diplômes

Mis à jour le 29/08/2017

Niveau d'études : bac+3, bac+4

Salaire en début de carrière : entre 2 700 et 4 000 € brut

Environnement de travail : secteur public sous contrat de droit privé

Métier(s) similaire(s) : assistant politique


Notes: 0 (0 vote)
Donnez une note à cet article : 
Your rating: Aucun(e)
0
Pas encore de note.

Le rôle de l'assistant parlementaire

L'assistant parlementaire fait office de secrétaire particulier pour l'un des 577 députés de l'Assemblée nationale, ou pour l'un des 348 sénateurs de la Chambre haute.

Il s'occupe de toutes les tâches administratives et bureautiques inhérentes aux fonctions de son supérieur. Il fait également office de lien avec les citoyens et les autres parlementaires pour échanger sur des dossiers communs.

L'assistant parlementaire gère le planning du parlementaire, répond en son nom à certaines demandes et peut être amené à rédiger des discours. Travailleur de l'ombre, il fait tout pour valoriser l'image de son employeur.

Il doit aussi faire preuve d'une disponibilité constante et d'une réactivité sans faille.

Les missions de l'assistant parlementaire

L'assistant parlementaire libère le député ou le sénateur de nombreuses contraintes professionnelles :

  • gestion du courrier, du carnet de contacts et du planning
  • transmission d'informations aux autres collaborateurs et parlementaires
  • gestion des dossiers en cours
  • réponses téléphoniques ou courriers aux requêtes des citoyens
  • représentation de l'image du parlementaire en public
  • rédaction de communiqués, et parfois de discours

Les compétences pour devenir assistant parlementaire

L'assistant parlementaire est un militant qui sait gérer ses émotions :

  • se sentir impliqué dans la vie politique du pays
  • connaître parfaitement le paysage politique français
  • maîtriser le droit
  • être en veille permanente sur l'actualité
  • faire preuve d'aisance à l'oral comme à l'écrit
  • savoir se contrôler en toutes circonstances

La formation pour devenir assistant parlementaire

L'assistant parlementaire sort le plus souvent d'une école de droit ou d'un institut d'études politiques. Cette voie permet non seulement d'acquérir de solides connaissances pour l'expérience du métier, mais également de faire les bonnes rencontres sur les bancs des grandes écoles. Un niveau minimum de bac+3 est requis :

Il est important de noter que le niveau d'études compte moins que les relations pour décrocher un poste d'assistant parlementaire.

Le salaire de l'assistant parlementaire

L'assistant parlementaire débutant perçoit un salaire brut de 2 700 € mensuel s'il est employé à l'Assemblée nationale, et de 4 000 € s'il dépend du Sénat. Cette rémunération peut s'accompagner de primes et indemnités selon les déplacements à assurer dans le cadre professionnel.

Le lieu de travail de l'assistant parlementaire

L'assistant parlementaire travaille à l'Assemblée nationale ou au Sénat. Mais dans la réalité il passe beaucoup de temps à son bureau où il gère les affaires en cours de son parlementaire, lui transmet ses dossiers importants, organise le planning quotidien. Ainsi que sur le terrain où il accompagne le sénateur ou le député à la rencontre de ses concitoyens, lors de forums et débats, et l'assiste pour des prises de paroles télévisées.

La carrière de l'assistant parlementaire

Le métier n'est pas particulièrement porteur de débouchés. Si les députés et sénateurs peuvent avoir plusieurs assistants parlementaires (jusqu'à cinq au total), ces derniers sont recensés à environ 3 000 sur tout le territoire (70 % à l'Assemblée nationale et 30 % au Sénat).

L'accès à la fonction nécessite bien sûr un bagage solide, mais il impose avant tout de disposer d'un réseau de contacts dans le milieu de la politique. On devient normalement l'assistant parlementaire d'un homme politique duquel on partage les convictions. Cela va normalement de pair avec une démarche militante.

De fait, si son supérieur n'est pas réélu, ou si l'Assemblée nationale est dissoute sur ordre du président de la République, l'assistant parlementaire peut perdre son emploi ou être embauché par un autre parlementaire.

L'exercice du métier est très formateur dans l'approche des dossiers et des différents milieux à gérer (entreprise, famille, finances,…) pour celui qui souhaite à termes se lancer dans une carrière en politique.